Accueil Chronique de concert (mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack
Mercredi 22 août 2018 : 11594 concerts, 25130 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack en concert

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 27 août 2016

Critique écrite le par


Quand l'été est presque enfui, comme chacun sait, il n'y a qu'une seule solution pour le clôturer dignement : Back to Rock en Seine ! Bon, on pourrait nous accuser légitimement d'être un peu un touriste récidiviste par ici, à force de n'y passer qu'entre 1,5 et 2 jours depuis maintenant déjà quelques années. Il est vrai que la capitale recèle d'autres charmes et que la programmation peut parfois y avoir de sérieux trous d'air... Il n'empêche que l'auteur de ces lignes : 1) a vu les White Stripes ici en 2004 (voir chronique par ailleurs) ; 2) a créé à peu près la même année la page "Rock en Seine" de Wikipedia (si, si, ça ne s'invente pas, les nerds pourront même vérifier) ; 3) a célébré en cette année 2016, sa 10ième venue annuelle ici (tout en ratant royalement la veille le concert absolument splendide de The Last Shadow Puppets, pour la 2ième fois cet été après celui des Eurockéennes...)


Votre serviteur évolue donc tel un fish dans ses chips entre les beaux arbres du Parc de Saint-Cloud, parfaitement à l'aise au milieu des désormais trois générations de rockeurs (à la recherche de leur dose de larsen), des toujours nombreux indigènes de Grande-Bretagne (avec leurs coups de soleil douloureux sur les épaules...), et de ceux de Bretagne (avec leurs drapeaux à la con, également sur les épaules...), des fans improbables de Bring Me The (ha, ha) Horizon (sans doute accourus de toute la France rurale), des rigolos déguisés (toujours nombreux et créatifs) et des minettes venues exhiber leurs tenues sophistiquées et leurs cuisses creuses de malnutries volontaires des beaux quartiers... Pour résumer ce joyeux assemblage hétéroclite et comme nous le disait avec justesse, peu avant l'été, le très délicat vocaliste de Rammstein, juste un peu plus au nord et sur l'autre rive de la Seine à l'Hippodrome de Longchamp : "Ach, Paris, fous êtes zingroyables !"...


On retrouve donc très facilement nos repères (et nos ami.e.s) pile devant la grande scène, au moment où commence le concert de Wolfmother (déjà passé ici il y a au moins 10 ans), avec tous les potards réglés sur 11. Pas revus depuis un show énorme au il y a 6 ans au Bataclan, le groupe qui a pourtant sorti au moins 2 vinyles aux pochettes superbes, se présente sans vergogne devant une bâche absolument hideuse ! Cependant Andrew Stockdale a fait un autre choix artistique de meilleur aloi (à moins que des histoire de droit d'auteur le lui aient imposé - les musiciens ayant beaucoup varié autour de lui dans le temps !) : consacrer environ les 2/3 du set à son énorme premier album éponyme, et ne garder qu'1 ou 2 singles pour les 3 disques moins brillants qui ont suivi... Très, très bonne idée : c'est la set-list idéale !


Nous sont donc servies en pleine gueule, entre autres et à titre d'apéritif, l'énorme Dimension (où l'on pense toujours à Ozzy Osbourne), mais aussi White Unicorn, ou encore les toujours parfaitement jouissives Woman, Colossal et même The Joker & the Thief pour finir ! Mais aussi les très présentables Gypsy Caravan ou New Moon Rising : avec guitare à double manche, basse souvent jouée à l'orgue, hululements joyeux et grosse caisse si forte qu'elle couvre d'ailleurs un peu le reste, le groupe fait feu de tout bois, fait taper dans les mains, accélère le tempo de titre en titre et produit un raffut réjouissant fini en quasi-pogo, idéal pour commencer l'après-midi avec notre copine à tous, Arlette Canicule, et une grande bière bue à sa santé. Encore un beau trio de heavy rock velu, qui n'est pas sans rappeler celui de Kadavar, également écrasés de soleil sur la même scène en 2015 ! Tout au plus peut-on leur reprocher (dans les deux cas) de manquer légèrement d'humour - on se demande un peu s'ils perçoivent ou non le côté légèrement parodique de leur musique ?


En parlant de parodique, on était curieux de voir ce que pouvaient donner sur scène les 2 branlotins magnifiques (et souvent drôles) de la série Bloqués, a.k.a. Orelsan & Gringe, a.k.a. les Casseurs Flowters. Mais curieux, d'autres gens l'ont été encore plus et ont formé un tel moulon qu'ils nous empêcheront d'arriver près de la scène. Les 2 gaillards et leurs nombreux potes invités sont en tout cas mieux réveillés que dans leur canap', le flow est donc très correct, le logo joli et la prestation enlevée, ils sont sympathiques avec le public, manquent de peu de nous embarquer. On aura quand même envie de faire un tour ailleurs quand ils samplent platement Kavinsky, et donc ... Avec deux jolies voix féminines, le rock mélancolique de Beau a l'air de l'être assez, beau, mais avec une seule chanson vue, impossible de se faire une idée puisqu'ils/elles finissent avec environ 20 minutes d'avance ! Un jour il faudra quand même qu'on nous explique pourquoi des groupes "montants" acceptent des plages horaires plus longues que la totalité de leur répertoire, au risque de passer pour de parfaits baltringues - par exemple, cette pauvre Bibi Bourrelet nous a fait la même chose aux Eurocks en juillet ! On pourra donc revenir voir nos 2 zigues, Casseur & Flotteur, expliquer qu'ils ont tendance à bloquer, dans un finale franchement plaisant et surtout, devant un public franchement déchaîné !


Les Grand Blanc, croisement improbable entre Bashung, Joy Division (et un peu Indochine, aussi), on les a déjà vus encore un peu tendres il y a quelques mois à Marseille. Depuis, ayant surement enchaîné pas mal de dates, ils ont notoirement gagné en confiance en plus de gagner pas mal de fans - le gazon de l'Industrie est bien rempli, et jusqu'en haut ! La chanteuse et le chanteur, à présent blonds tous les deux, assènent sans temps morts et sans plus douter de rien (ils ont raison ! No explain, no complain !), leur dark pop francophone, plutôt originale mais pas forcément consensuelle - pas mal d'allées et venues dans le public. L'Homme Serpent, Bosphore & la post-punk Verticool se détachent et mettent l'ambiance, tandis que les (volontairement) glaçantes Degré Zéro, Disque Sombre & Surprise Party, moins sexy en live, vident logiquement un peu la piste... Mais pour finir, Samedi la Nuit, toujours interprétée de façon urgente et intense après 2 ans d'existence, mettra tout le monde d'accord, avant que le groupe nous suggère d'aller applaudir les "femmelettes" de la scène d'à côté... Belle prestation !


C'est donc bien l'heure de La Femme dont on suit depuis longtemps l'étonnant parcours scénique aussi bien que discographique. Avec un nouvel album sur le point de paraître, le groupe a une set-list largement renouvelée, et de titres ô combien prometteurs : Sphynx pour commencer en douceur et en mystère, plus loin Où va le Monde et Mycose, deux potentiels hymnes pop malpolis, dansants et marrants à la fois. Pas revu depuis 3 ans, ce combo d'abord parti plutôt en mode arty/mystérieux, a aussi franchi un cap (de non-retour ?) dans la déconne sur scène (les Wampas ne sont plus très loin !), ce qui le rend d'autant plus festif. Il faudra d'ailleurs une grand manoeuvre de contournement de l'immense public pour pouvoir nous mêler à la fête... Equipés de tubes désormais classiques, selon leur formule déposée originale (et ultra-efficace) "chant pop décomplexé + basse synthé à l'octave 80's + guitare surf saignante", les La Femme déroulent en toute décontraction (et avec pas mal de vannes inter-titres) un concert jubilatoire presque de bout en bout !


Contrairement aux précédents, ils laissent en effet de côté leurs titres non dansants (à l'exception notable de 2023), pour se concentrer sur le plus saignant : la joyeuse Packshot, la féministe et tuante Si un Jour, un titre non identifié à la Plastic Bertrand... Ils sont probablement LE groupe incarnant le mieux le rock français en 2016, malgré (ou grâce à) leurs tenues et à leurs accessoires parfois légèrement problématiques (faut-il ou non poser un gode géant sur son synthé tout le concert et taper sur un gong avec à la fin ?). Mais on pardonnera beaucoup d'errances capillaires, costumières ou autres à des gens capables de nous tuer à chaque apparition avec le même titre surfissime, dont seul l'année change (c'est donc Paris 2016 !), d'assumer leur infidélité (Nous étions Deux) aussi bien que leur basquitude (fumante Sur la Planche) et leur côté concon (jouissive Anti-Taxi finie en slam collectif du groupe). En ajoutant à cela quelques titres inédits bien intrigants (Septembre, Strasbourg Saint-Denis), l'impatience est réelle de découvrir leur nouveau disque (avec ou sans reprise du Dominique, nique, nique de Soeur Sourire...), et ils repartent surement avec quelques centaines ou milliers de fans en plus, bien mérités pour le coup !


Un peu dûr d'enchaîner après ça avec les nettement plus classiques, pour ne pas dire les vintage, pour ne pas dire les So 90's, pour ne pas dire les franchement datées (auto-estampillées "since 1985" !), quoique vaillantes pétroleuses des L7... Ce groupe de noisy rock de jolies jeunes filles devenues des toujours belles femmes (on parierait qu'une d'elles au moins doit être grand-mère), contemporaines de Nirvana, fait encore le job correctement (l'une des deux chanteuses n'a plus trop de voix quand même), enchaîne les titres heavy/grunge avec force guitares Flying V, les cheveux joliment soulevés par un ventilo bien placé... On sursaute quand même de plaisir à l'écoute de leurs (modestes) tubes : One More Thing ou Pretend We're Dead (qui nous renvoient un million d'années en arrière !), mais on retombe vite au sol. Elles sont sans doute de potentielles icônes sexuelles pour certaines personnes (les fans de la marque Harley Davidson ?), mais pour notre petit groupe, ce sera le moment de la pause-repas dans un food-court toujours varié, copieux... et cher !


Pause-repas qui dérape un peu sur le set, comme toujours d'abord très calme et très beau, de Sigur Ròs, historiques papes du post-rock atmosphérique, un groupe qu'on maîtrisait bien mieux il y a quelques années. Et qui pour mémoire met en scène un elfe qui ne voit pas (Jonsi Birgisson), jouant une musique qui n'existe pas (guitare électrique à l'archet), en chantant avec une voix irréelle dans une langue qui n'existe pas, tenant certaines notes sur des durées physiologiquement impossibles... Une fois l'effet de nouveauté éventé, ce groupe, désormais réduit à 3 hommes sur scène, sait toujours se situer à l'exact milieu entre le franchement magnifique... et le un-peu-chiant-quand-même, surtout en mode best-of comme ce soir (le groupe n'ayant rien sorti depuis quelques années). A noter aussi la cruelle absence de Hoppipolla, leur tube de toujours...


On se retrouve donc naturellement abandonné tout seul à leur concert (très joliment mis en images), dont la set-list est toujours parsemée de titres avec un seul mot répété en boucle (le fameux [yu-saï-lon] de, par exemple, Vaka et de la poignante et splendide E-Bow), ceux de leur (meilleur) album, à notre goût, le mystérieux ()... On reste plus circonspect sur Ny Batteri, vraiment longue à partir ce soir, et une Festival toujours un peu cucul et donc embarrassante. Une piste intéressante pour le futur serait celle, bien plus punchy (mais unique en son genre), de Kveikur, dont on sort avec les oreilles et les rétines défoncées, qui par la batterie, qui par les stroboscopes... Et qui nous a donc bien réveillés, pour le coup ! Cela étant on s'accorde volontiers un trip final de 12 minutes avec eux sur l'inaltérable et toujours puissante Poplagid. La compagnie Hopelandic Airlines espère que vous avez effectué un agréable voyage en sa compagnie...


Last but not least pour aujourd'hui - à condition d'atteindre un endroit d'où on puisse les voir, ce qui sera loin d'être évident ce soir, re-re-re-voici les Massive Attack dont on a un peu perdu le compte des concerts vus... Or un show de ce groupe comporte quelques fondamentaux inamovibles : projection de multiples dépêches d'actualité et autres titres de journaux qui interpellent le public (et dessinent en creux une saine ironie et un vrai engagement politique - confirmé par un mini-speech touchant sur le Brexit, juste avant Eurochild), des gars qui semblent faire la gueule en jouant et en chantant d'une voix atonale (a.k.a. Daddy G & 3D, sensass par exemple sur Future Proof, l'une de mes préférées), et des infra-basses mythiques qui vous soulèvent du sol... Mais aussi, des invités sans qui ça ne décollerait peut-être jamais. A preuve ce soir, on se sentira enfin embarqué seulement quand arrivera la nouvelle Ritual Spirit, et la belle voix de Roots Manuva, également au micro (sauf erreur) pour la mortelle Pray for Rain...


On avoue aussi une certaine tendresse pour ce brave Horace Andy (arrivé sur la toujours poignante Girl I Love You), le vieux reggaeman à la voix nasillarde et qui commence à dangereusement trémoloter... Par contre, l'apport de Tricky venu grommeler dans une quasi-obscurité sur une autre nouveauté, Take it There, sera moins évident. On aurait bien mieux fait d'inviter une des ex' de ce troll caractériel, la sublime Martina Topley-Bird, dont les chansons absentes ce soir étaient les meilleures de l'album Heligoland... Surtout que dans la noirceur, les merveilleusement sinistres Risingson ou Inertia Creeps restent des modèles indépassables, tout comme la splendide Angel où Horace Andy, en bon diesel, commence enfin à chanter au mieux... La lumineuse Deborah Miller viendra heureusement en conclusion nous offrir l'habituel, mais toujours superbe, enchaînement final entre Safe from Harm et, au rappel, Unfinished Sympathy. Concert plutôt très beau donc, mais sans grande surprise et donné sans passion excessive, business as usual...


Et fin d'une belle première journée pour nous, roborative et variée (La Femme en a quand même été le meilleur moment !), et paraît-il la seule qui a fait le plein cette année ! Ah ! Avant d'oublier, un mot sur le système "Cashless" appliqué ici pour la première fois (on a assez daubé la lenteur des bars l'an dernier, alors soyons fairplay !) : avouons que là, ça marche d'enfer, et que c'est d'une fluidité impressionnante. Plus vite servis et dépensant plus d'argent ? Tout le monde y gagne ! A part nos finances perso, bien sûr... Nul doute que ce système va se généraliser à moyen terme dans tous les grands festivals.

Demain, retour ici en famille, pour leur présenter une des toutes dernières icônes du rock encore debout sur ses gambettes...

Crédit Photos :
Ambiance début 2, Wolfmother, Casseurs Flowters, La Femme, Massive Attack © Christophe CRENEL ;
Grand Blanc, L7, Sigur Ròs © Olivier HOFFSCHIR ; Ambiance début 1 © Victor PICON ; Ambiance fin © Zélie NOREDA. Merci beaucoup !

Le demi-dimanche, c'est par là !

Rock en Seine : les dernières chroniques concerts

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2017
Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur... La suite

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Le samedi, c'était par ici ! On commence (mal) notre journée clodoaldienne en ratant (la faute à un repas en terrasse bien trop sympa) les Blues Pills hélas programmés à une... La suite

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) en concert

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) par lol
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Rien n'est plus galvaudé que le label "french Touch" quand on parle d'électro. S'il est souvent accolé au premier péquin français qui fait de la musique avec un ordinateur,... La suite

Casseurs Flowters (Orelsan + Gringe) : les dernières chroniques concerts

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

Marsatac 2014 : Hugo Kant, Quantic, Busdriver, #Chicago Takeover, Casseurs Flowters en concert

Marsatac 2014 : Hugo Kant, Quantic, Busdriver, #Chicago Takeover, Casseurs Flowters par Sami
Friche de la belle de mai, marseille, le 26/09/2014
Marsatac 16ème du nom, pour deux soirs me concernant, c'est parti en ce vendredi à la programmation majoritairement rap et dubstep, même si beaucoup venaient pour le rock de Skip... La suite

Festival Paléo : François & the Atlas Mountains + Vanessa Paradis + Casseurs Flowters + Plaza Francia + Julien Doré + James Blunt  en concert

Festival Paléo : François & the Atlas Mountains + Vanessa Paradis + Casseurs Flowters + Plaza Francia + Julien Doré + James Blunt par Lionel Degiovanni
Nyons ( suisse ) , le 26/07/2014
Pour le 26 juillet, on démarre avec le groupe FRÀNÇOIS & THE ATLAS MOUNTAINS. Quelle surprise pour ce groupe si peu connu !! Ils en sont quand même à leur quatrième album sorti en... La suite

Casseurs Flowters, Alice Cooper, Fauve, Foals, -M-, Joris Delacroix, Gaëtan Roussel, Gesaffelstein, New Politics, Plaza Francia, Salut C'est Cool, Benjamin Clementine, François & The Atlas Mountains, Dakhabrakha, Eli Paperboy Reed (Festival Art Rock 2014) en concert

Casseurs Flowters, Alice Cooper, Fauve, Foals, -M-, Joris Delacroix, Gaëtan Roussel, Gesaffelstein, New Politics, Plaza Francia, Salut C'est Cool, Benjamin Clementine, François & The Atlas Mountains, Dakhabrakha, Eli Paperboy Reed (Festival Art Rock 2014) par Ludmilla A.
Saint-Brieuc, le 24/05/2014
JOUR 1 : AIR SUR LA TERRE Plaza Francia Arrivée à Saint-Brieuc trop tard pour voir The Craftmen Club lancer les festivités au Forum et le concert de TEMPLES, qui... La suite

Grand Blanc : les dernières chroniques concerts

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016) en concert

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 19/07/2016
Nous voilà ici, de retour en Suisse, pour assister au Paléo 40+1 !!! La barre des 40 est passée, et l'ambiance du Paléo est toujours présente. On y retrouve aussi pas mal de... La suite

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) en concert

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2016
Programmation un poil hétéroclite ce soir pour le Festival Avec le Temps, dont on peut tout de même saluer un petit regain d'audace, malgré qu'ils ont inexplicablement raté les... La suite

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) en concert

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) par Vand
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2016
Une paye que je n'avais pas foutu les pieds à l'Espace Julien ! Totalement séduit par l'idée de (re)voir Zone Libre sur mes terres (pour rappel, la dernière fois c'était ici), je... La suite

Rone, Courtney Barnett, Kate Tempest, Forever Pavot, Money For Rope, Smoove & Turrell, Grand Blanc, Cosmo Sheldrake, The Ringo Jets, Jambinai, Curtis Harding, Eagles Gift, Bantam Lyons, Lizzo, Vaudou Game (Trans Musicales de Rennes 2014) en concert

Rone, Courtney Barnett, Kate Tempest, Forever Pavot, Money For Rope, Smoove & Turrell, Grand Blanc, Cosmo Sheldrake, The Ringo Jets, Jambinai, Curtis Harding, Eagles Gift, Bantam Lyons, Lizzo, Vaudou Game (Trans Musicales de Rennes 2014) par Pierre Andrieu
Ubu, Etage et Parc Expo de Rennes, le 06/12/2014
Le traditionnel pèlerinage de fin d'année aux Trans Musicales de Rennes a permis de faire encore une fois une belle moisson de découvertes ultra éclectiques, les coups de... La suite

L7 : les dernières chroniques concerts

(mon) Hellfest 2018, 2-3 : Redemption, Pensées Nocturnes, Get the Shot, Jessica93, L7, Turnstile, Ho99o9, Heilung, Memoriam, Terror, Body Count, Madball, Dead Cross, Neurosis, Dimmu Borgir en concert

(mon) Hellfest 2018, 2-3 : Redemption, Pensées Nocturnes, Get the Shot, Jessica93, L7, Turnstile, Ho99o9, Heilung, Memoriam, Terror, Body Count, Madball, Dead Cross, Neurosis, Dimmu Borgir par Philippe
Hellfest, Clisson, le 23/06/2018
Deuxième journée dans l'enfer - vraiment tout relatif - du Hellfest. Comme nous sommes accueillis dans un campement de thrashmetalheads très pointus, on y entend régulièrement au... La suite

L7 en concert

L7 par Samuel C
La Cigale - Paris, le 13/06/2018
Depuis sa reformation en 2014, c'était le 3ème passage de L7 à Paris et une première sur les planches de la Cigale !  Les Américaines semblaient d'ailleurs très heureuses d'être... La suite

Hellfest 2015 (2/3) : Faith No More, Scorpions, Slash, Airbourne, Obituary, L7, Body Count, Ace Frehley, Marilyn Manson...  en concert

Hellfest 2015 (2/3) : Faith No More, Scorpions, Slash, Airbourne, Obituary, L7, Body Count, Ace Frehley, Marilyn Manson... par Gandalf
Clisson, le 20/06/2015
SAMEDI 20 JUIN Bizarrement, on se lève plus tard et on est moins frais en ce deuxième jour, allez comprendre hein... Par contre, une fois les festivités lancées, on... La suite

L7 en concert

L7 par Pierre Andrieu
Le Bataclan, Paris, le 17/06/2015
Fraîchement reformé et clairement en pleine bourre, le groupe de punk rock grunge L7 a transformé le Bataclan en antichambre de l'enfer rock 'n roll. Avec un show réjouissant... La suite

La Femme : les dernières chroniques concerts

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar,  Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) en concert

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar, Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 23/07/2017
Live Nation avait assuré ne pas gagner d'argent en organisant le premier Lollapalooza parisien. Le cachet des artistes devait en effet être conséquent pour réunir sur 48 heures... La suite

Festival Lollapalooza Paris 2017 : Red Hot Chili Peppers, La Femme, London Grammar, The Hives, Seasick Steve, Tess, Lana Del Rey, Rival Sons...  en concert

Festival Lollapalooza Paris 2017 : Red Hot Chili Peppers, La Femme, London Grammar, The Hives, Seasick Steve, Tess, Lana Del Rey, Rival Sons... par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 23/07/2017
Caravane itinérante imaginée par Perry Farrell (fondateur et leader du groupe Jane's Addiction) au début des années 90, Lollapalooza était alors une vitrine du rock sonique et... La suite

Festival Solidays 2017 : Archive, Ibrahim Maalouf, Cage The Elephant, House Of Pain, Gaël Faye, La Femme, Dizzy Brains, Alexis Calfan, The Pirouettes...   en concert

Festival Solidays 2017 : Archive, Ibrahim Maalouf, Cage The Elephant, House Of Pain, Gaël Faye, La Femme, Dizzy Brains, Alexis Calfan, The Pirouettes... par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 24/06/2017
Depuis 1999, Solidays est un rendez-vous incontournable chaque été. 3 jours de musique, de solidarité et d'engagement dans la lutte contre le sida, à l'hippodrome de... La suite

La Femme en concert

La Femme par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 20/01/2017
Pas exactement enthousiasmé par le dernier album de La Femme, trop long et avec trop peu de bons titres (euphémisme... ), assez circonspect devant la prestation soi-disant psyché... La suite

Massive Attack : les dernières chroniques concerts

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

Massive Attack, Birdy Nam Nam, Marina Kaye, Francis Cabrel, Jain, Stephan Eicher, Le Roi Angus, Tatum Rush, Alex Beaupain, The Two (Paléo Festival 2016) en concert

Massive Attack, Birdy Nam Nam, Marina Kaye, Francis Cabrel, Jain, Stephan Eicher, Le Roi Angus, Tatum Rush, Alex Beaupain, The Two (Paléo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 21/07/2016
Le Roi Angus Pour le jeudi, on démarre toujours tranquillement avec le rituel du show case et là je découvre Le Roi Angus. Les 5 musiciens, bien dans leurs baskets... La suite

Massive Attack + James Vincent Mc Morrow + Alifib (Les Voix Du Gaou 2014) en concert

Massive Attack + James Vincent Mc Morrow + Alifib (Les Voix Du Gaou 2014) par Julienk
Voix du Gaou, le 23/07/2014
Le festival Les Voix du Gaou se déroule dans un lieu magique, perché sur une butte. Au bord de l'eau, sous des pins, une immense scène dans un cadre surréaliste. Le soleil nous... La suite

Festival Rock En Seine : Stereophonics, Two Door Cinema Club, Paolo Nutini, Martina Topley Bird, LCD Soundsystem, Queens of The Stone Age, Massive Attack  en concert

Festival Rock En Seine : Stereophonics, Two Door Cinema Club, Paolo Nutini, Martina Topley Bird, LCD Soundsystem, Queens of The Stone Age, Massive Attack par Lebonair
Domaine national de Saint Cloud , le 28/08/2010
2ème journée à Rock En Seine et 1er constat, il fait beau, bien meilleur que la veille : pas de gros nuages menaçants, de ciel gris noir, juste de petits nuages blancs et un ciel... La suite

Sigur Ros : les dernières chroniques concerts

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

Sigur Ros (Nuits de Fourvière 2016) en concert

Sigur Ros (Nuits de Fourvière 2016) par Cathy VILLE
Théâtre de Fourvière, Lyon, le 06/07/2016
Sigur Ros Ce soir Aux Nuits de Fourvière, Sigur Ros nous a offert une nouvelle fois un concert magique. Même si pour moi ce ne sera pas le plus mémorable (son trop fort),... La suite

Sigur Ros (Nuits de Fourvière 2013) en concert

Sigur Ros (Nuits de Fourvière 2013) par Cathy VILLE
Théâtre Antique de Fourvière, le 30/07/2013
Que de chemin parcouru depuis ce premier concert où j'ai découvert Sigur Ros, timide, mal à l'aise sur scène, c'était au Transbordeur en avril 2001. Puis il y a eu l'auditorium... La suite

Sigur Ros en concert

Sigur Ros par Pascale
Nuits de Fourvière, Lyon, le 30/07/2013
Les Islandais de Sigur Ros font main basse sur le Théâtre Romain de Lyon pour leur seul passage en France cet été. Le théâtre est bien rempli, plusieurs spectateurs viennent de... La suite

Wolfmother : les dernières chroniques concerts

Wolfmother + The Black Angels en concert

Wolfmother + The Black Angels par Philippe
Le Bataclan, Paris, le 25/01/2010
C'est toujours quand on pense en avoir fini avec les concerts-où-l'on-monte-exprès-à-Paris qu'une nouvelle affiche est annoncée, quelques mois à peine après la précédente et... La suite

Wolfmother + The Black Angels en concert

Wolfmother + The Black Angels par Benjamin Fournet
O2 Academy, Newcastle, Angleterre, le 15/01/2010
Nous avions déjà vu les Wolmother ici et les Black Angels là mais les deux à la fois jamais ! Nous nous précipitons donc à l'O2 Academy malgré le "putain de froid" dixit Andrew... La suite

Wolfmother + The Hall Effect en concert

Wolfmother + The Hall Effect par lebonair
Le Trabendo Paris, le 14/10/2009
Mercredi soir, 19h30 devant l'entrée du Trabendo, il fait déjà nuit et un peu froid. Je compte bien me réchauffer au son du groupe Wolfmother. 1ère date de la tournée... La suite

(mon) Rock en Seine 2006, 1/2 : Wolfmother, Calexico, Clap Your Hands Say yeah, Dirty Pretty Things, TV on the Radio, The Raconteurs, DJ Shadow en concert

(mon) Rock en Seine 2006, 1/2 : Wolfmother, Calexico, Clap Your Hands Say yeah, Dirty Pretty Things, TV on the Radio, The Raconteurs, DJ Shadow par Philippe
Parc de Saint-Cloud, Paris, le 25/08/2006
Photos par Philippe ! Troisième édition (pour moi) de Rock en Seine pour ce qui semble bien un renoncement définitif à snober la scène parisienne : une fois de plus l'affiche... La suite

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud : les dernières chroniques concerts

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2017
Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur... La suite

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco en concert

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2017
Hélas, trois fois hélas, l'été se termine déjà, puisque son marqueur de fin, le toujours aimable festival Rock en Seine (15 ans déjà ! on a pas vu le temps passer depuis les... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Le samedi, c'était par ici ! On commence (mal) notre journée clodoaldienne en ratant (la faute à un repas en terrasse bien trop sympa) les Blues Pills hélas programmés à une... La suite

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) en concert

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) par lol
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Rien n'est plus galvaudé que le label "french Touch" quand on parle d'électro. S'il est souvent accolé au premier péquin français qui fait de la musique avec un ordinateur,... La suite