Accueil Chronique de concert Penelope Isles
Mardi 20 février 2018 : 12227 concerts, 24864 chroniques de concert, 5197 critiques d'album.

Chronique de Concert

Penelope Isles

Penelope Isles  en concert

Baraka, Clermont-Ferrand 27 octobre 2017

Critique écrite le par

Revenir au Baraka, un an après ce live mémorable de Crocodiles, c'était plus que motivant. Agencement identique, quelques améliorations apparemment, au niveau des lumières, ma mémoire peine un peu. Ce soir, l'ambiance sera bien différente du set ultra excitant du groupe californien, on se tourne ici vers un style plutôt chill-out inside.

Et alors, Penelope Isles, qui est-ce? Bon, ok, sous ce patronyme trompeur, on aurait pu s'imaginer une nana venue d'un coin paumé du milieu du Pacifique où les plages sont paradisiaques, n'est-ce pas?! Et bien, perdu! Et donc, ça vient d'où? Brighton, UK! AH, une île, tout de même! OK, on plante le décor: ils sont 4, jeunes et cool, emmenés par Jack et Lily Wolter, frère et soeur, et ont sorti un premier album en 2015, de la dreampop mélodieuse et énergique, nommé "Comfortably Swell" ... Rien que l'appellation est sympa, parce ce que ça m'évoque à la fois le titre pink floydien (si tu arrives à lire rapidement cet adjectif à voix haute 10 fois de suite, tu as gagné tout mon respect) "Comfortably Numb", et un des groupes des 90's que je vénère, Swell, du coup j'aime bien, et mon capital sympathie prend direct quelques points, mais c'est complètement hors sujet et tout le monde s'en fout, non?!



Côté live, dès les premières notes, on se surprend à être happé, si vite, par leurs mélodies efficaces tantôt hypnotiques, tantôt plus dynamiques. Frère et soeur alternent leur voix, l'une leader, la seconde au choeur pour la sublimer, et inversement. En osmose, toujours, en harmonie. Cette voix de Jack d'ailleurs, une intonation qui nous ferait penser à quelque chose de familier par moment... Oui, voilà, ça ressemble à un truc à la Tom Yorke... mais, sans cet effet pleurnichard qui peut agacer. Des mélodies accrocheuses, Round et cet arpège de guitare cristalline, "Cut Your hair" (non, pas celui de Pavement!) est dans le même esprit, avec cette rythmique saccadée, ou, dans un style plus rock, "The Loop" et "Bad Head". Pour le reste, ne connaissant pas le nom des titres à ce moment-là, et ayant une mémoire de poisson rouge dans un bocal de bière, je ne pourrais pas détailler la setlist, mais je suis quasi certaine qu'ils les ont tous joué (ça vous avance?!)

Dans l'ensemble, ce qui dominera surtout, ce sont ces instants de pop hypnotiques, sur l'achèvement de certains titres qui prennent des allures de trip enivrant, à coup de petites touches fuzz et psych, totale réussite. Ça nous fait gazouiller le palpitant, c'est beau comme un troupeau de licornes au galop sur un arc-en-ciel. Au final, ce qui aurait pu être un live pop insipide, s'est en fait révélé être une bonne claque et un grand coup de coeur de cette fin d'année, pour ce groupe que je ne connaissais pas il y a quelques jours encore.

www.facebook.com/penelopeisles




Baraka, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Crocodiles en concert

Crocodiles par Pierre Andrieu
La Baraka, Clermont-Ferrand, le 08/10/2016
De retour à Clermont-Ferrand un an après un passage remarqué à La Coopé, le groupe américain Crocodiles est venu remettre une couche de pop rock psyché & shoegaze dans les... La suite

Levitation Room en concert

Levitation Room par Pierre Andrieu
Le Baraka, Clermont-Ferrand, le 09/09/2016
Le concert de Levitation Room correspond au jour de la rentrée des classes de septembre au Baraka après une pause estivale mise à profit pour refaire entièrement le lieu, qui... La suite

Baston en concert

Baston par Pierre Andrieu
Le Baraka, Clermont-Ferrand, le 19/02/2016
Réjouissant concert des Rennais de Baston dans l'atmosphère, disons feutrée, du Baraka à Clermont-Ferrand... Il y a là tout pour péter les plombs : trois fiers bretons - dont... La suite

Sarah McCoy + Matt Low en concert

Sarah McCoy + Matt Low par Pierre Andrieu
Le Baraka, Clermont-Ferrand, le 14/11/2015
En cette soirée du 14 novembre, il y a deux options qui s'offrent à nous : rester cloîtrer chez soi et déprimer comme un chien en pensant aux victimes des attentats de la veille à... La suite