Accueil Chronique de concert Rival Sons
Dimanche 25 juin 2017 : 10224 concerts, 24480 chroniques de concert, 5162 critiques d'album.

Chronique de Concert

Rival Sons

Rival Sons en concert

Le Transbordeur - Lyon 12 Février 2017

Critique écrite le 21 février 2017 par Fred Boyer

Nous voici donc à Lyon, dans cette superbe salle du Transbordeur pour voir enfin en tête d'affiche un groupe qui, ces dernières années, est abonné aux premières parties prestigieuses : Deep Purple, Black Sabbath, Iron Maiden, Lenny Kravitz entre autres... C'est d'ailleurs en première partie de ce dernier que je les avait découvert à Nimes en 2015. Coup de coeur instantané en ce qui me concerne pour un groupe reprenant le son de ces grands groupes de blues rock de la fin des 60s qui ont donné naissance au hard rock des 70s : Led Zeppelin comme référence évidente, mais aussi Cream ou Deep Purple.

Pas de première partie en ce dimanche soir au Transbo, mais un DJ nous mettant directement dans l'ambiance de la soirée : hard rock, soul, proto funk, la soirée sera placée sous le signe du Old School, et la ribambelle de vieux hardeux présents en atteste : grosses beubars, blousons en cuirs, T-shirts avec des crânes, tatouages improbables, bières servies dans le plus grand verre possible, ce soir on joue à la piole.


Il est 20h30 quand les californiens débarquent sur scène sur la musique de "le bon, la brute et le truand". D'entrée, ils attaquent avec le titre éponyme de leur dernier album Hollow Bones, et ce qui frappe très vite, en dehors du bon son et du look impeccable des lascards, c'est l'omniprésence du chanteur. Jay Buchanan, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est à mon avis l'atout numéro un de ce groupe, son facteur X. Rival Sons est un très bon groupe, solide, productif (5 albums en 7 ans), ayant bien digéré ses influences et sortant de très bons disques et de bonnes chansons. Mais en plus, ils ont Jay Buchanan. Et embaucher un tel chanteur dans son groupe, c'est gagner au loto. Ce type là est incroyable, d'une attitude pouvant apparaître un peu fermée sur scène, il prend pourtant toute la lumière. Il chante incroyablement bien soit, mais en plus il sait crier. Et crier sur une chanson rock, cet art délicat créé par Sir Paul McCartney, s'est un peu perdu au fil du temps. Jay Buchanan le fait revenir au premier plan, dans une attitude bien à lui, entre Robert Plant (pour le coté "je reste classe alors que j'ai les cheveux long et des fringues de baba cool") et Joe Cocker (pour le côté "je suis pas vraiment là, en fait je suis possédé par la musique").


Après trois chansons du dernier album en guise d'entrée en matière, l'ambiance monte d'un cran avec les tubes des albums précédents genre Electric Man ou Pressure and Time. Le groupe a l'air assez content d'être là, joue le jeu avec le public, et réussit même à nous faire avaler le passage obligé (généralement bien chiant) des solis guitare et batterie. Une quinzaine de chansons bien pêchues, plus les deux morceaux de lovers genre Where I Been sur lesquels Buchanan nous montre que son registre est assez diversifié et le groupe se casse sans jouer au jeu (au final assez bidon) des faux rappels.
Qu'importe, le public a été servi par une performance magnifique, généreuse et peut repartir chercher un truc à bouffer pour éponger un peu les litres de bières engloutis jusque-là. Et ceci à 23 heures un dimanche soir en février à Lyon sera une mission compliquée mais c'est une autre histoire.

Au final, quand on est un vieux fan de rock comme je le suis, des Stones à Iggy Pop, en passant par Springsteen ou Bowie, notre époque est assez anxiogène. Tous ces géants sont en train de disparaître les uns après les autres, et nul doute que dans les cinq ans à venir les survivants de cette génération se compteront sur les doigts d'une main.


Mais une vision optimiste est aussi possible, c'est ce qui m'a sauté aux yeux ce soir là à Lyon, des groupes comme Rival Sons, mais aussi Nathaniel Rateliff & The Night Sweats ou The Kills (pour parler des groupes que j'ai vu ces derniers mois) sont là, ils ont des choses à dire, une musique à défendre, et ils le font bien, et le public les suit (ce qui est fondamental pour la survie de ce genre). Les géants peuvent se retirer, le temple du Rock 'n Roll est bien gardé...


Rival Sons : les dernières chroniques concerts

Rival Sons (Download Festival France 2016) en concert

Rival Sons (Download Festival France 2016) par Lebonair
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 12/06/2016
Nous voilà dimanche, on est arrivé plus tard encore sur le site par rapport aux journées précédentes notamment en raison du métal qui use et de la programmation sans intérêt... La suite

(mon) Download Festival 2016 : Lofofora, Strange Bones, Trivium, New Years Day, Children of Bodom, Sabaton, Rival Sons, Volbeat, Last Train, Megadeth, Rammstein en concert

(mon) Download Festival 2016 : Lofofora, Strange Bones, Trivium, New Years Day, Children of Bodom, Sabaton, Rival Sons, Volbeat, Last Train, Megadeth, Rammstein par Philippe
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 12/06/2016
Arrivée en France du Download Festival, le gros machin metal de Live Nation, donc ? Personne n'est dupe, ce n'est pas de la philanthropie, l'idée est évidemment d'aller empiéter... La suite

Rival Sons + The Balconies en concert

Rival Sons + The Balconies par Jorma
Cargo de Nuit - Arles, le 06/04/2013
Enfin un concert de Rock au Cargo ! Et pas de la bouse en plus, hein, Rival Sons ! Si c'est pas inespéré, ça... Attrapé à la volée durant leurs pérégrinations européennes, le Cargo... La suite

Main Square 2011 - Jour 3 : Pj Harvey, Portishead, Elbow, Coldplay, I Blame Coco, Charles Bradley, Magnetic Man, Rival Sons... en concert

Main Square 2011 - Jour 3 : Pj Harvey, Portishead, Elbow, Coldplay, I Blame Coco, Charles Bradley, Magnetic Man, Rival Sons... par boby
Citadelle, Arras, le 03/07/2011
Rival Sons, Revival Sound Dés les premières notes de Rival Sons les sonorités sont évocatrices... Voyage abyssal au cœur des années 70 en pleine effervescence du... La suite

Le Transbordeur - Lyon : les dernières chroniques concerts

Sum 41 + Paerish en concert

Sum 41 + Paerish par Cathy Ville Solvéry
Le Transbordeur à Villeurbanne, le 26/01/2017
Groupe canadien de punk rock tendance skate core ayant connu son heure de gloire dans les années 2000 (à l'instar de combos tels que Blink 182 ou Green Day), Sum 41 fait salle... La suite

Le Voyage de Noz en concert

Le Voyage de Noz par P Surjeanlouismurat
Transbordeur, Lyon, le 15/03/2016
Le Voyage de NOZ, fabriquant de rock, Since 1986. Ils l'ont montré: - qu'ils ne sont "pas encore morts" pour reprendre un de mes titres préférés (que j'ai choisi de... La suite

Babyshambles en concert

Babyshambles par Vince-O-Matic
Transbordeur, Lyon, le 15/02/2014
Peter Doherty est grand et il serait temps que ça se sache, bordel ! Pourquoi, parmi tous les impeccables concerts de la fine fleur du "rock indé" vus récemment, celui des... La suite

Tricky en concert

Tricky par SBSam
Le Transbordeur, Lyon, le 12/12/2013
Chaude ambiance au Transbordeur, à Lyon, par une nuit froide et brumeuse. On n'a jamais vu le visage de Tricky, éclairé par l'arrière, ni celui de ses charmantes musiciennes... La suite