Accueil Chronique de concert Ted Leo & the Pharmacists + Natural History + Sea Ray + Tigers & Monkeys
Samedi 22 février 2020 : 10768 concerts, 25928 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Ted Leo & the Pharmacists + Natural History + Sea Ray + Tigers & Monkeys

East River Park - New York 24 juillet 2004

Critique écrite le par

C'était il y a bientôt 2 mois ... il est quand même temps de donner un peu plus de taille sur ce qui fut pour moi un des seuls concert en plein air gratuit de l'été ; en effet alors que l'année dernière j'avais eu l'occasion de voir dans ces conditions pas moins que les mythiques Johnny Winter Sonny Rollins et surtout , Jimmy Cliff et Patti Smith, les très bons Susheela Raman et Tindersticks et les plus dispensables Abyssinians et Natacha Atlas sans oublier le Siren Festival ... a cela plusieurs explication : je n'étais là qu'à partir du 19 juillet, la programmation de Summerstage me plaisait moins cette année et surtout il a fait un temps pourri ... d'ailleurs ce jour là jusqu'au dernier moment nous n'étions pas sûr que le concert allait avoir lieu.



Connaissant le lieu pour y avoir vu jouer Othello l'année passée (je n'avais d'ailleurs rien compris) je n'arrive pas trop en retard dans cet espèce de théâtre en plein air coincé entre la FDR (voie rapide) et l'Hudson. Sur la scène les Tigers & Monkeys ont déjà commencé.



Il n'y a pas encore de trop de monde, mais sur scène le son est bien rock. Autour de Shonali Bhowmik chanteuse / guitariste qui chante / aboie un peu a la Courtney Love sur un musique brute a la Stooges, un bassiste Jason Lam, un guitariste Joachim Kearns, un pianiste Russell Dungan assis de dos pendant tout le set, une percussionniste par intermittences Antonia Santangelo et un batteur debout (qui n'est autre que Jeff Sheinkopf le pianiste du très bon groupe Sea Ray).



Ils seront ensuite rejoints pour la plupart des morceaux par une choriste rousse (Amy Miles ou Britta Philips). D'un point de vue visuel la diversité de leurs origines (Indien, Asie, Irlande ?) est assez impressionnante et assez inhabituelle dans les groupes de rock



Les morceaux s'enchaînent et ne se ressemble pas. Tantôt calmes tantôt speed, tantôt rock tantôt folk ... a ce moment là la chanteuse (ainsi que le son des instruments) me fait même penser a Mélanie. Par moment le côté rock chaotique fait aussi penser aux Rogers Sisters ou aux Pixies ... bref que du bon à mes oreilles ...



Très bonne entrée en matière, sous les yeux (et oreilles) attentifs des groupes suivant assis dans les tribunes ... courte pause et puis c'est au tour de Sea Ray qui attaque avec Jordqn Warner le chanteur qui nous lance un "Weather forecast calls for rock n' roll !" prometteur, avant d'attaquer un de ces morceaux calmes et planants a souhait dont ils ont le secret.



Si la pop de Sea Ray est en effet calme sur disque, sur scène elle gagne quand même en énergie. Cela dit j'étais quand même un peu inquiet à l'idée de les voir sans leurs projections qui habillent bien leurs morceaux, compensant leur côté un peu statique par moments.



J'avais tort, car ils se sont révélés être bien présent sur scène ! Au premier plan Anne Brewster, la violoncelliste avec se grosses lunettes de soleil, ne cesse d'agiter ses cheveux longs lorsqu'elle joue et que le morceau s'emporte ...



La paire très fashion victim Greg Zinman (guitare) - I-Huei Go (basse) ne décroche pas un sourire et a l'air concentrée sur ses instruments, mais on a plaisir à les voir se plier en deux et sortir un si bon son de leurs instruments ...



Le batteur Colin Brooks un peu derrière bat toujours avec classe, tout en souriant et lançant des regards complices aux autres musiciens. Et si Jordan ne ressent visiblement pas le besoin de sauter partout, sa voix claire qui semble parfois sur le point de casser, fait vraiment passer pas mal d'émotions ...



A l'image du final pour lequel Jeff Sheinkopf qui aura assuré une fois de plus non seulement les claviers et machines mais aussi une bonne partie des choeurs, sortira sa trompette ... on aura bien eu le droit a un vrai concert rock et je me serai bien amusé ... même si j'aurais bien aimé les entendre jouer mon morceau préféré Nicholas Ray ...



Je profiterai du changement de plateau pour aller m'acheter un sandwich de l'autre côté de la voie rapide et manquerai donc un peu le début du set de Natural History seul groupe des 3 dont j'avais juste entendu le nom jusqu'à présent. Contrairement aux 2 précédents groupes ils ne sont que 3 Max Tepper au chant et à la guitare, à la basse et au chant et Derek Vockins a la batterie ...



Devant un public un peu distant au départ, ils ne se ménageront pas pour autant, délivrant set très rock n' roll tant dans la musique que dans l'attitude avec les deux frères qui ne cesseront de bouger. Le chanteur a un petit côté Elvis dans le chant légèrement crooner et dans le jeu de jambes ! Il a aussi un petit côté Ted Leo dans sa façon de chanter par moments ...



Les morceaux sont très dansants, très groove sans être forcement funky ... l'une des intros me rappellera un des morceaux de Sloy et certains autres passages me feront carrément penser a Led Zepellin au niveau des riff de guitares ... un régal, une très bonne surprise. A noter que c'était le dernier concert du batteur et qu'ils en cherchaient un autre (qu'ils semblent avoir trouvé depuis). Vite des nouvelles !



Vint pour finir le tour de Ted Leo et de ses Pharmacists ... visiblement beaucoup de monde était venu pour lui si j'en juge par le regroupement immédiat au pied de la scène qui a fait suite a son entrée en scène.



Epaulé par Dave Lerner à la basse, Chris Wilson à la batterie et Ida Pearle au violon sur certains morceaux , Ted l'homme qui a peur du vide nous délivrera une heure pile de musique sans interruption. En effet les rares fois où il ne joue pas ses morceaux a fond la caisse, il parle, déconnant sur les quelques problèmes techniques dont ils furent victime (manque d'écho), nous explique que si les cordons reliant les instruments sont bleu blanc rouge c'est un pur hasard ...



Contrairement aux pharmaciens qui doivent savoir que ce n'est pas forcement bon de cavaler comme ca tout le temps, Ted Leo n'arretera pas une seconde, comme sur son disque. Son chant se calme rarement et lorsque cela arrive ça ressemble assez curieusement un peu a Cure (en beaucoup plus speed tout de même). Quelques morceaux plus anciens ou nouveaux, dont un où il q répété "it's all right" a en perdre le souffle pendant 2 bonnes minutes ...



Très bonne ambiance sur scène et dans le public. a ce propos c'est la première fois que je suis frappé par la diversité d'un public ... des gens de tous ages, de tous styles vestimentaires, de toutes les couleurs aussi ... et je suis sûr qu'ils étaient là pour lui puisqu'ils chantaient les paroles en même temps que lui et que certains portaient même des t shirt de Ted Leo ou de son label ... pour le dernier morceau certains fans réclamant un morceau qu'il n'avait pas spécialement envie de jouer, il leur a dit qu'il voulait bien le jouer mais qu'alors ils aurainet à le chanter ... du coup 3 fans sont monter sur scène et ont chanté un "You didn't think they could hate you now did you ?" absolument touchant et mémorable ...

Site du East River Music Project (organisateurs de ce concert) : http://www.eastrivermusicproject.com/
Site de Tigers and Monkeys : http://www.tigersandmonkeys.com/
Site de Sea Ray : http://www.searaymusic.com/
Site de Natural History : http://www.thenaturalhistory.com/
Site de Ted Leo & the Pharmacists : http://www.tedleo.com/

D'autres retours sur ce concert et les précédents ainsi que des interviews des groupes : ici