Accueil Chronique de concert La Souris Déglinguée - Warrior Kids - Sham 69 - Charge 69 (Week-end sauvage)
Samedi 15 décembre 2018 : 10713 concerts, 25298 chroniques de concert, 5236 critiques d'album.

Chronique de Concert

La Souris Déglinguée - Warrior Kids - Sham 69 - Charge 69 (Week-end sauvage)

La Souris Déglinguée - Warrior Kids - Sham 69 - Charge 69 (Week-end sauvage) en concert

Secret Place / Saint-Jean-de-Vedas (34) 9 décembre 2107

Critique écrite le par

Décembre. L'esprit de Noël, des illuminations dans les rues, des cadeaux plein la hotte. De la neige, parfois. Et un " Week-end sauvage ", toujours. Il est des traditions qu'il convient de respecter. Au point donc d'en faire un presque pèlerinage. 2ème édition du festival Montpelliérain (vedasien si on veut être précis) en ce qui me concerne, mais 10ème édition d'un week-end musical désormais bien établi à la Secret Place (home of underground rock).
Un " Week-end sauvage " c'est toujours l'assurance d'un retour vers le futur improbable et de qualité. Il suffit pour s'en convaincre de jeter un coup d'œil dans le rétro. Si l'on n'en revient qu'aux deux précédentes éditions : Dagoba, Aqme, Warum Joe, Olivensteins... déjà.
Il fallait donc frapper fort, une nouvelle fois pour cette 10ème édition. Ainsi fut fait avec la participation de La Souris Déglinguée. LSD, pour les plus jeunes ou les moins attentifs, auteur il y a près de 30 ans (oui, oui...) du fameux " Week-end sauvage " qui a donc inspiré la création de ce festival. LSD qui ne se privera pas de le rappeler, entre dédicaces familiales et nouveaux morceaux, mais on y reviendra.
Un we qui promettait donc déjà d'être mémorable, sans faire injure aux autres groupes présents ce soir-là - on ne parlera ici que de la soirée de samedi - : Warrior Kids, Charge 69 et autre " Sham 69 "... les guillemets s'expliquant par l'absence de Jimmy Pursey et la difficulté à débrouiller qui est qui désormais dans ce qui reste du line-up originel d'un groupe pourtant légendaire (cf. le nombre de Sham 69 sur FB, tous s'affichant plus official l'un que l'autre...).
Pour ce qui est de la qualité du lieu, plutôt bien foutu et bien pensé avec ses bars intérieurs et extérieurs, stand de bouffe et de merchandising des groupes du jour, baby et flipper, on se reportera utilement à tout le bien déjà dit dans une précédente chronique (ici). Que rajouter donc si ce n'est souligner que la salle est bienveillante avec le photographe dans une ambiance plutôt... sauvage, comme le technicien du son qui, lorsque je finis par me faire éjecter des crashbar, me permet de shooter quelques instants depuis la console. Merci donc et un coup de chapeau aux changements de plateau super bien rodés (le timing est presque respecté à la minute... mais il est vrai que le boss est là pour le rappeler à chacun:)), avec un son toujours propre. Dommage pour la partie photo que les lights ne soient pas la priorité du show. On aurait aussi bien aimé un peu plus de fumi, seulement et timidement lâchés pour Sham 69 (un souhait des groupes ?).
Mais venons-en au fait. 5 groupes au départ, 4 à l'arrivée, Shoot The Dogs ayant dû déclarer forfait pour raison de santé. Ce n'est pas pour rien qu'on fête les 40 ans du punk cette année. Et autant dire que la moyenne d'âge du plateau qui arrive n'est pas là pour arranger l'affaire, même si la valeur n'attend point le reste des années... Warrior Kids, formé en 1982, Charge 69 dix ans plus tard, Sham 69 en 75, tandis que Thai Luc rappelle au public qu'il a commencé par reprendre du Velvet en... 1977 !
Mais l'essentiel c'est l'énergie, et de l'énergie il va y en avoir. La foule répond présent à Marc, bassiste des Warrior Kids qui me confiait avant le concert craindre que les gens n'arrivent que beaucoup plus tard, Sham 69 et LSD étant programmés à 22h25 et 23h40 tandis qu'eux ouvraient à 20h25. Ce sera même un peu plus long puisque l'absence du premier groupe leur permet de faire un set de près d'une heure. Ce qui convient beaucoup plus à Marc qui n'oubliera pas de dédier le set à Shoot The Dogs.
Les marseillais enchaînent les morceaux, la majorité en français, en référence très claire aux années passées du côté de la canebière dans la fin des années 80 (" Les kids d'estrangin " !). Du rock, de la oi, du reggae, tout y passe dans une alternance de titres et de styles qui s'enchaînent bien. Si les textes font référence à une autre époque, certains titres résonnent étrangement d'actualité après toutes ces années. C'est bien foutu, souvent drôle et parfois ado. Mais ça le fait comme on disait justement chez les jeunes, à une certaine époque ! Bon, jusqu'au fameux " allez tous vous faire enculer " introduit (si l'on peut dire...) non sans une certaine pointe d'humour par un bassiste chanteur imperturbable.


Des connaisseurs sont dans la salle, qui reprennent les paroles, hurlent les refrains. Quelques reprises (" Bikini girls with machine gun "), une ligne de basse qui ravit les rude boys fans de Rudie, et la salle qui finit en feu sur l'incontournable " Les forces de l'ordre ". Que du bon pour cette première salve.
Charge 69 enchaîne quelques minutes plus tard, profitant d'une ambiance surchauffée et surfant sur la vague brûlante. Ici encore du classique serait-on tenté de dire, même si les titres sont plus énervés. Un set dont je ne profiterai qu'en partie... appel de la pression et désaltération oblige.


La salle se remplit encore atteignant sans doute facilement sa jauge de 300 (mais combien sont dehors ?). Et sham 69 entre en piste.
Voir Sham 69 se produire sans Jimmy Pursey paraît hautement improbable. Au moins autant que, au hasard, New Order sans Peter Hook. Mais il faut s'y résoudre, ce sont des choses qui arrivent. Bref c'est avec un peu d'appréhension que j'attends l'arrivée des anglais de l'étape. Fake ou pas ? Au final on s'en tape un peu. On n'était pas à Londres en 75 alors on se contentera d'un Tim V tatoué Millwall sur l'avant-bras, comme il se doit... et des morceaux qui claquent comme les originaux.


Public déchaîné, chanteur qui cabotine, branchant ostensiblement la skinhead girl présente au premier rang, premiers slams... no regrets. Pas de doute les Hersham boys savent faire monter la sauce jusqu'à finir par l'incontournable trio " Cockney Kids ", " Hersham boys " donc et l'hymne " If the kids are united ", morceau entendu mille fois, jusque dans une pub Mc Do (!!), mais tellement bon en live...
Il est tard mais le public se presse maintenant pour ceux qu'ils sont visiblement venus voir. Difficile de bouger un orteil désormais. LSD est dans la place.
Tai-Luc débarque avec sa formation, guitares impeccables, basse et batterie. Le bonhomme noue son écharpe autour du front comme on va au combat. Pas vraiment un coolie malgré la ressemblance. Certes les années ont passé et il est loin le lycée où le groupe grattait " Walk on the wild side " pour faire ses premières armes. Certes le rythme a parfois ralenti. Mais ces morceaux... C'est un vrai best of qui s'enchaine sans temps morts, comme si LSD voulait tout donner avant d'en finir. " Jaurès Stalingrad ", " Week end sauvage ", " Tendance négative ", " Les jeunes cons ", " Salue les copains ", " Jeunesse de France ", " Bangkok "... tout y passe. Et les images avec, de Paris au Vietnam, du périph à Saïgon. Un moment épique de pur bonheur.


Pas de set list pour LSD mais un Tai-Luc qui lance Cambouis sans temps mort. Alors on oublie forcément tous les morceaux joués ce soir, mais rassurez-vous ils étaient tous là !
Il est presque deux heures quand tout ça se termine et les paroles de " Jeune seigneur " vont encore résonner pendant ce qu'il reste d'un week-end sauvage. On n'a pas besoin de maître lorsqu'on est un jeune seigneur...

Plus de photos sur www.laurentbruguerolle.zenfolio.com
Bonus 1 : setlist des Warrior Kids


Bonus 2 setlist de Sham 69



La Souris Déglinguée : les dernières chroniques concerts

La Souris Deglinguee + Raoul Petite (Festival Avec Le Temps 2001) en concert

La Souris Deglinguee + Raoul Petite (Festival Avec Le Temps 2001) par Mystic Punk Pinguin
Espace Julien - Marseille , le 24/03/2001
Deuxieme jour du festival avec le Temps et un très bon concert de Raoul Petite la veille.La Souris Déglinguée est un groupe mythique du rock alterno des années 80. Ils avaient... La suite

Tai Luc (La Souris Déglinguée) en concert

Tai Luc (La Souris Déglinguée) par Pirlouiiiit
Lollipup Music Store - Marseille, le 15/05/2008
Bien embêté pour chroniquer un tel showcase ... parce que celui-ci m'a laissé perplexe, parce que quand on n' aime pas c'est dur de juger sur quelques morceaux dans un magasin... La suite

Raoul Petite + La Souris Deglinguee + La Marquise (Festival Avec le Temps 2001) par Cécilia
Espace Julien - Marseille, le 24/03/2001
C'était trés sympa, avec pleins de pitits pounks partout ,mais en ce qui concerne les Raoul je m'étais bien plus éclatée lorsque je les avais vu au docks et en Ardeche . c'était une autre mise en scene qui pétait plus . En plus y a pleins de trucs qui ont foirés, du genre un micro qui merde, un truc qui tombe du plafond au mauvais moment ,des... La suite

La Souris Déglinguée par cigale mécanik
Glaz'art (PARIS), le 24/02/2006
Super concert parisien mercredi dernier ! Une bonne claque dans la gueule à tous les détracteurs du groupe et autres ronchons en tout genre. Vingt premières minutes ahurissantes où la pression est montée comme dans un supersonic. Gros son de basse, guitare électrique qui déchire, frappe métronomique, et sax diabolique... c'est vraiment le concert... La suite

Warrior Kids : les dernières chroniques concerts

Warrior Kids + Mick Wigfall & the Toxics en concert

Warrior Kids + Mick Wigfall & the Toxics par Philippe
La Maison Hantée, le 13/10/2018
Un bel exemple de consanguinité entre groupes marseillais, ce soir-là (et comme déjà la veille) à la Maison Hantée, puisque 4 musiciens suffisent à faire 2 groupes de 3 !... La suite

Warrior Kids + Menpenti + Perez Trop Ska par Zhou
Le Korigan, Luynes, le 01/04/2005
Live report initialement posté sur Massilia's Burning : http://massilia.burning.free.fr/ C'est un peu au dernier moment que nous avons décider d'aller voir le retour des Warrior Kids dans la région (Emergenza mis à part). Arrivés aux alentours de 20h45 dans un Korigan vide, on attendra un petit moment avant de voir le jeune groupe keupon... La suite

Menpenti-Perez trop ska-Warrior Kids par C. Jean
Korigan Luynes, le 01/04/2005
Un petit compte rendu de ce concert, avec un constat plus qu'affligeant, on a une soirée avec trois bons groupes et une fois de plus une défection totale du public, environ 80 personnes, c'est peu, c'est pas mérité, c'est nul.... Enfin les meilleurs étaient présents. Ca démarre avec MENPENTI, un jeune groupe qui n'a pas encore l'habitude des... La suite

Warrior Kids - Emergenza par laurent
Le Balthazar - Marseille, le 05/03/2005
J'ai trouvé ça bien ce petit festival, même si le son laissait un peu à désirer, le système de vote aussi, celui qui a le plus de copains gagne...ça doit laisser un goût amer à certains et ça se comprend, mais ça fait du bien de voir le Balthazar autant rempli, par contre j'ai pu découvrir un groupe marseillais que je ne connaissais pas, WK, quand... La suite

Secret Place / Saint-Jean-de-Vedas (34) : les dernières chroniques concerts

The Exploited + The Casualties + Code Red en concert

The Exploited + The Casualties + Code Red par Vinogradov
Secret Place, Montpellier, le 16/04/2017
Ce 16 avril j'étais à la Secret Place pour un grand concert de The Casualties et The Exploited - des groupes qui n'ont pas besoin de présentation... Code Red La... La suite

Warum Joe, Olivensteins, Producteurs de porc, Panik LTDC, Les Gnomes (Week-end sauvage) en concert

Warum Joe, Olivensteins, Producteurs de porc, Panik LTDC, Les Gnomes (Week-end sauvage) par Lb Photographie
Secret Place / Saint-Jean-de-Vedas (34), le 09/12/2016
Ce vendredi 9 décembre, direction Saint Jean de Vedas, à côté de Montpellier, pour un week-end sauvage (9è du nom) qui propose une affiche alléchante... avec pas moins que, excusez... La suite

Beerkult + Zoldier Noiz + Agressive Agricultor en concert

Beerkult + Zoldier Noiz + Agressive Agricultor par Happy Steve
Secret Place - Saint Jean de Vedas, le 25/10/2014
Un dernier concert organisé par la très pieuse congrégation de la Dead Fucking Church, ça ne se refuse pas ! Nous arrivons dans la zone de la Lauze devant un comité d'accueil... La suite

Anneke van Giersbergen + Frames + Kill Ferelli en concert

Anneke van Giersbergen + Frames + Kill Ferelli par Ysabel
Secret Place - Montpellier, le 25/05/2012
Une première ce soir : découverte de Secret Place à Montpellier. Lieu atypique, assez intime et plutôt sympa au premier abord : Déco décalée, grands murs noirs habillés de photos... La suite