Accueil Chronique de concert Ogre de Barback / Macadam Bazar
Jeudi 27 février 2020 : 10775 concerts, 25933 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Ogre de Barback / Macadam Bazar

Ogre de Barback / Macadam Bazar en concert

Usine - Istres 22 Avril 2011

Critique écrite le par

La première partie de cette soirée consacrée à des artistes pleins de surprises et de fantaisie est assurée par Macadam Bazar, un groupe que j'ai déjà eu l'occasion de voir lors du Festival des Aulnes Rouges, à St Martin de Crau. Une belle petite bande de saltimbanques bourrés de talent et qui savent jouer de tous les instruments possibles, tout à fait dans la même lignée que leurs copains Les Ogres de Barback, à venir.



Ils se mettent à 3 ou plus pour chanter, inter-changent leurs instruments et se mettent en valeur les uns les autres, changeant de rythmes et d'inspiration au gré des musiciens. Cette valse des chanteurs leur permet de passer d'un style à l'autre, chacun apportant sa patte et une personnalité multiple à l'ensemble, ce qui donne au tout une couleur toute particulière.

En suivant le cours de leurs envies, on passe ainsi d'une musique de matelot (appuyée par une flûte traversière), à une ambiance de folle soirée tzigane sur la plage à la lueur des cracheurs de feu ... Les intros musicales sont super bien travaillées et un réel grand plaisir de jouer, et de jouer ensemble, émane d'eux.



Puis on repart sur les route vers de nouvelles destinations toutes plus colorées les unes que les autres. Avec toujours le même fil conducteur : une musique de fête qui vous raconte toujours une histoire.

On a aussi de très jolis moment de poésie. Comme l'histoire de Virgil, qui s'emmerde tellement qu'il fabrique de petites marionnettes en papier. "Une chanson bizarre pour un mec assez curieux". Mais même dans ces morceaux moins enlevés, reste un rythme toujours bien présent et une musique incroyablement riche (à laquelle le nombre d'instruments présents n'est pas étranger). Ils dansent toutes sortes de pantomimes, nous font de fulgurantes accélérations et semblent se démultiplier sur scène. Ce Big Bazar de 7 clowns, tantôt joyeux, tantôt tristes, nous embarque sans retenue dans leur bastringue à la bonne franquette et nous, on ouvre tout grand nos mirettes pour ne pas en perdre une miette.



Après un "Duo" avec le chanteur des Les Ogres de Barback, qui leur remémore leur rencontre à la fin d'un concert où tout ce petit monde s'est retrouvé à faire un boeuf en fin de soirée, ils décident de nous organiser un petit Pogo "Mais attention, gentil ! On est pas du Death Métal !!". Et ça ne marche pas si mal du tout d'ailleurs ;) Ce dernier morceaux est un peu plus Rock n'Roll. C'est la dernière alors il faut participer ... Et la chaleur monte sans problème à l'Usine ! On se met à danser sur d'improbables paroles (du genre : Cendrillon a brûlé Pinocchio) avec un beau bordel dans le public. Ils tiennent la note aussi longtemps que possible, tiennent, tiennent ... Effet garanti ... Mais ce n'est pas fini et ça repart !! On entend même un fond de musique bretonne au milieu de ce merveilleux n'importe quoi. Ce final de O Armes est vraiment fantastique, grâce à cette façon qu'ils ont de puiser leur inspiration de partout, d'absorber toutes ces substances et des les transformer en une musique pleine de chaleur et de parfums de toute sorte.



Nous allons même avoir droit à un rappel sans rappel : "Allez, on a pas le temps, donc une autre, une autre .... On gagne du temps !!" Un peu de promo aussi avant de partir, parce que, comme ils le disent, c'est comme ça que les petits groupes mettent de l'essence dans le camion ! Et une dernière pour la route au nom évocateur de Vodka aux sonorités de Rock Tzigane. Un dernier tourbillon avant leur révérence. Ce fût vraiment un très bon début de soirée .... Pourvu que ça dure !

Setlist
Babayaga
La Chamade
Le 7 Temps
Sambatino
Virgil
Le Timide
Le Loubard
Tak Yak
La Dernière Balle
O Armes
-------------------
Vodka




Pendant la pause, se met en place devant nous un drôle d'univers. Des hauts parleurs de sirènes sur la gauche. Un échafaudage lesté de sacs de toile, survolé par deux grands oiseaux de bois ... Lorsque la sonnerie d'usine retenti, ils enfilent leur bleus de travail et une belle amazone, perchée sur ses échasses, fait son entrée au milieu d'une chaine formée par la petite famille des Ogres de Barback, qui distribue du courrier. On se passe des cartons, on tamponne à tout va et un violoncelle monte dans les cintres, arrimé à une poulie.



C'est parti, on y est, les 4 frères et soeurs de ce groupe unique et totalement atypique nous font pénétrer dans leur univers incroyable. L'introduction se fait sous la forme de la lecture d'une lettre, ce qui sera le fil conducteur du spectacle (terme qui selon moi convient bien mieux à leur prestation scénique que celui de concert). Ils démarrent donc dans un petit coin de la scène, qui prend des airs de convivialité, et commencent ce voyage par le récit du parcours d'un oiseau de passage. Leur musique foisonne d'idées et l'assemblage des instruments offre des sonorités savoureuses.

Ils sont là, avec nous. S'amusent des applaudissements qui ne viennent pas au bon moment "Mais c'est pas fini !!" et nous explique que toute ces choses qu'ils ont amenées sur scène constituent, en fait, leur fabrique à chanson.



"Mais sinon, ça va ou ça va ?? Mais bien ou BIEN ??!!"
Ils changent de place sur scène pour chaque morceau, mais surtout échangent à l'infini leurs instruments de musiques, véritables Hommes et Femmes Orchestre de leur petit monde rêveur. Ce qui fait que l'on passe d'un groupe de cordes à un autre de cuivres en un instant et qui donne à chaque chanson sa personnalité unique.

A chaque introduction, sa petite histoire. Beaucoup d'interactivité avec le public aussi. "Une petite chanson sur le sexe Messieurs Dames. (Pas trop de réaction dans le public). Ah ! Pas trop portés sur le sexe donc ce soir !!"

Aux jeux des chaises musicales (c'est le cas de le dire !) dans leur drôle de décor à étages, s'ajoutent ceux des lumières et des inspirations aux parfums de musique du monde. On passe d'un rythme africain chantée façon Rap au tourbillon d'une musique tzigane. Ces saltimbanques loufoques ne reculent devant rien pour nous distraire. Tous les moyens sont bons pour partir dans la fantaisie. Ils vont à la pêche (à la ligne) aux lettres, font de la balançoire, la 5ème "Postière" fait du ruban acrobatique tout en distribuant son courrier ... Ils utilisent toutes les possibilités de leur "scène-échafaudage" qui peut aussi bien servir de petite maison que de perchoir pour ces drôles d'oiseaux.



Les instruments eux aussi sont à la fête. Les traditionnels : piano, guitare, violon, violoncelle ... Sont accompagnés par d'autres, plus originaux les uns que les autres : bugle, soubassophone, erhu, épinette des Vosges ou scie musicale ! Nos oreilles sont titillées dans tous les sens et nos yeux ne sont pas en reste non plus devant ce spectacle qui navigue entre music-hall et cirque itinérant. On assiste à la mise en place de chaque tableau à la frontale. La lecture des lettres continue avec de bonnes ou de mauvaises surprises ... Selon.

"Mauvaise nouvelle, ah merde ! C'est une lettre de grand-mère. Vous avez quitté Cergy PomPom ... Pourquoi vous êtes partis pour un coin pourri ?? Cergy vous sera toujours ouvert !" Alors on passe en revue les qualités et les défauts de toutes les villes de France. Ils utilisent mille et une astuces pour transformer encore et toujours leur décor. Les tubes d'acier se tendent de toile et deviennent écran de cinéma. On y voit leur tournée sous chapiteau avec Les Hurlements de Léo. "Plus de bruit .... Allez !!!" Puis l'écran va permettre de faire un duo avec le guitariste de flamenco Serge Lopez. Beau moment de poésie.



Mais attention, la sonnerie de l'usine retentit à nouveau. C'est le signal pour une balade peu banal du chanteur, qui va circuler au-dessus de nos tête assis sur un carton. Laissé aux bons soins du public, il est un peu chahuté mais reste stoïque !! Il nous offre même un peu d'acrobatie avec un joli poirier. Puis la scène va se transformer pour une dernière fois. La structure de métal devient un énorme transistor géant dans lequel ils continuent à jouer. Ils ne sont plus qu'en ombres chinoises et vont finir par nous quitter sur une musique un peu plus orientale, après avoir été rappelés à l'ordre par une dernière sonnerie d'alarme. C'est la fin de la journée dans la fabrique à musique et ils vont regagner leur monde en disparaissant un à un dans un immense carton posé sur le milieu de la scène. L'acrobate va refermer la grande boîte et l'emmener avec elle. On suit ensuite son parcours à travers les coulisses sur l'écran, à la façon du générique de "Les Nuls l'Emission", ce qui va permettre de nous présenter tout le staff. On regarde la roulotte des Ogres se remettre en route avec une jolie attention écrite à l'arrière "Merci au formidable public de Istres".

Mais le rappel réclamé à grands cris ne se fait pas attendre. Ils nous surprennent en revenant par la salle, traversant tout le public. Ils nous rechantent quelques balades, avec leur danseuse des airs qui déroule, tête en bas, un parchemin musical du haut de son perchoir. Puis, une fois remontée, elle nous jette une dernière fois une grande volée de lettres par dessus les musiciens. Dernier tableau avec ballons et canon à confettis. Une fin à l'image de ce spectacle, qui aura été une véritable fête de bout en bout.



Setlist
Intro / Jingle Lettre
Traveller
Daron
Contes
Tes Saints
*Jingle Lettre*
Pas Courageux
Solène
*Jingle Lettre*
Solène Le Retour
Rue de Panam
Les Voyageurs
Les Amants Sans Nuit
Coeur Tzigane
Grand-Père
*Jingle Lettre*
3-0
Zèle
JOJO
Rue Du Temps
Mendiant
Marcelle
Grand-Mère
*Jingle Lettre*
Buro
KK5
Ni Dieu Ni Dieue
Petite Fleur
Rome Arrangé
----------------------
Popom Pom Pom
NTM
Salut A Toi
Salut A Vous

Les Ogres de Barback : les dernières chroniques concerts

L'Appel du 8 juin de SOS Méditerranée - Compagnie Traversées Nomades, Ballaké Sissoko, Madame Monsieur, Big Buddha, Les Ogres de Barback, Dj Oil en concert

L'Appel du 8 juin de SOS Méditerranée - Compagnie Traversées Nomades, Ballaké Sissoko, Madame Monsieur, Big Buddha, Les Ogres de Barback, Dj Oil par Philippe
Place d'armes du Mucem, Marseille, le 08/06/2018
"C'est à quelle profondeur exactement, là où les gens se noient ?" Question incongrue en apparence, qu'un des 40 bénévoles de SOS Méditerranée, qui informent les enfants... La suite

Les Ogres de Barback en concert

Les Ogres de Barback par Lsl
L'Usine Istres, le 10/11/2017
Les Ogres de Barback sont quatre frères et sœurs qui jouent ensemble depuis 23 ans. Pour eux la musique est donc sans aucun doute une histoire de famille, en revanche ce que... La suite

Les Ogres de Barback en concert

Les Ogres de Barback par pirlouiiiit
Le Trianon, Paris, le 08/11/2012
Venu à Paris pour deux jours de boulot intense, me voici finalement libéré dès jeudi soir ... du coup aucune hésitation je file du côté de Pigalle. Pour le cas où j'en aurais eu... La suite

Zebda + la Rue Ketanou + Ogres de Barback par Coco /Alexandra
Zenith - Dijon, le 26/11/2011
"le 26 novembre 2011 je me rends a travers le brouillard au zénith de Dijon. À L'affiche : Zebda, les Ogres de Barback et la Rue Ketanous. Contrairement au reste de la tournée des Ogres c'est un Promoteur local ( tourneur de Tryo, est ce une coïncidence? ) qui nous a concocté cette soirée engagée, les élections n'étant plus très loin ça se motive.... La suite

Macadam Bazar : les dernières chroniques concerts

Les Ogres de Barback + Macadam Bazar en concert

Les Ogres de Barback + Macadam Bazar par Ratwoman13
L'Usine - Istres, le 22/04/2011
Les ogres reviennent à l'Usine après 3ans d'absence. Ils nous ont manqués. Mais avant de parler de ce magnifique concert. Commençons par le début, en 1ere partie Macadam Bazar... La suite

Festival des Aulnes Rouges : Eiffel + Pigalle + General Elektriks + Mickey 3D + Macadam Bazar + Yodelice +Zimmer Lane + Isaya + Quand la diva s'en va en concert

Festival des Aulnes Rouges : Eiffel + Pigalle + General Elektriks + Mickey 3D + Macadam Bazar + Yodelice +Zimmer Lane + Isaya + Quand la diva s'en va par Lionel Degiovanni
Etang des Aulnes - Saint Martin de Crau, le 10/07/2010
Quand on arrive sur le domaine de l'étang de saint martin, on découvre tout d'abord une grande allée parsemée de gens de l'organisation du festival ; Dès le passage au portail... La suite

Macadam Bazar + Ioanes Trio en concert

Macadam Bazar + Ioanes Trio par Boby
Salle George Brassens - Lambesc, le 06/03/2010
En cette période de l'année, il est rare de pouvoir assister à des concerts dans la petite ville de Lambesc. Il faut dire aussi que si la volonté de la part de la Municipalité est... La suite

Miséres et cordes + Macadam Bazar + La Rue Kétanou + Thierry Blanchard + Fati Ounassi en concert

Miséres et cordes + Macadam Bazar + La Rue Kétanou + Thierry Blanchard + Fati Ounassi par Audrey H
Chateau de l'Emperi Salon, le 22/07/2009
Une bonne soirée qui s'annonce en perspective : un site magnifique que je découvre, situé en plein cœur de Salon de Provence : le Château de l'Emperi, un accueil chaleureux et... La suite

Usine - Istres : les dernières chroniques concerts

Kanjar'oc + De la Crau en concert

Kanjar'oc + De la Crau par Pirlouiiiit
Usine, Istres, le 23/11/2019
Une fois n'est pas coutume ... bien qu'il y ait plein de super concerts dans le quartier (comme tous les week-end et même soirs de la semaine) nous avons décidé de prendre une... La suite

SKÁLD en concert

SKÁLD par Fredb Art
L'Usine Istres, le 29/03/2019
Ce soir, vendredi 29 mars, je prends la direction de l'usine d'Istres, avec une belle programmation atypique : SKÁLD. Mais quézaco ? C'est un groupe français qui chante en vieux... La suite

Steve'n'Seagulls, Képa en concert

Steve'n'Seagulls, Képa par Fredb Art
L'Usine Istres, le 09/02/2018
On est samedi soir 09 février et c'est une soirée finlandaise qui m'attend avec la tête d'affiche : Steve'n'Seagulls. Dès mon arrivée à L'usine D'Istres, je comprends tout de suite... La suite

Ladies Ballbreaker + Toys en concert

Ladies Ballbreaker + Toys par lsl
L'Usine Istres, le 02/02/2019
Pour ceux qui ne connaissent pas encore Lady Ballbreaker, c'est un groupe qui reprend ACDC, mais pas un groupe lambda, non non non rien de quelconque ici, puisque c'est un groupe... La suite