Accueil Chronique de concert Sigur Ros
Dimanche 26 janvier 2020 : 11201 concerts, 25890 chroniques de concert, 5285 critiques d'album.

Chronique de Concert

Sigur Ros

Sigur Ros en concert

Théatre Antique - Arles 11 Septembre 2012

Critique écrite le par

Arrivée sur les chapeaux de roues au Théâtre Antique d'Arles ... Pas sûrs d'être accrédités. Mais c'était sans compter sur Fabien de La SAS, qui nous arrange tout ça de mains de maître !! Nous sommes donc là et accrédités en plus. C'est good !!

Pour assurer la première partie, un DJ se met en place, avec une musique plutôt ludique et aux sonorités "cinématographiques" (un peu à la Chapelier Fou), mêlée à des bruits d'aiguillages de train. C'est plus un mix d'ambiance qu'autre chose, avec une posture : Plus statique tu meurs ! (en tenue de camouflage) et sous une douche de lumière. Mais la musique est faite pour nous mettre dans l'ambiance de la nuit qui tombe.



Les arènes s'emplissent peu à peu et le DJ nous quitte sur un simple geste de la main. Puis les colonnes du théâtre s'habillent de lumière et un grand rideau descend des cintres petit à petit. Salué d'un "Ahh !!" général quand il se déplie et laisse apparaitre le nom de Sigur Rós, sur un fond sonore quasi monocorde qui nous plonge déjà dans l'ambiance du groupe islandais. Mais cette mise en place reste quand même un peu longuette, avec un public qui y croit à chaque fois qu'un mouvement se fait et qui commence à s'impatienter par moment.



Les lucioles qui s'allument et le nuage de fumée qui se forme sur scène, plantent un décor assez irréel et l'effet est garanti lorsqu'ils entrent sur scène. Ils sont inondés de lumière, sur la musique qui monte. Au centre, face à face, ils commencent à jouer du xylophone. La scène est grande, mais ils sont tous très proches les uns des autres et lorsque le chanteur se retourne ... On s'en prend plein la tête (un peu trop même !)

Le rideau de fond devient écran et heureusement, lorsque sa voix arrive enfin, on retrouve un niveau sonore un peu plus raisonnable. Mais certainement pas autant d'harmonie que ce à quoi je m'attendais en venant dans ce site si bien choisi. Ceci étant, le résultat est des plus impressionnant et il ne faut pas oublier que même si Sigur Rós a sut nous offrir au fil des années des compositions d'une pureté et d'un planant féerique, c'est avant tout un groupe fer de lance du mouvement post-rock progressif expérimental (au gros son s'il en est !!).



Jónsi joue de la guitare à l'archet. Le contraste permanent entre violence et subtilité donne un rendu assez incroyable, avec des jeux de lumière vraiment fabuleux. Jeux visuels. Jeux de visages. Un public qui réagit aux premières notes de la plupart des morceaux. Un univers planant et irréel qui prend vraiment place maintenant.

Les musiciens se déplacent au gré de leurs changements d'instruments. Avec eux, ils nous embarquent en voyage dans leur pays si particulier, aux 1000 paradoxes et à la langue tellement gutturale. Violence, beauté, plénitude, paix et tempête traversent la scène. Les cuivres apportent beaucoup de couleur à l'ensemble et les sons qui sortent de sa guitare/archet est par moment d'une fureur incroyable. Un grondement d'outre tombe, parfois presque inhumain, suivi par toute la douceur des instruments à corde. Tout explose et s'éparpille comme les particules élémentaires qui apparaissent en fond, avec un résultat qui est assez faramineux.



A chaque minute, on est surpris, emporté, avec le cœur en alerte et qui bat à 100 à l'heure. Des éclairs de lumière nous donnent la sensation d'être en plein jour... Je m'attendais à un choc, mais là je suis vraiment servie !

Les premières notes de Svefn-g-englar s'élèvent et c'est juste un rêve de l'avoir en Live celle-ci. Perso, je ferme juste les yeux et je me laisse porter. Jónsi chante dans le corps de sa guitare, produisant ainsi comme un écho infini. Et sa voix d'ange qui s'élève et vous revient en pleine face comme un boomerang (presque métalleux), c'est juste fabuleux.



Viðrar Vel Til Loftárasa commence. Un calme magique s'installe. Des fenêtres blanches apparaissent sur l'écran de fond. Le piano éclairé. Les crissements de guitare. Des phares qui passent dans la nuit. Jónsi qui tient son micro, archet en main. On dirait l'ombre d'un drôle d'animal. Puis tout se suspend. Ils ne bougent plus... Une parenthèse enchantée (forcément troublée par un abruti qui se croit drôle). On peut croire qu'il va terminer sur un murmure, mais la musique reprend ses droits en remplissant l'espace, accompagnée d'une vague de lumière rouge. Ce sera poignant jusqu'à la dernière note de violon.



Une pluie d'étoiles explose. C'est féerique. Les instruments s'affolent dans une course éperdue. Ça tourbillonne. C'est comme une boîte à musique qui semble se détraquer. Puis d'un geste, les mains se lèvent dans le public et les trois violonistes deviennent choristes aux voix de cristal. Retour des cordes et d'une flûte traversière pour nous amener dans une forêt festive, avec des sonorités presque celtes. Une musique magique et l'esprit qui vagabonde. Enfin, des dissonances se mêlent à la danse, vite rattrapées par la "fanfare". Toute une histoire qui défile, où chacun peut écrire son scénario.



Il semble ensuite rester seul dans une bulle de lumière bleue. Les autres sont passés dans le noir. L'image et sa voix ... Tout est irréel. Avec une note tenue qui n'existe pas ! Quand tout le monde est revenu dans la danse et le public se met à sauter sur place en frappant dans les mains pour accompagner Festival. L'intensité de ce moment est palpable. Les lumières irisent le ciel et laissent apparaître l'ombre du public.

Les morceaux attendus provoquent à chaque fois le même engouement. Le bleu océan nous ballote du calme à la tempête, toujours dans ce voyage extraordinaire qui se termine avec Hafsól. Les violons sont joués à même les cordes et ils mènent la danse. Les cuivres emboîtent le pas dans une course effrénée et cela part tellement vite, qu'à la fin on ne perçoit plus la différence entre les instruments... Puis ils quittent la scène sous une pluie d'étoiles.



Leur retour pour les rappels se fait dans une fumée grise et ce départ planant, tout en douceur, doit encore préparer une surprise. C'est la pochette de leur dernier album, Valtari, qui apparaît derrière eux et le bateau suspendu en apesanteur qui le traverse avance lentement. Le tout emprunt d'une poésie infinie et la guitare/archet nous embarque encore une fois dans des sons improbables. Nous sommes nous aussi en apesanteur ... La musique est entêtante, étourdissante, violente même ! Et la voix de Jónsi en parait presque lointaine.

Le dernier morceau va être totalement pénétrant, avec un rythme qui entraîne le corps dans son mouvement de balancier et des volutes de fumée qui les entourent et les absorbent tous. Le son prend plus que jamais des allures fantomatiques. Sa voix est à la fois pure et plus grave. Envoûtante. La batterie augmente imperceptiblement et l'incroyable de voix de Jónsi monte dans les limbes (une dernière fois irréelle). Puis ça tourne à la déferlante, avec un son monstrueux et une impression de fin du monde. Les images sont brouillées et le sampler devient monocorde... Pour terminer en vibrant à l'infini.

Mais ils remonteront tous sur scène, pour saluer une dernière fois, sous les bravos (devant les écrans qui se brouillent, comme au bon vieux temps de la mire de nuit...). Une soirée vraiment placée sous le signe de l'émotion, dont je me souviendrais un bon moment !!



Jón Pór Birgisson aka Jónsi : Guitare & Chant
Georg Hólm aka Goggi : Basse & Xylophone
Orri Páll Dýrason : Batterie
Ólafur Björn Ólafsson aka Óbó : Clavier
Kjartan Dagur Hólm : Guitare

Du Quatuor à cordes Amiina
María Huld Markan Sigfúsdóttir : Violon
Hildur Ársælsdóttir : Violon
Edda Rún Ólafsdóttir : Alto

Du Quintette de cuivres The Horny Brasstards
Ingi Garðar Erlendsson : Tuba
Eiríkur Orri Ólafsson : Trompette
Helgi Hrafn Jónsson : Trombone & Flûte traversière

Setlist
1 - Lagið í Gær
2 - Vaka
3 - Ný Batterí
4 - Svefn-g-englar
5 - Sæglópur
6 - Viðrar Vel Til Loftárasa
7 - Hoppípolla + Með Blóðnasir
8 - Olsen Olsen
9 - Festival
10 - Varúð
11 - Hafsól
-------------------------------
12 - Ekki Múkk
13 - (Glósóli)
14 - Popplagið

Chronique réalisée par l'équipe de Concerts en Boîte

Sigur Ros : les dernières chroniques concerts

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 27/08/2016
Quand l'été est presque enfui, comme chacun sait, il n'y a qu'une seule solution pour le clôturer dignement : Back to Rock en Seine ! Bon, on pourrait nous accuser légitimement... La suite

Sigur Ros (Nuits de Fourvière 2016) en concert

Sigur Ros (Nuits de Fourvière 2016) par Cathy VILLE
Théâtre de Fourvière, Lyon, le 06/07/2016
Sigur Ros Ce soir Aux Nuits de Fourvière, Sigur Ros nous a offert une nouvelle fois un concert magique. Même si pour moi ce ne sera pas le plus mémorable (son trop fort),... La suite

Sigur Ros (Nuits de Fourvière 2013) en concert

Sigur Ros (Nuits de Fourvière 2013) par Cathy VILLE
Théâtre Antique de Fourvière, le 30/07/2013
Que de chemin parcouru depuis ce premier concert où j'ai découvert Sigur Ros, timide, mal à l'aise sur scène, c'était au Transbordeur en avril 2001. Puis il y a eu l'auditorium... La suite

Théatre Antique - Arles : les dernières chroniques concerts

Agnès Obel, Jain, Holy Two, Teme Tan en concert

Agnès Obel, Jain, Holy Two, Teme Tan par lb
Théâtre Antique d'Arles, le 19/07/2017
Une affiche alléchante cette année pour le festival des Editions du Cargo, partagé entre les concerts au théâtre antique (superbe!) et des fins de soirée en clubbing à la... La suite

Teme tan + Calypso Valois + Agnes Obel (Les Escales du Cargo) en concert

Teme tan + Calypso Valois + Agnes Obel (Les Escales du Cargo) par Philippe
Théatre Antique, Arles, le 19/07/2017
Revoir enfin Agnès Obel... qui se montre cruellement distante avec nous (pas une lettre, pas un coup de fil...) depuis son magnifique concert de première tournée en 2011, au Silo... La suite

Freddy Faada et Asaf Avidan (les Escales du Cargo) en concert

Freddy Faada et Asaf Avidan (les Escales du Cargo) par Kris Tian
théâtre antique - Arles, le 23/07/2014
Pour sa dixième année le festival "Les Escales du Cargo" a bien choisi sa programmation et quoi de plus réjouissant que d'assister à un concert dans le théâtre antique d'Arles.... La suite

Sigur Ros en concert

Sigur Ros par Philippe
Théatre Antique, Arles, le 11/09/2012
En vérité, je vous le dis, quelle charmante soirée à la fraîche, dans le beau théatre antique d'Arles, nous passâmes ce mardi onzième jour de septembre ! En première partie,... La suite