Accueil Chronique de concert Placebo + Skin
Mercredi 29 janvier 2020 : 11372 concerts, 25892 chroniques de concert, 5285 critiques d'album.

Chronique de Concert

Placebo + Skin

Halle Tony Garnier, Lyon 22 octobre 2003

Critique écrite le par

SKIN

Un set de 35 min qui démontre que cette fille (ex-chanteuse de SKUNK ANANSIE) possède effectivement un indéniable goût pour la scène en multipliant les traversées de scène et autres poses suggestives mais elle ne fut vraiment pas aidée par un son désastreux surtout au début, une reverb' à tomber et des basses recouvrant tout sur un "Weak" à peine reconnaissable (seuls ceux possedant des oreilles bioniques ont du pouvoir percevoir la gratte acoustique). Ce fût un peu mieux sur les 3 derniers morceaux mais pour un peu, son mini-concert à la fnac dans l'aprèm était mieux (ok je suis dur).

PLACEBO

17 000 aficionados, une fosse blindée par un public plutôt connaisseur si l'on s'en réfère à la façon dont il a réagi pendant les morceaux diffusés en warm-up : ovation pour "Seven Nation Army" des White Stripes, ainsi que pour Bowie, Jane's addiction, Interpol et bronca pour Beyoncé (mais ils sont fous ces programmateurs de nous faire des coups pareils !). Grosse ambiance donc pour une entame énorme : lente montée de pression avec diffusion d'images du groupe sur une ligne électro avant l'explosion de l'exutoire instru "Bulletproof cupid " (Dédicace à Griotte), pogos instantanés, vagues et quasi impossibilité d'entrevoir les musiciens malgré un placement relativement bon : environ 20m à droite. Il a donc fallu attendre le tassement des pogos pour enfin apercevoir Brian Molko, ses acolytes habituels bassiste et batteur en pleine lumière additionnés d'un second guitariste et d'un clavier gentiment en retraits. Se sont ensuite enchaînés des tubes et presque rien que des tubes, comme on pouvait s'y attendre pour un concert à la Halle. "Sleeping With Ghost" fut joué quasi en entier (manquait "Something Rotten") plus les meilleurs morceaux des 3 premiers albums. Après cette intro de feu, ils enchaînèrent direct avec "Every You Every Me" hyper vigoureux, "Bionic" splendide de tonicité, joué 2 fois plus vite que sur l'album (Dédicace à Vigoman). Un triptyque absolument génial donc avant le retour au calme avec une interprétation assez libre du sensible "Protect Me From I Want" sur lequel Molko abandonna sa gratte pour se concentrer sur le chant. Ensuite, les meilleurs ont été pour moi: "Plasticine" "Special K" (bien repris par la fosse) "Slave To The Wage" "Allergic to Thoughts of Mother Earth" et "Special Needs" (Dédicace à my spécial G) qui bénéficiaient d'un vrai rendu scénique très fédérateur et puis du plus décevant pour cause de basses omniprésentes : "Second Sight" "English Summer Rain" . Les chansons plus calmes furent pas mal : "Without You I'm Nothing" (Dédicace à ma belle et tendre) "I'll Be Yours" bien que parfois très lentes. Pour ce qui est de l'inévitable single "The Bitter End", son énergie n'eut aucun mal à enflammer un public qui n'attendait que ca même s'il fût joué de façon un peu criarde à mon goût.
Question show, rien à dire, Molko est luminescent voire carrément christique dans son ensemble blanc, Olsdal est très présent également, il troque parfois sa basse pour une gratte afin de suppléer Molko, participe au harmonies vocales, exhibe fièrement sa basse en l'érigeant à la moindre occasion et nous gratifia d'une étrange danse nuptiale pour le 1er rappel ainsi que d'un (très) timide slam torse nu sur 2m à la toute fin du set. Quant à Hewitt, il confirme qu'il n'est pas nécessaire d'être un batteur démonstratif pour être efficace, son jeu est en effet très fin avec une frappe très sèche sans amplitude, toujours juste. Molko ne nous a pas fait beaucoup profiter de sa maîtrise de notre langue, tout juste un consensuel "Bonsoir Lyon, Ca Va ?", un "Je pense que vous la connaissez celle-la" avant "Bitter End" , la présentation de sa bande "Stefan le toxicoman de service" et les remerciements d'usage.

Sinon, un 1er rappel assez convenu, incluant hélas un massacre de "Pure Morning", où toutes les subtilités du morceau furent littéralement noyées dans les basses mais aussi le méconnu "Peeping Tom". Le 2ieme en revanche fût une merveille avec d'abord Molko au clavier pour un délicieux "Centrefolds" d'une beauté primitive (même si ca mériterait un vrai piano). Mais ils ne pouvaient pas conclure sur une chanson aussi mélancolique. Par conséquent, on eut droit à une apothéose extatique avec la reprise jubilatoire et introspective des Pixies (hélas sans Frank Black comme à Bercy) "Where is My Mind ?" pour la clôture définitive. Le tout en 1h45.

Bref un set très réussi sur lequel les fans ont pris leur pied malgrès une setlist peut-être un peu figée (encore que) et (je me répète) la réverb' des basses, parfois vraiment dommageable mais c'est le problème récurrent à la Halle et on sait à quoi s'en tenir quand on y va.

A la prochaine pour Muse

Flo

 Critique écrite le 23 octobre 2003 par Flo


Placebo : les dernières chroniques concerts

Placebo + Talisco (Festival de Nîmes 2017) en concert

Placebo + Talisco (Festival de Nîmes 2017) par Yann B
Festival de Nîmes, le 18/07/2017
18 juillet 2017... 20 ans déjà que Placebo existe. Ce soir, le groupe se produit dans les arènes de Nîmes. Cela faisait plus de 10 ans qu'il n'y était pas venu. Il est 19h00 quand... La suite

Jake Bugg - Girls in Hawai - Imagine Dragons - Placebo (Sziget Festival 2014) en concert

Jake Bugg - Girls in Hawai - Imagine Dragons - Placebo (Sziget Festival 2014) par Peribrux
Sziget Festival, Budapest, Hongrie, le 13/08/2014
SZIGET - troisième jour La sieste a duré plus de trois heures et je suis arrivé un peu plus tard au festival. J'avais pris la précaution de passer un spray de crème... La suite

Placebo + Dandy Warhols + LRM (Les Voix du Gaou 2014) en concert

Placebo + Dandy Warhols + LRM (Les Voix du Gaou 2014) par coco
Six Fours les Plages, le 17/07/2014
Encore une année ou le festival Les Voix du Gaou est à tomber. La programmation est géniale, les organisateurs sont supers et le lieu ... sans nom tellement c'est magnifique !... La suite

Sigur Ros, Get Well Soon, Dark Dark Dark, Grimes, Para One, The Asteroids Galaxy Tour, Crane Angels, Placebo, Owlle (Festival Rock en Seine 2012) en concert

Sigur Ros, Get Well Soon, Dark Dark Dark, Grimes, Para One, The Asteroids Galaxy Tour, Crane Angels, Placebo, Owlle (Festival Rock en Seine 2012) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, le 24/08/2012
On fête en grande pompe les 10 ans du festival Rock en Seine au Domaine National de Saint-Cloud du 24 au 26 août 2012, avec une programmation éclectique idéale pour contenter... La suite

Skin : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2006, 2/2 :  Skin, The Dead 60s, The Rakes, Grand Corps Malade, Editors, Radiohead en concert

(mon) Rock en Seine 2006, 2/2 : Skin, The Dead 60s, The Rakes, Grand Corps Malade, Editors, Radiohead par Philippe
Parc de Saint-Cloud, Paris, le 25/08/2006
Photos par Philippe ! Pour le premier jour c'était par là ! La pluie a bien fait mine de venir taquiner Paname, qui ne s'en est pas laissé compter. Certains des provinciaux... La suite

Placebo + Skin par Duarte
Dome / Marseille, le 23/10/2003
Le dôme de Marseille était plein a craquer pour la venue de Placebo après leur dernier album "sleeping with ghosts". La premiere partie était assurée par Skin (ex chanteuse de Skunk Anansie) avec son look un peu punk. Malheureusement je suis arrive un peu en retard alors j ai n ai pu écouter que les dernières chansons dont le fameux tube... La suite

Radiohead, Xavier Rudd, Beck... par Alys
Saint-Cloud, le 26/08/2006
Je suis assez d'accord avec la critique de XOF , mais ce qui m'étonne dans sa critique, c'est qu'il n'a pas du tout mis en avant le son anormalement bidon qu'à eu Radiohead pour son unique concert en france en tête d'affiche de ce festival. J'ai été vraiment deçue, c'est la troisième fois que je les vois sur scène et ce concert gagne la dernière... La suite

Halle Tony Garnier, Lyon : les dernières chroniques concerts

Roger Waters (Pink Floyd) en concert

Roger Waters (Pink Floyd) par Philippe
Halle Tony Garnier, Lyon, le 09/05/2018
Après le compte-rendu détaillé de l'ami Gandalf à Barcelone, étant donné que la set-list était rigoureusement la même à Lyon et que Concertandco n'a pas été accrédité pour des... La suite

The XX en concert

The XX par Coline Magaud
Halle Tony Garnier, Lyon, le 21/02/2017
La Halle Tony Garnier à Lyon, lieu peu réputé pour un son de qualité et des concerts intimistes a pourtant été hier soir le théâtre d'un show intéressant livré par le groupe... La suite

The Cure en concert

The Cure par Pierre Andrieu
Halle Tony Garnier, Lyon, le 17/11/2016
Grand moment de communion extatique en compagnie de The Cure à la Halle Tony Garnier de Lyon : une set list de rêve marquée au fer rouge par l'inoxydable album Disintegration... La suite

System of a Down en concert

System of a Down par Philippe
Halle Tony Garnier, Lyon, le 14/04/2015
Avec le recul je dois admettre que, une fois n'est pas coutume, je me suis un peu comporté en touriste à ce concert, même si SOAD est un des derniers grands groupes de metal que... La suite