Accueil Chronique de concert The Cranberries + Kodaline
Samedi 14 décembre 2019 : 10231 concerts, 25840 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Cranberries + Kodaline

The Cranberries + Kodaline en concert

Zenith Omega à Toulon 16 novembre 2012

Critique écrite le par

Et me revoilà, 17 ans après, dans la salle où je les ai vu pour la première fois.


Ce groupe si cher à mon coeur, dont je ne vais pas refaire une ode dithyrambique, pour cela, se reporter à mon compte rendu du reunion tour d'il y a deux ans et demi ( http://www.concertandco.com/critique/concert-the-cranberries/dome-marseille/32985.htm ). A la fin de cette review, j'esperais un album suivi d'une autre tournée. Et en effet ce désir s'est vu concrétisé par un "Roses" un peu en deça de mes attentes, car trop calme, mais recelant de très bons morceaux tout de meme.


C'est donc en toute logique que le groupe tourne pour le promouvoir. Seulement, les gens n'ont pas répondu présents en masse cette fois ci, contrairement au precedent tour. Est ce que l'album n'a pas eu de succès ? Est ce que deux passages en meme pas trois ans, c'est un de trop ? Est ce que les avis mitigés sur certaines dates francaises de 2010 (notamment la brieveté des lives) ont joué ?


Je n'ai pas vraiment d'explications, mais le Zenith etait à moitié rempli. Ce qui n'est pas un handicap lorsque les fans sont en folie... malheureusement, c'etait tres loin d'etre le cas. Peu de chant lorsque Dolorès tendait le micro (sauf sur "Zombie", bien sur), applaudissements nourris mais pas délirants...


Est ce pour ca qu'on a eu une setlist minimum d'une heure trente ? Je n'ai pas d'explications là non plus, mais ca m'a un peu frustré de ne pas avoir "Ode to my family" (non jouée cette année apparement), ni "Promises", ni "Animal instinct", ni "How", ni "Electric blue"... Je pleure pas trop car je les eu assez souvent par le passé, mais ca me gache un peu l'impression globale.


Pourtant tout avait bien commencé, avec une Dolorès blonde resplendissante, tout de blanc vaporeux vetue (tenue qu'elle changera deux fois), tout sourire, toute en voix. Et un bel enchainement "Just my imagination"/"When you're gone"/"Free to decide"/"Linger"/"Ordinary day"/"21" (belle surprise ca !)


Mais cette fois ci j'ai un peu plus de mal à rentrer dans mes emotions, il manque un petit truc sur scène. C'est bien la première fois avec eux... Dolorès est plus posée, moins exubérante et remuante qu'à l'accoutumée. Assagie ? Réunion déjà pesante ? Moins d'envie passagère ? Tournée de "commande" ?


Ce n'est pas rédhibitoire, car la qualité d'interpétation est impeccable, avec un gratteux toujours à fond dans son trip, un clavier/guitariste impliqué, un bassiste discret, un batteur sans défauts et, nouveauté, une choriste/claviers qui soutient à merveille Dolorès sur certaines parties vocales.


De plus le son est très bon, et les lights sobres mais bien pensés. Mais il n'y a pas la magie habituelle, on est pas transcendés, et du coup on est là en simple spectateur, et non pas en "acteur-partageur".


De plus, les chansons du dernier opus ne passent pas tous haut la main l'epreuve du live ("Fire & Soul", "Losing my mind"), et on assiste à une baisse significative d'attention et d'interet au milieu du show. Heureusement, à partir de "Desperate Andy"/"I can't be with you", ca repart pour de bon, le son monte d'un cran, le public se reveille, et je décolle enfin !


"Ridiculous thoughts" et "Salvation" explosent le compteur, "Shattered" nous prouve, si cela devait etre fait, que Dolorès a toujours une voix qui ferait frissonner un chauve glabre, "Zombie" reste aussi jouissif qu'à sa sortie, et le "Dreams" final donne du bonheur pur.


Mais la vraie surprise pour ma part, c'est ce "No need to argue", plus joué depuis la tournée de l'album eponyme, simplement interprété par Dolorès avec sa jolie guitare accoustique... Ouahou... Subitement tout a disparu autour de moi, j'avais le regard fixé sur cet ange chantant, les lyrics, la voix, l'instant. 2 minutes de grace pure, qui m'ont vraiment, vraiment ému. Là j'ai ressenti la magie des Cranberries. Celle qui aurait du m'envahir dès le premier titre, as usual.


Un petit mot sur Kodaline, groupe de première partie qui nous a livré une jolie prestation de pop languissante, très influencée Muse/Coldplay/U2. Agréable mais trop calme sur la (petite) longueur.

Au final, même si j'ai pris du plaisir et que je n'ai pas grand chose à reprocher au combo, c'est le moins bon des concerts d'eux que j'ai pu faire, faisant un peu penser à la tournée d'adieu 2002, où on sentait un schisme sans pouvoir préciser lequel. A voir s'il y aura une rupture ou s'ils repartiront tout feu tout flamme plus tard.

Gandalf




Kodaline : les dernières chroniques concerts

Rock Werchter 2017 - Jour 3 : Blink 182, System Of  A Down, Linkin Park, Milky Chance, Jimmy Eat Wolrd, Kodaline en concert

Rock Werchter 2017 - Jour 3 : Blink 182, System Of A Down, Linkin Park, Milky Chance, Jimmy Eat Wolrd, Kodaline par Cabask
Werchter, le 01/07/2017
Troisième jour placé sous le signe de la musique qui déboite en ce samedi 1er juillet... L'affiche est alléchante, mais on part (trop) tard de Malines, aux alentours de 13h30.... La suite

The Cranberries + Kodaline en concert

The Cranberries + Kodaline par Ylxao
La Halle Tony Garnier, Lyon, le 24/11/2012
Ce soir, un évènement attendu avec tant d'impatience est arrivé: pour la deuxième fois depuis 2 ans, j'assiste au concert du célèbre groupe irlandais, The Cranberries. ... La suite

The Cranberries : les dernières chroniques concerts

The Cranberries + Kodaline en concert

The Cranberries + Kodaline par Ylxao
La Halle Tony Garnier, Lyon, le 24/11/2012
Ce soir, un évènement attendu avec tant d'impatience est arrivé: pour la deuxième fois depuis 2 ans, j'assiste au concert du célèbre groupe irlandais, The Cranberries. ... La suite

Aerosmith + The Cranberries + Stereophonics par Gandalf
1er jour Heineken Jammin' Festival à Venise, le 03/07/2010
Allez, ca faisait un moment qu'on s'était pas fait un big big festival, assez généraliste, drainant des dizaines de milliers de personnes... Après le Werchter 2007 en Belgique, le Pinkpop 2008 en Hollande, place au Heineken Jammin' Festival à Venise ! L'occasion de combiner encore une fois une jolie destination à visiter, et de bons lives en... La suite

The Cranberries par Jérôme
Zénith, Paris, le 22/03/2010
3 mois pour écrire une critique sur un concert, cela ne m'était encore jamais arrivé ! J'ai essayé d'en analyser les raisons... Régulièrement je me disais "Ah oui, il faut que j'écrive la critique". En fait, la raison est contenue dans le "Ah oui", significatif de l'encéphalogramme plat que j'avais lors du concert des Cranberries au Zénith... La suite

The Cranberries en concert

The Cranberries par Erik 71
Halle Tony Garnier à Lyon, le 21/03/2010
Un instant magique, Dolores O'Riodan et ses compagnons des Cranberries comme à leurs débuts, avec en plus un sens du spectacle incroyable et toujours leurs engagements. Il... La suite

Zenith Omega à Toulon : les dernières chroniques concerts

 -M- (MATTHIEU CHÉDID) + DAVID ASSARAF en concert

-M- (MATTHIEU CHÉDID) + DAVID ASSARAF par Kris Tian
Zenith Oméga, Toulon, le 27/03/2019
En allant voir -M-, je me demandais ce qu'il pourrait encore être dit sur lui, sur sa prestation, son jeu de scène, sa -M-usique... Je me disais, "pas grand-chose", car l'on... La suite

Asaf Avidan + Rona Kenan en concert

Asaf Avidan + Rona Kenan par Ysabel
Zenith Omega - Toulon, le 14/10/2013
Nouvelle aventure et cap sur Toulon ce soir, avec la découverte de la salle du Zenith Oméga : un bel endroit, avec des côtés de scène tout en bois, un plateau ouvert, des lumières... La suite

Asaf Avidan + Rona Kenan en concert

Asaf Avidan + Rona Kenan par Kris Tian
Zénith Oméga - Toulon, le 14/10/2013
Comme à mon habitude j'arrive en avance pour le concert. Peut-être qu'il me faut m'imprégner du lieu avant de ressentir les émotions que va dégager le groupe ... Et quel groupe ce... La suite

Lenny Kravitz en concert

Lenny Kravitz par Cabask
Zénith Oméga - Toulon, le 05/06/2012
Parti tard, arrivé pile à l'heure, je tourne pour me garer et n'arrive au Zenith que quelques minutes avant 21 heures. Je ne verrai donc pas la 1ère partie. La tête d'affiche de la... La suite