Accueil Chronique de concert Napalm Death + Hatebreed
Mardi 23 juillet 2019 : 11573 concerts, 25587 chroniques de concert, 5260 critiques d'album.

Chronique de Concert

Napalm Death + Hatebreed

Napalm Death + Hatebreed en concert

Le Moulin - Marseille 17 février 2014

Critique écrite le par

Une vie, que dis-je, une éternité que je n'avais pas remis les pieds à la salle du Moulin ! Fermée pour travaux pendant une période beaucoup trop longue et rouverte depuis quelques mois sans que je n'ai eu l'occasion d'y pointer le bout de mon oreille, c'est avec une joie non feinte que je retrouve les lieux pour une séance de bruit organisée et de hurlements maîtrisés.



Plateau de musique violente ce soir, avec Brutal Rebirth, Napalm Death et Hatebreed qui voit un Moulin fort bien garni en chevelu, et rempli de tee shirt noir aux motifs tous plus poétiques les uns que les autres. C'est que de poésie ce soir, il en est bien question avec les papa du grindcore d'un coté et la nouvelle génération hardcore de l'autre. Bon, voir Napalm faire une première partie me trouble un tantinet mais la réaction du public me fournira quelques explications sur ce choix au fil du concert. Encore que, vu le temps de jeu respectif des deux formations, nous pourrions presque parler de co-headlining. Bref...



Point de remarque sur Brutal Rebirth dont je rate le show haut la main en arrivant sur les lieux à 20h15, et le temps d'accéder au bar pour prendre une mousse, voilà que Barney and family investissent les planches pour une heure de pur plaisir ! Ce soir, pas de chichi. Juste de la musique. Mais une musique qui exprime toute la saleté du monde, la fange dans laquelle nous nous vautrons tout les jours. Mais avec un son excellent, il faut le préciser !

Et faut reconnaître, ça dépote sévère dès le départ avec Silence is deafening ! Les cris de cochon égorgé sont assuré par Mitch Harris, en alternance avec les vocaux vomis de Barney, qui tourne en rond sur la scène tel un employé de bureau devenu fou, gesticulant comme un damné, remuant la tête au rythme effréné de la batterie. Quant à Shane Embury et ses cheveux, il s'acharne sur sa basse de manière méthodique et appliqué.



Mon petit moment de grâce arrive dès le cinquième morceau : c'est le retour en 1990 avec Suffer the Children, titre qui m'avait fait découvrir avec stupeur le son putréfié de Napalm Death à l'époque. On est en 2014, et je suis comme un gamin, avec un énorme sourire sur le visage ! Dans ce magma de décibel, les passages les plus thrash ressortent de manière tranchante. Et c'est ce qui, à mon sens, fait tout le charme de Napalm : la variété de sa musique par les contrastes. Oui, je sais, ça paraît étrange de parler de la variété musicale dans le grindcore et la musique extrême mais c'est pourtant bien le cas.



Les titres grind d'ailleurs, sont de véritables pépites jouissives. Success?, Life...20 secondes, l'essentiel est dit ! Le groupe jette ses scuds à la face d'un public relativement tranquille : Scum, On the Brink of extinction, Necessery Evil... n'en jetez plus. Pourtant les spectateurs, à l'exception d'une petite minorité énervée circle pitant à qui mieux mieux, sont d'un calme étonnant. Certes, ils sont polis et manifestes leur approbation à Napalm en criant un peu. Mais rien de comparable à leur participation au set de b|Hatebreed>b|. Le bruit du Napalm serait-il trop difficile d'accès ? Hum...



Et ce n'est pas le discours d'introduction de Barney sur Nazi Punk Fuck Off, reprise des Dead Kennedys, dédié à la lutte contre le fascisme et agrémenté d'un fuck off à Marine, qui fera réagir de manière massive le public. Inquiétant... Mais Barney, t'es pas tout seul, t'inquiètes pas...y a au moins le Pinguin et moi !!! Bon, le temps d'une dernière petite tuerie avec Siege of Power, qu'il est déjà temps pour nos Anglais de laissé la place aux Américains d'Hatebreed.



Changement de style et changement d'ambiance. Je ne connaissais que deux titres de Hatebreed avant cette soirée qui, je dois dire, ne m'avaient pas transcendé. Et le concert de ce soir ne m'aura pas rallier à la cause du hardcore des Américains, je dois bien l'avouer !
Par contre, je comprends l'enthousiasme du public, en interaction permanente avec le groupe. Les titres possèdent des refrains facilement mémorisables, les rythmiques en formes de rouleau compresseurs gardent un coté sautillant et je me risquerais même à dire qu'il se dégage de Hatebreed un coté pop.



Et je n'irai pas jusqu'à dire, tel mon voisin de comptoir de bar le temps de me ravitailler en bière que " Hatebreed, c'est de la merde !!!! " mais, bon...autant l'heure de show de Napalm Death passa à la vitesse d'un hurlement de porc, autant le concert de Hatebreed me paru aussi long qu'un concert de Patrick Sebastien le soir du jour de l'an. Interminable. Putain, c'est looooooonnnng...



Et je le jure, j'ai essayé. J'ai écouté, tenté de rentré dans la musique... Mais la seule chose que j'ai ressenti, c'est de la lassitude. Pourtant, visuellement, mes " à priori " étaient plutôt positif, le groupe arborant des tee shirt d'Obituary période " Cause of Death", de Carcass ou encore des Exploited.



Et surtout, surtout, oh surprise divine, le guitariste affichant la croix du Blue Oyster Cult sur sa guitare ! Ces garçons ne sont donc pas perdu. Et peut être qu'une couche de finesse se cache sous des compositions sensiblement roboratives ?



Mais accrocher à Hatebreed, c'était pas pour ce soir en ce qui me concerne. Mais à entendre les commentaires positifs et les sourires ravis de l'ensemble du public sortant du Moulin en cette fin de soirée et commentant la prestation du groupe, je crois avoir fait partie des quelques rares bougons insatisfaits.



Mais ne boudons pas notre plaisir : voir et entendre à domicile Napalm Death, revenir dans cette bonne vieille salle du Moulin et constater que des concerts de metal retrouvent droit de citer en ce lieu suffise à faire de cette soirée une vrai réussite !

Nazi Punk Fuck Off !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Hatebreed : les dernières chroniques concerts

Nostromo + Hatebreed en concert

Nostromo + Hatebreed par Sodis Xiii
Six-Fours-la-Plage, le 14/06/2017
Pour beaucoup de metalleux, ce mercredi est une journée sous le signe de l'excitation et du stress. Excitation car c'est la veille du départ pour le HELLFEST, et stress car on a... La suite

Hellfest 2016 1er jour (Rammstein, Nashville Pussy, Le Bal des Enragés, Halestorm, Mass Hysteria, Anthrax, Turbonegro, Bullet For My Valentine, Hatebreed, Volbeat, Dropkick Murphys) en concert

Hellfest 2016 1er jour (Rammstein, Nashville Pussy, Le Bal des Enragés, Halestorm, Mass Hysteria, Anthrax, Turbonegro, Bullet For My Valentine, Hatebreed, Volbeat, Dropkick Murphys) par Abigail Darktrisha
Clisson , le 17/06/2016
Après l'anniversaire pour les 10 ans du festival l'an dernier, c'est donc toujours avec autant d'ardeur que s'ouvrira cette deuxième décennie musicale en ce mois de juin... La suite

Hellfest 2014 (2/3) : Aerosmith, Deep Purple, Soulfly, Hatebreed ,Status Quo, Extreme, Skid Row, Skyclad, Killers en concert

Hellfest 2014 (2/3) : Aerosmith, Deep Purple, Soulfly, Hatebreed ,Status Quo, Extreme, Skid Row, Skyclad, Killers par gandalf
Clisson, France, le 21/06/2014
voir le report de vendredi par ici, et celui de dimanche par là SAMEDI : Du Boogie et du Glam ! Certainement la journée la plus chargée qui s'annonce en ce samedi encore une... La suite

Hatebreed, Forest In Blood, Danforth par Willyisaheadbanger
Le Nouveau Casino, le 11/10/2004
Hatebreed + Forest in blood + Danforth. Concert au nouveau casino et le show est ouvert par le groupe danforth que je ne connaissait pas et dont je ne suis meme pas sur du nom. Bon set, bon chanteur mais le pit a un peu de mal à s'énerver malgré les demandes répétées du bassiste. Toutefois pour ce groupe semble en avoir énormement dans... La suite

Napalm Death : les dernières chroniques concerts

(mon) Hellfest 2018, 1-3 : Malemort, Bunkum, Bukowski, The Walking Dead Orchestra, Darkenhöld, The Chris Slade Timeline, Sons of Apollo, Celeste, Joan Jett, Meshuggah, Mysticum, Europe, Hollywood Vampires, Bad Religion, Judas Priest, Napalm Death, A Perfect Circle en concert

(mon) Hellfest 2018, 1-3 : Malemort, Bunkum, Bukowski, The Walking Dead Orchestra, Darkenhöld, The Chris Slade Timeline, Sons of Apollo, Celeste, Joan Jett, Meshuggah, Mysticum, Europe, Hollywood Vampires, Bad Religion, Judas Priest, Napalm Death, A Perfect Circle par Philippe
Hellfest, Clisson, le 22/06/2018
"Eh, les copains ! Si on se sortait les doigts avant d'être trop vieux, et si on arrêtait d'aller flâner ici ou là dans des festivals metal, du Sonisphère au Graspop ou au... La suite

Napalm Death par Rama
Coopérative de mai - Clermont-Ferrand, le 26/01/2013
Depuis bientôt trente ans, Napalm Death est la figure emblématique d'une forme de métal la plus extrême qui soit : le grindcore. Loin d'être un amateur du genre, j'ai cependant saisi l'opportunité de voir ce qu'un groupe de cette trempe peut donner sur scène. La petite coopé est blindée quand les quatre de Birmingham entament leur set. Le son... La suite

Napalm Death par * Cha' *
VIP de St Nazaire, le 01/11/2003
C'était génial l'ambiance super... La sono était parfois à désirer mais le reste, succulent ! La suite

Napalm Death par La Pouche
Ubu, Rennes (35), le 13/12/2002
Une trop petite salle pour tant de son : la fosse "active" ne comportait qu'une vingtaine de personnes pour un groupe qui tourne depuis bientôt 20 ans... Mais pour les amateurs, un vrai régal !! La puissance de la musique était au rendez-vous, avec de délicieux retours aux "vieux" morceaux grindcore des années 80 (Siege of power, Scum, Dead,... La suite

Le Moulin - Marseille : les dernières chroniques concerts

La Maison Tellier +  Blind Cinema en concert

La Maison Tellier + Blind Cinema par Sami
Le Moulin, Marseille, le 24/05/2019
Le Moulin a toujours été une des salles les plus ponctuelles de Marseille, beaucoup plus que les transports en commun en tout cas. Du coup comme souvent on aura juste le temps... La suite

Bukowski + Ultra Vomit en concert

Bukowski + Ultra Vomit par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 10/05/2019
Soirée (évier) metal potentiellement débile et bien régressive, avec les quasi-mascottes du Hellfest : les fameux Ultra Vomit de Nantes ! Le public devant l'entrée semble... La suite

No One Is Innocent + Tagada Jones en concert

No One Is Innocent + Tagada Jones par Aulie
Le Moulin, Marseille, le 24/11/2018
Samedi 24 novembre 2018, direction le Moulin à Marseille pour assister à une soirée 100 % rock engagé avec les groupes Tagada Jones et No One In Innocent pour leur "Bruit dans... La suite

Carpenter Brut + Gost en concert

Carpenter Brut + Gost par fred
Le Moulin - Marseille, le 04/11/2018
Un concert au Moulin une veille de rentrée scolaire, un dimanche pluvieux. Pas le plan le plus engageant à la base. Mais on parle de Carpenter Brut, groupe/artiste solo (les lignes... La suite