Accueil Chronique de concert Shvpes, SikTh, Trivium
Lundi 12 novembre 2018 : 12519 concerts, 25240 chroniques de concert, 5234 critiques d'album.

Chronique de Concert

Shvpes, SikTh, Trivium

Shvpes, SikTh, Trivium en concert

Espace Julien Marseille 16/03/2017

Critique écrite le par

A la sortie d'un début d'année assez pauvre en concert à Marseille à mon goût, avec en plus, et je viens de l'apprendre, le changement de propriétaire du Korigan, dernier bastion régional à offrir régulièrement une programmation métal assez variée, l'évènement, ce soir, se situe à l'Espace Julien. En effet, trois groupes s'y produisent : SHVPES, SIKTH et en plat de résistance, les américains de TRIVIUM. La salle et le bar sont copieusement garnis, ce qui augure une bonne soirée.


Les hostilités commencent vers 20h avec SHVPES. Les natifs de Birmingham sont, pour ma part, totalement inconnus, même si le chanteur est Griffin. Ce prénom ne vous dit peut-être rien, mais son nom de famille est Dickinson. Ah ! Là, ça interpelle un peu plus ! Même si Griffin est le fils du chanteur d'IRON MAIDEN, le style de musique est très différent. SHVPES nous concocte un metalcore aux influences variées.


C'est un mélange de RATH pour les couplets, avec un phrasé façon Zack de la Rocha, et un refrain plus mélodique. Le tout fonctionne assez bien, même si je préfère la partie la plus lourde et plus pulsée. Le public est un peu statique, il a l'air en phase découverte, mais apprécie les morceaux. Griffin et ses acolytes balancent tout ce qu'ils ont, pendant les 30 min de leur set.


Après une pause d'une vingtaine de minutes qui me permet de me rafraichir le gosier (Enfin presque ! Avec 1/3 de mousse, ma pinte ne me fera pas de mal !), nous revoilà dans la salle pour accueillir le second groupe de la soirée, à savoir SIKTH. C'est un groupe de metal progressif britannique, originaire de Watford (merci Wikipédia car je n'en avais aucune idée !). Leur particularité est d'avoir 2 chanteurs. Cela pourrait être intéressant, surtout si les voix sont complémentaires, là elles sont juste inaudibles ! Le public, quand à lui, à l'air d'apprécier le show, les premiers pogos s'enchainent, mais moi je n'adhère pas. Je décide donc de laisser SIKTH avec ses fans et je retourne au bar.


Le dernier groupe à jouer est, bien sûr, TRIVIUM. Leur arrivée sur scène est accompagnée de l'excellent "Run to the Hill", peut-être un clin d'œil au fils de Bruce Dickinson... Le combo, originaire d'Orlando en Floride, nous présente un set où l'ensemble des albums de leurs 17 ans de carrière est représenté. Dès les premières notes de "Rain", le jeune public qui occupe la fosse, se déchaine. Les musicos nous délivrent un son lourd et rapide, en alternant les chants trash des couplets avec ceux plus mélodiques des refrains.


Si la mayo prend bien, quelques points m'interpellent :
- Tout d'abord, les solos : Bien que leurs présences ne me gênent en aucune manière, au contraire, étant de la génération métal des années 80, son utilisation doit apporter un plus et être en harmonie avec la chanson. Là, j'ai l'impression qu'ils étaient inadaptés avec les accords des morceaux.


- Ensuite, c'est l'omniprésence de Matt Heafy. Je m'explique : Il s'occupe de tout, du chant, de la rythmique et de beaucoup de solos (ok, je bloque un peu là...). J'aurais aimé voir un peu plus Corey Beaulieu tenir le rôle de soliste. Malgré ces quelques critiques, et comme je l'ai dit précédemment, le tout fonctionne assez bien. Le public est tout acquis à la cause du groupe, la sueur a envahi la fosse, et le batteur Alex Hernandez-Bent est tout simplement excellent !


Même si tout n'était pas parfait, ce fût, à en voir le visage du public à la sortie, une bonne soirée, entre métalleux, et ça, c'est le plus important.

Setlist TRIVIUM : Rain / Forsake not the dream / Down from the sky / Rise above the tides / Entrance of the conflagration / The deceived / Dying in your arms / Strife / Dusk / Throes of perdition / Silence in the snow / Pillars of serpents / Gunshot to the head of trepidation / Until the world goes cold / Pull harder on the strings of your martyr / In waves.

Trivium : les dernières chroniques concerts

(mon) Download Festival 2016 : Lofofora, Strange Bones, Trivium, New Years Day, Children of Bodom, Sabaton, Rival Sons, Volbeat, Last Train, Megadeth, Rammstein en concert

(mon) Download Festival 2016 : Lofofora, Strange Bones, Trivium, New Years Day, Children of Bodom, Sabaton, Rival Sons, Volbeat, Last Train, Megadeth, Rammstein par Philippe
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 12/06/2016
Arrivée en France du Download Festival, le gros machin metal de Live Nation, donc ? Personne n'est dupe, ce n'est pas de la philanthropie, l'idée est évidemment d'aller empiéter... La suite

 Hellfest 2014 (1/3) : Slayer, Iron Maiden, Sepultura, Trivium, Therapy ?, M.O.D, Loudblast, Satan, Showtime en concert

Hellfest 2014 (1/3) : Slayer, Iron Maiden, Sepultura, Trivium, Therapy ?, M.O.D, Loudblast, Satan, Showtime par Gandalf
Clisson, France, le 20/06/2014
"On the road again after all these years ! Eh oui, après 10 années de Festivals intenses, suivies de 4 ans de diète, me voici de retour dans ce qui est devenu l'un des plus gros... La suite

Machine Head + Trivium + Dragonforce + Arch Enemy par Gandalf
Elysée Montmartre à Paris, le 29/11/2007
Une bien jolie affiche qui nous est proposée deux soirs d'affiliée sur Paris en cette fin novembre. Malheureusement en pleine semaine. Je me bouge malgré tout exceptionnellement pour le jeudi soir à l'Elysée Montmartre, car revoir Machine Head en petite salle après le concert atomique du Wacken 2005, c'est déjà tout bénèf, mais en plus découvrir... La suite

Trivium par ?
Strasbourg La Laiterie, le 03/06/2007
Meilleur concert de ma vie, avec deux prmière partie de choix : Sanctity et Annihilator. Comme c'était le dernier concert d'une tournée mondiale et que c'est la première fois qu'ils vont prendre des vacances depuis 3 ans, ils ont donner tous ce qu'ils avaient avec une qualité de concert exceptionnelle avec les membres des premières parties... La suite

Espace Julien Marseille : les dernières chroniques concerts

Agnostic Front + Street Dogs  + Indust  en concert

Agnostic Front + Street Dogs + Indust par pirlouiiiit
Espace Julien, Marseille, le 09/11/2018
Pas franchement l'habitude de me rendre à des concerts de hardcore en général mais là pour les "New York HXC legend" que sont Agnostic Front venus à l'Espace Julien à à... La suite

Lux Botté Show : Papet J, Moussu T e lei Joventz, Dance Hall Balèti, Gigi de Nissa, Jo Corbeau, Léo, Mauresca Fracas Dub, Mouss & Hakim, Sam Karpienia, le Son du Marché, Massilia Sound System, Oai Star, Toko Blaze, Where's Captain Kirk ? en concert

Lux Botté Show : Papet J, Moussu T e lei Joventz, Dance Hall Balèti, Gigi de Nissa, Jo Corbeau, Léo, Mauresca Fracas Dub, Mouss & Hakim, Sam Karpienia, le Son du Marché, Massilia Sound System, Oai Star, Toko Blaze, Where's Captain Kirk ? par Pirlouiiiit
Espace Julien, Marseille , le 03/11/2018
Il vaut mieux que je n'attende pas trop si je veux pouvoir vous raconter sans trop d'oublis cette mémorable soirée en l'honneur de l'illustre Lux Botté. Car oui cela fait 10 ans... La suite

The Skatalites en concert

The Skatalites par Gilles Borgogno
Espace Julien, Marseille, le 09/10/2018
SKA SUR ORBITE. The Skatalites... Les inventeurs du Ska... Formés en 1962... Avant de devenir les Skatalites, le groupe a joué sous plusieurs noms " The  Sheiks " en 1962, de... La suite

Deadwood + Binaire (Festival Impressions Visuelles et Sonores) en concert

Deadwood + Binaire (Festival Impressions Visuelles et Sonores) par pirlouiiiit
Espace et Café Julien, Marseille, le 29/09/2018
En complément de la chronique de Sami (parti avant que son carrosse en commun ne se transforme en citrouille) sur les concerts de DJ Daz, the Crush, FUR, La Canaille, et... La suite