Accueil Chronique de concert The Dream Syndicate
Dimanche 20 mai 2018 : 9639 concerts, 24986 chroniques de concert, 5216 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Dream Syndicate

Spazio 211 Turin, Circolo Magniola Milan 25/26 octobre 2017

Critique écrite le par

Après leur séparation en 1989 et malgré quelques concerts donnés avec parcimonie à partir de 2012, Il aura fallu attendre plus de 29 ans pour voir sortir un nouvel album du Dream Syndicate.

Le bien nommé et fantastique "how did i find my self here ?", 5ème album du groupe a donné l'occasion à Steve WYNN et sa bande d'être en tournée européenne pour venir présenter live leurs nouveaux titres. Selon ces nouveaux morceaux, on se retrouve dans une sensation hypnotique et répétitive (the circle, Kendra's' deam) ou une transe psychédélique et noisy portée par un feed back ininterrompu (out of my head) : un véritable déluge sonore et un festival incroyable de guitares.

Sur d'autres morceaux on est carrément dans le free le plus total où le côté expérimental laisse libre court à tous les délires (80 WEST) avec des morceaux pouvant durer plus de 10 minutes (how did i find my self ?) ou totalement pop-aérien (Like mary, filter my trough you)

Sur cette tournée le groupe est renforcé aux claviers par le mythique Chris Cacavas membre orignal de Green On Red et co-producteur du dernier album. Son style efficace et énergique apporte une diversité bienvenue au milieu de ce véritable mur du son. Sa présence permettra un moment d'accalmie lors de "whatever you please" cette merveilleuse ballade où son piano prédomine.

Les anciens titres seront également l'occasion d'une parfaite communion avec le public avec un véritable moment de grâce sur "Boston" où au milieu du morceau ,quand le tempo se calme, Steve wynn se met à chanter "refugee" en hommage à Tom Petty puis repart de plus belle pour terminer en trombe le morceau là où il s'était interrompu : tout simplement magique !

Les vieux titres comme " medicine show", "burn", "forest for the trees" ou encore "that's what you always say" sonnent merveilleusement actuels : et oui ce sont des classiques devenus intemporels !

Au 2ème rappel, Steve wynn demande à l'assistance de faire le silence le plus total puis s'élance dans une version à cappella de "when you smile" la ballade velvetienne qui se trouvait sur le premier album et interprété à l'époque par Kendra Smith la première bassiste : Respect Mister WYNN pour cet exercice de haute volée !

Le lendemain à Milan, la première partie du concert se compose des mêmes titres. Par contre en rappel nous avons droit à une magnifique version de "merritville". Le concert se terminant par l'un des grands chevaux de bataille du groupe sur scène, j'ai nommé l'orgiaque "john coltrane on stereo blues" dans une version frénétique de plus de 12 minutes ! Du grand art !

Un concert du Dream syndicate, c'est une déflagration maximale sur l'échelle rock'n'roll : cela valait bien le coup d'avoir attendu 31 ans pour le vivre !

PS. : Lignes dédiées à Nineteen et à closer grâce à qui j'ai découvert le Dream Syndicate dans les années 80.

Chris Manzo

Set list TURIN :
Halloween / The circle / 80 West / Armed with empty gun / Like mary / Out of my head / Filter me through you / Burn / Wathever you please/medicine show / how did myself here / forest for the trees / that's what you always say / the day of wine and roses
Rappel 1 : glide / tell me when it's over / Boston
Rappel 2 : when you smile / ...... / ......

Set list MILAN :
Halloween / The circle / 80 West / Armed with empty gun / Like mary / Out of my head / Filter me through you / Burn / Wathever you please/medicine show / how did myself here / forest for the trees / that's what you always say / the day of wine and roses
Rappel 1 : glide / Merritville / Boston
Rappel 2 : the side I'll never show / john Coltrane on stereo blues

Steve Wynn : les dernières chroniques concerts

Steve Wynn  en concert

Steve Wynn par Gilles Borgogno
le Jam - Marseille, le 19/10/2015
Steve Wynn était programmé au Jam. Soient les conditions idéales pour un concert. Un concert intime voire intimiste. Est-ce cette proximité qui rend Steve Wynn si tendu sur la... La suite