Accueil Chronique de concert A Smell Of Fox + The Plastic Gangsters + Dj Argh
Vendredi 6 décembre 2019 : 10555 concerts, 25827 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Chronique de Concert

A Smell Of Fox + The Plastic Gangsters + Dj Argh

Le Balthazar, Thiers 31 mai 2002

Critique écrite le par

The Plastic Gangsters Psychedelic X-Plosion X-Perience and The New Revolution From The Black Leather Lagoon (le nom complet du groupe !) arrivent tel un gang surexcité s'apprêtant à jouer au CBGB's.



Le guitariste rythmique, Harvey "Turbo Rat" Di Fontis, a enfilé un superbe maillot de Manchester United au nom d'Eric "The King" Cantona. Est-ce un heureux présage ? Oui ! Le groupe entame l'hymne des Stooges qui ouvrait tous les concerts d'Iggy Pop en 1993 : Down on the street ! Quel riff monumental !
Nous allons assister ce soir à un concours de poses rock n' roll assez impressionnant. C'est d'abord le chanteur, Peter Marvel, qui hurle comme Iggy et se retrouve à genoux au pied du micro, comme son idole. Un peu plus tard, c'est "Turbo Rat", qui ayant trop regardé sa vidéo de Ziggy Stardust, se prend pour Mick Ronson et nous refait le coup du guitariste jambes écartées au-dessus du chanteur, couché sur le sol. Bravo pour les références ! Pour compléter le tableau, le batteur, "El Drummo" Ramirez, joue moquette au vent et cogne comme un sourd. Pour ne pas passer pour des rigolos, le bassiste, Mick "Carburator" Rocco, et le lead guitariste, Vince-O-Matic, se doivent de réagir !



C'est chose faite quand le bassiste joue assis sur les retours puis se promène dans le public tandis que son acolyte actionne ses pédales avec... sa tête ! La charmante choriste, ZaZa Soprano, a choisi, elle, de se trémousser lascivement : cela provoque un ballottage très favorable... Mais où sont donc passés les gentlemen de Karma Antica ? Où sont les arpèges cristallins ? Qu'ont-t-ils fait de leurs morceaux pop ? Qu'est ce qui les a transformés en Wild animals ? Alors là, va savoir...
Ils se sont changés en véritable tribute band de l'iguane : Louie Louie version American caesar, TV eye, I wanna be your dog viendront charmer les oreilles des fans du mauvais garçon du Michigan. Leurs versions sont bien crades et sont un véritable hommage aux morceaux des Stooges.
Pour montrer qu'ils sont restés jeunes malgré le poids des années de débauche, ils nous jouent l'excellentissime Hate to say I told you so de The Hives. Très bien, mais vous étiez où le 9 décembre 2000 quand les Hives ont joué à Clermont-Ferrand en ouverture des Wampas ? Ah, on fait moins les malins ! De toute façon, The hives are law, you are crime !
Pour que le bonheur soit complet, Gloria de Van Morrison (repris par Patti Smith), What goes on du Velvet Underground et Roadhouse blues des Doors sont interprétés avec une fougue juvénile. "Let it roll ! All night long !" Remettez-nous ça et que ça saute !

Pendant la pause, un chevelu du nom de François A. (qui se fait appeler Dj Argh ou je ne sais quoi : je ne comprends pas ce qu'il me dit et je n'arrive pas à lire ce qu'il écrit, donc...) passe à un volume déraisonnable sa collection de disques, assez incroyable, il faut le reconnaître ! La reprise techno/hardcore de Paranoïd de Black Sabbath est un morceau d'anthologie que tout mélomane doit posséder dans sa discothèque. Into the groove de Madonna par Sonic Youth est légèrement plus subversive que la version de Superbus que nous inflige MCM, la chaîne des djeunes. Voir ce jeune homme s'agiter frénétiquement est un spectacle en soi ! En fait, il est tellement hystérique derrière ses platines qu'il pourrait passer n'importe quoi ! Il est pas un peu frappé celui-là par hasard ?

Les stars de la soirée, A Smell of Fox, ont très joliment décoré leurs retours sur scène avec le nom du groupe (très frais !). Il y a aussi les mots chacal, hyène et je ne sais plus je ne peux pas me souvenir de tout non plus quoi merde ! Le ton est donné : ils ne vont pas faire dans la pop anglaise à la Belle & Sebastian !
Leur set est composé de reprises de titres de punk/hardcore assez anciens. N'est-ce pas pathétique de voir ces trentenaires jouer torse nu des antiquités, hurler comme des gorets et prendre les poses les plus cliché ? Et bien, contre toute attente, pas le moins du monde ! C'est même rafraîchissant de voir ces quatre-là jouer toutafondlive ! Les titres sont chantés par le bassiste Rollo, très à l'aise pour les gueulantes, son ami Christophe "le méchant" n'est pas en reste en ce qui concerne le volume sonore... Rollo n'arrête pas de dire "Hi, I'm Johnny Cash" entre les morceaux. Comment font-ils pour se mettre dans des états pareils ? Ce doit être la puissance du rock n' roll ! La flamme habite aussi le discret guitariste qui wahwahise délicieusement tandis que le batteur, Yannis S. fait une démonstration de force. Mais il martèle ses peaux comme une brute, le petit salaud ! La combinaison des quatre donne un jublilatoire hardcore des familles !
Leur reprise de Blitzkrieg bop des Ramones est bienvenue mais quicestdonc qui "chante" "Hey, ho, let's go !" et ne connaît pas le reste du texte ? L'immense guitariste des Plastic Gangsters ! "Vincent is a punk rocker and somebody put something in his drink !" Ah, c'est du propre !
Choum, le patron de la salle, qui s'agite comme un fou furieux au premier rang depuis le début de la soirée, est invité à monter sur scène. C'est son anniversaire ! Le groupe nous offre alors une version karaoké de Too drunk to fuck des Dead Kennedys envoyée par le Dj. Le groupe, avec Choum au micro, mime à la perfection et en rajoute des kilos, un peu à la manière de Nirvana faisant semblant de jouer Smells like teen spirit à l'émission Top of the Pops. Mais de qui se moque t'on ? Choum redescend jouer de la guitare en carton en dansant comme Chuck Berry avec le t-shirt déchiré du bassiste autour du cou ! Si ce monsieur n'est pas passionné par ce qu'il fait, je n'y comprends rien !
Après avoir rejoué un titre incroyablement bon et puissant des inénarrables Reverend Horton Heat, les Smell of Fox regagnent leurs loges gigantesques. Cette bande de voyous nous a offert un florilège de ce qui se fait de plus violent et rapide dans le hardcore/punk et je crois que j'ai pris mon pied. C'est grave docteur ?
C'est la première fois que je retournais au Balthazar depuis sa rénovation et malgré la demi-heure de route, je crois que je vais revenir : cette salle est furieusement conviviale et ROCK N' ROLL !

The Plastic Invaders : les dernières chroniques concerts

Paul Collins Beat + The Plastic Invaders en concert

Paul Collins Beat + The Plastic Invaders par Pierre Andrieu
Bombshell, Clermont-Ferrand, le 17/04/2015
Pour le premier concert programmé au Bombshell, le nouveau club rock de Clermont-Ferrand (qui remplace le regretté Rat Pack), c'est un coup de maître : rien moins que la... La suite

Araban & Friends #3 : The Experimental Tropic Blues Band + Araban + Electric Suicide Club + Mr GerryManders + The Plastic Invaders + Mister Moustache 2011  en concert

Araban & Friends #3 : The Experimental Tropic Blues Band + Araban + Electric Suicide Club + Mr GerryManders + The Plastic Invaders + Mister Moustache 2011 par Pierre Andrieu
Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 11/06/2011
Grosse soirée Araban & Friends #3 à la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand avec le rock garage de The Plastic Invaders, le surf rock de Mr GerryManders, le post punk... La suite

Zak Laughed & The Hobos Company + Araban + The Elderberries + Sinner Sinners + The Plastic Invaders + Seven Seas en concert

Zak Laughed & The Hobos Company + Araban + The Elderberries + Sinner Sinners + The Plastic Invaders + Seven Seas par Pierre Andrieu
Clermont-Ferrand, le 31/12/2009
Comment finir l'année 2009 en beauté ? Comment débuter 2010 gonflé à bloc par un 31 décembre très agité ? Comment repartir heureux et avec assez d'énergie pour attendre de... La suite

Whodunit + Fury Furyzz + The Plastic Invaders en concert

Whodunit + Fury Furyzz + The Plastic Invaders par Pierre Andrieu
Le Rat Pack, Clermont-Ferrand, le 18/09/2009
Joliment prises en sandwich entre deux groupes de vieux garage rockers vigoureux, The Plastic Invaders et Whodunit, les "innocentes" jeunes filles de Fury Furyzz (from Paris,... La suite

Le Balthazar, Thiers : les dernières chroniques concerts

Coheed And Cambria, YellowCard, New Found Glory par Kimi
Elysee Montmartre, le 02/09/2004
Wow C etait tout simplement genial ! Coheed a joué un set un peu court mais pr une premiere fois, on va pas etre trop gourmand; ensuite Yellowcard qui a bien fait bougé le public c etait d enfer; Puis bien sur NFG qui a tout déchiré. Jordan etait obligé de s arreter de chanter parfois pour reprendre sa respiration tellement il s est donné ! Ian a... La suite

The National par Pierre Andrieu
Espace scène live (ex Balthazar), Thiers (63), le 12/06/2004
Cela faisait deux ans qu'on attendait de voir sur scène le groupe américain The National ; en fait depuis l'écoute répétée du premier album très prometteur des new-yorkais sorti chez Brassland en 2002. Par la suite Sad songs for dirty lovers et Cherry tree n'avaient fait que confirmer le potentiel des premiers morceaux : ce combo en "The" (mais... La suite

Plastic Gangsters par Arni
Balthazar à Thiers, le 31/05/2003
Il ne faudrait pas s'enflammer sur cette parodie de rock'n'roll !!!J'ai eu l'impression de voir une caricature de Claude François accompagné de pseudos musiciens qui ont l'air de découvrir la vie... Certes les morceaux sont bien envoyés, mais tout le monde en fait trop. Il ne faut faire pas semblant de ressentir la musique, il faut la vivre tout... La suite