Accueil Chronique de concert (mes) Eurockéennes 2011, 1/3 : Keziah Jones, Tiken Jah Fakoly, Staff Benda Bilili, Battles, WU LYF, Metronomy, Stromae
Mercredi 21 août 2019 : 11758 concerts, 25623 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mes) Eurockéennes 2011, 1/3 : Keziah Jones, Tiken Jah Fakoly, Staff Benda Bilili, Battles, WU LYF, Metronomy, Stromae

(mes) Eurockéennes 2011, 1/3 : Keziah Jones, Tiken Jah Fakoly, Staff Benda Bilili, Battles, WU LYF,   Metronomy, Stromae en concert

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert 1er juillet 2011

Critique écrite le par


Retour, annoncé ensoleillé pour 3 jours, à nos chères Eurockéennes de Belfort, premier festival qui ouvre l'officiellement chaque été par trois jours de paix et de musique sur la célèbre presqu'Ile du Malsaucy, dans la riante bourgade (enfin, riante, 3 jours par an...) d'Evette-Salbert. 18 éditions sans discontinuer : un enfant qui aurait été conçu dans la tente voisine de la nôtre au camping du festival par des parents surexcités (comme nous) à la fin du concert de Rage Against the Machine en 1994, a peut-être passé les barrières d'entrées tout seul en même temps que nous aujourd'hui : il est presque majeur !


Après une édition 2010 passionnante musicalement mais un peu chiche en décoration, tout comme en équipements de prise d'image, les organisateurs ont annoncé un site profondément remanié, qu'on attend impatiemment de redécouvrir. La disparition annoncée du grand chapiteau où l'on a vécu tant de concerts incroyables ou magiques a titillé notre curiosité, tout comme l'annonce d'une nouvelle scène... off-shore ! Et le moins qu'on puisse dire est que le paysage est profondément remodelé, en effet.


Mis à part la déco mochasse d'Heineken, cette nouvelle esplanade Green Room ouvre davantage la scène et permet de voir les concerts de plus loin, d'autant qu'on y a remis des écrans géants : elle est parfaite... par beau temps ! La scène installée sur le plan d'eau est magnifique et ouvre également davantage la vue, les pieds dans le sable, et avec un décor idyllique derrière. Seule étrangeté, une scène Loggia mal fichue pour son accès (beaucoup de temps perdu à chaque fois), à laquelle on est donc assez peu allés. A signaler aussi, des amusants musiciens ambulants, monomaniaques et en uniforme, qui nous ont accueillis dès la gare de Belfort, et divers animations comme le très drôle Klaxonarion, machine ambulante et klaxonnante actionnée par deux mécanos à l'air salace.


Depuis le temps qu'on en entend parler, on va enfin pouvoir passer un moment avec Keziah Jones, artiste mondialement connu qui a commencé son séjour en France par un contrôle musclé et 45 minutes en garde-à-vue (elle est pas belle, notre France d'aboyeurs à la gueule guéante ?). Hélas, en acoustique et seul avec un percussionniste, même en interprétant ses titres connus, il a du mal à retenir l'intérêt très longtemps : le chant et le jeu de guitare sont irréprochables, mais peu marquants. D'ailleurs le public assez dissipé autour de nous en ce bel après-midi n'incite pas à une écoute religieuse : ce serait sûrement mieux en salle...


Découverte de la Loggia, donc, coincée au fond du site et étonnamment petite (de loin, on l'a prise pour une buvette !) avec les Electric Suicide Club. De la pop à consonances électro/disco, dans le style Two Door Cinema Club : pas encore de quoi fouetter un chat, mais pas mal du tout pour les jeunes français (ils ont gagné l'un des tremplins) : le dernier titre crié et un peu plus punk achève d'enthousiasmer le public plutôt juvénile des premiers rangs, sans pour autant parvenir à enflammer toute la loggia. Laisser mûrir quelques années, enregistrer un EP avec les meilleurs titres, et servir frais !


Plus que sa musique, on est assez curieux de découvrir le charisme espéré de Tiken Jah Fakoly, dont on s'est enfin décidé à chroniquer la très convaincant et combattif African Revolution. Il débarque en habit de griot, flanqué de délicieuses choristes et avec un vrai big band reggae de 9 musiciens, devant un public encore clairsemé. Pas tout à fait passionnés, on reconnait avec plaisir ses airs militants (dont certains lui ont attiré pas mal d'emmerdes en Afrique) comme Sors de ma Télé, Mon pays va mal, le nouveau African Revolution (un peu trop jamaïcain), et un très réussi Il faut se lever !. Un bon moment, mais qui ne nous a pas fascinés non plus...


Toujours sur le continent-Mère, ça fera déjà trois fois aujourd'hui qu'on croise la route des congolais roulants mais pas croulants, les joyeux Staff Benda Bilili, dont un chouette documentaire a retracé le parcours incroyable avec une séquence finale assez bouleversante tournée ici-même, aux Eurockéennes 2009, où ils ont cartonné dès leur première apparition sur une scène d'Europe ! Tout le mal qu'on leur souhaite est d'être aussi bien reçus qu'il y a quelques semaines à Art Rock, mais avec un peu plus de soleil.


Si la sauce met quelques minutes à prendre, ils arrivent comme toujours à se mettre le public dans la poche, avec une montée en puissance : Moto Moindo, Je t'aime et la toujours très punchy Avramandole, qui fait trépigner toute l'esplanade, survolée quelques minutes par un drone mystérieux (espionnage d'un autre groupe peut-être ?), et traversée par Keziah Jones venu en voisin curieux. Avec Staff Benda Bilili et l'explosive Tonkara, le jeune Roger (qui joue toujours de son minimaliste instrument : boite de conserve, corde et tige en bois) et ses acolytes à mobilité pas vraiment réduite, font comme toujours valser les chaises roulantes, dansent par terre et se marrent comme des baleines : très grosse ambiance à la fin du concert !


C'est le moment d'aller sur la plage, découvrir ce que donne en live l'étrange attelage de Battles, dont les deux disques sont rigoureusement inclassables. La première chose qu'on remarque, en arrivant pendant la presque normale Sweetie & Shag est le batteur fascinant (qui ne pratique en gros, ni les rythmes binaires, ni ternaires), construisant des cathédrales de sons hypnotiques avec un guitariste et un joueur de clavier, pas mal occupés tous les deux à bidouiller des machines en plus. On peut regretter leur côté un peu autiste, renforcé par l'absence de chanteurs, puisque des intervenants successifs se succèdent sur les deux écrans, dans des montages hachés et surprenants de leur voix. Mais le titre My Machines traduit une probable obsession pour la bidouille sonore, plus que pour le plaisir de jouer en public...


Ils n'interpréteront pas beaucoup de titres du premier album, à part l'inévitable tube Atlas, mais peu importe : la transe fonctionne et le public se zombifie progressivement, le cerveau vrillé à l'écoute d'une musique constamment surprenante, à l'image de Africastle, de Wall Street ou de la fabuleuse Ice Cream. Malgré quelques passages à vides, ou juste moins originaux (on pense à LCD Soundsystem - et c'est loin de nous déplaire !), le trio force l'admiration et l'on se retrouve finalement hypnotisés par les projections du tas de mousse PU rose qui orne leur deuxième album. Au sens propre, Battles est un groupe "inouï", à éviter en cas de migraine mais à découvrir d'urgence pour les amateurs de sensations nouvelles !


Après avoir remonté bravement (et difficilement) la foule à contre-sens qui revient des Ting Tings (l'impression d'être Luke Skywalker dans un champ d'astéroïdes), on file découvrir la nouvelle sensation qui fait bander toute la presse rock depuis quelque semaines : les WU LYF ont été programmés dans la minuscule loggia (dont l'accès n'est, décidément, pas naturel !) et qui ont déjà pas mal de fans. On se demande bien pourquoi, à vrai dire : les 4 sont tous plus horripilants les uns que les autres !


Le chanteur a une voix braillarde sans intérêt voire légèrement urticante, le guitariste chante faux et le batteur joue comme un baltringue, quand il n'est pas occupé comme les autres à repousser sa mèche rebelle... A l'écoute de LYF ou de Splitting Blood, on se demande quand même ce qu'on trouve à ces jeunes gens, manifestement pas mûrs techniquement ni artistiquement pour casser la baraque autrement que par un plan com/buzz en béton. Médiocres donc malgré un son, il faut leur laisser ça, relativement original...


On ne fait que passer devant Beth Ditto qui reprend laborieusement des titres de Madonna ou de Queen avec un son très marqué 80's, pour rejoindre le très intrigant groupe Metronomy sur la plage - intrigant par ses compositions "poisseuses et entraînantes", pour citer un collègue, découvertes avec un premier effort Nights Out aussi horripilant qu'addictif... Départ sur l'assez tranquille Everything goes my way, avec un excellent groupe remanié : batteuse nonchalante mais précise (et chanteuse chic à ses heures), son de basse parfait, chanteur et guitariste au poil : voilà un groupe qui sonne, non de Zeus, quel contraste !


Jolie idée, ils portent tous une lampe blanche sur le torse, qui s'allumera au fil des morceaux. L'ambiance décolle très vite avec Our Love is Underlined : le chanteur Joseph Mount, sympathique en diable, admire la scène magnifique sur laquelle il joue, s'émerveille de pouvoir jouer (l'excellentissime) The Bay en étant posé sur un plan d'eau, s'étonne de la taille du public qui l'a rejointe, et remercie modestement entre les titres.


On ne se force pourtant pas pour lui faire plaisir : des morceaux comme Holiday et Heartbreaker, chouettes mais plutôt cool sur disque, s'avèrent de pures machines à danser de disco déviante ! Tandis que dans un autre genre, la bossa nova de Some Written ou la ballade We Broke Free sont magnifiquement interprétées, et donnent de bienvenus instants de calme. L'irrésistible Corinne fait se déhancher les plagistes très en joie (l'apéro a été chargé pour certains).


A la fin de l'écoute de la quasi-totalité du très réussi album The English Riviera (Note pour plus tard : à chroniquer impérativement !), on constate qu'on tient avec Metronomy un groupe vraiment important et appelé à un bel avenir, et pas une étoile filante du buzz ! Surtout quand ils servent pour le dessert un Radio Ladio totalement déviant et réjouissant. On leur pardonnera donc bien volontiers de nous avoir frustré de The End of You Too... Concert de la journée, à notre goût !


Mais il est temps d'en découdre avec le belge électronique Stromae : on ne sait pas si toutes ses chansons vont nous tirer des grands sourires comme Cheese, mais on veut bien miser une bière pour voir : on arrive alors qu'il nous souhaite la Bienvenue chez moi... Dès Te Quiero, on constate (abstraction faite de la musique, bien sûr) sa fameuse parenté vocale avec Jacques Brel, indéniable ! Accompagné de deux acolytes (ordinateur et batterie électronique), son light show, tout comme le volume sonore et sa précision, sont très impressionnants.


Le tout occasionnera d'ailleurs une spectaculaire coupure de courant de presque 10 minutes en plein milieu, meublée comme il pouvait par le jeune belge filiforme. Entertainer de choc, il parvient à rendre potable sur scène ses titres les plus abscons (Peace or Violence, précisément celle qui fera tout péter, ou encore le prêchi-prêcha d'Houselellujah). Dodo paraît un peu décalée, malgré un joli visuel animé : l'ambiance retombe mais le beat vrillant de Silence la fera repartir sans problèmes, tout comme Rail de Musique qui transforme l'esplanade en nightclub de plein air...


Mais bien évidemment c'est la re-composition en direct (quoique sans Jamel) de son tube total Alors on Danse (mix notamment d'un chien kabyle et d'un canard malade, pour mémoire), qui va rendre le public fou de joie : même les vieux rockeurs aigris que nous sommes ne peuvent pas y résister, c'est un fait ! A signaler aussi, une reprise décalée et plutôt intéressante du Putain, Putain d'Arno/TC Matic, avant de terminer, pour nous sur Je Cours et pour lui, sur une deuxième version d'Alors on Danse (on s'étonnait aussi qu'il ne finisse pas par ça !). Pas mal du tout, jeune homme !


A ce moment-là, tout le monde est d'accord pour rentrer (en partie parce que la température a chu à 8 °C !), au son lointain de l'électro-pop de The Shoes. On note que les mamies d'Evette-Salbert profitent beaucoup mieux des concerts donnés sur la plage, depuis son changement d'orientation ! Et on découvre l'admirable effet visuel de la scène de la plage, vue de la route, les brumes du plan d'eau étant parcouru par des poursuites de couleur blanche... A n'en pas douter, la déco de la Presqu'Ile du Malsaucy est la plus belle depuis des années !



Illustrations par Philippe, Photos par Andy Trax !

Bonus : quelques vidéos-souvenir par ici !

La suite du festival, c'est par là !

> Réponse le 07 juillet 2011, par JeanNo

Tu es un peu dur avec WU Lyf je trouve. c'est vrai qu'ils sont dépassés par leurs chansons, pas toujours très justes sur scène, mais ils ont du potentiel je crois et la scène loggia n'était pas facile à travailler (peu ouverte, moyennement sonorisée). Après c'est sûr que ça vaut pas Metronomy, on est d'accord !  Réagir


Les Eurockéennes de Belfort : les dernières chroniques concerts

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 05/07/2019
John Butler Trio Grande Scène 19h15 20h15 Pour leur seconde journée, les Eurockéennes de Belfort font le plein. Sur la grande scène, en tout début de soirée, John Butler... La suite

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 04/07/2019
La 31ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est achevée dans la nuit du dimanche au lundi à 1 heure 30 du matin. Après 4 jours de musique qui ont reflété notre époque au... La suite

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 08/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 8 juillet 2018 En ce dimanche ensoleillé et dernier jour des Eurockéennes, on est allé chercher le calme dans le coeur de Belfort. La ville... La suite

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 7 juillet 2018 BCUC - Chapiteau Greenroom - 17h30 18h30 Pour notre premier concert de la journée, on a choisi le... La suite

Battles : les dernières chroniques concerts

Battles (Villette Sonique 2015) en concert

Battles (Villette Sonique 2015) par Pierre Andrieu
Grande Halle de La Villette, Paris, le 23/05/2015
Concert bien puissant des revenants de Battles à Villette Sonique, avec un show best-of + inédits à la Grande Halle annonçant un retour plus ou moins imminent...... La suite

Pantiero 2011 : La Femme + Action Beat +  Battles +  Gablé en concert

Pantiero 2011 : La Femme + Action Beat + Battles + Gablé par Sami
Terasse du Palais des festivals, Cannes, le 10/08/2011
Le festival Cannois Pantiero fête déjà sa 10ème édition. Toutes celles auxquelles je me suis rendu avaient leur lot de bons concerts, celle là ne déroge pas à la règle. S'il... La suite

Battles en concert

Battles par Mystic Punk Pinguin
Espace Julien - Marseille, le 31/05/2011
Il y a des semaines comme ça où on ne sait plus où donner de l'oreille. Après le concert d Jon Spencer Bleus Explosion de la veille, on se retrouve avec moulon de propositions ce... La suite

Cali + Future of the Left + The Offspring + Holy Fuck + Battles + Ez3kiel (Les Eurockéennes de Belfort) par Vince Venckman
Pas loin de Belfort, le 06/07/2008
Par ici le vendredi ! Par ici le samedi ! Dimanche La pluie tombe doucement sur les parois de la Quechua, et la fraîcheur humide de l'air me fait sortir de ma torpeur. Simili torpeur. J'ai passé la nuit à subir les vociférations d'un ghetto blaster impromptu, venu se poser au milieu de notre campement, sitôt les concerts de la veille... La suite

Keziah Jones : les dernières chroniques concerts

Vitrolles Sun Festival : Naâman + Keziah Jones + Cumbia Chicharra + Butacada Cascara  en concert

Vitrolles Sun Festival : Naâman + Keziah Jones + Cumbia Chicharra + Butacada Cascara par Zulone
Domaine de FontBlanche, le 09/07/2016
Le Vitrolles Sun Festival, un air de paix, de vie à l'état pur. C'est des visages et des sourires par centaines qui arpentent le Parc de Font Blanche, Ambiance à la roots, tout le... La suite

Festival Lives Au Pont 2014 : London Grammar + Mofo Party Plan + Keziah Jones + Method Man & Red Man + Chinese Man + DJ Pone  en concert

Festival Lives Au Pont 2014 : London Grammar + Mofo Party Plan + Keziah Jones + Method Man & Red Man + Chinese Man + DJ Pone par johannen
Site du Pont du Gard, le 10/07/2014
C'est une grande première pour nous sur le site emblématique du festival Lives au Pont au pied du Pont du Gard, et la programmation nous rend assez curieux tellement elle redéfinit... La suite

Keziah Jones en concert

Keziah Jones par Chandleur
Le Plan - Ris Orangis, le 25/03/2014
Séance Vaudou au Plan, à Ris Orangis, le 25 mars 2014 avec Keziah Jones - Stop - Luminosité bleutée nous enveloppe, BluFunk oblige ! - Stop - L'esprit de Jimi Hendrix, est... La suite

Keziah Jones + Archie Sylvester en concert

Keziah Jones + Archie Sylvester par Ysabel
Espace Julien - Marseille, le 06/12/2013
Il fait un tel froid et un tel vent surtout dehors, qu'ils ont pitié de nous à L'Espace Julien et qu'ils nous laissent entrer un peu avant l'heure ... Juste avant que nous ne nous... La suite

Metronomy : les dernières chroniques concerts

Metronomy-Isaac Delusion (festival L'edition) en concert

Metronomy-Isaac Delusion (festival L'edition) par Phil2guy
Marseille- Théâtre Sylvain, le 08/06/2017
C'est le premier soir de la nouvelle session de l'Edition Festival qui a lieu dans le superbe cadre du théâtre Sylvain. La tête d'affiche est le groupe d'électro pop british... La suite

Metronomy en concert

Metronomy par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 08/11/2014
Sexy et rafraîchissant, le concert de Metronomy le 8 novembre à la Coopérative de mai, à Clermont-Ferrand... Le prétexte à ce nouveau passage en France de Joseph Mount et sa... La suite

Metronomy en concert

Metronomy par Sami
Silo, Marseille, le 07/11/2014
Sans surprise même si ça s'est joué dans les dernières heures, le concert de ce soir affiche complet. Comme le soulignera très justement Joseph Mount, tête pensante du... La suite

Metronomy en concert

Metronomy par Cedmcvsdiego
Médoquine, Talence, le 06/11/2014
Ambiance electro-pop à la Médoquine de Talence ce soir avec le passage de la bande à Joseph Mount, forte de 4 albums dont le dernier et sautillant "Love letters". Look années... La suite

Staff Benda Bilili : les dernières chroniques concerts

Staff Benda Bilili en concert

Staff Benda Bilili par Fredc
L'Olympia, Paris, le 11/10/2011
Depuis la sortie en 2010 du film qui racontait leur extraordinaire histoire, les musiciens de Staff Benda Bilili ont acquis une notoriété internationale, un peu à la manière du... La suite

Festival du Bout du Monde : Fanfare Ciocarlia + Moriarty + Staff Benda Bilili + Marcio Faraco + Gaetan Roussel + Jehro + Katzenjammer + Catherine Ringer en concert

Festival du Bout du Monde : Fanfare Ciocarlia + Moriarty + Staff Benda Bilili + Marcio Faraco + Gaetan Roussel + Jehro + Katzenjammer + Catherine Ringer par Flag
Presqu'île de Crozon, le 05/08/2011
Le Festival du Bout du Monde - Jour 1 A peine quitte-t-on la terre ferme (enfin, la terre intérieure), cap plein Ouest, longeant les méandres de l'Aulne, franchissant le superbe... La suite

Staff Benda bilili, 17 Hippies, Tribeqa, La Pompe en concert

Staff Benda bilili, 17 Hippies, Tribeqa, La Pompe par Guillaumeb
Festival Antibémol de Rezé, le 18/06/2011
Festival Antibémol à Rezé : première ! La toute première édition du festival placé sous le signe de la convivialité a remporté un franc succès. La programmation résolument tournée... La suite

(mon) Art Rock 2011 1-2 : Hindi Zahra, Staff Benda Bilili, Jon Spencer Blues Explosion, The Hives en concert

(mon) Art Rock 2011 1-2 : Hindi Zahra, Staff Benda Bilili, Jon Spencer Blues Explosion, The Hives par Philippe
Place Poulain Corbion, Saint Brieuc, le 10/06/2011
Retour heureux sur la place Poulain Corbion, Saint-Brieuc Côtes d'Armor, très très loin de chez nous (latitude, température et climats y compris !), au Festival Art Rock que nous... La suite

Stromae : les dernières chroniques concerts

Stromae + Gabriel Rios + Cherub (Festival de Nîmes 2014) en concert

Stromae + Gabriel Rios + Cherub (Festival de Nîmes 2014) par alilix
Arènes de Nïmes, le 24/07/2014
Ce soir-là aux Arènes de Nîmes, le temps est à l'orage. Le lieu est mythique, chargé, beau, somptueux et pourtant, alors que la pluie s'abat sur nous, on s'engouffre par centaines... La suite

Ardèche Aluna Festival 2014 : Stromae, FFF, Babylon Circus, Patrice, Ben l'Oncle Soul, Yodelice, Texas, Bernard Lavilliers, Zaz, Gaëtan Roussel, Détroit, Hollysiz, Flavia Coelho...  en concert

Ardèche Aluna Festival 2014 : Stromae, FFF, Babylon Circus, Patrice, Ben l'Oncle Soul, Yodelice, Texas, Bernard Lavilliers, Zaz, Gaëtan Roussel, Détroit, Hollysiz, Flavia Coelho... par Lionel Degiovanni
Ruoms, le 14/06/2014
Pour sa 7ème édition, l'Ardèche Aluna Festival présente une belle programmation. Cette année encore, le festival arrive à allier convivialité, concerts, actions touristiques et... La suite

Stromae + Florent Marchet (Le Printemps de Bourges 2014) en concert

Stromae + Florent Marchet (Le Printemps de Bourges 2014) par Pierre Andrieu
Le W, Bourges, le 22/04/2014
Juste après une bonne première partie assurée par le local de l'étape Florent Marchet, dans une atmosphère peu enthousiaste mais polie, la très œcuménique superstar... La suite

Stromae (Transmusicales de Rennes 2013) en concert

Stromae (Transmusicales de Rennes 2013) par Benji
Parc Expo de Rennes, le 06/12/2013
Bon alors le concert de Stromae dans le Hall 9 du Parc Expo de Rennes pour les 35èmes Transmusicales, ça donnait quoi ? Le spectacle : ultra bien rodé,... La suite

Tiken Jah Fakoly : les dernières chroniques concerts

Triggerfinger + Tiken Jah Fakoly (Fête de de l'Humanité 2015) en concert

Triggerfinger + Tiken Jah Fakoly (Fête de de l'Humanité 2015) par Lebonair
Parc départemental Georges Valbon La Courneuve, le 12/09/2015
Rendez-vous incontournable de la rentrée, La Fête de l'Humanité s'est déroulée le week-end dernier au Parc Départemental de la Courneuve (93) à quelques encablures de Paris.... La suite

Tiken Jah Fakoly (feat. Patrice et Nneka) en concert

Tiken Jah Fakoly (feat. Patrice et Nneka) par Lebonair
Le Zénith de Paris, le 29/04/2015
Je n'ai pas revu Tiken Jah Fakoly sur scène depuis près de 4 ans et son concert à Paris-Bercy devant 10 000 personnes. Je me souviens de cette fête remarquable qu'il avait... La suite

NOFX, Suicidal Tendencies, Bellrays, Tiken Jah Fakoly, Lilly Wood & the Prick, The Rapture, Peter Doherty (Festival Cabaret Vert 2011) en concert

NOFX, Suicidal Tendencies, Bellrays, Tiken Jah Fakoly, Lilly Wood & the Prick, The Rapture, Peter Doherty (Festival Cabaret Vert 2011) par Mardi
Charleville-Mézières, le 27/08/2011
Retour sur le samedi 27 août au festival le Cabaret Vert à Charleville-Mézières. Après s'être garé au parking des expositions, on a droit à une belle marche de 15 minutes... La suite

Third World + Tiken Jah Fakoly + Johnny Clarke + Horace Andy en concert

Third World + Tiken Jah Fakoly + Johnny Clarke + Horace Andy par Audrey H
Garance Reggae Festival Bagnols sur Cèze, le 29/07/2011
On remet ca ce soir à Bagnols sur Ceze, avec de nouveau, de grosses pointures du reggae; et notamment Johnny Clarke et Horace Andy. Ce dernier ouvre le bal (enfin pour moi!).... La suite

Wu Lyf : les dernières chroniques concerts

WU LYF (Festival Rock en Seine 2011) en concert

WU LYF (Festival Rock en Seine 2011) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
WU LYF Grosse hype ne rime pas toujours avec grand groupe ou concert exceptionnel se dit-on en se rendant au concert de WU LYF - pour World Unite Lucifer Youth... La suite

Arctic Monkeys + WU LYF + The Jim Jones Revue + Cage The Elephant + Blonde Redhead + Interpol +The Streets (Festival Rock en Seine 2011) en concert

Arctic Monkeys + WU LYF + The Jim Jones Revue + Cage The Elephant + Blonde Redhead + Interpol +The Streets (Festival Rock en Seine 2011) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
Après avoir pris une bonne rasade de rock 'n roll avec The Kills & co la veille pour la première journée du festival Rock en Seine au Domaine de Saint-Cloud, retour sur le... La suite

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert : les dernières chroniques concerts

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 05/07/2019
John Butler Trio Grande Scène 19h15 20h15 Pour leur seconde journée, les Eurockéennes de Belfort font le plein. Sur la grande scène, en tout début de soirée, John Butler... La suite

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 04/07/2019
La 31ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est achevée dans la nuit du dimanche au lundi à 1 heure 30 du matin. Après 4 jours de musique qui ont reflété notre époque au... La suite

(mes) Eurockéennes 2019, 2/2 : Julia Jacklin, Stray Cats, Turnstile, The Roots, 88Kasyo Junrei, The Smashing Pumpkins, Arnaud Rebotini en concert

(mes) Eurockéennes 2019, 2/2 : Julia Jacklin, Stray Cats, Turnstile, The Roots, 88Kasyo Junrei, The Smashing Pumpkins, Arnaud Rebotini par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 07/07/2019
Après un traditionnel et très agréable barbecue à la fraîche, on arrive un peu avant l'ouverture, pour un deuxième et dernier jour au Malsaucy, toujours baigné de soleil même pas... La suite

(mes) Eurockéennes 2019, 1/2 : Mass Hysteria, Hubert Lenoir, Kate Tempest, Weezer, The Psychotic Monks, Frank Carter & The Rattlesnakes, Mantar en concert

(mes) Eurockéennes 2019, 1/2 : Mass Hysteria, Hubert Lenoir, Kate Tempest, Weezer, The Psychotic Monks, Frank Carter & The Rattlesnakes, Mantar par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 06/07/2019
On aurait bien aimé commencer comme toujours ces chroniques par le petit couplet sur notre 26 ième participation d'affilée, sur les 31 éditions de nos chères Eurockéennes, par la... La suite