Accueil Chronique de concert Rodolphe Burger + Sam Karpienia (soirée Multiprises)
Vendredi 21 février 2020 : 10859 concerts, 25926 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Rodolphe Burger + Sam Karpienia (soirée Multiprises)

Rodolphe Burger + Sam Karpienia (soirée Multiprises) en concert

Cabaret Aléatoire - Marseille 23 mars 2008

Critique écrite le 07 avril 2008 par Pirlouiiiit


Rodolphe Burger ... un nom que j'ai beaucoup entendu mais que je ne connaissais pas, même si je dois avoir son premier album solo quelque part. Je sais que c'est l'ancien chanteur de Kat Onoma mais ça ne m'aide pas plus car eux non plus je ne les connaissais pas (et ce n'est pas le disque que j'ai d'eux mi live / mi interview je crois qui m'a donné envie de creuser la chose).
Et ce soir si il n'avait pas été accompagné de Usthiax je n'aurais sûrement pas fait le déplacement. Usthiax un des quelques "beaux gosses" soutenus par le Moulin, dont le premier album me plait beaucoup (même si je n'ai toujours pas réussi à la chroniquer) et que je rate régulièrement ... ce soir ne fera malheureusement pas exception.


Lorsque j'arriverai du Moulin après m'être régalé du set de Cap'tain Carnasse et sa Momie et moins du début de celui des Wriggles, non seulement usthiax a fini mais même Karpienia amorce la fin de sont set. Je les ai déjà vu quelques fois (dont au début quand ils s'appelait trio Carpienia), mais c'est la première que je les vois avec le nouveau percussionniste Thomas Bourgeois qui vient donc compléter le duo composé de Samuel Karpienia et de Daniel Gaglione tous deux à la mandole et au chant.



J'ai cru déceler une certaine tension pendant le concert entre les deux d'ailleurs qui a exploser à la fin d'un long instrumental bien rock de façon positive puisque les deux se sont jetés l'un sur l'autre ! Musicalement c'est toujours aussi passionnel. Soit on rentre dedans, soit pas du tout (désolé pour cette lapalissade). Personnellement je rentre plus facilement lors de leurs instrumentaux endiablés, où ils s'excitent vraiment sur leurs mandoles. Ils quitteront la scène quelques morceaux après que je sois arrivé.



Puis on attendra un bon moment que les ingénieurs de Rodlphe Burger installent tout le matériel et se débarrasse d'un espèce de larsen tenace ... et il fera son entrée en scène, accompagné de deux musiciens. Un batteur et un clavier/basse/guitare selon les morceaux. Je dois avouer que quand j'ai vu cet immense gaillard (qui morphologiquement a un petit côté de Bertrand Cantat) avec ses yeux bleus, son pantalon gris métallisé, et son côté un peu dans la lune ça m'a intrigué.


Je mettrai cependant un moment a rentrer dans son univers. Il fera tout le début du concert assis sur son tabouret, à osciller, se pencher à droite à gauche, se retourner, remuer les jambes lentement ... genre pas tranquille (ou pas bien assis). Les morceaux sont longs, prennent leur temps pour avancer, les paroles sont minimalistement poétiques ... surréalistes ...


"ma Toyota est fantastique, elle roule, elle chante, elle ... " répété en boucle, ou encore "Billy the Kid ... I love you" a moitié chanté et samplé ... les paroles ne semblent être qu'un prétexte pour poser un peu plus explicitement une ambiance mi torturée mi flottante ...Je me rends bien compte que je ce j'écris là n'a pas beaucoup de sens, mais c'est à l'image de ce que j'ia vu / ressenti.


Assis pendant tout le début du concert il se servira pas mal de ses pédales et des guitares qu'on lui amènera ainsi que d'une machine posée sur la table à côté de lui permettant de lancer tout un tas de samples vocaux, qui utilisera avec ou à la place de sa voix. La façon dont il jonglera avec (entre sa guitare et la machine), demandant une précision et une rapidité qui contraste avec l'apparente nonchalance / lenteur de ses mouvements montrera une très grande maîtrise.


Si pendant tout le début je serai un peu perplexe, comme on peut l'être devant une peinture d'art contemporain ... me demandant si je ne devrais pas rentrer chez moi pour me coucher, je en regretterai pas d'être resté car au bout d'un moment (en gros à partir du moment où il s'est mis debout) ça a vraiment commencé à me plaire.


Sourire en coin entre les morceaux, quelques échanges avec le public pour notamment rappeler qu'on lui avait rappelé qu'il avait inauguré le Cabaret Aléatoire il y a quelques années (mais qu'il avait oublié). Quelques mots sur Sam aussi ...



Je profiterai du début du (premier) rappel pour m'éclipser, complètement emballé et conquis par ce chanteur dont j'aurais certainement eu beaucoup plus de mal à apprécier la musique si je m'étais arrêté à sa simple discographie, que je me sens prête maintenant à redécouvrir. En tout cas une fois de plus je suis bien content de m'être un peu forcé et d'avoir dépassé ma première impression ...

Beaucoup plus de photos par Pirlouiiiit en cliquant ici

Bonus vidéo :

Et une petite de Karpienia ici


Rodolphe Burger : les dernières chroniques concerts

Couscous Clan : Rachid Taha, Hakim Hamadouche, Rodolphe Burger en concert

Couscous Clan : Rachid Taha, Hakim Hamadouche, Rodolphe Burger par Catherine B
Toit terrasse, Friche Belle de Mai, Marseille, le 01/09/2018
Manger un kouskous entre amis sur les toits de la Friche... Profiter de l'air... Bientôt L'Automne et.... Revoir Rachid. "Douce France"... Que celle d'hier soir à... La suite

Rodolphe Burger en concert

Rodolphe Burger par Claire Armance
Théâtre Comoedia - Aubagne, le 26/01/2018
Grande première ce vendredi 26 janvier ! Je vais enfin découvrir Rodolphe Burger en concert, comme le Théâtre Comoedia à Aubagne, cette petite salle qui l'accueille. Avec une... La suite

Rodolphe BURGER en concert

Rodolphe BURGER par Xavier
Marché Gare, Lyon, le 23/03/2017
Un guéridon, noir. Deux verres posés. Un d'eau, un d'un liquide saumâtre, cher à Bashung (Vénus). Whisky, Cognac ? Le public averti massé dans la petite salle attend l'entrée des... La suite

Paris Velvet (Par Rodolphe Burger avec Bertrand Belin, Theo Hakola, Emily Loizeau, Mathilde Monnier, Poni Hoax, Swann, Mark Tompkins... en concert

Paris Velvet (Par Rodolphe Burger avec Bertrand Belin, Theo Hakola, Emily Loizeau, Mathilde Monnier, Poni Hoax, Swann, Mark Tompkins... par lol
Philharmonie de Paris , le 22/05/2016
Le 3 avril dernier, j'étais sorti meurtri du concert effroyable donné par John Cale à la Philharmonie de Paris en ouverture de l'exposition NEW YORK EXTRAVAGANZA sur le... La suite

Sam Karpienia - De La Crau : les dernières chroniques concerts

Release Party du livre Histoire du Rock à Marseille, Vol.2 avec De la Crau feat. Nicolas Dick + Screamin' Jungle + Oh Wee + Neurotic Swingers + Parade (Vendredi) / Elektrolux + Conger! Conger! + Cowboys from Outerspace + Venus as a Boy en concert

Release Party du livre Histoire du Rock à Marseille, Vol.2 avec De la Crau feat. Nicolas Dick + Screamin' Jungle + Oh Wee + Neurotic Swingers + Parade (Vendredi) / Elektrolux + Conger! Conger! + Cowboys from Outerspace + Venus as a Boy par odliz
Le Makeda, Marseille, le 30/11/2019
Deux mois après la Rue du Rock, Phocea Rocks remet le couvert, sauf que cette fois-ci, on laisse la sono branchée le temps d'un week-end dédié au rock immortel. Histoire de... La suite

 Histoire du rock à Marseille 1980-2019 (Concerts pour la sortie du livre 1/2) : De la Crau, Screaming Jungle, Oh Wee, Neurotic Swingers, Parade en concert

Histoire du rock à Marseille 1980-2019 (Concerts pour la sortie du livre 1/2) : De la Crau, Screaming Jungle, Oh Wee, Neurotic Swingers, Parade par Philippe
Le Makeda, Marseille, le 29/11/2019
Pour la sortie officielle du beau livre Histoire du rock à Marseille 1980-2019, l'éditeur Le Mot et le Reste a fait les choses en grand, et s'est associé à Phocea Rocks pour... La suite

Kanjar'oc + De la Crau en concert

Kanjar'oc + De la Crau par Pirlouiiiit
Usine, Istres, le 23/11/2019
Une fois n'est pas coutume ... bien qu'il y ait plein de super concerts dans le quartier (comme tous les week-end et même soirs de la semaine) nous avons décidé de prendre une... La suite

(ma) Rue du Rock #7 (Festival Phocea Rocks) : Johnny Marre, Nebraska, Meteoclub, Karim Tobbi & Michel Basly, Stef & the Maïronnettes, Silver Gallery, Grzzzzzz, Claude Fernand, Spinabifida, De la Crau, Gériatrie,  No Jazz Quartet, Parade en concert

(ma) Rue du Rock #7 (Festival Phocea Rocks) : Johnny Marre, Nebraska, Meteoclub, Karim Tobbi & Michel Basly, Stef & the Maïronnettes, Silver Gallery, Grzzzzzz, Claude Fernand, Spinabifida, De la Crau, Gériatrie, No Jazz Quartet, Parade par Philippe
Rue Consolat, Marseille, le 29/09/2019
Alors celle-là, d'édition de La Rue du Rock, on pourrait l'appeler "la Miraculée" ! Parce que 15 jours avant, ça tanguait pas mal : un beau trou dans notre (pourtant modeste)... La suite

Cabaret Aléatoire - Marseille : les dernières chroniques concerts

Altın Gün + Diaspora Orchestra en concert

Altın Gün + Diaspora Orchestra par odliz
Le Cabaret Aléatoire, Marseille, le 31/10/2019
Après avoir joué de la manœuvre et des amortisseurs pendant un bon quart d'heure, pour trouver ce qui servira de place de parking le temps du concert, on traverse les allées... La suite

Peter Hook & the Light en concert

Peter Hook & the Light par Prakash
Le cabaret aléatoire , Marseille, le 05/05/2019
Alors c'est toujours un peu glauque d'aller à un concert en se disant "je veux le voir avant qu'il claque". Bon j'avoue, j'avais ça dans un coin de ma tête quand je me suis bougé... La suite

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) en concert

Peter Hook & The Light (plays New Order & Joy Division) par Philippe
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 05/05/2019
Deuxième passage à Marseille, après celui de 2014 à l'Espace Julien, de Peter Hook, le légendaire bassiste de Joy Division et de New Order. Mauvaise surprise, le concert semble... La suite

Arch Enemy + the Charm the Fury en concert

Arch Enemy + the Charm the Fury par Jgaz Photo
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 11/06/2018
Les suédois d'Arch Enemy étaient de passage à Marseille, dans le cadre de leur tournée Européenne 2018 "Will To Power Tour". Et c'est le groupe " The Charm The Fury " qui a... La suite