Accueil Chronique de concert (mon) Rock en Seine 2011, 1/2 : The Black Box Revelation, Hushpuppies, Cage The Elephant, Le Corps Mince de Françoise, The Jim Jones Revue, Interpol, Keren Ann, Arctic Monkeys
Samedi 28 mars 2020 : 10032 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mon) Rock en Seine 2011, 1/2 : The Black Box Revelation, Hushpuppies, Cage The Elephant, Le Corps Mince de Françoise, The Jim Jones Revue, Interpol, Keren Ann, Arctic Monkeys

(mon) Rock en Seine 2011, 1/2 : The Black Box Revelation, Hushpuppies, Cage The Elephant, Le Corps Mince de   Françoise, The Jim Jones Revue, Interpol, Keren Ann, Arctic Monkeys en concert

Parc de Saint Cloud, Saint Cloud 27 août 2011

Critique écrite le par


6ième participation sur les 9 éditions du joli Festival Rock en Seine : on dira donc qu'on lui est aux deux tiers fidèle... Il est vrai que sa programmation, systématiquement balèze et alléchante, recèle parfois trop de choses déjà vues ailleurs. S'il a plein de qualités, Rock en Seine n'est en effet pas connu pour être un défricheur de talents en pleine ascension (exception notable : Arcade Fire, 2004). Pire, sa situation calendaire fait que même les révélation géniales (Anna Calvi) ou vaseuses (WU Lyf) de l'année civile en cours, sont souvent déjà passées ailleurs quand arrive la fin août... Mais qu'à cela ne tienne : venir finir l'été dans le plaisant Parc de Saint-Cloud et réécouter de petites et grandes sensations scéniques est toujours un grand plaisir !


Et puis, si l'on a désormais la certitude qu'Amy Winehouse (RIP) n'y jouera décidément jamais, ils ont quand même dégoté par le passé de formidables têtes d'affiche inédites en festival, et autant de concerts inoubliables et pas oubliés : The White Stripes, The Raconteurs, Wolfmother, Radiohead-avant-Live-Nation, The Jesus & Mary Chain, Tool, Björk, le split historique et hilarant d'Oasis, Faith No More, Them Crooked Vultures... Alors peu importe qu'il ne choisisse pas toujours bien ses sponsors ("Rock Hauts-de-Seine" ? Sarko, Balkany, Pasqua, Neuilly and co : on admettra qu'on fait plus rock'n'roll, même si ça donne au festival un petit côté "clique de gangsta"...)


Diverses contingences nous ont forcé à faire des choix stratégiques : l'impasse sur le vendredi (qui contenait pourtant de belles choses à notre goût, heureusement quasiment toutes déjà vues), et un dimanche qui sera écourté, ses têtes d'affiche nous laissant de marbre. En avant donc pour un "demi-Rock en Seine" dans le parc augmenté d'une scène et donc enrichi d'un paquet de concerts (très bonne idée !), et d'une jauge explosée à 37 000 personnes (est-ce bien raisonnable ?) : on vérifiera bien sur place que cette surenchère lui permet de rester un site praticable, sauf bien sûr quand tout le monde va voir une tête d'affiche (mais ça, c'était déjà le cas avant, rien à faire...).


Le site, fortement agrandi donc, reste en tout cas agréable à parcourir - les pluies de la veille n'ont pas réussi à tout détremper, et les nombreuses averses du jour n'y arriveront pas non plus. On découvre la traditionnelle expo photo Rock : cette fois-ci celles de Renaud Monfourny, qui shoote en noir et blanc pour les Inrocks depuis longtemps. On se livre avec plaisir au petit jeu (relativement facile, cette fois-ci) d'identification, constatant combien les années ont fait autant de mal à certaines rock stars, qu'à nous-même ! Autre animation amusante, le retro-gaming d'Archeopteryx, souvent croisé à Marseille, recueille un joli succès en proposant des jeux vidéo plus vieux qu'une bonne partie du public. Quant aux stands publicitaires, il ne nous sont pas destinés, on ne les a jamais fréquentés à l'exception d'un joli show-case d'Anything Maria en 2009.


Question musique, on commence par The Black Box Revelation, sous une vilaine petite pluie, pas rancuniers qu'ils nous aient planté à Marseille il y a quelques mois. Comme les vrais duos de tueurs, ils sont bien 2 et pas un de plus, sonnant presque comme les Black Keys dans les moments blues (nos préférés) : à force d'aligner des soli graisseux et costauds et les titres ultra-efficaces (I think I Like You, meilleure que l'intégrale de l'oeuvre d'Oasis), le duo parvient à chasser les nuages et à mettre une belle ambiance. High on a Wire et autres Do I know You achèvent de nous mettre en joie, et en soif. Set your head on Fire ? Vous y avez pratiquement réussi, messieurs, avec votre belle ration de guitare saturée et batterie violentée : bravo, tout le monde au bar et/ou aux toilettes sèches !


Après avoir passé à un moment à retrouver nos amis (sans téléphone, c'est jouable mais parfois un peu plus long), et avoir vu passer une légende de la presse rock (Phil Manoeuvre, en galante compagnie), on fait un tour au concert des Hushpuppies. Ne les ayant pas revus depuis 5 ans, n'ayant pas révisé leur musique, ni écouté le dernier album, on ne peut que constater que le groupe joue toujours une pop-rock bien fichue (à la Ghinzu), certes moins explosive que le duo précédent, et que le chanteur est toujours un sacré beau gosse. Un gros nuage passe et nous pisse dessus (ça dure le temps d'enfiler tout notre barda, puis de l'enlever) pendant un morceau groovy ; la fin catchy et sympa nous donne envie de réécouter bien vite ce groupe qui en tout cas, n'a pas démérité en occupant parfaitement la grande scène.


Le moment est venu de découvrir une excellente sensation récente sur disque, Cage The Elephant, qui a attiré beaucoup de monde. Dès le départ au son grunge vintage, le chanteur remonté comme un coucou, descend directement brailler (pas toujours juste, mais avec enthousiasme), dans le public. Le titre 2024, admirablement Ramonesque, commence à rendre les kids dingues (la fosse commence à être très agitée), tandis qu'Aberdeen ou Around my Head évoquent magnifiquement les Pixies. Avec ce groupe les trentenaires réentendent donc la musique de leurs vingt ans, repensent à leur chemise grunge à carreaux, et ceux qui ont la moitié de cet âge la découvrent avec un ravissement légitime : tout le monde est content et s'éclate, donc !


Il faut dire que le chanteur, qui paraît en chewing-gum, a un très gros abattage, et que lui et les déjà traditionnels slammeurs en costume Spandex (vert et orange, cette fois-ci) mettent un beau bordel en fosse. Quelques titres plus calmes (Flow, un peu longue) font retomber l'ambiance mais lui permettent de reprendre son souffle, avant le climax attendu, la terrifiante et jouissive Indy Kidz, qui ne rappelle rien d'autres que les premiers essais de Nirvana ! Autre style, Ain't no rest for the Wicked, très hip-hop, puis leur déjà presque classique Shake me Down, réussite majeure ! Sabertooth Tiger achève de nous convaincre que ce groupe a une formidable palette de titres allant du plus calme au plus furax, en passant par de vrais moments mélodiques (Right before my Eyes) : des athlètes complets en somme, à revoir plus expérimentés sur scène, et à chroniquer en disque ASAP en attendant !


Un peu assomméEs par ce concert, on se rend en traînant un peu des pieds à celui de Blonde Redhead, dont on verra les derniers titres. Les deux jumeaux italiens grisonnent désormais un peu, la chanteuse japonaise est un peu marquée certes, mais leur musique élégiaque (et quoique jouée trop fort) reste ultra-planante. On est vite charmé par cette pop shoegaze aux accents systématiquement mélancoliques. Ce ne sont pas des grands communicants certes, mais l'enchaînement de SW, Misery is a Butterfly et surtout de la sublime 23, nous a emporté très loin, quelques instants, malgré une configuration peu favorable (trop grande scène, trop de jour...). Nul doute qu'en salle Blonde Redhead doit proposer un trip sacrément corsé !


Puisqu'il a décidé de pleuvoir un bon coup pour de vrai, on s'équipe mais on n'entendra ni ne verra pas grand-chose de Le Corps Mince de Françoise (un camarade demandera mesquinement laquelle de ces scandinaves pense avoir un corps mince...). Electro-pop punchy sans aucune originalité notable, moins moustachues que leurs aînées historiques de Le Tigre : ça sonne pas mal en live (où la guitare et plus audible) et, le trio fait ce qu'il peut pour nous remonter le moral : We are Cannibals jouée vers la fin parvient à nous arracher un sourire et quelques mouvements de tête. Il n'a évidemment jamais été question d'aller revoir les BB Brunes qui, ayant été invités sur le très mauvais album de reprises de Bashung sorti cette année, se croient malins en reprenant Gaby... Avant de se faire incendier, avouons qu'on a déjà pu constater en 2008 qu'ils n'étaient pas mauvais dans leur catégorie, simplement pas notre came. Et à tout prendre on les aurait volontiers revus plutôt qu'Austra, véritable abomination esthétique et musicale...


Quoi qu'il en soit après ce passage difficile, la pluie s'arrête pile pour l'heure du concert le plus entraînant de la journée : on va enfin être dépucelé de The Jim Jones Revue, dont on adore les albums de rock'n'roll vintage totalement régressifs et jubilatoires ! Ils sont encore plus beaux que ce qu'on pensait : chemises et vestes noire, gomina, tatouages, Farfisa et basse Gretsch blanche somptueuse, il ne manque pas un bouton de manchette au gang pour avoir le look le plus rock'n'roll qui soit. Le frontman, sorte de Jon Spencer jeune, hurle et nous harangue comme un beau diable entre les titres, qui déclenchent des tremblements irrémédiables dans les genoux de toute l'assistance.


Mais c'est aussi un excellent chanteur dont l'aiguille oscille invariablement dans le rouge ! Musicalement, c'est un plagiat complet et assumé de Chuck Berry, Little Richard, Jerry Lee Lewis, joué encore plus vite et encore plus fort qu'il y a 55 ans : ça déboîte, c'est jouissif à crever - pour un peu on pourrait croire qu'ils ont inventé tout ça eux-même ! Ils enfilent des titres d'1 minute 30 comme des perles, pendant que nous suffoquons de joie. Parmi les titres reconnus (ils ne produisent pas le genre d'albums dont on connaît les titres puisqu'on les écoute d'un trait !) : Dishonest John, Shoot First (Ask Questions Later), Burning Your House Down !!


De peur qu'on mollisse, le chanteur relance d'une Gretsch rouge et ajoute une couche de raffut au reste pour un heavy boogie roboratif, puis un rock'n'roll endiablé très inspiré de Long Tall Sally. A l'usage des filles (déjà bavantes et défaillantes), le leader dédicade la furibarde Killing Spree, et l'on remarque que, à cause de la pente marquée devant la scène, les slammeurs finissent invariablement cul par dessus tête, en bas à gauche. Le pianiste (non, il n'a pas de siège, juste des genoux en titane), envoie un Drop me in the Middle proprement génial, puis un dernier titre qui sonne très Little Richard... On a bien du prendre 25 titres en pleine tronche et ce sera notre concert de la journée !


Ouaouh. dûr dûr après ça d'enchaîner sur la pop neurasthénique des Interpol, qui semblent en plus en sévère perte de vitesse médiatique (ça, ce n'est rien) et d'envie de jouer (ça, c'est un problème). Il avaient à l'époque ouvert une voie où les ont suivi pas mal de groupes qui ont, injustement peut-être, emporté plus d'adhésion (Editors, etc). Evidement la voix blanche du chanteur fait toujours son effet et réussit à nous re-charmer quelques instants. On les quitte cependant après quelques titres, sur un Rosemary un peu comateux...


Car c'est l'occasion ou jamais de lever notre préjugé (de type "Biolesque") sur Keren Ann : on l'a toujours pensé un peu chiant et prétentieux, jusqu'au jour où on l'a vraiment écouté... Ca va nous faire tout pareil avec elle (dont le répertoire nous est quasi-inconnu) : au final, très belles mélodies inspirées, passages folk calmes où sa voix assez splendide et parfois même poignante fait merveille (Chelsea Burns) ; passages électro-pop où elle s'amuse de façon très communicative... Elle a renoncé à son abominable coupe au bol, et le groupe qui l'accompagne, soyeux et discret, entremêle habilement la guitare, le theremine et l'harmonica dont elle joue. Sa reprise à elle de Bashung est plutôt réussie (Je fume pour oublier que tu bois), voire dansante. Un passage discoïde sur My Name is Trouble fonctionne bien, et son concert achevé sur un titre calme et une déclaration d'amour, version Act Up, s'avère au final assez magique !


Sans envie de retourner voir WU Lyf (très décevants aux Eurockéennes, apparemment meilleurs aujourd'hui), reste un morceau de bravoure dans cette belle journée (pour nos amis qui vont nous forcer - gentiment ! - à nous placer devant) : Arctic Monkeys ! Comment dire ? C'était simplement super, comme toujours : set-list à peu près identique qu'aux Eurockéennes en juillet ! Le gang, toujours flegmatique, emmené par un Alex Turner qui en a fini avec ses problèmes de peau et qui s'est fait faire une coupe de "bogosse" à la James Dean (de source sûre, les filles n'y sont pas insensibles...), et porté par un batteur techniquement parfait, mais qui ose porter un t-shirt de son propre groupe, livre un concert carré et ultra-efficace ! Quoique les enchaînements se traînent un peu : fatigue de fin de tournée ?


Inutile pourtant d'essayer de résister à des titres comme l'inaugurale embardée de Library Pictures, de ne pas brandir le poing sur Brainstom, de ne pas bousculer à nouveau ce voisin ronchon sur This House is a Circus et sur Still take you home (aussi explosive qu'en 2006, quand on les avait vus pour leur première tournée, encore tout freluquets !). La petite touche d'humour viendra sur un titre par ailleurs plutôt stoner ("T'asseois pas, j'ai bougé la chaise"), avant de reprendre la baston, froide et appliquée, à coups de hits imparables (Pretty Visitors, Teddy Picker, Brick by brick...).


Les moments de ballade, même musclée, font quand même du bien (She's Thunderstorms, Fluorescent Adolescent, Do Me a Favour, The Hellcat Spangled Shalala...), dans cette grosse heure de fureur et d'hystérie collective du public, où le climax est bien évidemment l'enchaînement The View from the Afternoon / I bet you look good on the Dancefloor (et dire qu'un abruti a écrit un jour sur ce site que ce serait un groupe-à-un-seul-bon-single... il a été bien démenti depuis !). Bref le groupe est devenu l'un des plus intéressants du 21ième siècle, il le sait - mais sans trop le montrer, et conclut admirablement son rappel avec la splendide et mélancolique 505...

K.O. debout après cette belle prestation, on ne fera que passer devant le beat à l'air plaisant d'Etienne de Crecy (dont on a pas complètement oublié les très bons Super discount) : c'est l'heure de rentrer gentiment chez notre hôte parisienne, déjà bien aimable de nous ouvrir la porte à presque 1 h du matin...

Le demi-dimanche, c'est par ici !

Quelques vidéos-souvenir, c'est par !

> Réponse le 13 septembre 2011, par Yann M

cher Philippe, grosse erreur de pronostic en effet sur Arctic Monkeys (m'enfin c'est prescrit non ?), vous vous êtes heureusement rattrapé depuis. Quel dommage qu'il n'y ait pas de photographe attitré pour illustrer vos chroniques... parce que vos photos de live, c'est dommage, sont un peu, euh... Enfin disons qu'on ne vous lit pas pour ça quoi ! ;-) sans rancune j'espère,  Réagir


Arctic Monkeys : les dernières chroniques concerts

Miles Kane en concert

Miles Kane par Lb Photographie
La Cigale - Paris, le 04/10/2018
Miles Kane a des choses à prouver. Et c'est à La Cigale qu'il a choisi de le faire, prêt à défendre un troisième album déroutant, éloigné de la trajectoire jusqu'ici prise dans la... La suite

Arctic Monkeys (Les Nuits de Fourvière 2018) en concert

Arctic Monkeys (Les Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 10/07/2018
"Le plus grand groupe de rock du monde..." Affichant toujours une classe américaine leur permettant d'évoluer bien au-dessus des autres, les Arctic Monkeys ont une fois de... La suite

The Last Shadow Puppets + Youth Disorder (Festival Europavox 2016) en concert

The Last Shadow Puppets + Youth Disorder (Festival Europavox 2016) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 02/06/2016
Grand concert des Last Shadow Puppets d'Alex Turner (Arctic Monkeys) et Miles Kane (ex The Rascals) à l'occasion du festival Europavox dans une grande salle de la Coopé... La suite

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour en concert

Iggy Pop (+ Josh Homme, Matt Helders, Dean Fertita, Troy Van Leeuwen & Matt Sweeney) - Post Pop Depression Tour par lol
Le Grand Rex, Paris, le 15/05/2016
Je suis rarement objectif au sujet de l'Iguane... Iggy Pop est à mes yeux l'incarnation totale de la rock star et de la bête de scène. Seuls Mick Jagger, Jim Morrison ou un... La suite

Cage The Elephant : les dernières chroniques concerts

The Rolling Stones + Cage The Elephant (No Filter Tour 2017) en concert

The Rolling Stones + Cage The Elephant (No Filter Tour 2017) par Pierre Andrieu
U Arena, Nanterre, le 22/10/2017
Deuxième soirée pour les Rolling Stones à l'U Arena de Nanterre le dimanche 22 octobre avec 40 000 personnes réunies dans ce tout nouveau stade de rugby couvert, plutôt bien... La suite

Rock Werchter - Jour 4 : Foo Fighters - Cage the elephant - Thuston Moore Group - The Kills - Benjamin Clementine - Alt-J en concert

Rock Werchter - Jour 4 : Foo Fighters - Cage the elephant - Thuston Moore Group - The Kills - Benjamin Clementine - Alt-J par Cabask
Werchter, le 02/07/2017
Toutes les bonnes choses ont une fin et on entame le 4ème et dernier jour du festival Rock Werchter ce dimanche 2 juillet. Pour ne pas revivre le cauchemar de la veille et... La suite

Main Square Festival 2017 - jour 2 : DIE ANTWOORD, CAGE THE ELEPHANT, TALISCO en concert

Main Square Festival 2017 - jour 2 : DIE ANTWOORD, CAGE THE ELEPHANT, TALISCO par Xavier Averlant
La Citadelle d'Arras, le 01/07/2017
Main Square Festival 2017, jour 2, 1er juillet... TALISCO Le Bordelais Talisco aura eu l'insigne honneur d'entamer la soirée de la seconde journée de cette édition... La suite

Festival Solidays 2017 : Archive, Ibrahim Maalouf, Cage The Elephant, House Of Pain, Gaël Faye, La Femme, Dizzy Brains, Alexis Calfan, The Pirouettes...   en concert

Festival Solidays 2017 : Archive, Ibrahim Maalouf, Cage The Elephant, House Of Pain, Gaël Faye, La Femme, Dizzy Brains, Alexis Calfan, The Pirouettes... par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 24/06/2017
Depuis 1999, Solidays est un rendez-vous incontournable chaque été. 3 jours de musique, de solidarité et d'engagement dans la lutte contre le sida, à l'hippodrome de... La suite

Hushpuppies : les dernières chroniques concerts

Rock en Seine 2012 - Jour 3 : Green Day, Foster The People, The Dandy Warhols, Passion Pit, Avant-Seine All Stars, Kimbra, Versus, Friends en concert

Rock en Seine 2012 - Jour 3 : Green Day, Foster The People, The Dandy Warhols, Passion Pit, Avant-Seine All Stars, Kimbra, Versus, Friends par Fredc
Domaine National de Saint-Cloud, le 26/08/2012
DIMANCHE 26 AOÛT 2012 Temps : Beau, frais en soirée. On a vu : Elisa Jo devant The Dandy Warhols ; Jean-Paul Huchon et Julien Dray devant Green Day ; Stuck In The Sound,... La suite

Bye Bye Blondie, Hushpuppies en concert

Bye Bye Blondie, Hushpuppies par Yeah !
Le Portail Coucou, Salon de Pce, le 23/04/2011
Assez grande pour bénéficier d'une sonorisation digne de ce nom, assez petite pour être chaleureuse, "Le Portail Coucou" possède l'ambiance d'une salle de concert un peu à l'image... La suite

Hushpuppies + Johnny Boy en concert

Hushpuppies + Johnny Boy par Boby
Portail CouCou - Salon de provence, le 26/10/2008
C'est toujours un plaisir que d'aller se rendre dans la salle du Portail Coucou, un véritable OVNI dans le monde culturel salonnais. Affichant toujours une programmation originale... La suite

Garden Nef Party : Hushpuppies + The Do + The Bellrays + The Hives + Iggy & The Stooges + Birdy Nam nam en concert

Garden Nef Party : Hushpuppies + The Do + The Bellrays + The Hives + Iggy & The Stooges + Birdy Nam nam par Mystic Punk Pinguin
Les Vallettes - Angoulème, le 19/07/2008
Deuxième jour de cet excellent festival, après une première journée des plus jouissive. On arrive vers 17h et Hushpuppies a déjà attaqué. Malgré un soleil de sa race,... La suite

Interpol : les dernières chroniques concerts

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 04/07/2019
La 31ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est achevée dans la nuit du dimanche au lundi à 1 heure 30 du matin. Après 4 jours de musique qui ont reflété notre époque au... La suite

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019) en concert

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019) par Cathy et Jeff Ville
Théâtre Antique de Fourvière - Lyon, le 01/07/2019
Idles Ils n'ont pas le même look, les visages juvéniles imberbes ont été supplantés par des visages d'hommes murs garnis de barbes bien taillées, les coupes en pétard voir à... La suite

Interpol en concert

Interpol par lol
Salle Pleyel, Paris, le 29/11/2018
En 2004, Interpol sortait "Antics", qui est indiscutablement l'un des 10, voire même 5, meilleurs albums de rock sorti pendant la première décennie du millénaire dans lequel nous... La suite

Ty Segall, Interpol, Angel Olsen, Mac DeMarco, The Moonlandingz, Yak, The Proper Ornaments (La Route du Rock Collection Eté 2017) en concert

Ty Segall, Interpol, Angel Olsen, Mac DeMarco, The Moonlandingz, Yak, The Proper Ornaments (La Route du Rock Collection Eté 2017) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 20/08/2017
Dimanche 20 août, c'est déjà le dernier jour de La Route du Rock Collection été 2017 au Fort de Saint-Père avec un final en apothéose réunissant des artistes passionnants et en... La suite

Keren Ann : les dernières chroniques concerts

Keren Ann en concert

Keren Ann par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 22/10/2018
De passage dans le club de La Coopé pour présenter son dernier album en date, intitulé "Bleue", Keren Ann a une fois de plus fait montre d'une classe au dessus de la moyenne.... La suite

Keren Ann en concert

Keren Ann par Sami
Espace Julien, Marseille, le 21/10/2016
Les concerts de Keren Ann se suivent mais ne se ressemblent pas tout à fait, avec ce soir un public encore une fois conquis mais beaucoup moins nombreux qu'il y a 5 ans dans cette... La suite

Keren Ann, Doriand en concert

Keren Ann, Doriand par Sami
Espace Julien, Marseille, le 17/12/2011
L'année concerts à l'Espace Julien avait commencé avec les apocalyptiques Godspeed You! Black Emperor, elle se termine pour ma part avec la douce Keren Ann. Avant de la... La suite

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead en concert

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead par Fredc
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
JOUR 2 - SAMEDI 27 AOÛT 2011 METEO : Averses par ci, averses par là, c'était sauve-qui-peut à l'approche de chaque nuage. Assez désagréable et plus froid qu'Austra en... La suite

The Black Box Revelation : les dernières chroniques concerts

Triggerfinger + The Black Box Revelation en concert

Triggerfinger + The Black Box Revelation par lebonair
La Maroquinerie, Paris, le 11/10/2010
FLASH INFO: Un ovni est passé sur Paris le lundi 11 Octobre vers 21 heures, il porte un nom : "Triggerfinger". Une soucoupe volante du nom de "The Black Box Revelation" a... La suite

Skunk Anansie + Black Box Revelation + Dissonant Nation (les Voix du Gaou 2010) en concert

Skunk Anansie + Black Box Revelation + Dissonant Nation (les Voix du Gaou 2010) par Douarte
Ile du Gaou, Six Fours les Plages, le 17/07/2010
Une belle soirée rock était programmée pour le démarrage du festival du Gaou avec comme tête d'affiche le retour sur scène du groupe Skunk Anansie. J'ai été agréablement... La suite

Rachid Taha feat. Mick Jones + The Black Box Revelation + Gaëtan Roussel + Boogers + Nive Nielsen And The Deer Children (Festival Europavox 2010) en concert

Rachid Taha feat. Mick Jones + The Black Box Revelation + Gaëtan Roussel + Boogers + Nive Nielsen And The Deer Children (Festival Europavox 2010) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 21/05/2010
Après le lancement du festival la veille, la première véritable journée du festival Europavox 2010 a permis d'apporter une bonne dose de musique live au très nombreux public de... La suite

The Black Box Revelation (Printemps de Bourges 2010) en concert

The Black Box Revelation (Printemps de Bourges 2010) par Pierre Andrieu
Le Palais d'Auron, Bourges, le 15/04/2010
The Black Box Revelation, Passage éclair et percutant ! A peine le temps de se remettre de la prestation pour le moins énervée d'Iggy & The Stooges au Printemps... La suite

The Jim Jones Revue : les dernières chroniques concerts

The Jim Jones Revue en concert

The Jim Jones Revue par Vilay
Metronum, Toulouse, le 19/09/2014
Vendredi 19 septembre 2014, le Metronum accueillait du rock'n'roll suintant made in London. Pour leur dernière tournée avant une retraite bien méritée, The Jim Jones Revue a... La suite

The Jim Jones Revue + John J Presley en concert

The Jim Jones Revue + John J Presley par Karen Solvery
L'Epicerie Moderne, Feyzin, le 11/09/2014
C'est un show un peu spécial, en cette soirée du 11 septembre 2014, à l'Epicerie Moderne, puisque Jim Jones et sa bande nous font le plaisir d'un ultime passage à Lyon. En effet,... La suite

Caribana Festival 2013 : Célien Schneider + Zaz + Imagine Dragons + FUN. + The Jim Jones Revue en concert

Caribana Festival 2013 : Célien Schneider + Zaz + Imagine Dragons + FUN. + The Jim Jones Revue par Mkhelif
Crans-sur-Nyon - Suisse, le 08/06/2013
Dernier soirée de concerts du festival Caribana, le dimanche étant une journée pour les jeunes artistes locaux : Caribateens (anciennement Caribakids). Le soleil était présent pour... La suite

The Jim Jones Revue + Parlor Snakes en concert

The Jim Jones Revue + Parlor Snakes par Jorma
Le Poste à Galene - Marseille, le 04/12/2012
Alors, pour passer une soirée rock n roll, vous prenez : Un pianiste stylé à la Jerry Lee Lewis. Le Jerry Lee quand il était encore jeune et qu'il épousait encore sa cousine,... La suite

Parc de Saint Cloud, Saint Cloud : les dernières chroniques concerts

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Foals (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris,... La suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite