Accueil Chronique de concert Neil Young & Crazy Horse
Lundi 30 mars 2020 : 9992 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Chronique de Concert

Neil Young & Crazy Horse

Neil Young & Crazy Horse en concert

Théâtre Antique - Vienne 15 Juillet 2013

Critique écrite le par



Il y a quelques jours un pote me proposait une place pour aller voir Neil Young and Crazy Horse. Je me tâte car je ne connais que très peu la bête... Je fais un rapide sondage autour de moi et les deux avis divergent. D'un côté les uns me disent "ouah trop de la balle c'est une légende vivante du rock". De l'autre : " t'es sûr ? suis pas certain que ça soit ton style". Bon, je suis en vacances et c'est dans un théâtre antique, je dis banco. Nous voilà partis à quatre à Vienne, dans l'Isère hein pas en Autriche.

Nous arrivons dans ce lieu magnifique qu'est le théâtre antique de Vienne. Des hauts gradins en pierres en hémicycle devant une scène énorme. Nous nous juchons tout en haut car nous sommes arrivés pile pour vingt heures. Là une première partie attaque et propose un rock à la française qui imite les Américains. Ils tentent une reprise des Blacks Keys, c'est un peu casse gueule mais ils s'en sortent. Ils auraient quand même dû éviter la chanson en français, on aurait dit du J.J Goldman. Blague à part, on patiente jusqu'au coucher de soleil pour voir arriver Neil Young et sa bande.

Dans ce décor de rêve, le soleil vient de se coucher aux confins de la vallée pîle derrière la ville où des romains ont dû s'en donner à coeur joie. Au milieu de la scène trône une batterie entourée d'énormes amplis type "frigos" en ligne. A droite une sorte de totem en bois. Au fond de la scène une toile tendue avec un cheval au galop, le même que sur la peau de la grosse caisse. Bienvenue aux Etats Unies d'Amérique. Neil Young déboule tout de noir vêtu avec un chapeau noir sur sa tignasse poivre et sel un T-Shirt marqué CBC (une radio ?) suivi de près par son guitariste (un T-Shirt sans manche Jimi Hendrix,tiens ? c'est donc bien un guitariste) et le bassiste sosie de David Hasselhoff en vieux. Quant au batteur, il a une touche de batteur avec un T-Shirt moche et une casquette à l'envers. Bon là je vois déjà des fans transits qui commencent à s'agacer. Je vous préviens tout de go, je suis puceau en Neil Young. J'y connais rien du tout en légende. Moi, j'ai commencé à écouter de la musique en 1992 avec Nirvana. Donc moi les tyrannosaures du rock, j'ai envie de dire "Nevermind". J'apprendrais plus tard dans le concert par mon pote érudit que Kurt Cobain avait mis des paroles de Neil dans sa lettre d'adieu. "It's better to burn out Than to fade away" issue de Hey Hey My My qu'il jouera dans la soirée. Pour en revenir aux légendes d'ailleurs je trouve que Neil Young est un peu le sosie de Patti Smith au masculin ou alors David Carradine en plus épais.



Je reviens à la musique. La première chanson attaque et s'étire jusqu'à l'étiolement. Une première partie de set électrique où chaque chanson dure un peu trop à mon goût : une tournerie d'accords qui se répètent à l'envi avec des solos au milieu et des fois qui frisent les dix minutes alors qu'on le sait tous une bonne chanson c'est 3'30" grand max. Sinon je trouve que Neil a un bon timbre de voix et le bassiste un bon son et que ça joue quoi ! Mais je m'ennuie un peu...

Puis arrive la partie acoustique du set. Trois chansons sont jouées avec une guitare et un harmonica. Là ça me plait un peu mieux. Surtout qu'il joue la seule chanson que je connais de lui: "Heart of Gold". Bizarre cette chanson je l'ai découverte à un concert de Charles Bradley qui en faisait une très bonne version. En parlant de reprise il me semble que Neil Young d'ailleurs a fait un "blowin'in the wind" de Bob Dylan. Le pote érudit me dit que Neil Young surpasse largement Monsieur Zimmmerman actuellement niveau prestation scénique. Une troisième partie électrique un peu ronronnante où les fins de chansons se terminent un peu clopin clopant. Quelques larsens intéressants: Neil Young arrive à sortir de beaux bruits de tonnerre de sa Gibson SG. Le fameux pote me dit que Thurston Moore et Neil Young s'apprécient.

Un rappel à base de Fuck Off ou Fucked Up (excusez mon anglais) et le public se réveille. Nous quittons ce magnifique lieu et j'entends un mec du public dire à son voisin " C'était quand même mieux que Mark Knopfler". J'ai pas de mal à le croire. Nous repartons et jouons au jeu du groupe avec Young dedans. Young Marble Giants, Fine Young Cannibal, Sidney Young Blood etc.

> Réponse le 18 juillet 2013, par Canistrellu

"alors qu'on le sait tous une bonne chanson c'est 3'30" grand max." Magnifique !Surtout, ne change rien !  Réagir


Neil Young : les dernières chroniques concerts

Neil Young en concert

Neil Young par Jacques 2 Chabannes
Le Dôme, Marseille, le 16/06/2016
Le Temps Des Cerises... À L'Eau De (LA) Vie ! Question(s) Sous Dôme Tandis que la salle bruisse d'envie et rumeurs concernant à la fois, le show à venir, et la sortie... La suite

Neil Young + Promise Of The Real  en concert

Neil Young + Promise Of The Real par Cabask
Le Dôme - Marseille , le 16/06/2016
Ah, Neil Young ! Que dire, si ce n'est que j'ai véritablement baigné dedans depuis mon plus jeune âge, mon père le vénérant et jouant quantité de ses titres à la guitare ? Les... La suite

Neil Young + Promise Of The Real en concert

Neil Young + Promise Of The Real par Xavier Averlant
Zénith de Lille, le 13/06/2016
Neil Young accompagné des Promise Of The Real a livré un concert enchanteur lundi soir à Lille. Sauf si je me trompe, il s'agissait seulement du deuxième passage du Loner dans... La suite

Paléo Festival 2013 : Neil Young & Crazy Horse + Alt-J + Mermonte + Phoenix + Lou Doillon + Palma Violets + Heymoonshaker + Sophie Hunger + The Lonesome Southern Comfort Company + Mama Rosin + Les clandestines  en concert

Paléo Festival 2013 : Neil Young & Crazy Horse + Alt-J + Mermonte + Phoenix + Lou Doillon + Palma Violets + Heymoonshaker + Sophie Hunger + The Lonesome Southern Comfort Company + Mama Rosin + Les clandestines par Lionel Degiovanni
Paléo festival - Nyon (Suisse), le 23/07/2013
Pour démarrer cette chronique du 38ième Paléo Festival de Nyon, évoquons tout d'abord quelques chiffres... Paléo a vu sa première session en 1976 et depuis, Paléo a accueilli 5... La suite

Théâtre Antique - Vienne : les dernières chroniques concerts

Les Escales du Cargo : Rodrigo y Gabriela & C.U.B.A. + Steve Smyth en concert

Les Escales du Cargo : Rodrigo y Gabriela & C.U.B.A. + Steve Smyth par Boiss
Théâtre antique - Arles, le 18/07/2012
Dans le cadre de la 8ème édition du festival des Escales du Cargo à Arles, nous nous rendons dans le cadre magnifique du théâtre antique pour assister au concert de Rodrigo et... La suite

Tindersticks + Arno + The Eighties Matchbox B-Line Disaster (Côtes du Rock 2003) par Pierre Andrieu
Théâtre Antique de Vienne , le 28/07/2003
Il est vraiment désespérant de constater que le Théâtre Antique de Vienne est presque vide pour une affiche aussi alléchante que celle proposée pour ce troisième soir des Côtes du rock 2003. Le fait que le groupe Indochine attire plus de monde que les stars américaines R.E.M. était déjà un indice : un artiste doit passer à la radio ou à la télé... La suite

Indochine + Mickey 3d (X Festival) en concert

Indochine + Mickey 3d (X Festival) par Pierre Andrieu
Théâtre Antique de Vienne, le 27/07/2003
Sans doute nostalgique de l'année 1985 où l'achat de l'album 3 avait provoqué quelques émois adolescents, on décide d'assister au concert d'Indochine audacieusement intercalé entre... La suite

R.E.M. (Côtes du Rock 2003) en concert

R.E.M. (Côtes du Rock 2003) par Pierre Andrieu
Théâtre Antique de Vienne (38), le 26/07/2003
Les superbes souvenirs du concert de R.E.M. à Bercy, le 5 juillet 1999, commençaient à s'estomper légèrement... Le duo magique avec Patti Smith sur E-bow the letter, Losing my... La suite