Accueil Chronique de concert No Cure + Pookies + Seven Hate + Watcha
Mardi 18 juin 2019 : 9631 concerts, 25522 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.

Chronique de Concert

No Cure + Pookies + Seven Hate + Watcha

CCO, Villeurbanne 12 Octobre 2001

Critique écrite le par

Première soirée du Festival Music Session au CCO de Villeurbanne. Au programme, par ordre de passage, No Cure, The Pookies,
Seven Hate et, en tête d'affiche, Watcha. Une affache attrayante malgré la profusion de bons concerts ce soir à Lyon. Le public,
arrivé au fur et à mesure a bien rempli le CCO que j'ai tout de même connu plus rempli. Premier groupe à monter sur scène, No Cure,
originaires de Mâcon. Ils jouent du punk rock, pas très éloigné de Weezer et c'es très sympa à écouter. On sentait qu'ils étaient
manifestement très heureux de jouer. Et même si leur set n'a pas duré très longtemps, j'en retiendrai un bon souvenir. Le public a
lui aussi commencé à bouger. Les suivants, Pookies ont eu un peu plus de difficultés pour chauffer le public qui avait grossi pendant la pause.
Un punk assez rageur, entrecoupé d'une reprise de "Great Balls Of Fire" assez sympa, n'ont pas totalement réussi à convaincre
le public. Pour ma part, j'ai trouvé ça pas mal mais si le son de la basse n'était pas bon du tout. Par contre ce que je n'ai pas
apprécié c'est la façon dont ils ont terminé leur set. Alors qu'ils leur restaient manifestement du temps, le guitariste casse une corde, ce qui en soit n'a rien d'extraordinaire.
Sauf que, sans doute par dépit, le chanteur nous prévient que le concert s'arrête là. La salle a été, je le pense, un peu surprise
par cette fin en queue de poisson. Dommage. Enfin, deux autres groupes nous attendent, à commencer par Seven Hate. Toujours dans une veine punk,
mais avec cette fois la particularité que le chanteur soit également le batteur du groupe, tel un certain Phil Collins. Si une telle comparaison
peut sembler idiote, il faut avouer qu'en plus la voix était vraiment très similaire. Leur show a été bien sympa et ce groupe,
qui a su alterner entre les moments rapides (très skate-core, d'ailleurs les skateurs ne se sont pas génés por pogotter) et les
moments plus posés, très sympa. La découverte de cette première soirée pour moi. Pour conclure en beauté cette soirée, je n'attends
plus que la prestation de Watcha, qu'il me tardait de revoir depuis le mois de Mai pour le Sriracha Tour où là je m'étais pris
une grosse baffe dans la tronche. Et là, re-baf, c'est vraiment trop trop bon en live. Ouvert par "Cupide", le concert a été
d'une violence (dans le bon sens du terme) rare. Sur le début de Cupide, j'ai trouvé que le son n'était pas terrible, mais ça s'est arrangé
très vite. Tous les gros titre des deux albums y sont passés. Je le sentais gros comme une maison et j'avais raison, on a eu le droit à un
featuring rageur de Martin des Stereotypical Working Class sur Ekalamonego. (Pour la petite histoire, les Stereotypical Working Class sont un groupe
lyonnais que je vous invite à découvrir si ce n'est pas encore fait, que Bob de Watcha décrit comme la prochaine tuerie du métal français. La prochaine
démo sur au niveau national au mois de Novembre et Bob apparaît sur un titre). La salle n'a pas été en reste et les pogos de
skateurs sont apparus un peu "sages" devant celui provoqué par les parisiens qui a commencé dès l'intro de Cupide pour ne se terminer
qu'à la toute fin du rappel. Tiens d'ailleurs parlons en du rappel, alors que tous ses camarades étaient descendus de scène, un
des deux guitaristes de Watcha est resté sur scène sans éclairage et a, je ne sais comment, fait une sorte de mix techno hardcore assez décapant.
Pour terminer le concert, on a eu le droit à Sam 2 stupéfiant, histoire de repartir la tête pleine d'image, et de regret que ce soit (déjà) fini.
Je retiendrai de ce set de Watcha qu'ils ont joués plus longtemps qu'au Sriracha TOur (ce qui est normal vu qu'ils n'étaient pas les têtes d'affiche, mais bon de toutes façons, c'est jamais assez long)
et que Bob a pas mal discuté pour nous expliqués le sens de ses textes, ce qui est bien sympa. Par contre j'ai été moins surpris par le jeu de scène, même s'il est toujours excellent !
Une formidable première soirée ! Demain Artsonic, Bakyard Babies, Tagada Jones, Grimskunk, ça promet d'être pas mal aussi.

 Critique écrite le 13 octobre 2001 par metal@concertandco


Seven Hate : les dernières chroniques concerts

SEVEN HATE + Thirty six side par Fatmike
Mondo Bizarro, Rennes, le 22/05/2003
TERRIBLE !!! En première partie, Thirty six side a bien assuré, un petit groupe à ne pas laisser passer s'ils font un show à côté de chez vous !!! Grosses influences "Deftonessienne" pour ce groupe qui est bien doué dans ses mélodies. Puis, pendant une bonne heure et demi on a vu ces excités de Seven Hate !!! Ils sont tous hyper balèze :... La suite

Seven Hate + Nothomb (Osmose Festival 2002) par Pierre Andrieu
Nohanent, près de Clermont-Ferrand, le 29/06/2002
Après la performance de Kunamaka, le début du concert de Seven Hate a un peu de mal à faire bouger le public. Cependant, au bout de quelques morceaux, le punk rock mélodique made in Poitiers fait son effet : un pogo viril - mais semble-t-il correct - commence à se mettre en place devant la scène. Seven Hate, malgré quelques... La suite

Seven hate, Superbus, Marcel et son orchestre par Ah Phil Good
Transbordeur, Lyon, le 12/06/2002
On pensait que le pire allait se produire pour ce festival : les pré-ventes qui ont du mal à se vendre (400), et donc le concert aura lieu au club et non pas dans la grande salle.... Conséquence : un groupe doit être "sacrifié" et ce sera malheureusement les Gueules de Bois. Sans commentaire, quand on est pas un groupe universal(e) on fait pas ce... La suite

Superbus, Marcel et son orchestre, Seven Hate par Anne Sophie
Transbordeur, Lyon, le 12/06/2002
J'avoue : j'y allais surtout pour Superbus. Le premier groupe, Seven Hate, style indéfini entre soft metal, hard metal et un peu de punk par dessus (noter une reprise de "Pinball Wizzard") m'a paru interminable, brouillon et peu charismatique. Par contre les Superbus furent clairement supérieurs à leur disque, déjà remarquable par sa pêche et sa... La suite

Watcha : les dernières chroniques concerts

Tryo + Lofofora + Patrice + Watcha + Ez3kiel [ezekiel] + Stupeflip par lazario
Festival Skabazac, le 06/06/2003
Pour les groupes que j'ai vu, tryo a largement réuni le plus de spectateurs mais bon c'est toujours le même style, ils mettent une super ambiance et sont quand même à voir sur scène.. J'ai bien kiffé sur Ez3kiel, une batterie, des samples et une basse bien puissante, j'ai trouvé certains morceaux un peu longuets mais ils sont carrément dans leur... La suite

Eths + Watcha + Headcharger par Sha.
Le Forum - Vauréal (95), le 04/11/2007
C'était trop excellent !! Bon, Headcharger m'avait ennuyé au début. Watcha m'avait réveillé même si c'était un peu long... Et à l'arrivé d'Eths sur la scène tout le public s'est rapproché (ma poitrine s'en souvient --*) Et c'était tout bonnement G.E.A.N.T. Magnifique !! En plus, le forum est une toute petite salle alors même derrière, on voyait... La suite

Watcha + Third Eye Machine + The Arrs + X-Vision + DSK + Neurosphobia (Coolness'Tival 2005) par Vincent
Coolness'tival à Montdidier, le 11/11/2005
Quatrième édition du Coolness'tival à Montdidier dans la Somme qui après avoir accueilli ces dernières années des pointures comme Gojira, Dagoba, Black Bomb A, Aqme ou Zull FX a proposé pour son édition 2005 une bien belle affiche : Third Eye Machine, The Arrs, X-Vision et Watcha. L'ouverture des portes se fait très tôt (six groupes à l'affiche ce... La suite

Octopus Rock Festival : Pleymo, The Servant, AqME, Watcha, Wunjo, Dir En Grey, Black Bomb A, MyPollux, Dollsex par ghallium
Nivelles (Belgique), le 29/07/2005
C'est donc à Nivelles que s'est déroulée la première édition de l'Octopus Rock Festival et non à Braine l'Alleud comme prévu initialement. Et pour ce festival, on peut dire que l'organisation s'est donnée les moyens, 46 groupes sur 2 scènes, pendant 3 jours, dont la crème du néo-metal français (Pleymo qui effectuait son unique date de l'année ,... La suite

CCO, Villeurbanne : les dernières chroniques concerts

Overkill par Rama
CCO - Lyon, le 18/02/2010
Présent au plus haut niveau depuis des années, mais évoluant dans la discrétion la plus totale, OVERKILL n'est pas assez sulfureux ou glamour pour s'attirer les faveurs du grand public et l'attention des médias. Malheureusement, le combo n'a que trop rarement lutté dans le haut du tableau, et a surtout frôlé la relégation ces dernières... La suite

Dagoba + Eyeless par BlackTrash
CCO Villeurbanne, le 28/11/2008
A recommander à tous les adeptes de gros son ! Après une bonne grosse mise en bouche avec Eyeless, Dagoba a débarqué et a tout défoncé ! C'était énorme comme d'habitude ! VIVEMENT LA PROCHAINE FOIS !! La suite

Babylon Circus Experience par ninon
Cco de Villeurbanne, le 12/04/2007
Concert exellent même si ça a eu du mal à démarrer avec une première partie un peu lente et uniquement instrumentale. Par contre, avec l'arrivée de la deuxième partie, l'ambiance a commencé à monter, à monter ! C'était magnifique. Entre la voix de la chanteuse et celle de david, la trompette, la basse et le DJ... une vraie ambiance c'est... La suite

Maîsman + Stupeflip par Stadio communal
CCO, Villeurbanne , le 19/11/2005
invité au cco par un collègue, je me suis laissé tenté par cette... expérience, on peut dire cela, car je ne connaissais absolument aucun des 3 artistes de ce concert. Maîsman ce fut assez folklo (pour moi ) car voir des mecs arriver avec sur la tête des maîs géant et vétu d'un "bleu" de travail rouge, quelle surprise ! le décor était sympa avec... La suite