Accueil Chronique de concert Oshen (festival Avec le Temps 2008)
Mardi 18 février 2020 : 10794 concerts, 25924 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Oshen (festival Avec le Temps 2008)

Oshen (festival Avec le Temps 2008) en concert

Le Paradox - Marseille 18 mars 2008

Critique écrite le par

Mardi soir, 22h comme chaque semaine, j'entame mon retour de Radio Grenouille vers la Plaine à la recherche d'une fin de soirée sympathique. Ce soir et on peut même aisément dire cette semaine les possibilités de sortir écouter de la bonne musique ne manquent pas !
Mano solo à l'espace julien et l' "ex" marseillaise Oshen au Paradox se partagent l'affiche dans une zone de quelques mètres carrés. Assez tenté par la deuxième solution, Oshen donc, dont j'avais découvert il y a quelques temps le premier album et assez arrangé par l'horaire tardif (23h30) du début du show, je prenais donc la route du Paradox, lieu que par ailleurs je découvrais pour la première fois.


Le petit corridor qui longe le bar à l'entrée pour amener à la salle, me fait craindre un instant la config, "serré-serré". Fausse peur, le corridor débouche sur une salle sympathique entrecoupée de piliers qui il vrai doivent gêner un peu les soirs de grosse affluence mais participent à une chaleureuse déco où se place une scène assez profonde et large pour pouvoir y faire évoluer tout type de groupe. Dès mon arrivée, je vois arriver Pirlouiiiit, son appareil photo autour du cou évidemment qui après Mano Solo venait continuer sa mission. Le fait le voir ne m'étonna pas plus que ça, vu que ma découverte de l'artiste passa par de nombreuses interviews qu'il réalisa pour Liveinmarseille et Nouvelle vague. Pressé et visiblement éprouvé par sa soirée déjà bien remplie et par la semaine qui arrive, il me traqua (ce n'est pas la première fois) pour écrire cette chronique, me voilà donc vous raconter cette soirée.


Configuration minimaliste sur scène, Tatiana Mladenovitch à la batterie, Christophe Rodomisto à la basse et plus rarement à la guitare et Oshen, donc au chant et à la guitare. Au premier regard, on comprend tout de suite qu'Oshen aime la scène, le contact avec le public, susciter des réactions, voler des sourires. Elle dégage une belle énergie pendant les morceaux, n'hésitant pas à user de mimiques mais sans jamais trop en faire. Avec elle, on reste toujours en deçà de la limite du surjoué, elle fait vivre vocalement et corporellement ses compositions. Elle installe une sympathie contagieuse qui rend sa mise en scène intimiste sans qu'on ait jamais l'impression de tomber dans le millimétré, le public n'a donc pas l'impression d'être un élément du décor, il fait partie du spectacle et c'est ce qui fait la différence.


Il apprécie et ça se comprend même si à mon goût il ne se fait pas assez entendre où alors est ce moi qui crie trop dans les concerts mais après ma pause cigarette, point de cris dans la salle, juste de sages mais appuyés applaudissements. Enfin, que voulez-vous, j'aime quand le public donne de la voix, c'est une peu dans ma culture. Dans un ton ironique et souvent empreint de légèreté, elle développe sous toutes les coutures un thème qui semble lui tenir particulièrement à cœur "La relation homme-femme", la drôlerie de l'incompréhension de ces deux univers si éloignés et si dépendants l'un de l'autre.


Que ce soit à travers le théâtral "Jim" où elle essaie désespérément de séduire son collègue de boulot (son patron ?) ou dans la relation à rebondissement "Tu m'as quitté", la relation apparaît toujours conflictuelle. Elle ironise sur cette incompréhension mutuelle, cette quête incompatible du soi dans l'autre allant même jusqu'à avouer sa "flemme d'aimer". Ses textes rafraichissants désacralisent l'amour parfait des chansons de variétés pour les tracas et les interrogations internes qu'il suscite chez la femme et par extension chez l'homme. La solution à ces problèmes ?? vivre en couple comme des "poissons rouges" oubliant, ce qui s'est passé jusqu'aux cinq secondes précédant l'action !


Par rapport à ce que j'ai entendu du deuxième album, la configuration scénique enlève les artifices, les surcharges mélodiques et permet à mon goût d'apprécier d'avantage les morceaux et l'univers d'Oshen. Les chœurs de Tatiana et Christophe viennent de temps à autres habiller avec bonheur le minimalisme instrumental du trio. La batteuse ou le bassiste en quittant même la scène pour certain morceau encore plus épuré laissent toute la place au texte et à l'interprétation de la chanteuse.


Avant le rappel, le morceau "Plus quinze ans" glisse joliment accompagné uniquement des tapements de mains d'Oshen et de ses musiciens jusqu'à faire chanter le dernier refrain par tout le public conquis. Suivra un morceau inspiré par les dernières élections présidentielles "Te souviens-tu de la violence", avec un joli texte mais j'avoue bizarrement avoir été moins traversé par l'interprétation de la chanteuse alors qu'en règle générale ce sont plutôt ces thèmes qui me marquent.


Enfin, peu importe, elle enchaine tambours battants un hymne humoristique aux hommes qu'elle a côtoyé sur notre doux territoire phocéen "les marseillais", où l'on retrouve toutes les caricature des cacous machos qu'on a tant l'habitude de voir dans notre sphère sociale et géographique. Ce qu'on retiendra de ce morceau bien sur des éclats de rires vu qu'on connaît l'autodérision légendaire des males marseillais et surtout que le plus grand de nos avantages et de "ne pas être des parisiens". Avant de pouvoir d'imiter nos congénaires de la capitale, une longue séance de fou-rire et de diverses déconcentrations de la chanteuse animera l'ambiance. Elle en profitera au passage pour égratigner un peu bassement quelques unes de ses rivales sur la nouvelle scène française féminine (Camille et Olivia Ruiz). Et retrouvant ses esprits, elle nous fit donc passer le message que les marseillais sont bien moins futiles et matérialistes que les parisiens, on verra ça dans six ans après la troisième législature de J.C. !!


plus de photos par Pirlouiiiit en cliquant ici

Bonus video :


 Critique écrite le 19 mars 2008 par Stoof


Festival Avec Le Temps : les dernières chroniques concerts

Voyou + Choses Sauvages (Festival Avec Le Temps) en concert

Voyou + Choses Sauvages (Festival Avec Le Temps) par Sami
Le Makeda, Marseille, le 16/03/2019
Après Flavien Berger et Malik Djoudi hier dans une salle pleine à craquer, cette affiche découverte programmée en fin d'après midi n'affiche pas complète cette fois, mais ça fait... La suite

Iraka & Dario (festival Avec le Temps) en concert

Iraka & Dario (festival Avec le Temps) par Pirlouiiiit
Lollipop Music Store, Marseille, le 16/03/2019
Dans le cadre du parcours chanson qui accompagne le festival Avec le Temps (cette série de mini concert /showcases gratuits dans des lieux différents),Iraka était programmé 2... La suite

Flavien Berger + Malik Djoudi + Muddy Monk (Festival Avec Le Temps) en concert

Flavien Berger + Malik Djoudi + Muddy Monk (Festival Avec Le Temps) par Sami
Espace Julien, Marseille, le 15/03/2019
Soirée sold out encore une fois pour le festival "Avec Le Temps", après les affiches à guichets fermés de la semaine (Clara Luciani mercredi, Bertrand Belin jeudi, raté avec... La suite

Bertrand Belin (Festival Avec le Temps) en concert

Bertrand Belin (Festival Avec le Temps) par Pierre Charvet
Théâtre du Merlan Marseille, le 14/03/2019
[Attention spoiler: c'était un très bon concert]. Depuis quand Bertrand Belin n'avait pas chanté à Marseille? Y a t-il jamais chanté, d'ailleurs? Bien malin qui peut y... La suite

Oshen : les dernières chroniques concerts

Oshen en concert

Oshen par Adeline F
Espace Culturel Altitude 500 - Grasse, le 15/11/2008
C'est en formation allégée qu'Oshen se présente dans la petite et confortable salle de Grasse, perchée à 500 mètres d'altitude. Accompagnée par Paul Jothy (batterie) et... La suite

Nicolas Jules + Oshen + Babet par julyzz
Café de la Danse-Paris, le 16/02/2008
Et c'est parti pour l'acte 6 d' Ouvrez les Guillemets Le festival de découverte de jeunes talents du Café de la Danse est vraiment de qualité. La règle : un set de 45 minutes par artiste en solo avec son instrument Ce soir nous avons l'honneur d'accueillir Nicolas Jules, Oshen et Babet Ambiance intimiste avec tapis au sol et décor comme... La suite

Anais + Oshen en concert

Anais + Oshen par Pirlouiiiit
Cabaret Aleatoire - Marseille, le 16/03/2006
Anaïs et Oshen ou le retour des filles prodiges ... 2 ans et 3 mois après le tout premier concert officiel d'Anaïs, les revoici ensemble sur scene a Marseille. En effet il y le 19... La suite

Oshen (interview pour la sortie de <i>Don Juan</i>) en concert

Oshen (interview pour la sortie de Don Juan) par Pirlouiiiit
Paris - Marseille, le 06/10/2005
Oshen ... cela fait maintenant 6 ans qu'on la suit de prêt chez Live in Marseille, cela represente 24 chroniques de concerts, quelques chroniques de disques, de longues discussions... La suite

Le Paradox - Marseille : les dernières chroniques concerts

Pierpoljak + Taya en concert

Pierpoljak + Taya par Pirlouiiiit
Paradox, Marseille, le 26/10/2012
Fin de la longue soirée que je dois au refus de(s agents de) Tryo d'avoir des retours de leur concert au Dôme de la part de quelqu'un d'autre que la PQR (presse quotidienne... La suite

Tante Hortense en concert

Tante Hortense par Pirlouiiiit
Paradox, Marseille , le 27/09/2012
Grosse semaine au boulot et en plus beaucoup de bons concerts (notamment rock et chansons) ces soirs ... Ce soir, comme je sais que le Pinguin a prévu de couvrir le concert de... La suite

Fabien Sacco en concert

Fabien Sacco par Pirlouiiiit
Paradox, Marseille, le 26/09/2012
4 chroniques en retard ... dont celle-ci d'un concert qui a eu lieu il y a plus d'une semaine ! Bon il faut dire c'est un peu la soirée à Marsatac de samedi dernier qui m'a mis... La suite

Méandres en concert

Méandres par Mcyavell
Le Paradox - Marseille, le 07/06/2012
Concert de sortie d'album du groupe Méandres au Paradox. Inratable pour ce qui me concerne tant ce qu'exprime ce groupe est beau, original et habité. C'est le sousaphone de Simon... La suite