Accueil Chronique de concert Tania Maria (Paris Jazz Festival)
Samedi 25 janvier 2020 : 11415 concerts, 25888 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Tania Maria (Paris Jazz Festival)

Tania Maria (Paris Jazz Festival) en concert

Parc Floral, Paris (Paris Jazz Festival) 17 juillet 2011

Critique écrite le par



Tania Maria est une artiste que l'on va voir pour son talent mais aussi parce qu'il émane de sa personne une force positive. Elle est à la fois entrainante par son sens du rythme, et parce qu'elle semble s'amuser de la vie. Sa musique a des vertus énergisantes, les ondes de son piano ont d'ailleurs réchauffé les allées ventées du parc floral en diffusant des grains de sable en provenance d'Ipanéma et de Copacabana, deux quartiers de Rio qui ont vu naitre la Bossa Nova.

Au sein du quartet, Tania Maria occupe une place centrale. Elle pratique un jazz très chantant au travers duquel ses deux mains au piano se répondent. Elles soutiennent une voix très mélodieuse. La voix, plutôt grave, les accords du piano, rythmés et syncopés, et les paroles, dans un portugais brésilien léger, se complètent pour former un ensemble très cohérent, agréable à l'oreille et très harmonieux. Tania Maria utilise son piano et sa voix alternativement pour renforcer la partie rythmique, ou pour s'envoler en solo. Elle ponctue son jeu en laissant échapper des petits cris, Hé, Ho, Ha aux accents brésiliens pour conserver le tempo. Dans l'intimité du Duc, on pouvait entendre son talon marteler le sol comme le ferai un métronome.



Immédiatement un lien se forme entre Tania Maria et son public. Elle joue avec lui, le fait participer, chanter, elle communique avec la salle. Son tour de chant mêle les chansons de son répertoire et les classiques comme la fameuse chanson Brazil. Le parc floral a repris en cœur cet air léger véritable hymne du pays natal de Tania. En sortant du parc, on l'entendait chantonné de partout. Grace à son interprétation moderne et respectueuse, Tania Maria revisite les sonorités du jazz brésilien, de la Bossa ou du Choro. Personnellement, je la préfère au piano qu'au clavier (Korg), la puissance de l'instrument à cordes surpassant les sons froids du synthétiseur dans tous les domaines. Petite survivance des années 1980 que de nombreux artistes conservent toujours à leur registre.



Tania Maria et son quartet sont programmés cet été dans plusieurs festivals. Une occasion pour rencontrer une artiste attachante avec beaucoup de talent. Vos oreilles et votre cœur vous en remercieront.

Parc Floral, Paris (Paris Jazz Festival) : les dernières chroniques concerts

Dee Dee Bridgewater par Cedric
Parc Floral de Paris, le 07/07/2001
Un concert en plein air de plus de 2 h en partie sous la pluie et les gens sont restés ... scotchés !!! Par sa beauté, son sourire, son bonheur expensif ... très certainement, mais surtout pour sa voix, une pure merveille !!! Elle est en tournée en ce moment ... à ne pas rater ! La suite