Accueil Chronique de concert Pamela Z + Real Quiet
Samedi 28 mars 2020 : 10032 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Chronique de Concert

Pamela Z + Real Quiet

Pamela Z + Real Quiet en concert

Dom - Moscou 27 septembre 2006

Critique écrite le par


Hier après une cérémonie du thé assez désopilante, Sasha nous parle d'un concert bien a aller voir au Dom. Bon c'est mon dernier soir et je suis assez crevé, mais après tout pourquoi pas, car son conseil pour les Figs m'avait fait faire une belle découverte.


Le concert est annoncé a 19h, et lorsque nous arrivons a 19h15 nous tombons en pleine conférence de presse du festival Long Arms (du label du même nom) qui commence justement ce soir. Parmi les artistes présents beaucoup d'américains, mais curieusement le seul que je connais est russe (c'est le chanteur d'Auctyon) et les seuls mots que je comprendrais seront des noms et de styles (genre Meredith Monk ou free jazz).


Apres avoir bu pour oublier notre faim (je me sens pas de reprendre une assiette de petits pois comme l'autre fois), nous voyons prendre place sur scène celle qui se fait appeler Pamela Z. Malgré l'abondance d'instruments sympathique sur scène : piano a queue, violoncelle, percussions, elle choisit de se caller derrière le laptop comme on dit. Ouille je crains le pire.


Elle attaque en se samplant (comme Anais) ... je suis un peu rassurer car en fait l'ordi lui sers plus de support, et la plupart des sons qu'elle sample sortent de sa bouche ou du bidon d'eau sur lequel elle frappe. Maintenant je comprends mieux pourquoi j'ai entendu le nom de Meredith Monk un peu plus tôt. Dix contre un que c'est une de ses anciennes élèves tant les techniques vocales sont similaires. Comme lors du Festival Mimi ça me donne envie de rire par moments, mais comme je suis un peu fatigué, pas tant que ca finalement.


Pendant une grosse heure elles chantera, poussera des cris, agitera les bras, tout cela avec des expressions faciales appuyées En plus de son portable elle a aussi sur les bras des capteurs qui produisent des sons selon ses mouvement (un peu comme Emilie Simon mais en plus sensibles). A un moment elle s'en servira pour imiter le son et les gestes d'une machine a écrire tout en lisant le texte qu'elle tape en russe (pour ça le portable c'est pratique car ça remplace le souffleur).


Lorsqu'elle introduira (en anglais) son dernier morceau qui se trouve sur l'album qu'elle a mis 10 ans pour finir et qui est en vente ce soir, je sentirai un léger sentiment de soulagement. Je n'étais pas forcement dans la bonne humeur pour ce genre de performance. Le reste du public a eu l'air de se régaler.


Apres une pause pendant laquelle j'en ai profiter pour manger un beignet a la viande pas terrible terrible, les américains (eux aussi) de Real Quiet sont montés sans bruit (désolé) sur scène. Ils attaquent les uns après les autres violoncelle, percus puis piano pour un morceau qui commence tout en douceur avant de monter en puissance. Le set sera complètement instrumental, et le micro ne sera la que pour introduire les morceaux.


Ce dont ce chargera le pianiste dans un russe qui m'a vraiment fait envie ... Sinon musicalement certains morceaux sont très pechus, d'autres plus calmes, d'ou mes quelques pertes de connaissances. En tout cas je trouverai ça plutôt agréable (par moments on peut penser a Yann Tiersen) mais je n'ai pas pris la claque de la semaine dernière.


Le percussionnistes dépouillera progressivement son installation, enlevant d'abord rapidement la batterie, puis le reste pour ne finir que devant un "xylophone" géant. Assez habité quand il joue (et comme les deux autres) il se sert d'une partition pour jouer. Je ne sais pas il y avait beaucoup de compositions a eux, mais le pianiste citera quelques compositeurs.


Au milieu le violoncelliste ne s'agite pas trop mais sur les morceaux les plus nerveux il est assez agréable a regarder. Ce que je cesserai assez vite de faire pour profiter pleinement de la musique les yeux fermees.


Au final ils n'auront joué que 3 gros quart d'heure mais étant donnée que la plupart des gens étaient la depuis la conférence de presse ça n'a pas du paraître court. Sur le chemin du retour on s'arrêtera acheter du poisson séché et de la vodka, mais je ne vais pas commencer a vous raconter ma vie, d'autant qu'il se fait tard et qu'il ne faudrait pas que je rate mon avion demain ... le Cap'tain Carnasse (et Philippe) ne serai(en)t sûrement pas content(s) !


Site de Dom (ÄÎÌ) : http://www.dom.com.ru/
Site du festival Long Arms: http://longarms.ru/en/