Accueil Chronique de concert Puppetmastaz + Blake Worrel + Transformer Di Roboter
Lundi 16 septembre 2019 : 14117 concerts, 25674 chroniques de concert, 5264 critiques d'album.

Chronique de Concert

Puppetmastaz + Blake Worrel + Transformer Di Roboter

Puppetmastaz + Blake Worrel + Transformer Di Roboter en concert

La Gaîté Lyrique, Paris 14 Avril 2012

Critique écrite le par



Après une (fausse ?) séparation, le crew de marionnettes hip hop le plus déjanté de la planète se retrouve pour un nouvel album, intitulé "Revolve And Step Up !", aux forts accents dubstep. Le concert du soir à La Gaîté Lyrique, qui affichait complet depuis des semaines, était présenté comme leur "Reunion Show", même si le groupe avait déjà donné plusieurs représentations avant celle-ci.

En première partie, on retrouvait Blake Worrel, qui n'est autre qu'un des rappeurs de chair et d'os du collectif, lancé depuis peu dans une carrière solo à visage découvert. Sur une base de beats très lourds, il offre un flow intéressant, mais parfois un peu brouillon, et n'échappe pas à plusieurs couacs. Très seul sur une scène pourtant pas bien grande, sans aucune mise en scène, le chanteur, qui s'avoue lui-même "fatigué" par trois concerts donnés la veille, manque un peu d'énergie. Une énergie que le public peine aussi à lui rendre, ne lui offrant des applaudissements (pourtant nourris) qu'entre les morceaux, mais montrant bien peu d'entrain pendant ceux-ci.



Très rapidement après la fin de son set, prenant le public par surprise, débarque le groupe Transformer Di Roboter, qui assure l'introduction des Puppetmastaz pendant cette tournée. Un projet complètement fou, entre of Montreal et Hard Ton, avec un chanteur mégalo en veste dorée, un batteur sous acides et des danseuses orientales de pacotille, qui se transforment peu à peu en effeuilleuses burlesques avec pompons sur les seins. Musicalement, on oscille, le temps de trois morceaux à peine, du disco au rock en passant par le hip hop, le tout sur une grosse base électro qui défouraille. On comprend mieux l'avertissement "ce spectacle n'est pas conseillé aux enfants".

A peine le temps de faire sortir la folle troupe de scène que les Puppetmastaz entrent en piste. Après avoir débuté sur deux morceaux moins connus de leur répertoire, ils sortent l'arme lourde avec Do The Swamp, servi dans une version un peu revisitée. Après un autre classique, Break A Bottle, c'est le robot R2D2 qui intervient pour lancer un "beat du futur", plutôt efficace, issu du dernier album. Puis on nous annonce qu'il est temps d'accueillir les "marionnettes du futur", et dans une mise en scène pompeuse et réussie, ce sont six rappeurs humains, vêtus des attributs des marionnettes les plus emblématiques du crew, qui apparaissent sur scène. On voit donc, grandeur nature, mais avec des costumes parfois exagérément grossiers, Mr. Maloke ou Snuggles The Bunny. Malheureusement, le problème qui se posait déjà sur les précédents spectacles au moment de l'entrée des Sneakerboots (soit trois des rappeurs humains vêtus de perruques et de survêtements rouges) se retrouve là encore : la force des Puppetmastaz est d'être un groupe de marionnettes, et on n'a pas très envie de les voir en chair et en os devant soi. Ce détournement du concept n'apporte rien, sinon la désagréable impression que les humains qui se cachent derrière la tenture de la scène cherchent désespérément à capter un peu de la lumière qui tombe sur leurs avatars. Ce n'est qu'après quatre longs morceaux, plutôt confus malgré de bons beats, que les choses rentrent dans l'ordre, pour une confrontation entre humains et marionnettes bien négociée dans une saynète réussie, qui débouche finalement sur le surpuissant Full Bashment. On aura encore droit à Midi Mighty Moe avant que la troupe sorte une première fois de scène.



Elle y revient pour Innerself Respect et Bigger The Better, qui voit même le retour en scène des danseuses orientalo-burlesques de Transformer Di Roboter.

Pour le troisième rappel (après un second vite expédié), ils assènent le tube Puppetmad, qui met enfin la Gaîté en transe. C'est le moment idéal pour une belle séquence de fin, joliment mise en scène et dont la musique fait un formidable générique. On croit donc le concert terminé et on est plutôt satisfait de cette belle sortie, mais les Puppetmastaz reviennent encore une fois sur scène pour un dernier titre dubstep, dont la fin abrupte surprend tout le monde. Une poignée de fans aura beau continuer de rappeler pendant plusieurs minutes, le concert est cette fois bel et bien fini.



Outre cette fin des plus étranges, on aura regretté le trop grand nombre de titres nouveaux ou inconnus, qui s'ils sont, pour certains, plutôt efficaces, laissent le public un peu sur sa faim. Les quelques tubes sont pour leur part les seuls morceaux qui soulèvent réellement la foule et on ne peut donc que déplorer leur rareté. En termes de mise en scène, en revanche, le show est à la hauteur, et le scénario du spectacle plutôt bien ficelé.

Les Puppetmastaz forment un groupe à part, qui a bâti sa réputation sur des shows uniques et des morceaux fédérateurs. On ne peut donc que conseiller d'aller les voir, même si on ressort frustré qu'ils n'appliquent pas mieux la recette de leur succès, au lieu de faire des choix souvent hasardeux.

Blake Worrell : les dernières chroniques concerts

Puppetmastaz + Blake Worrell en concert

Puppetmastaz + Blake Worrell par Sérovi
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 21/04/2012
Ce soir direction le Cabaret aléatoire pour assister au concert très prometteur des Puppetmastaz. En arrivant je découvre La Friche La Belle de Mai, avec ses skateurs, ses... La suite

Puppetmastaz : les dernières chroniques concerts

Fiesta des Suds 2016 - Soir 3 - Cassius - Puppetmastaz - Naive New Beaters - Broken Back - PinkNoColor - Eve Dahan en concert

Fiesta des Suds 2016 - Soir 3 - Cassius - Puppetmastaz - Naive New Beaters - Broken Back - PinkNoColor - Eve Dahan par Julien 13ru
Docks des Suds - Marseille, le 22/10/2016
De la pluie...De la pluie nous accueille à notre arrivée à la Fiesta des Suds. Ce soir c'est samedi soir et si on fait pas gaffe on va vraiment l'attraper, la fievre du samedi... La suite

Puppetmastaz + Blake Worrell en concert

Puppetmastaz + Blake Worrell par Sérovi
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 21/04/2012
Ce soir direction le Cabaret aléatoire pour assister au concert très prometteur des Puppetmastaz. En arrivant je découvre La Friche La Belle de Mai, avec ses skateurs, ses... La suite

PuppetMastaz en concert

PuppetMastaz par Philippe
Le Cabaret Aléatoire, Marseille, le 30/09/2009
A part une première expérience convaincante en live à Rock en Seine en 2007, je ne connais à peu près rien aux rappeurs teutons marionnettophores de Puppetmastaz. Fort d'une... La suite

(mon) Rock en Seine 2007 2/3 : PuppetMastaz, The Fratellis, Pravda, Erik Truffaz, Jarvis Cocker, CSS, The Jesus & Mary Chain, Tool  en concert

(mon) Rock en Seine 2007 2/3 : PuppetMastaz, The Fratellis, Pravda, Erik Truffaz, Jarvis Cocker, CSS, The Jesus & Mary Chain, Tool par Philippe
Parc de St Cloud, Paris, le 25/08/2007
Le vendredi c'était par ici ! Après une nuit réparatrice, on rejoint le site sous un soleil de plomb (qui a dit que l'été était pourri ? A Marseille on a pourtant rien... La suite

La Gaîté Lyrique, Paris : les dernières chroniques concerts

Rendez-Vous en concert

Rendez-Vous par lol
La Gaité Lyrique, Paris, le 05/04/2019
C'est une salle de la Gaité Lyrique "sold out" depuis plusieurs semaines qui attendait avec beaucoup d'impatience, de curiosité et de chaleur le nouveau concert parisien de... La suite

Grandaddy + Black Lips (Arte Concert Festival 2017) en concert

Grandaddy + Black Lips (Arte Concert Festival 2017) par Samuel C
Gaité Lyrique, Paris, le 06/04/2017
Soirée contrastée avec les Black Lips puis Grandaddy dans le cube post-moderne de la Gaité Lyrique et son bar rococo sublime... Black Lips Ajoutés à l'affiche alors que... La suite

Fred Pallem et le Sacre du Tympan, Tribute To Francois de Roubaix en concert

Fred Pallem et le Sacre du Tympan, Tribute To Francois de Roubaix par lol
Gaitée Lyrique, Paris, le 05/10/2016
C'est à la Gaité lyrique, temple de la "boboitude" parisienne, que Fred Pallem et son "Sacre du Tympan" donnaient un concert hommage à François de Roubaix, qui est est mort il... La suite

Courtney Barnett en concert

Courtney Barnett par Xavier Averlant
La Gaité Lyrique, Paris, le 05/12/2015
Direction la Gaîté Lyrique pour le dernier concert de la tournée européenne de Courtney Barnett, le phénomène rock indépendant des deux dernières années. Les critiques sont... La suite