Accueil Chronique de concert (mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire
Jeudi 27 juillet 2017 : 11951 concerts, 24547 chroniques de concert, 5165 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire

(mes) Eurockéennes 2017, 2/2 : Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood, Bachar Mar-Khalifé, Solange, Phoenix, Savages, Arcade Fire en concert

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert 9 juillet 2017

Critique écrite le 10 juillet 2017 par Philippe

Le samedi, c'était par ici !


Pour commencer sous des nuages antipathiques, après les anecdotiques Rocky et leur belle chanteuse, on est assez content de pouvoir retourner voir les progrès du mélange Paris/Dakhla de Groupe Doueh & Cheveu, vus en début de tournée encore en rodage à Marseille. Hélas rien ne sera facile pour eux car il pleut des cordes sur la scène - il faut tout couvrir avec des sacs poubelles et des bâches avant de pouvoir lancer Asawan ! Ils sont rapidement tous équipés de capes de pluie (même les chanteur/chanteuse de Doueh dans leurs beaux costumes traditionnels, les pauvres) et déploient tant bien que mal leur joli mélange de rock noise foufou et de musique saharienne : la lancinante Tout Droit ouvre le set avec classe ! Le public entre davantage dans la danse au fur et à mesure que la pluie se calme (Hamadi), même si leurs titres lents sont écoutés dans une relative indifférence - ils finiront finalement sous un beau soleil par la très cool Bord de Mer, assez appropriée sur la scène de la Plage. Une fois encore, ça ne donne pas tout à fait autant sur scène que sur leur superbe album, mais au moins, ils ont bien lancé notre journée...


Royal Blood ? Sur leur premier disque, un son ultra-référencé et des gimmicks putassiers qu'on voit arriver à 3 kilomètres.... Mais en live ? C'est pareil avec en plus des attitudes de poseurs/frimeurs au delà du raisonnable et des changements incessants et inexplicables de basse - sinon pour exposer un catalogue d'instruments qui sonnent pourtant tous pareil ! Figure it Out ou Lights Out, parmi leurs "tubes", ne sont cependant pas bien finauds même si évidemment, un duo bass/guitare joué très fort, porté par une voix pas trop mal posée, ça fait la blague en live. Ils savent aussi s'y prendre pour haranguer le public avec efficacité, mais on décroche définitivement quand ça commence à ressembler dangereusement à Muse (Out of the Black). Du joli bruit rock, ok, mais pas de quoi casser la baraque, ça reste clairement de la division 2, celle des suiveurs... Finalement le stand Deezer quizz s'avère bien plus amusant. Affolant de constater comme les kids de la génération Youtube sont forts : ils reconnaissent aussi bien des vieilleries rock de leurs parents (nous, donc), que des atrocités autotunées dont on a jamais entendu parler...


Le moral remonté par un bretzel bienvenu, on s'accorde un passage relax sur la plage à suivre la bien belle orchestration des morceaux du pianiste libanais Bachar Mar Khalifé, parfois appuyé par une chanteuse. Un vrai baume pour les oreilles... Fait amusant pendant le set, on voit s'avancer à l'arrière-plan un nuage au ras du sol, épais et tellement menaçant que la plus grande partie des festivaliers enfile son k-way avant qu'il tombe la moindre goutte ! Bande de p'tits slips... Pour ma part je reste fièrement en t-shirt et fais le pari, contrairement aux copains, qu'il va passer au dessus de la Presqu'Ile sans crever. Pari stupide et heureusement non financier, que je perds lamentablement, mais de peu. Comme on nous avait menacé de grêle, on dira qu'on s'en sort bien, même si on voit réapparaître rapidement sur la site la célèbre boue rouge brique des Eurockéennes... La pluie va durer toute la fin de l'après-midi et heureusement s'arrêter peu après à la nuit tombée.


La section anglaise de notre groupe ayant beaucoup insisté, et n'ayant pas de meilleure idée, on se laisse entraîner au spectacle de Solange Knowles, la soeur de, et c'est finalement une bonne idée ! Scène blanche somptueuse, costumes rouges satinés, ses choristes et son groupe déploient une soul music tranquille et pourtant assez intense par moments. Face au tas informe de chiens mouillés et boueux en k-way qui leur fait face sous le crachin, Solange et sa bande, d'une élégance folle, ont un petit air extraterrestre et très dépaysant - on a du mal à croire qu'on est au même endroit ! Elle a en outre une très belle voix, les chorégraphies (un peu trop gymnastiques) sont agréables à regarder puisque tout le monde est magnifique, mince et gracieux sur la scène... Si sa musique ne serait peut-être pas autosuffisante pour nous captiver, il faut reconnaître que sans doute le show le plus travaillé dans sa réalisation de ce week-end.


Même si on les aimait bien à l'époque de leur album Wolfgang Amadeus Phoenix, avouons qu'on s'est un peu lassés des Phoenix, jamais vraiment géniaux sur scène et dont le dernier disque Ti Amo nous pique même un peu les oreilles par moments... Je commence donc par un passage pour la forme au "Bar du Boulot" (scoop : il y fait mouillé comme partout ailleurs et il n'y a rien à y faire de spécial à part souffler un peu sous des paillottes, en regardant les concerts sur un grand écran plat). Le groupe a cependant du métier et il est bien difficile de bouder certains titres anciens comme Liszstomania ou Girlfriend, qui me font quitter rapidement cet endroit un peu tristounet cette année...


Je gagne donc le devant de la scène pour en profiter un peu en vrai : au moins leur pop hédoniste et leurs titres discoïdes comme SOS in Bel Air remontent un peu le moral des festivaliers un peu découragés ! A signaler une très belle installation scénique qui projette des images sous leurs pieds, ce qui rend très bien sur les écrans latéraux. Et encore, ils précisent qu'ils n'ont pas pu tout sortir à cause de la pluie... On reste néanmoins avec les mêmes questions habituelles sur eux : mais pourquoi jouent-ils si fort (le synthé assourdissant au début de Love like a Sunset va nous forcer à reculer, nous qui avons pourtant écouté Motörhead ou Slayer sans broncher sur la même scène !) ? Pourquoi sont-ils toujours 4 sur les photos et 6 en vrai - qu'ont donc fait les deux autres, batteur y compris, pour être punis à vie d'exposition médiatique ? Et surtout, pourquoi, mais pourquoi le chanteur ne se lave-t-il pas les cheveux avant de monter sur scène ?


Au final le principal groupe-jamais-vu-à-bonne-réputation du week-end, ce sont les sauvageonnes de Savages, dont la belle énergie sur l'album Adore Life nous donne très envie de les voir en vraies, depuis sa sortie l'an dernier. Et le concert ira encore au delà de nos espérances ! Portées par un son tendu et sec comme une fessée cul-nu, les quatre filles (toutes belles et sexy, soit dit juste en passant) déchaînent rapidement le public dès la glaciale I am here, grâce notamment à un impressionnant jeu de batterie effortless (elle cogne comme une maboul, mais presque tranquillement, sans jamais paraître être dans le rouge), et surtout grâce à Jenny Beth, leur magnifique et charismatique leadeur. Enragées, elles nous mettront sous haute tension du début à la fin du show, la chanteuse nous fusillant de son regard de laser noir, un regard à vous en rétrécir les roubignolles de frousse, sur la vrillante Shut up...


Tour à tour du haut de ses talons sur la scène et haranguant la foule perchée sur les barrières, puis marchant pieds nus sur le public, la vraie-fausse anglophone ne laissera jamais retomber la tension. Ah, la vache, ça c'est du rock, c'est quand même autre chose que les deux pignoufs de Royal Blood ! Mais en électro dark, la magie opère tout aussi bien. Le climax du concert sera atteint - on l'aurait parié à vrai dire ! - avec le riff fulgurant de The Answer. Pour autant les titres plus lents comme Adore ou Mechanics sont tout aussi intenses et on a toujours l'impression d'être prisonniers de ce son et de cette voix, hantés et sensuels en diable. TIWYG nous scotche au plafond et on en oublie complètement qu'on voulait aller se placer pour le concert suivant. L'intense Hit Me & la bagarreuse No face nous laissent finalement ressortir lessivés et proches de l'extase. Ouch ! Quelqu'un a une meilleure proposition comme meilleur concert du week-end ?


Ce n'est pas parce qu'on a jamais été assez rapide pour chroniquer l'un des 4 formidables albums d'Arcade Fire, qu'on est pas tombé en amour (comme on dit au Canada), successivement de chacun d'entre eux. Leur dernier concert ici il y a dix ans pile en clôture des Eurockéennes, reste un grand souvenir mouillé et joyeux, d'autant qu'on ne les a pas re-croisés depuis - ça fait quand même 2 albums jamais entendus en live, il est temps ! Bien évidemment le concert s'ouvre avec la joyeuse Everything now et sa flute africaine, qui avec des percus en renfort monte la troupe à 10 personnes sur scène, quand même. Cueillis à froid, on retrouve nos repères avec Rebellion (Lies), oui, d'entrée, comme ça, puis la jolie Haïti de Régine et la pétaradante et nostalgique Night time. Pour éliminer ce qui fâche de suite : Win Butler ne paraissait pas dans un très bon soir, un peu râleur, manifestement pas très connecté au public ni même au groupe, et pas forcément très en voix.


Mais bien évidemment ça n'a pas suffi à gâcher le plaisir de retrouver des hits insubmersibles comme The Suburbs et son enchaînement naturel, la formidable Ready to Start et la quasiment historique Neighborhood #1, délicieux souvenir de notre premier contact avec ce groupe ... un peu sorti des radars mais resté aussi unique qu'indispensable à la bonne marche du monde. Pour la très Blondiesque Sprawl II, le groupe a réclamé et obtenu une mer de smartphones allumés, du plus bel effet avec le public ondulant en rythme (enfin, les briquets c'est beau aussi, hein !), ondulation poursuivie avec la fascinante Reflektor (et ses jolies petites soeurs, Afterlife & We Exist). Et dire que des gens trouvent leur dernier album éponyme, trop ceci ou pas assez cela, faut le faire, beaucoup de groupe font carrière sur un seul morceau de cet acabit !


Plus mineure, Creature Comfort, qui annonce l'album à paraître, reste assez sympa et permet de sortir des claviers-guitare bien kitsch. Mais la fête n'aurait pas été complète sans la splendide Neighborhood #3 (Power out), qui à la réflexion aurait pu être encore plus géniale sous une soudaine et brutale averse.... Et après un faux départ qui ne trompe personne, le groupe revient bien évidemment conclure avec Wake up, leur hymne dont on est personnellement pas trop fan, mais sans laquelle ils ne seraient probablement pas repartis vivants, à entendre le public reprendre ses Wo-ho à pleins poumons ! Le déclenchement au timing idéal, sur les dernières notes, d'un généreux feu d'artifice final vient conclure ce copieux set de clôture, tandis que Win Butler pérore tout seul, le groupe ayant quitté la scène. Là aussi, un cavalier seul dont on avait pas l'habitude avec eux... Pas le meilleur concert qu'on ait vu d'Arcade Fire donc, mais enfin ils partent de tellement haut que cela reste au dessus du lot et par moments, presque émouvant et chairdepoulesque.


Pour conclure, voilà donc une édition dont le week-end ne faisait pas sauter au plafond... Et qui s'est révélée tout à fait attachante et pleine d'heureuses surprises. 34 000 autres festivalières et festivaliers on pu le vérifier, 130 000 entrées en 4 jours, record battu ! On constate aussi une fois de plus que ce sont sur les petites scènes qu'il peut se passer certaines des choses les plus intéressantes (Meatbodies, HMLTD...). Même avec de la pluie en abondance sur la gueule et leur boue meurtrière collée aux pompes (de toutes façons, c'est ça ou la poussière...), les Eurockéennes gardent donc leur saveur unique : celle du festival champêtre qui ouvre idéalement l'été. Et le retour annoncé en off, pour leurs 30 ans à venir, des Daft Punk, laisse à nouveau présager du meilleur pour 2018... A l'an prochain, donc !

Longue Vie aux Eurockéennes !

Photos pro par : Christian Ballard (Arcade Fire, Savages), Jeremy Cardot (Arcade Fire), Rafael Lobejon (Bachar Mar Khalifé, Groupe Doueh & Cheveu, Royal Blood), Brice Robert (Phoenix), René Garcia (Savages, photo finale). Un autre grand merci à eux !

Flashback : Chroniques de 23 années passées aux Eurockéennes, ce qui exprimé en jours commence à faire environ... 2 mois entiers !
2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003.... et les 9 plus anciennes encore, regroupées en trois parties depuis 1994...

Arcade Fire : les dernières chroniques concerts

Rock Werchter 2017 - Jour 1 - Prophets of Rage - Beth Ditto - Arcade Fire - Kings Of Leon en concert

Rock Werchter 2017 - Jour 1 - Prophets of Rage - Beth Ditto - Arcade Fire - Kings Of Leon par Cabask
Rock Werchter, le 29/06/2017
4ème session de Rock Werchter, énorme festival de rock belge (flamand), après 2007, 2009 et 2010. Après une longue pause, j'ai décidé d'y retourner avec des amis déjà... La suite

Arcade Fire + Barbagallo (Nuits de Fourvière 2017) en concert

Arcade Fire + Barbagallo (Nuits de Fourvière 2017) par Pierre Andrieu
Théâtre Antique de Fourvière, Lyon, le 05/06/2017
Enorme concert d'Arcade Fire dans le cadre assez magique du Théâtre Antique de Fourvière lors d'une chaude et belle soirée d'été éclairée par les étoiles et la lune... Ayant... La suite

Arcade Fire en concert

Arcade Fire par Juliette
Zénith de Paris, le 03/06/2014
Quatre ans ont passé depuis la dernière tournée "The Suburbs" d'Arcade Fire... Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, Reflektor, un nouvel album très "électro dansant" et... La suite

Arcade Fire aka The Reflektors en concert

Arcade Fire aka The Reflektors par Coline Magaud
Pavillon Baltard, Nogent Sur Marne, le 22/11/2013
Essayer de décrire la surexcitation de la majorité de l'assistance ce soir serait impossible... Arcade Fire au Pavillon Baltard, c'est comme Noël tous les 25 du mois, la fin... La suite

Bachar Mar-Khalifé : les dernières chroniques concerts

Bachar Mar-Khalifé, Big Buddha (L'Edition Festival) en concert

Bachar Mar-Khalifé, Big Buddha (L'Edition Festival) par Marcing13
Fort St Jean Marseille, le 29/05/2016
La dernière soirée de l'Edition Festival nous mène tout droit vers la place d'armes du Fort Saint-Jean, dans un espace privilégié du Mucem. Avec une vue imprenable sur la musée,... La suite

Cheveu : les dernières chroniques concerts

Cheveu & Groupe Doueh en concert

Cheveu & Groupe Doueh par Phil2guy
Théâtre le Merlan - Marseille., le 18/05/2017
C'est le début de d'une tournée pour le trio électro garage Cheveu qui donne une série de concert en commun avec Le Groupe Doueh qui vient du Sahara Occidental. Les deux groupes... La suite

Groupe Doueh + Cheveu en concert

Groupe Doueh + Cheveu par Philippe
Le Merlan, Marseille, le 18/05/2017
Suite et fin des 10 ans du glorieux label Born Bad, commencés la semaine dernière avec un concert furieux de J.C. Satàn et Frustration au Cabaret Aléatoire... Plutôt que ses... La suite

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) en concert

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) par Pierre Andrieu
Le Nadir, Bourges, le 20/04/2017
Grosse soirée au Nadir dans le cadre du Printemps de Bourges (en coproduction avec l'asso Emmetrop) pour célébrer les 10 ans du label Born Bad Records, avec par ordre... La suite

Cheveu (Rock en Seine 2014) en concert

Cheveu (Rock en Seine 2014) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2014
A domicile ou presque, le groupe Cheveu a tout défoncé lors d'une prestation démentielle dans le cadre du festival Rock en Seine. Et ce sur une scène de l'industrie noire... La suite

Phoenix : les dernières chroniques concerts

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017)   en concert

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017) par Lily Rosana
Aix-Les-Bains, le 13/07/2017
"Les 15 ans de Musilac !", "Déjà !" diront les musilakiens de la première heure. "Seulement !" crieront les gourmands. J'ai eu la chance de pouvoir être spectatrice des 4 jours... La suite

La Femme + Metronomy + Phoenix (Lives au Pont du Gard) en concert

La Femme + Metronomy + Phoenix (Lives au Pont du Gard) par Marcing13
Pont du Gard, le 12/07/2014
Après une superbe 1ère soirée , avec les excellents lives de London Grammar et Chinese Man et surtout un véritable show du duo Redman et Method Man, la deuxième soirée des Lives au... La suite

Phoenix + Moodoïd en concert

Phoenix + Moodoïd par sami
Le Silo, Marseille, le 13/02/2014
Ça avait été un des plus gros "fails" de l'automne dernier. Dans un Dôme peu rempli, quarante minute après que la première partie Suuns ait terminé son set au son éprouvant, on... La suite

Phoenix + Moodoid en concert

Phoenix + Moodoid par Jean Marc
Paris, Palais des Sports, le 08/02/2014
Une vraie bonne surprise ce concert ! Je ne parle pas du groupe en première partie (Moodoid), qui est carrément à oublier, mais de la prestation de Phoenix au Palais des... La suite

Royal Blood : les dernières chroniques concerts

Royal Blood + The Liminanas (Festival les Nuits de Fourvière 2017) en concert

Royal Blood + The Liminanas (Festival les Nuits de Fourvière 2017) par Cathy VILLE
Théâtre antique de Fourvière - Lyon, le 10/07/2017
Après les orages de fin d'après midi, place au soleil pour une soirée qui s'annonce sous de bons hospices. Si la dernière radée à bien refroidi la pierre du théâtre antique, elle a... La suite

Rock Werchter 2017 - Jour 2 : Radiohead - White Lies - Jaïn - Royal Blood - James Blake en concert

Rock Werchter 2017 - Jour 2 : Radiohead - White Lies - Jaïn - Royal Blood - James Blake par Cabask
Werchter, le 30/06/2017
2ème jour de festival vendredi 30 juin après une bonne nuit de sommeil. Nous faisons même un détour dans le centre de Malines pour y (très bien) manger. En arrivant, nous... La suite

Festival OÜI FM Bring The Noise : Royal Blood + Loading Data en concert

Festival OÜI FM Bring The Noise : Royal Blood + Loading Data par Lebonair
Point Ephémère, Paris, le 18/12/2014
La 5ème édition du festival OÜI FM Bring The Noise s'est déroulée le 28 novembre, 14 et 18 décembre dernier au Divan du Monde et au Point Ephémère à Paris. Concernant cette... La suite

Savages : les dernières chroniques concerts

Savages (Festival Days Off 2017) en concert

Savages (Festival Days Off 2017) par lol
Cité de la Musique, Paris, le 04/07/2017
En ce 4 juillet, le Festival Days Off - organisé par la Philarmonie de Paris et la Cité de la musique - ne faisait pas dans la dentelle en programmant un concert de Savages, qui... La suite

Main Square Festival 2017 - jour 3 : RADIOHEAD, SAVAGES, LEMON TWIGS, MARK LANEGAN, LA FEMME, SEASICK STEVE, SPOON en concert

Main Square Festival 2017 - jour 3 : RADIOHEAD, SAVAGES, LEMON TWIGS, MARK LANEGAN, LA FEMME, SEASICK STEVE, SPOON par Xavier Averlant
La Citadelle d'Arras, le 02/07/2017
Le troisième et dernier jour du Main Square festival est placé sous le signe des groupes "à guitares"... MARK LANEGAN On commence l'après midi avec l'ex Screaming... La suite

Savages + Bo Ningen en concert

Savages + Bo Ningen par Pierre Andrieu
La Cigale, Paris, le 01/03/2016
Savages Gros concert de Savages dans une Cigale archi complète à l'occasion de la tournée du groupe franco anglais pour promouvoir le revêche mais réussi album " Adore... La suite

Savages + Bo Ningen en concert

Savages + Bo Ningen par Cathy VILLE
L'Epicerie Moderne à Feyzin, le 27/02/2016
Bo Ningen Le concert de Savages à l'Epicerie Moderne de Feyzin, affiche complet. La première partie est assurée par le groupe Bo Ningen. Les membres du groupe sont tous... La suite

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert : les dernières chroniques concerts

(mes) Eurockéennes 2017, 1/2 : Thomas Azier, Johnny Mafia, Rei, HMLTD, Killason, Meatbodies, Explosions in the Sky, Dropkick Murphys, Vitalic, Justice en concert

(mes) Eurockéennes 2017, 1/2 : Thomas Azier, Johnny Mafia, Rei, HMLTD, Killason, Meatbodies, Explosions in the Sky, Dropkick Murphys, Vitalic, Justice par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 08/07/2017
Devenir un vieil Eurockéen ? Ce n'est pas être vieux et aller encore au festival, non, c'est juste faire le constat que d'y aller pour la 24 ième p...n d'année d'affilée, donne... La suite

(mes) Eurockéennes 2016, 2/2 : Courtney Barnett, Kurt Vile, Mac Demarco, The Kills, Tame Impala, Sleep, Ratatat, ZZ Top en concert

(mes) Eurockéennes 2016, 2/2 : Courtney Barnett, Kurt Vile, Mac Demarco, The Kills, Tame Impala, Sleep, Ratatat, ZZ Top par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2016
Le samedi, c'était par ici ! Sous un climat absolument parfait (pas de pluie, pas de canicule, quelques nuages sympathiques), on arrive sur le site au son de Blossoms,... La suite

(mes) Eurockéennes 2016, 1/2 : Last Train, Elle King, The Inspector Cluzo, Allah Las, Bibi Bourelly, Beck, Otherkin, Air, Foals en concert

(mes) Eurockéennes 2016, 1/2 : Last Train, Elle King, The Inspector Cluzo, Allah Las, Bibi Bourelly, Beck, Otherkin, Air, Foals par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 02/07/2016
Il en a fallu, des amitiés fidèles depuis nos lointaines études, des tentes défoncées puis des hébergeurs adorables et constants, des déménageurs compatissants, des mamans... La suite

(mes) Eurockéennes 2015, 2/2 : Parkway Drive, Slaves, Eagles of Death Metal, Alabama Shakes, Electric Wizard, Sting en concert

(mes) Eurockéennes 2015, 2/2 : Parkway Drive, Slaves, Eagles of Death Metal, Alabama Shakes, Electric Wizard, Sting par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 05/07/2015
Le samedi, c'était par ici ! Deuxième jour pour nous et dernier pour tout le monde, ce dimanche commence en pente douce comme la veille. Il est vrai que personne de sensé ne... La suite