Accueil Chronique de concert Refused + The Bots + Sna Fu
Mercredi 19 février 2020 : 10842 concerts, 25924 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Refused + The Bots + Sna Fu

Paris Bataclan 9 octobre 2012

Critique écrite le par

The Bots: excellent groupe (batteur de 15 ans et guitariste chanteur de 18 ans!) mais qui joue dans un autre registre: Blues-Punk-electro-metal! Certains pensent qu'ils n'avaient pas leur place ici (mon pote annonce "Je suis venu écouter du Hardcore merde!"), à mes yeux, ils ont beaucoup de point en commun avec les maîtres (si, si) du Hardcore: REFUSED. En tout cas, ce sont d'excellents musiciens, à suivre donc!

Passons au plat de résistance. Le rideau tombe... une basse techno percute les tympans ( mon pote panique "C'est de l'electro Refused?!"), les hurlements grondent comme le tonnerre... Mon pote n'a pas le temps de finir sa question qu'il est embarqué dans une danse nommé "Pogo". Comme tout le monde le dit: c'était parfait. Certains se plaignent du prix, j'ai donné plus pour des gros concerts et franchement la barre était sous terre par rapport à la performance monstrueuse des 4 R. Refused mouille le maillot, la prestation vaut le prix. Si Dennis et Jon Brännström (il est vraiment énorme ce guitariste, un charisme incroyable, cette façon de tenir la guitare et de faire le pantin! Un savant fou de la guitare!) sont en trances, les autres membres sembles moins enthousiasmés par cette reformation.

Alors je remercie le groupe de nous avoir donné un des meilleurs concerts de toute ma vie, je remercie également le public qui était terrible ( l'ambiance dans la fosse était très bonne) mais si le coeur n'y ait pas, je préfère voir ce groupe éteint que actif, car selon certains interviews, le groupe reste très dubitatif sur leur retour (frustré de voir le public mal interprété leur message ou s'en foutre complètement, critique négative vis à vis d'une reformation soi-disant commercial,etc).

Mais malgré tout, cette soirée au Bataclan restera un grand moment pour moi et pour le groupe qui n'en revenait pas de l'accueil que le public français leur a donné. Et n'oublions pas, comme nous l'a rappelé Dennis: Nous avons mené la révolution la plus violente de ces derniers siècles... Comme quoi, tout peut arrivé... Boredom won't get us tonight.

 Critique écrite le 12 octobre 2012 par Fantômas