Accueil Chronique de concert Sade (+ The Jolly Boys)
Dimanche 28 mai 2017 : 9245 concerts, 24454 chroniques de concert, 5160 critiques d'album.

Chronique de Concert

Sade (+ The Jolly Boys)

Sade (+ The Jolly Boys) en concert

Nikaïa - Nice 29 avril 2011

Critique écrite le 01 mai 2011 par Mcyavell

Nikaïa, Nice, 29 avril 2011.


Sade By McYavell - 110429b

Le retour sur scène de Sade commence ici avant 20 autres dates en Europe et une cinquantaine Outre-Atlantique. Les immatriculations sur le parking témoignent du caractère événementiel. Certains n'ont pas hésité à traverser la France pour assister à ce moment rare...

En attendant, il va falloir faire avec The Jolly Boys. Ce groupe possède certainement le meilleur agent du monde. Réussir à programmer une telle formation sur toute la tournée européenne de la Nigériane relève de l'exploit. Mais soyons indulgents. Il s'agit des survivants d'un groupe jamaïcain apparemment culte, spécialiste du mento depuis 1955 avec quelques nouveaux membres qui font à peine baisser la moyenne d'âge. Albert Minott en est le leader et chanteur, un autre membre historique secoue des maracas, un troisième gratte quelques accords de guitare, un quatrième est assis sur une caisse dont il extrait la ligne de basses. Renseignements pris, il s'agit d'une rumba box, original instrument indispensable à ce genre musical.

The Jolly Boys By McYavell - 110429b

Une batterie et un banjo complètent la formation. C'est le son de ce dernier instrument qui me reste le plus en mémoire avec la voix rauque d'Albert Minott.
Leur répertoire est constitué de reprises pour le moins originales mais interdites aux puristes. Ils exécutent (prenez le sens du mot que vous préférez) tour à tour Golden Brown des Stranglers, Perfect Day de Lou Reed, Riders On The Storm des Doors, Rehab d'Amy Winehouse et The Passenger d'Iggy Pop.
Albert répète entre chaque titre "The Jolly Boys, jamaican style" pour ceux à qui ça aurait échappé et "we luv'ya".

Faut-il y voir une pointe d'humour du préposé à la sono, quelques minutes plus tard, les enceintes du Nikaïa diffusent Three Little Birds du plus culte des Jamaicains avec ces paroles :
Don't worry about a thing
‘Cause every little thing is gonna be all right.


Sade


Tout va bien se passer en effet. Récit détaillé d'un concert inoubliable...

Sade By McYavell - 110429i

1 Intro
Sirènes lointaines, bruit de tempête. Le grand rideau qui nous dissimulait toute la scène s'ouvre gracieusement en trois volutes. Damnation ! La scène est vide !
Mais une trappe s'ouvre et Elle apparaît sur les basses de Soldier Of Love, gravissant des escaliers, sans surprise au niveau du look : tout de noir vêtue, cheveux tirés en arrière, talons aiguilles et ses inévitables grandes créoles aux oreilles. Elle attire tous les regards et c'est tout juste si on remarque que ses musiciens sont apparus aussi, chacun hissé par une plateforme sur verrins hydrauliques.

2 Soldier Of Love (Soldier Of Love, 2010)
I'm a soldier of love, nous répète-t-elle dans ce titre très viril tant au niveau de la rythmique que de la vidéo qui l'accompagne.
L'amour est en effet la cause qu'elle a toujours servie. Elle l'a chanté roi, vrai, pas ordinaire, luxueux, nous a exhortés à nous y accrocher, nous l'a décrit comme plus fort que l'orgueil... On découvre ici ses deux choristes (hommes) également capables de petits pas de danse.

3 Your Love Is King (Diamond Life, 1984)
Stuart Matthewman, son fidèle compagnon, a troqué sa guitare contre un saxophone. Un choriste devient flûtiste. Le seul titre où la voix de Sade est imparfaite. Sans doute n'était-elle pas encore assez échauffée et l'orchestration musclée de Soldier Of Love l'avait masqué jusque là.

Sade By McYavell - 110429l

4 Skin (Soldier Of Love, 2010)
Deuxième titre de son merveilleux dernier album joué ce soir aussi smooth que sur le disque jusqu'à la partie finale qui se muscle divinement (solo de guitare et déchaînement conjoint du percussionniste et du batteur).

5 Kiss Of Life (Love Deluxe, 1992)
Une ambiance bucolique en fond visuel de cette nouvelle douceur, fantasme inside (You gave me the kiss of life) accrue par le retour du saxo.

6 Love Is Found (The Ultimate Collection, 2011)
Cette compilation qui sortira le 2 mai contient trois inédits. En voici un. Sur l'écran est diffusée en ombres chinoises une chorégraphie moderne. Et musclée comme la musique qui l'accompagne à l'influence mi-espagnole mi-orientale. La señora Sade entreprend quelques pas de danse.

Sade By McYavell - 110429q

7 In Another Time (Soldier Of Love, 2010)
Beaucoup plus d'intimité ici. Ambiance feutrée style club de jazz. Les musiciens sont regroupés autour de Sade assise. La rythmique la plus jazzy de la soirée (contrebasse de sortie) accompagne le sirupeux solo de sax ténor et LA voix.

8 Smooth Operator (Diamond Life, 1984)
Petite vidéo ambiance thriller. Les enseignes illuminées projetées sur la marquise en U qui surplombe la scène nous transportent à Broadway et accessoirement laissent à Sade le temps de se changer. Elle revient par la trappe, chemise blanche sous gilet noir. L'ambiance thriller se poursuit sur l'écran avec les musiciens filmés en noir et blanc. 27 ans déjà. Et beau comme au premier jour.

Sade By McYavell - 110429s

9 Jezebel (Promise, 1985)
Et que dire de ce titre, pas mon préféré en disque mais littéralement habité par la grâce ici. Assise sur le bord de la scène, aidée par une orchestration basique (arpèges de guitare ou légers accords de piano et somptueuses virgules de saxophone), Elle va véhiculer une émotion croissante jusqu'à l'apothéose. On croit que le saxophoniste, lui aussi particulièrement inspiré sur ce titre, a le dernier mot. Mais elle assène un "I want to get what's mine" final inoubliable.

10 Bring Me Home (Soldier Of Love, 2010)
Les rideaux se baissent. Des voilages légers qui donnent une couche de pastel. Encore un titre du dernier album, dont le thème rappelle les films des années 80 style Le Professionnel. Le film projeté, lui, ne rappelle rien. Juste des images mises bout à bout sitôt oubliées censées illustrer les paroles.

Sade By McYavell - 110429y

11 Is It A Crime (Promise, 1985)
Les voilages blancs ont laissé la place à quatre gros rideaux rouges. Sur la scène à baldaquin, la voix est chaude à souhait et passe du lisse au rugueux avec un même bonheur.

12 Still In Love With You (The Ultimate Collection, 2011)
Sous l'enseigne lumineuse "Sade live tonight in Nice", la belle nous offre son deuxième inédit de la soirée. Il s'agit en fait d'une reprise (extrêmement embellie) d'un morceau de Thin Lizzy. Deux nouveaux titres où il est encore question d'amour...

13 All About Our Love (Lovers Rock, 2000)
Double avantage lors de ce titre : on aperçoit des images d'archives de Sade et de ses musiciens en vacances à la mer ou en tournée et on apprécie la chorégraphie qu'elle nous concocte au milieu de ses deux choristes/danseurs à la tenue assortie.

14 Nothing Can Come Between Us (Stronger Than Pride, 1988)
Le seul titre de cet album - pas son meilleur il faut dire - et ce n'est pas elle qui chante. Un hélico qui vrombit, deux guitaristes qui jouent les rock and roll stars bientôt rejoints par le bassiste, les deux choristes qui orientent le propos vers le R'n'B. C'est pour laisser le temps à Sade de se changer alors on les pardonne.

Sade By McYavell - 110429zb

15 Morning Bird (Soldier Of Love, 2010)
Les rideaux estompeurs sont de retour. Ambiance forestière, douceur absolue. Certains instruments (violoncelle) sont enregistrés. Peu importe. Elle est revenue avec la plénitude de sa voix et une robe blanche.

16 King Of Sorrow (Lovers Rock, 2000)
Le rideau se lève. La robe n'est pas blanche en fait mais a des reflets argentés. Elle a défait ses cheveux et laissé dépasser un soutien-gorge rouge pour être plus hispanique/lascive sur la danse finale.

17 The Sweetest Taboo (Promise, 1985)
Ce morceau-là est dansant aussi et une petite chorégraphie nous attend après une intro très rock amorcée par les guitares. Nous revoilà à l'époque bénie, celle où Sade avait sorti deux galettes en deux ans. Depuis, l'écart entre deux albums ne cesse de croître.

18 The Moon And The Sky (Soldier Of Love, 2010)
Dix ans ont passé entre les deux derniers. Voici encore la preuve que les années n'ont rien altéré avec ce morceau qui ouvre l'album paru à l'automne dernier. Elle n'en interprètera pas, hélas ! le sublime Babyfather. On se console un peu avec la lune et le ciel à travers quelques nuages de fumée.

19 Pearls (Love Deluxe, 1992)
" There is a woman in Somalia..."
Pas de musiciens ici. Une bande son est envoyée. Un orchestre symphonique pour un seul titre, ça aurait été un peu trop. Le second sommet vocal du show après Jezebel. Force et émotion. Hallelu-u-u-u-jah !

20 No Ordinary Love (Love Deluxe, 1992)

Pour ceux à qui ça aurait échappé, ce titre est un rock'n roll. Les musiciens ont ressurgi du sol. Ont-ils profité de leur pause pour prendre un fortifiant ? En tout cas, ils donnent tout. Ca sent le baroud d'honneur et on redoute le moment où Elle va nous dire au revoir.

21 By Your Side (Lovers Rock, 2000)
Jamais pluie de confettis ne m'aura été aussi insupportable. Elle a beau nous dire qu'elle sera toujours à nos côtés quand on aura froid ou qu'on sera seul, la séparation est douloureuse. La dame n'est ni bavarde ni expansive mais on décèle une profonde émotion dans ce chant final et les quelques mots qui l'accompagnent. Pas très audibles sauf un "toujours toujours dans mon cœur" qui me touche davantage chez elle que chez Céline Dion.

22 Cherish The Day (Love Deluxe, 1992)
Triomphe, rappel. On cherche rapidement quels titres incontournables - chez elle ça frise le pléonasme - elle n'a pas encore joués. Le choix est grand. Il fallait un titre évocateur. Cherish The Day est celui-là. Elle arbore pour l'occasion une somptueuse robe rouge vif et a rattaché ses cheveux. Une plateforme à peine plus grande qu'un timbre poste l'élève à environ quatre mètres du sol. Elle ne cesse d'y danser en chantant, se tenant à peine à une rampounette.

Sade By McYavell - 110429zc

La plateforme redescend, et le concert s'achève en symétrie parfaite de son début. Tous les regards sont attirés par sa silhouette qui disparaît sous la scène et c'est tout juste si on remarque que ses musiciens ont disparu aussi...
Un bijou de concert. Heureux les détenteurs du sésame pour Paris ou Amnéville, les deux seules autres dates françaises de la tournée. Racontez-moi svp...

> Réponse le 02 mai 2011, par jose

[nikaia nice - 29 avril 2011] pas grand chose à dire quand on attend ça depuis 25 ans (minimum)...magique,3 jours après,je traine mon "blues" comme si quelqu'un que j'aimais était parti au bout du monde......il faut que je revoie ça!!!!!  Réagir

> Réponse le 11 mai 2011, par Martine Nadège

Bonjour, je voulais juste vous féliciter pour l'excellente chronique que vous avez fait de ce concert. Etant mon groupe préféré, Je suis plus que ravie de savoir qu'il sont encore plus magiques lorsqu'ils sont sur scène face à des gens. Je vis à Douala (Cameroun) et je ne peux malheureusement pas assister à bon nombre de concerts d'artistes qui me tiennent à coeur, j'ai l'habitude de lire vos comptes rendus, mais c'est la première fois que j'interviens, et ce juste pour vous dire que pour moi devant me battre avec l'éloignement, j'apprécie hautement au fil des mois, le travail que vous faites en retranscrivant vos émotions et les sensations que vous procurent ces magnifiques shows auxquels nous voudrions tous pouvoir assister... Merci de tout Coeur!!!!!   La suite | Réagir

> Réponse le 11 mai 2011, par cat

Bravo et merci pour cette critique détaillée et objective. A l'origine je ne suis pas fan de Sade mais de France Gall surtout sur scène.... Mon mari lui, l'aime bien depuis le début de sa carrière, moi je connaissais juste ses tubes... Une amie m'a dit mon frère s'est endormi à un concert de Sade ! Oups, inquiétude !!! Mais ce vendredi soir à Nice, j'ai été très vite embarquée, par les musiciens, la mise en scène et bien sur la chanteuse ! Ce fut une excellente soirée, pleine de bonheur, celà va faire 2 semaines, mais je reste dans sa musique et dans la nostalgie de ce concert. Sur youtube je profite des vidéos amateurs ! Un grand bravo à Sade, une véritable artiste !  Réagir


Nikaïa - Nice : les dernières chroniques concerts

Depeche Mode + F.O.X (The Delta Machine Tour 2013) en concert

Depeche Mode + F.O.X (The Delta Machine Tour 2013) par Ysabel
Palais Nikaia - Nice, le 04/05/2013
Ce soir, nous sommes présents pour un rendez-vous très particulier au Palais Nikaïa de Nice : c'est juste le premier concert de la tournée mondiale de Depeche Mode ... C'est pas... La suite

Scorpions + The Running Birds en concert

Scorpions + The Running Birds par Ysabel
Palais Nikaia - Nice, le 26/05/2012
Arrivée épique au Palais Nikaia de Nice ... A attendre une plombe devant le guichet, parce qu'on a la malchance de se retrouver derrière l'immanquable mec (toujours le même) qui... La suite

Manu Chao en concert

Manu Chao par Simon Pégurier
Palais Nikaia - Nice, le 01/10/2009
Manu Chao à Nice : c'est pas trop tôt ! Depuis le début de sa carrière, il n'avait jamais dénié mettre les pieds dans la capitale de la Côte d'Azur ! À tel point que, moi le... La suite

Pink en concert

Pink par combellus
Palais Nikaia - Nice, le 24/02/2009
J'ai beau avoir cherché comment pouvoir mettre 5 étoiles, c'est impossible... Pourtant P!nk mérite largement ses 5 étoiles ! Tout simplement énorme !!! P!nk est sans... La suite