Accueil Chronique de concert (mon) Rock en Seine 2014, 2/2 : Junip, St Paul & the Broken Bones, Thee Oh Sees, The Ghost of a Saber Tooth Tiger, Cheveu, Lucius, Emilie Simon & ONDIF, Portishead, Frànçois & the Atlas Mountain, The Horrors, St. Vincent
Vendredi 6 décembre 2019 : 10488 concerts, 25825 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mon) Rock en Seine 2014, 2/2 : Junip, St Paul & the Broken Bones, Thee Oh Sees, The Ghost of a Saber Tooth Tiger, Cheveu, Lucius, Emilie Simon & ONDIF, Portishead, Frànçois & the Atlas Mountain, The Horrors, St. Vincent

(mon) Rock en Seine 2014, 2/2 : Junip, St Paul & the Broken Bones, Thee Oh Sees, The Ghost of a Saber Tooth Tiger, Cheveu, Lucius, Emilie Simon & ONDIF, Portishead, Frànçois & the Atlas Mountain, The Horrors, St. Vincent en concert

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 23 août 2014

Critique écrite le par

Le vendredi, c'est par ici !



Deuxième (et hélas dernière journée) pour nous dans cette bonne ville de Saint-Cloud, pour communier avec quelques 39 999 autres personnes dans un parc trois fois centenaire, au son d'une affiche roborative et qui va tenir toutes ses promesses, sinon davantage, en ce samedi 23 août 2014. On commence néanmoins trèèèèès calmement avec Junip, un groupe jouant un très beau rock tranquille et mélodique (donc) à tendance comme qui dirait prog'. Quelques montées gentiment prenantes certes, et ça finit (un peu) plus énervé que ça n'a commencé. Pour l'aprème, c'est bien adapté, mais dans l'ensemble ça ressemble quand même dangereusement à Barclay James Harvest, un groupe qui était déjà vieux quand j'étais petit et que je l'aimais. Il y a environ trente ans.


Le plus beau choc, au moins visuel, de 2014 viendra de St Paul & the Broken Bones, combo inattendu de soul de l'Alabama. Inattendu surtout parce qu'exclusivement blanc de peau ! Après l'intro menée par le mini big band de musiciens (des petits mecs en costume), on voit arriver avec circonspection le chanteur, un petit joufflu blond à lunettes engoncé dans un costard, qui salue négligemment, balance une bouteille, prend le micro et... en sort une voix assez incroyable de diva black ! Cee-Lo Green, en version caucasienne !... Et ça va groover méchamment, y compris dans les slows. Il braille magnifiquement et pépie comme un oiseau, dans la même phrase ! Il descend ployer le genou dans la fosse pour chanter des amours brisées, des chansons habitées avec conviction pendant que ses lunettes lui glissent sur le nez : il est splendide dans son genre ! Bon, de la soul sudiste écoutée au soleil, ça incite quand même au flânage dans le gazon. Une version laidback de Try a little Tenderness finit d'emballer l'affaire et nous remet quand même debout, du baume au coeur pour la suite...


Après un tour un peu frustrant dans le petit village des vinyles (Des tentes Fargo, Born Bad, Rough Trade ? Surtout ne pas regarder dans les bacs, ou bien on va continuer la journée et le week-end chargé comme une mule !...), c'est le moment de Thee Of Sees. Du moins le croit-on jusqu'à les voir arriver sur scène. Enfin c'est sûr, il y a bien John Dwyer, le cerveau du groupe-projet aux multiples ramifications (et plus généralement du rock de SF actuel), fidèle au poste en culottes courtes, guitare habituelle collée serrée sous le bras, mèche dans les yeux. Mais ses trois sbires très attachants habituels (à savoir un batteur lunaire, un bassiste skin-head robotique au cou en acier, et une claviériste féminine et charmante) ne sont pas là, remplacés par deux musiciens mâles, très bons mais sans aucun look ni charisme particulier. On a beau savoir que certains groupes tiennent sur une personne, c'est quand même un poil problématique.


Un peu comme si Josh Homme avait viré en une seule tournée Mark Lanegan, Nick Oliveri et Dave Grohl de ses QOTSA... Cela étant l'effet de la musique va bien se faire, comme toujours (on a déjà pu vérifier que ça marche aussi bien dans un garage que sur une grande scène). Son de guitare vrillant et démoniaque à s'en rouler dans l'herbe, aboiements frénétiques, batterie de mule colérique et basse métronomique, construisent un mur de son génial, trippant voire hypnotique au sens propre, entrecoupé de rares moments de calme vite submergés de nouvelles nappes de violentes secousses. Enfin, on observe des pogos dans le public jusqu'ici bien sage ! On les quitte néanmoins avant la fin, car ça a tendance à mollir un petit peu, et notre côté midinette nous pousse à vouloir voir de près le prochain groupe.


C'est donc de tout devant qu'on pourra attendre l'arrivée de Sean Lennon (ah ! voir un Lennon sur scène, vieux fantasme...), perdu de vue depuis son premier et très charmant album solo. Non sans pouvoir entendre encore assez bien les Thee Oh Sees finir à 500 mètres de distance. Le chanteur finit par entrer sur la grande scène, avec un look hippie un peu chargé, accompagné de sa très (très !) belle compagne, Charlotte Kemp Muhl. Avec un nom comme The Ghost of a Saber Tooth Tiger, on ne peut certes pas se contenter de musique formatée : le groupe joue donc un heavy rock un peu étrange, déconcertant car souvent un peu dissonnant. Pour le dire simplement, c'est original mais je n'aime pas trop. Rien à leur reprocher à eux : jolie voix nasale pour le chanteur (qui parle bien le français et affiche une belle modestie), poste de basse très correctement tenu par sa compagne mannequin, et même un son qui groove bien par moments. Mais tout de même, un effet de micro constant et assez agaçant à la longue sur le chant, et une musique difficile à aimer du premier coup, nous font fuir après quelques titres.


Tout le contraire de la musique de Cheveu qui elle, peut se redécouvrir sans aucune révision de leurs trois albums. Déjà vus sur cette même scène de la Cascade il y a 5 ans, ils sont toujours aussi plaisants à voir en live, grâce à un chanteur braillard, dingue et survolté et auquel il n'est pas question de résister, quoi qu'il nous demande. Rock pétaradant, hip-hop dérangé, électro clash industriel et autres bruitages variés (boite à rythme, hélas) : ce ne sont pas de grands musiciens (rien de très technique) mais des compositeurs doués, et surtout des bidouilleurs de génie. Et ils ont un frontman, un vrai, un spectacle à lui tout seul. Le titre Polonia par exemple, violemment barré, est commencé en talk over haranguant la foule et fini en punk-rock sauvage, debout sur son synthé. Le set jouissif en bout en bout, se termine par un saut dans la foule, un crowdsurfing achevé le pantalon arraché (et donc avec quelques fessées cul-nu bien méritées), et par un lancer de canettes ouvertes dans le public. Enfin un trio un peu "dangereux", qu'on espère bien revoir dans moins de 5 ans.... Contrairement aux abominables créatures qui occupent déjà la scène pression Live.


Ah, la belle affaire que ce duo Lucius ! Deux fausses blondes branchées, avec des habits ultra-moches, qui ahanent des duos vocaux qui se voudraient poétiques et ne sont qu'urticants au possible. "It Girls", dit la brochure ? "Hit Girls", oui, on les cognerait bien avec un objet contondant, ou alors l'une contre l'autre, juste pour voir... On se réfugie bien vite (après une manoeuvre d'approche un peu compliquée quand même, car la scène de l'Industrie est prise d'assaut) chez notre vieille connaissance Emilie Simon, aujourd'hui en création avec l'Orchestre National d'Ile-de-France. A l'instar de sa jolie tenue (robe de sauvageonne et bras cybernétique) et de sa délicieuse frimousse, le concert est mignon et élégant à la fois. Fleur de saison, Désert sont jouées délicatement, avec un orchestre à son service, sans non plus être trop discret. Certains nouveaux titres pop-rock sont certes un peu too much, d'autres sonnent vraiment trop Kate Bush (cf Rainbow). Mais la ballade 60's I Call it Love emporte l'adhésion sans retenue, et on a toujours de la tendresse pour sa version d'I Wanna be your dog, entendue en partant vers la grande scène. Elle est bien trop mimi pour qu'on arrive à la détester complètement d'avoir, hélas, renoncé au son de ses débuts...


De toutes façons c'est l'heure du rendez-vous majeur de la journée, Portishead, pour lequel on s'est "bien placé" (à moins de 50 mètres quoi...) ! Vu seulement deux fois en presque vingt ans d'existence (dont une sous psychotrope en 2000 qui compte à peine, tant on avait été scotché au plafond), on sait que leurs concerts sont des moments d'exception, sans même avoir spécialement révisé leur "maigre" discographie. Celui-ci ne fera pas exception, même si le précédent aux Arènes de Nîmes avait placé la barre assez haut. Après une entrée très sonique (sur la mal nommée Silence), l'évocation du splendide Mysterons, leur tout premier morceau, suffira à nous replonger au siècle dernier (note personnelle : Dummy, toute première chronique de disque en 1995, dans un journal étudiant depuis longtemps disparu, quasiment avant Internet !).


Beth Gibbons paraît toujours souffrir le martyre, et le transcrit admirablement dans ses interprétations un rien doloristes, mais le plus souvent poignantes. La magie agissant sans problème, et le même venin toxique étant toujours merveilleusement distillé, on pardonne à Portishead des visuels pas toujours extraordinaires, et qui ne semblent pas avoir changé depuis un bon moment, et un son d'abord trop agressif, mais rapidement optimisé. Et puis les gros plans en noir et blanc sur la chanteuse ou les instruments du fumant duo Barrow/Utley sont bien suffisants pour accompagner le trip ! Même si la vue est parfois agréablement titillée (une superbe nuit étoilée au dessus des musiciens, par exemple), il paraît évident qu'on peut tout aussi bien vibrer les yeux fermés à l'écoute des titres historiques et bouleversants comme Sour Times, Wandering Stars, et sur l'immortelle Glory Box...


Mais l'autre effet notoire du son de Bristol, ce sont les basses telluriques et il faudra attendre Machine Gun pour être presque physiquement soulevé de terre ! Wouaouh, toujours un choc. De même pour la guitare et les cris glaçants de la fracassée Threads, invariablement géniale, où l'on s'imagine soudain monter sur scène pour arracher la pauvre Beth du long purgatoire où elle est plongée : incarner jour après jour un monde noir, solitaire et désespéré sur scène - de quoi devenir dépressive ou dingue, à n'en pas douter. Un titre inédit et électro (super !) vient heureusement la tirer momentanément de sa tache sisyphéenne, au point qu'elle pourra le conclure en adressant enfin quelques mots au public, comme si elle venait de se rappeler de son existence. Avant un rappel équilibré, composé de la poignante Roads (écoutée dans un silence religieux), puis de l'explosive We Carry On. Bon, ben désolé mais on ne peut pas être plus clair, ca signifie "On continue" : excellente idée, Madame, Messieurs, on attend donc votre quatrième album avec impatience !


Après un petit passage au food court de l'entrée, encore assez chargé (le bon plan pour ne pas attendre ? viser la section Afrique noire, c'est souvent bon, toujours copieux et jamais surbooké !), on rejoint Frànçois and the Atlas Mountains. Pas forcément convaincu par des aperçus précédents, on va pourtant bien accrocher ce soir à cette pop protéiforme, jouée par des instrumentistes doués (mention spéciale au puncheur des percussions). Qui peut enchaîner du boum-boum efficace à de la langueur vaporeuse, du groove à tendance afro avec un chant original, et une montée finale terminée en boeuf assez démoniaque. L'ambiance visuelle étant joliment réhaussée, il faut le dire, par les gadgets polluants (bonjour le festival éco-responsable, entre ça et les goodies SFR inutiles...) mais très visuels que sont les bâtons lumineux de Kronenbourg... Bref, pas forcément envie de réécouter tout de suite, mais avouons qu'en live, à condition d'avoir une oreille curieuse et ouverte, c'est assez chouette au final. Et autrement plus moderne que le son des vioques de Prodigy, qui sonnait déjà terriblement has-been (et pire encore, violemment playback) il y a 5 ans ici-même : cette fois-ci, ce sera sans nous.


On trouve donc refuge, parmi un public certifié de gens de bon goût (puisqu'ils ont fui ou mieux, snobé Prodigy, CQFD), en attendant The Horrors. Groupe à l'évolution constante et plus que déconcertante : ils sont quand même partis d'un garage batcave référencé mais jouissif, pour arriver en seulement 3 albums à de la pop stratosphérique planante mais parfois dangereusement mainstream (leur âge d'or, pour l'instant, étant situé pile entre les deux) ! L'introduction du groupe au son des Papa's & Mama's laisse même "craindre" qu'ils aient viré hippies pendant l'été... Quoi qu'il en soit, Faris Badwan lui-même ne semble pas complètement à l'aise pour défendre sur scène le récent album Luminous (un peu zarbi, il est vrai), et semble s'éclater davantage sur des titres plus anciens et plus noisy comme Endless Blue ou Who Can say, très réussies toutes les deux.


Autre problème à signaler, l'éclairage du concert est manifestement assuré, soit par un épileptique en pleine crise, soit par un débile cocaïné jusqu'aux yeux : l'effet multicolore et stroboscopique épuise l'oeil et les nerfs, et empêche une écoute sereine qui permettrait d'embarquer davantage avec eux - pourquoi pas dans une relative obscurité d'ailleurs ? On quitte donc deux titres avant la fin, un peu moins fasciné qu'a l'accoutumée, ce groupe toujours intéressant à surveiller, mais qui se cherche manifestement un peu en ce moment, perdu quelque part entre New Order et Tame Impala... Le replay diffusé sur culturebox permettra de vérifier après coup qu'on a rien raté de crucial ; affaire à suivre quand même...


Avouons qu'on a quand même aussi en arrière-pensée l'envie de ne pas se retrouver esquiché avec 25 000 amateurs de Prodigy dans le Métro 10 et donc si possible, d'y arriver un peu avant eux. Pas une raison pour ne pas passer voir de près la sublime Annie Clark, a.k.a. St Vincent (le tout en y croisant Sean L. et Charlotte K. L., qui ont manifestement eu la même idée). Pour avoir un peu exploré sa discographie, on sait qu'elle est un peu décousue (jazz ? électro ? pop ? noise ? un peu de tout ça !), malgré les grandes aptitudes de la belle au chant et surtout à la guitare. Ce serait mentir de dire qu'on adhère à tout ce qu'elle fait et à certaines de ses mines de diva mégalomane sur scène : comme toutes les excentriques, on peut avoir du mal à la suivre. Pour autant la fin sur, à notre goût, son meilleur titre (Your Lips are Red), valait largement le détour. Sans pour autant nous empêcher d'arriver avant le gros des troupes au Pont de Saint-Cloud, tout à fait enchanté d'une journée vraiment copieuse et riche en bonnes surprises !


[Le lendemain, les Queens of the Stone Age [comme chacun sait, le meilleur groupe de rock en activité au monde !] conclueront cette copieuse édition du festival avec un concert très porté sur leur dernier album, concert horriblement trop court mais presque totalement jouissif. On ne s'autorisera pas à en dire plus d'une performance vue, hélas, sur notre canapé, de retour à la maison... Josh merci, on les a déjà vus deux fois sur cette tournée !]

Alors pour conclure comme toujours : Longue vie à Rock en Seine, & God save Jean-Paul Huchon !

Photos : ©Sylvere Hieulle (Thee Oh Sees, Cheveu, The Horrors, Junip, Emiliue Simon), ©Nicolas Joubard (The GOASTT, St. Paul and The Broken Bones, St Vincent, Frànçois and the Atlas Mountains) - illustrations par Philippe.


------------------
Flashback : Chroniques des éditions 2004, 2005, 2006, 2007, 2009, 2011 et 2012 du Festival Rock en Seine !

> Réponse le 28 août 2014, par Yann M.

Pourquoi tant de haine soudain pour Prodigy Philippe ? c'est assez mauvais c'est vrai, mais ça l'était déjà en 2009 quand vous en disiez plutôt du bien (aux eurockéennes !) ;-) (NdPh : ouch ! sous la ceinture, salaud ! je croyais qu'à l'ère de FB plus personne n'avait de mémoire...)  Réagir

> Réponse le 13 septembre 2014, par Sébastien

Tout à fait d'accord sur le fait que The Horrors sont sur une trajectoire étrange et pas forcément géniale en ce moment. et qu'on le ressent sur scène ! Moi aussi j'attend avec impatience leur prochain pas (en espérant qu'il sera pas vers U2 et Coldplay !) Séb'  Réagir


Rock en Seine : les dernières chroniques concerts

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Foals (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris,... La suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

Cheveu : les dernières chroniques concerts

The Black Angels, Slowdive, A Place To Bury Strangers, Bo Ningen, Jen Cloher, Acid Mothers Temple, The KVB, Group Doueh & Cheveu, Elephant Stone, Cosmonauts, Ulrika Spacek, Moon Gogo, CFM, The Murlocs, The Holydrug Couple, Beach Fossils, Petit Fantome (Levitation France 2017) en concert

The Black Angels, Slowdive, A Place To Bury Strangers, Bo Ningen, Jen Cloher, Acid Mothers Temple, The KVB, Group Doueh & Cheveu, Elephant Stone, Cosmonauts, Ulrika Spacek, Moon Gogo, CFM, The Murlocs, The Holydrug Couple, Beach Fossils, Petit Fantome (Levitation France 2017) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 16/09/2017
Encore une super édition pour le festival Levitation France, l'immanquable version française du grand rassemblement d'obédience psychédélique initié à Austin, Texas par les... La suite

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire en concert

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 09/07/2017
Le samedi, c'était par ici ! Pour commencer sous des nuages antipathiques, après les anecdotiques Rocky et leur belle chanteuse, on est assez content de pouvoir retourner voir... La suite

Cheveu & Groupe Doueh en concert

Cheveu & Groupe Doueh par Phil2guy
Théâtre le Merlan - Marseille., le 18/05/2017
C'est le début de d'une tournée pour le trio électro garage Cheveu qui donne une série de concert en commun avec Le Groupe Doueh qui vient du Sahara Occidental. Les deux groupes... La suite

Groupe Doueh + Cheveu en concert

Groupe Doueh + Cheveu par Philippe
Le Merlan, Marseille, le 18/05/2017
Suite et fin des 10 ans du glorieux label Born Bad, commencés la semaine dernière avec un concert furieux de J.C. Satàn et Frustration au Cabaret Aléatoire... Plutôt que ses... La suite

Emilie Simon : les dernières chroniques concerts

Interview avec Emilie Simon en concert

Interview avec Emilie Simon par Fredc
Café de la Musique, Paris, le 21/05/2012
Une rencontre avec Emilie Simon n'est jamais anodine. Elle l'est d'autant moins quand, comme moi, on l'a suivie avec passion sur la banquise immaculée de La Marche de l'Empereur,... La suite

(mes) Eurockéennes 2010 2/3 : Omar Souleyman, Emilie Simon, Airbourne, General Elektriks, The Specials, The XX, The Hives, Ghinzu, Vitalic en concert

(mes) Eurockéennes 2010 2/3 : Omar Souleyman, Emilie Simon, Airbourne, General Elektriks, The Specials, The XX, The Hives, Ghinzu, Vitalic par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2010
Le vendredi, c'est par ici ! Chaque année, au moins un projet excitant est programmé à une heure indécente, pour qui doit faire la grasse-matinée, récupérer, partager un bon... La suite

Iggy & The Stooges + Archive + Emilie Simon + Izia (Printemps de Bourges 2010) en concert

Iggy & The Stooges + Archive + Emilie Simon + Izia (Printemps de Bourges 2010) par Pierre Andrieu
Le Phénix, Bourges, le 14/04/2010
Une démonstration de punk rock... Après trois premières parties plutôt anecdotiques (Izia fatigue en un clin d'oeil avec ses hurlements et ses compos de Janis... La suite

Emilie Simon + PacoVolume en concert

Emilie Simon + PacoVolume par Filipin
Casino de Paris , le 16/01/2010
Le Casino de Paris est blindé pour le concert d'Émilie Simon. Ma copine m'a offert la place en m'assurant que si le DVD de l'Olympia de la miss electro m'avait ennuyé (comment... La suite

Frànçois & The Atlas Mountains : les dernières chroniques concerts

Franz Ferdinand + Frànçois & The Atlas Mountains en concert

Franz Ferdinand + Frànçois & The Atlas Mountains par Nwmb
Zénith de Montpellier, le 20/03/2018
Apéro français Groupe franco-britannique faisant partie du label Domino Records (tout comme Franz Ferdinand), nous avons eu le droit à la poésie envoûtante et... La suite

Frànçois and The Atlas Mountains + Radio Elvis + Fishbach (Festival Avec Le Temps) en concert

Frànçois and The Atlas Mountains + Radio Elvis + Fishbach (Festival Avec Le Temps) par Sami
Espace Julien, Marseille, le 10/03/2017
Le festival "Avec Le Temps" continue, avec toujours deux groupes et une chanteuse qui ont fait l'actualité médiatique de ces dernières semaines. Fishbach était en couverture... La suite

Festival Paléo : François & the Atlas Mountains + Vanessa Paradis + Casseurs Flowters + Plaza Francia + Julien Doré + James Blunt  en concert

Festival Paléo : François & the Atlas Mountains + Vanessa Paradis + Casseurs Flowters + Plaza Francia + Julien Doré + James Blunt par Lionel Degiovanni
Nyons ( suisse ) , le 26/07/2014
Pour le 26 juillet, on démarre avec le groupe FRÀNÇOIS & THE ATLAS MOUNTAINS. Quelle surprise pour ce groupe si peu connu !! Ils en sont quand même à leur quatrième album sorti en... La suite

Fauve + Francois And The Atlas Mountains + Superpoze (Festival de Nîmes 2014) en concert

Fauve + Francois And The Atlas Mountains + Superpoze (Festival de Nîmes 2014) par Julienk
Arènes de Nîmes , le 02/07/2014
Ce soir la tête d'affiche c'est Fauve. Produit marketing ? Arrivistes engagés ? Révolutionnaires musicaux ? Les a priori dans nos poches, on va voir ça de plus près... Une Nuit... La suite

Junip : les dernières chroniques concerts

Tame Impala + Junip + Concrete Knives + Parquet Courts + Widowspeak (La Route du Rock collection été 2013) en concert

Tame Impala + Junip + Concrete Knives + Parquet Courts + Widowspeak (La Route du Rock collection été 2013) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 17/08/2013
Samedi 17 août 2013, dernier jour de la Route du Rock après deux journées bien remplies en compagnie de Nick Cave & The Bad Seeds, Jacco Gardner, Moon Duo, Local Natives &... La suite

Junip en concert

Junip par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 11/09/2013
Junip à la Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand), le 11 Septembre 2013... Ah le beau concert d'ouverture de saison que voilà ! Deux jours à peine après le show de Steve Vai... La suite

Oh Sees : les dernières chroniques concerts

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018) en concert

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018) par Phil2guy
Presqu'île du Gaou- Six-Fours-les-plages, le 07/07/2018
Le Pointu Festival est en train de devenir un de ces festivals d'été réellement incontournables qui contraste avec les grosses machines habituelles aux programmations... La suite

Interview de John Dwyer (des groupes OCS, Oh Sees et Thee Oh Sees) pour la sortie de l'abum <i>Memory Of A Cut Off Head</i> en concert

Interview de John Dwyer (des groupes OCS, Oh Sees et Thee Oh Sees) pour la sortie de l'abum Memory Of A Cut Off Head par Pierre Andrieu
Los Angeles, le 13/01/2018
Cela fait pas mal de temps qu'on voulait faire une interview de John Dwyer, le leader de Thee Oh Sees, Oh Sees, OCS, Damaged Bug et Coachwhips (entre autres), mais malgré nos... La suite

PJ Harvey, Thee Oh Sees, Foxygen, Idles, Car Seat Headrest, Froth (La Route du Rock Collection Eté 2017) en concert

PJ Harvey, Thee Oh Sees, Foxygen, Idles, Car Seat Headrest, Froth (La Route du Rock Collection Eté 2017) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 18/08/2017
Après une très bonne mise en en bouche la veille avec les excitants sets d'Andy Shauf et Allah-Las à la Nouvelle Vague de Saint-Malo pour la soirée d'ouverture de La Route du... La suite

Portishead : les dernières chroniques concerts

Portishead (Rock en Seine 2014) en concert

Portishead (Rock en Seine 2014) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2014
Comme une semaine auparavant à la Route du Rock de Saint-Malo, le groupe anglais Portishead a offert un magistral concert à ses très nombreux fans réunis au Parc de... La suite

La Route du Rock Collection été 2014 : Portishead, Slowdive, Mac DeMarco, Thee Oh Sees, Baxter Dury, Anna Calvi, Angel Olsen, Cheveu, The War On Drugs, Protomartyr, Temples, Cheetahs, Perfect Pussy en concert

La Route du Rock Collection été 2014 : Portishead, Slowdive, Mac DeMarco, Thee Oh Sees, Baxter Dury, Anna Calvi, Angel Olsen, Cheveu, The War On Drugs, Protomartyr, Temples, Cheetahs, Perfect Pussy par Pierre Andrieu
Fort de Saint Père, Saint-Malo, le 16/08/2014
Très belle édition 2014 pour La Route du Rock, qui avait lieu du 14 au 16 août au Fort de Saint-Père, à quelques encablures de Saint-Malo... Au menu, une très excitante... La suite

Portishead (Les Nuits de Fourvière 2014) en concert

Portishead (Les Nuits de Fourvière 2014) par le marquis de jonard
Théâtre Antique de Fourvière, Lyon, le 15/07/2014
Cela faisait quelques années que ça me titillait d'aller voir Portishead en concert... Des amis lyonnais nous préviennent la veille de la mise en vente des billets aux nuits... La suite

St. Paul & The Broken Bones : les dernières chroniques concerts

St. Paul And The Broken Bones en concert

St. Paul And The Broken Bones par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 13/03/2015
Venu présenter un vibrant premier album nommé Half the City dans le club de la Coopérative de mai, très bien rempli, le groupe américain de soul music/rhythm and blues St. Paul... La suite

Soundgarden, Magic Numbers, Birth Of Joy, Connan Mockasin, St. Paul and the Broken Bones, Royal Blood, Lyenn, Lee Fields, Warpaint, Dum Dum Girls, Johnny Winter, Heymoonshaker, Lys, Lo'Jo, Superpoze, Ume, Hospital Ships... (Festival South By Southwest - SXSW 2014) en concert

Soundgarden, Magic Numbers, Birth Of Joy, Connan Mockasin, St. Paul and the Broken Bones, Royal Blood, Lyenn, Lee Fields, Warpaint, Dum Dum Girls, Johnny Winter, Heymoonshaker, Lys, Lo'Jo, Superpoze, Ume, Hospital Ships... (Festival South By Southwest - SXSW 2014) par Keeponrocking
Austin, Texas, le 15/03/2014
Mardi 11 mars 2014 : Premier jour du festival musical pour ce SXSW 2014. La ville d'Austin, Texas, est déjà bondée depuis plusieurs jours, prise d'assaut par le... La suite

St. Vincent : les dernières chroniques concerts

Pitchfork Music Festival Paris 2014 : Mogwai, Belle and Sebastian, Jose Gonzalez, Foxygen, The Notwist, St Vincent, The War On Drugs, Ought, Son Lux, Jon Hopkins, James Blake, D.D Dumbo, Future Islands, Tobias Jesso Jr., Caribou, Jungle, CHVRCHES...  en concert

Pitchfork Music Festival Paris 2014 : Mogwai, Belle and Sebastian, Jose Gonzalez, Foxygen, The Notwist, St Vincent, The War On Drugs, Ought, Son Lux, Jon Hopkins, James Blake, D.D Dumbo, Future Islands, Tobias Jesso Jr., Caribou, Jungle, CHVRCHES... par Pierre Andrieu
Grande Halle de La Villette, Paris, le 01/11/2014
Programmation foisonnante pour la quatrième édition du Pitchfork Music Festival les 30, 31 octobre et 1er novembre à Paris, à la Grande Halle de la Villette, avec une très... La suite

Agnes Obel + St. Vincent + Kurt Vile And The Violators (Festival Days Off 2012)  en concert

Agnes Obel + St. Vincent + Kurt Vile And The Violators (Festival Days Off 2012) par Pierre Andrieu
Salle Pleyel, Paris, le 09/07/2012
Alors que restent en mémoire les prestations mémorables d'Antony And the Johnsons et Sufjan Stevens, Bryce Dessner & Nico Mulhy, c'est déjà le dernier soir du Festival Days... La suite

the National feat. Sufjans Stevens & Annie Clark + the Antlers en concert

the National feat. Sufjans Stevens & Annie Clark + the Antlers par pirlouiiiit
Radio Music City Hall - New York, le 16/06/2010
Impossible de résister à la tentation de faire un bilan au moment d'écrire cette chronique. La première fois que j'ai entendu parler de the National c'était via leur premier... La suite

The Kills + Peaches + Papercuts + Camera Obscura + ST Vincent  + Forest Fire (La Route du Rock 2009)  en concert

The Kills + Peaches + Papercuts + Camera Obscura + ST Vincent + Forest Fire (La Route du Rock 2009) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 15/08/2009
Une bonne nuit de sommeil n'est pas de trop pour se remettre des délicieux excès sonores de la première journée de la Route du Rock 2009... Après ce passage obligé, l'on se... La suite

The Goastt : les dernières chroniques concerts

Levitation France 2014 : Allah-Las, The Soft Moon, Moon Duo, Joel Gion, Loop, The GOASTT, Woods, Kadavar, POW !, The Asteroid #4, Christian Bland, Spindrift, Aqua Nebula Oscillator, JC Satan, Orval Carlos Sibelius, Holy Wave, White Hills, Eagles Gift, Quilt  en concert

Levitation France 2014 : Allah-Las, The Soft Moon, Moon Duo, Joel Gion, Loop, The GOASTT, Woods, Kadavar, POW !, The Asteroid #4, Christian Bland, Spindrift, Aqua Nebula Oscillator, JC Satan, Orval Carlos Sibelius, Holy Wave, White Hills, Eagles Gift, Quilt par Pierre Andrieu
Le Chabada, Angers, le 20/09/2014
Gros week-end de concerts psyché à l'occasion du festival Levitation France, les 19 et 20 septembre à Angers, dans l'enceinte du Chabada. Pour cette version européenne (et... La suite

The Ghost Of A Saber Tooth Tiger (Sean Lennon et Charlotte Kemp Muhl avec Matthieu Chédid aka -M- en invité) + Ladylike Lily  en concert

The Ghost Of A Saber Tooth Tiger (Sean Lennon et Charlotte Kemp Muhl avec Matthieu Chédid aka -M- en invité) + Ladylike Lily par Pierre Andrieu
Café de la Danse, Paris, le 06/10/2011
Beau et intimiste moment au Café de la Danse (Paris) en compagnie de The GOASTT - The Ghost Of A Saber Tooth Tiger -, le nouveau projet pop psyché de Sean Lennon en duo avec sa... La suite

The Horrors : les dernières chroniques concerts

MIEN en concert

MIEN par Samuel C
Le Café de la Danse - Paris, le 24/09/2018
Dans un Café de la Danse à l'éclairage judicieusement tamisé, une invitation à une expérience spatio-temporelle était proposée par MIEN, un groupe composé de membres de The Black... La suite

Depeche Mode + The Horrors en concert

Depeche Mode + The Horrors par Xavier Averlant
Stade Pierre Mauroy, Villeneuve d'Ascq, le 29/05/2017
Lundi soir a eu lieu le grand retour de Depeche Mode dans le nord après le rendez vous manqué de 2013. En effet à l'époque, le concert de la tournée "Delta Machine" avait été... La suite

Midi Festival 2013 : The Horrors, Peter Hook & The Light en concert

Midi Festival 2013 : The Horrors, Peter Hook & The Light par Sami
Hippodrome de la Plage, Hyères., le 26/07/2013
Alors que les autres bons festivals Varois (Rockorama et Plages De Rock) ont du malheureusement annuler leur édition cette année, on est plutôt content de pouvoir se rendre à la... La suite

The Horrors + Cerebral Ballzy en concert

The Horrors + Cerebral Ballzy par Solveyk
Salle du Kao, Lyon, le 30/11/2011
Arrivée à Gerland, grosse queue dans les rues pour le concert de Jamiroquai à la Halle Tony Garnier, ce qui ne nous empêche pas de rejoindre bientôt la salle du Kao.... La suite

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud : les dernières chroniques concerts

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Foals (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris,... La suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite