Accueil Chronique de concert (mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco
Vendredi 17 novembre 2017 : 12230 concerts, 24717 chroniques de concert, 5185 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco en concert

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 28 août 2017

Critique écrite le par


Hélas, trois fois hélas, l'été se termine déjà, puisque son marqueur de fin, le toujours aimable festival Rock en Seine (15 ans déjà ! on a pas vu le temps passer depuis les White Stripes en 2004, notre première venue...), est arrivé. Dernière occasion estivale pour les jeunes parisiennes en fleur de compléter leur collection de selfies sur fond vert ! Pour notre part, une fois de plus on y vient en mode relativement touristique, intégrant la chose dans un agréable week-end parisien globalement ensoleillé. Pour cette fois, ce sera donc "seulement" un samedi complet (mais sans PJ Harvey, puisque c'était elle qu'on aime moins qu'au siècle dernier, ou Frustration qu'on adore dans celui-ci...), et un dimanche après-midi en famille. Le site, agréable, est égal à lui-même, entre beaux arbres du parc, churros gonflables ... et gobelets de 47 cl. Tout au plus peut-on remarquer que l'affiche et surtout ses têtes, ne sont pas vraiment à tomber à la renverse d'originalité cette année, mais peu importe.


Après une entrée hyper smooth (pas de queue, fouille cool, accueil sympa, bière disponible en tendant à peine un bras dûment pré-chargé en Cashless), on commence en compagnie de DBFC, des français pratiquant une électro-pop sympa, et poseurs juste ce qu'il faut. Curieusement, un timbre de voix à la Marilyn Manson qui retient l'attention, en plus d'airs plaisants et souvent fort dansants. Rien de révolutionnaire, tout ça a déjà été fait par d'autres mais pas forcément par des français. Même si une scène nocturne aurait mieux convenu à leurs beats roboratifs que le soleil qu'ils prennent en pleine figure, ils sont manifestement heureux de jouer, l'emballement final est réussi, leur public a bien transpiré au soleil et notre journée festivalière est lancée.


Suite avec les ami.e.s retrouvé.e.s sans problèmes (et sans coup de fil bien sûr, on est pas un petit slip) devant Lysistrata, trio juvénile également hexagonal, qui cherche encore un peu son style même si les trois sont manifestement déjà tous d'accord pour botter des c... Les qualités techniques des musiciens sont indéniables, tout comme leurs mélodies travaillées, même s'ils partent un peu dans tous les styles, entre les moments où le batteur hurle façon metal sur des titres noisy, et ceux où les autres chantent en mode plus punk sur des titres un peu moins énervés, mais toujours parcourus de breaks hardis. Très beau lancer de jambe du bassiste à signaler (et bien capté par le photographe...). Espérons que leur premier album à paraître permettra de clarifier leur propos, déjà très ambitieux pour des gens de cet âge-là. A suivre...


[Interlude : Etant en tout petit comité, nous afficherons une solidarité totale avec notre gent féminine, promise à un triste sort dans d'immenses queues (depuis l'abandon des toilettes sèches, il n'y a plus assez de chiottes ici, c'est flagrant, enfin !). Elle a d'ailleurs promis de se renseigner quant à la prouesse technologique (sans doute pas hyper agréable, mais hyper pratique) qui permettait à quelques rares demoiselles de pisser debout dignement (et tout à fait décemment !) à côté de nous dans les fusées. Nul doute que leurs "urinelles" (si c'est bien de ça qu'il s'agit) ont fait gagner à ces dames plusieurs heures de concert ! On aurait bien un ou deux stands publicitaires WTF à proposer pour une reconversion en tinettes d'appoint !


Cette contingence vésicale, plus le plaisir de retrouver des amis trop rares puisqu'ils habitent à 850 km, nous ont fait écouter d'une oreille distraite les Girls in Hawaii, inventeurs de la pop belge mais qui ronronnent un peu sur scène, ainsi que le soulman Lee Fields, classe mais pas bouleversant non plus. Ou encore, Little Dragon, son électro trop-hop classique mais jouée live et ses accoutrements marrants. Rien n'a suffisamment accroché nos oreilles dans leurs concerts, agréables en bruit et en image de fond, pour interrompre nos bavardages ou retarder nos mictions... Bien sûr, toute ressemblance de cet interlude avec un stratagème pour sauter trois chroniques de concert serait purement fortuite...]



C'est enfin le moment du crooner sexy, Taylor Kirk de Timber Timbre, un groupe qui nous fascine depuis notre découverte trop récente. Oui, parce qu'un type qui a une voix pareille, même avec la jurisprudence Richard Hawley (pas vraiment un canon de sex appeal), devrait forcément être sexy et mystérieux d'après nous... Et il a presque réussi à l'être, euh, jusqu'à ce qu'il enlève son chapeau... Mais assez de commentaires physiques déplacés : leurs arrangements qu'on pourrait qualifier d'élégamment craignos, font qu'ils produisent ensemble des chansons gracieuses, mais habillées de sons qui seraient consternants pris séparément (synthétiseur, saxophone, batteries atrocement 80's). La preuve, un estimé collègue a employé les références de Nick Cave et de Phil Collins dans sa chronique du dernier album, c'est tout dire...


Le résultat en est donc étrangement beau, et donc fascinant par définition ! Comment résister à des titres lourds comme Sewer Blues, ou au contraire légers comme Western Questions, entre autres ? Tandis que s'égrène la quasi-totalité de leur dernier album, on constate assez vite qu'on pourrait s'allonger dans l'herbe, juste pour le plaisir, ou peut-être aller assassiner quelqu'un discrètement, tant leur musique est planante et cool, leurs compositions riches, toxiques et envoûtantes... Ils n'ont même pas peur d'employer un saxophone ni de flirter avec le jazz, et pourtant ça fonctionne toujours - le côté Lynchien de la force, en somme ? Un peu curieusement (mais ils sont sans doute sûrs de leur effet boeuf...), ils quittent la scène 5 minutes avant l'heure prévue, et sans un mot. Très beau concert quand même, nous retournons étudier leur discographie de ce pas !


Bon, après les avoir déjà vus et chroniqués 4 fois, avouons qu'on a plus grand chose à dire de The Kills à part des platitudes. Alison Mosshart est toujours la plus belle chanteuse rock/tornade de cheveux du monde (d'autant plus qu'elle s'est un peu remplumée depuis la dernière fois aux Eurockéennes où elle était franchement trop skinny), son duo avec Jamie Hince fonctionne toujours admirablement bien, tout comme leur numéro de dressage/domptage de la déjà vieille Fée Electricité et de sa sale gosse de gamine, la Fée Distorsion. On déplorera néanmoins que pour la première fois depuis notre rencontre Lovecraftienne en 2008, ils ne nous aient pas joué No Wow (ce fut quand même un coup très rude...) ni beaucoup d'autre chansons essentielles (Last Goodbye, etc.), engendrant une certaine dose de frustration.


A vrai dire, s'ils sont les plus beaux poseurs du monde, ce ne sont pas non plus des grands parleurs : "no explain, no complain", ils semblent avoir inventé l'expression... Par contre des ballons noirs se sont bien envolés sur Black Ballon et c'était beau, quoiqu'un peu brouillon aussi, par moments. Mais évidemment... Doing it to Death, Baby Says et toutes les autres, sont autant de brûlots sensuels qui nous ont comme toujours transportés presque jusqu'au Valhalla, avant que les Siberian Nights ne nous congèlent les fesses et que Madame tabasse les fûts, comme à son habitude, sur Pots and Pans pour conclure et nous les réchauffer. Au final The Kills, c'est comme The Big Lebowski : peu différent d'une fois à l'autre, mais ça peut se voir dix fois sans aucune lassitude...


A ce stade il convient de préciser qu'après deux grands verres de pastis, nos notes de Frustration se sont avérées presque impossibles à relire [si on vous demande comment on a eu accès à une telle boisson, vous direz que vous ne savez pas. Pour notre part on s'en tiendra désormais à la maxime qui nous a toujours si bien réussi en festival : "pas d'alcool, que de la bière !"]. 4 mois à peine après notre dernière rencontre à Marseille, le groupe est en forme et foule curieusement pour la première fois une scène de ce festival de sa ville natale. Problème, pour eux aussi, il devient difficile d'innover à force de vanter depuis X chroniques leurs mérites de meilleur groupe de rock français en activité. Dreams, Law, Rights & Duties impose d'emblée leur son carré, post-punk joydivisionesque (allez, juste cette fois on a le droit de l'écrire, merde !), porté par une voix fabuleusement blanche, qui nous scotche évidemment au plafond, comme manifestement le reste du public.


Il est vrai qu'avec la tête d'affiche qui joue en même temps, les gens ne sont sans doute pas là par hasard. Car il a fallu zapper, douloureusement quand même, la légendaire PJ Harvey... Mais fort heureusement notre compère Pierre y fut, lui (au fait, si vous trouvez un autre média qui couvre deux scènes d'un festival en même temps, faites-nous signe !). On aura toutefois pas tant de regrets en écoutant leur set très énervé et parsemé d'une liste de tubes inépuisable, qui rend encore mieux sur une belle scène bien éclairée que dans les clubs où on les voit d'habitude : We Miss You, No Trouble, Uncivilized, Just Wanna hide (jamais entendue en live et tuante), Empires of Shame, Excess etc etc. N'en jetez plus ! Ce n'est d'ailleurs rien face au trio terminal Assassination vs Too Many Questions & Mother Earth in Rags, qui nous laissera tous hébétés et hirsutes. Et pas moins bourré, en ce qui me concerne, hélas, l'anis ayant fini d'infuser. Concert de la journée ? Evidemment si on avait piqué le sprint de notre vie, il aurait pu être couronné par To Bring You My Love mais... le pastis, donc, non.


Pour les presque aussi enthousiasmants Sleaford Mods, on est vraiment à poil : souvenirs flous et notes manifestement prises en écriture khmer. On se souvient néanmoins qu'on a passé un excellent moment pour la troisième fois avec eux, même si la scène nous paraissait curieusement penchée (en fait, comme chacun sait, c'est le sol devant, et depuis toujours à cet endroit du Bosquet, mais ça reste assez pénible quand on a déjà perdu son centre de gravité), que James Williamson postillonnait admirablement des cumulo-nimbus entiers, en éructant des paroles mitraillées que certains anglais autour de nous (toujours nombreux à Rock en Seine) semblent désormais connaître par coeur, prouts y compris (car il y en a...) pendant qu'Andrew Fearn glandait lui aussi admirablement, sa binouse à la main, devant son écran posé sur 3 caisses de Kronenbourg empilées. "The smell of piss is so strong, it smells like decent bacon !" - vous l'avez ?


Il est à regretter que même l'admirable documentaire que leur a consacré ARTE cet été, Bunch of Kunst (Hey ! il vous reste 10 jours pour le voir, au moment où nous écrivons !) n'a pas permis de percer le principal mystère de ce duo : qui enregistre leur musique ? Et si jamais ce n'est pas lui, à quoi sert Andrew ? Et surtout, qu'est-ce que ça peut foutre, s'ils ont besoin d'être deux pour produire des trucs aussi tuants que Jollyfucker ou Jobseeker (climax du concert) ? Bref, on se souvient aussi que ces deux fookin bastards n'ont pas jugé utile de jouer Tiswas mais qu'ils ont heureusement conclu sur l'énorme Tweet Tweet Tweet. Jouissif de bout en bout ! Bon, maintenant qu'on a bien vu l'aspect pratique du laptop en tournée (ça laisse plus de place dans le tour-bus qu'un groupe tout équipé, c'est un fait), on reste mélancolique à l'idée de ce que Sleaford Mods donnerait si sa musique était jouée en live par 2 ou 3 vrais musiciens. Le potentiel des Clash, ou peu s'en faut !


Bref, on est rentré en titubant après avoir embrassé les ami.e.s, heureux de cette belle soirée mais pestant tout du long contre cette satanée boisson trouble inventée par ces bons-à-rien de feignasses marseillais, les pères Ricard et Pernod, un truc qui fait non seulement pencher les scènes de concert, mais aussi (et ça, ne le niez pas, on s'en souvient très bien) les escaliers de sortie du Parc de St Cloud, les ponts au dessus de la Seine, les autres gens (curieusement, tous dans le même sens) et même, certains couloirs de métro. C'est toujours marrant de se moquer de la viande saoûle croisée en festival, à condition de ne pas en être soi-même... Heureusement, le métro connaissait bien le chemin et penchait assez peu, lui : une bonne hangover plus tard, et il n'y paraîtra plus.


[...Interlude : pluie matinale mais courte, Ménagerie du Jardin des Plantes et autres activités adaptées aux enfants, déjeuner ensoleillé...]

... Et une deuxième manche nettement plus courte, le lendemain, en famille et plus pour le plaisir de partager l'endroit et l'ambiance que pour l'affiche. De toutes façons, si on se souvient bien, The XX sont à peu près aussi excitants sur scène qu'un pack de Flanby périmé. Bon, d'accord, il y avait d'autres choses plus cool dans la soirée (Lemon Twigs, Slowdive) mais on ne peut pas être partout, ni rester vraiment tard à un festival de rock avec un marmot de 5 ans et demi. Déjà que le Festival nous a fait signer, pour la première fois en trois venues, une décharge pour lui... Il n'y a pourtant qu'à de très jeunes enfants qu'on peut vendre des granités aussi dilués et infects à 4 euros, sans qu'ils vous les versent sur les chaussures, non ?


Mais revenons à la musique. Les (moustache) Deluxe, qui nous avaient bien semblé kid-compatibles, n'usurpent pas leur bonne réputation de feel good music sur scène : très sympathiques entertainers, ils ont de beaux costumes rouge-doré et des moustaches comme prévu, ils font ce qu'ils veulent du public (en particulier, s'asseoir et se relever, ou clapper ses hands sans retenue), s'amusent à parcourir différents styles groovy, électro, festifs (a noter qu'on ne les a pas suivis dans leur excursion reggae, faut pas pousser quand même), avec une chanteuse qui minaude assez agréablement. Un saxophoniste qui joue en courant, c'est également assez rare pour être noté, tout comme la vision de notre camarade Boris Allin juché sur une échelle pour prendre le groupe et le public en photo à la fin !


Et surtout, le groupe a eu la brillante idée de proposer, comme à chaque fois d'après ses vidéos, de jolis et énormes ballons rouges et jaunes qui ont fait la joie des petits et des grands. Bien évidemment en papa alerte, on a réussi à en récupérer un pour Mini-Me, et cette énorme chose jaune va donc nous accompagner tout l'après-midi, bousculant ou assommant un bon millier de personnes, mais provoquant aussi moult regards envieux de gens âgés d'environ 20 ans de plus que lui ! Note pour les futurs possesseurs de ces baudruches rigolotes, mais qui ne passent pas les portiques de métro : il est possible après de longs efforts de défaire le noeud, pour réutilisation ultérieure !


Alors qu'il a entièrement refait sa garde-robe (comme à chaque fois), remanié méchamment son groupe (comme à chaque fois), enregistré 3 albums et donc foutu à la poubelle 100 % de sa set-list depuis notre dernière rencontre (comme à chaque fois), et même arrêté de mettre des masques de psychopathe, comment voulez-vous qu'une petite personne se souvienne d'avoir déjà vu Ty Segall à This Is Not A Love Song 2016 ? Impossible. L'intérêt familial est donc faible (c'est aussi un peu brutal pour ma soeur) tandis que pour ma part j'ondule néanmoins de plaisir à écouter les derniers morceaux en date du célèbre robinet à tubes psyché-grunge-sf-pop-heavymetal-dingo, qui joue donc aujourd'hui habillé de rouge, à 5 sur scène, vendant un album qui porte son nom, et qui semble par ailleurs d'humeur un peu mitigée.


Pour tout dire il a même précisé à un moment que tout avait foiré sur scène jusqu'à ce point du show (ce qui n'était pourtant pas flagrant...). Il est vrai qu'il a donné un concert tellement génial ici dans sa période Fuzz (en 2015), qu'il aurait mérité la grande scène en remerciement plutôt que de rejouer sur la même, et qui plus est à la même heure... Mais que voulez-vous, les programmateurs manquent parfois de finesse... En comparaison, ce concert-ci n'était donc "que" super, un poil déjà-vu pour lui comme pour nous, mais on s'en est contentés. On reste néanmoins mélancolique de sa période 2014-2015, notre préférée (avec l'inépuisé et historique Manipulator), mais on sait que tout peut avoir à nouveau changé en génial d'ici à la prochaine fois. Patience...


Fort heureusement, pour remettre tout le monde d'accord, il y a alors le parfait artiste : consensuel, sympa, inspiré, belle voix (hé ! il chante de mieux en mieux, vous avez remarqué vous aussi ?), déconneur de première, bavard comme pas deux, physique quelconque qui permet une parfaite identification avec lui : Mac Demarco ! Qui va donner un show aussi chouette qu'aux Eurocks l'an passé, mais sur une scène beaucoup plus grande. Contrairement au précédent, lui a ses petits rituels rassurants : faire monter et asseoir des gens sur scène, inviter des fans à chanter avec lui (voire sur lui) toutes les 5 minutes, s'extasier de la gentillesse du public...


...Et laisser aussi la place de déconner à plein tubes à son groupe. Par exemple, le batteur a longuement hurlé dans le micro, entre deux chansons, un énigmatique "This... is... Europe !" - on sait que les musiciens d'outre-Atlantique ont souvent tendance à ne pas trop savoir où ils sont, quand ils jouent sur notre continent. Leurs tentatives de parler français se sont avérées assez comiques aussi. Ceci étant posé, on peut tout leur pardonner dans la setlist, y compris de reprendre des scies atroces (A Thousand Miles, est-ce bien raisonnable ?), l'air de rien, entre leurs propres titres assez groovy (Freaking out the Neighborhood), plus relax (Salad Days) voire très relax (la nouvelle This Old Dog)... ou complètement berçants (One More Love Song). Sur Still together, on rêverait nous aussi de faire un bon gros hug, et de payer une vraie bière, à un type aussi gentil, faussement désinvolte et au final, furieusement attachant !


Ceux que l'on voulait le plus voir étant passés, on s'en va après avoir longuement profité d'une bière, du soleil couchant et du gazon pour papoter avec une bonne copine parisienne croisée par hasard. L'enfant en a profité pour réclamer un deuxième granité (au goût cette fois étonnamment proche d'un produit pétrolier) et assommer encore une dizaine de personnes avec son monstre jaune... On replie donc les gaules alors que retentissent les premières notes des Lemon Twigs. On se console de les rater en pensant que vu leur âge, s'ils confirment leur joli premier essai, on aura tout le temps de les recroiser à l'occasion... Nul doute que cette nuit de dimanche sera encore douce pour les courageux festivaliers qui, comme notre collègue, alignent courageusement les trois jours d'affilée... de ce qui reste un des plus beaux festivals de France.

Longue Vie à Rock en Seine !

Crédit Photos :
Lysistrata, Timber Timbre, Frustration (+ vignette recadrée), Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco (singing) © Olivier HOFFSCHIR ; DBFC, Little Dragon, The Kills, ambiances aériennes Wiko © Christophe CRENEL ; selfie en fleur, Mac Demarco (crowdsurfing) © Zélie NOREDA. Merci beaucoup à tous les trois, une fois encore !
(autres photos par Philippe)


Flashback : Chroniques de notre passage plus ou moins sérieux mais régulier, aux éditions 2004, 2005, 2006, 2007, 2009, 2011, 2012, 2014, 2015 et 2016 du Festival Rock en Seine !


Deluxe : les dernières chroniques concerts

DELUXE + THE PORTALIS en concert

DELUXE + THE PORTALIS par Zulone
L'Usine, Istres, le 18/03/2017
Invasion aixoise à l'Usine d'Istres ce soir avec The Portalis et Deluxe. On entendrait presque les cigales dans tous ce rock énergétique qui raisonne ! Ce sont les quatre... La suite

Fiesta des Suds : Hubert Felix Thiefaine/ Moussu T / Deluxe /  Chicuelo et Marco Mezquida / La Yergos en concert

Fiesta des Suds : Hubert Felix Thiefaine/ Moussu T / Deluxe / Chicuelo et Marco Mezquida / La Yergos par Olivier Ponzio
Marseille Fiesta des suds, le 20/09/2016
Comme chaque année, a la mi octobre, c'est le moment de se rendre a la fiesta des suds et ce pour fêter le 25eme anniversaire du festival. Pour cette soirée inaugurale du jeudi,... La suite

Les Insus, Lilly Wood And The Prick, The Avener, Deluxe, Caribbean Dandee, Giedré, Bastille, Pandour (Paleo Festival 2016) en concert

Les Insus, Lilly Wood And The Prick, The Avener, Deluxe, Caribbean Dandee, Giedré, Bastille, Pandour (Paleo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 22/07/2016
Paléo Festival de Nyon 2016, dernier jour... Pandour Pour ce dernier jour moi, je démarre la journée avec le show case de Pandour, qui est un jeune groupe Suisse... La suite

Ardeche Aluna festival 2015 : Deluxe, Charlie Winston, Ina-Ich, Leventon, famille Chedid en concert

Ardeche Aluna festival 2015 : Deluxe, Charlie Winston, Ina-Ich, Leventon, famille Chedid par Lionel Degiovanni
Aluna, Ruoms, le 19/06/2015
Pour cette édition de l'Aluna festival, je n'aurai pas pu, hélas couvrir les 3 jours, faute de temps ! Hé, oui, pas toujours évident d'être disponible pour des festivals qui... La suite

Frustration : les dernières chroniques concerts

Shame + Frustration + The Noise Figures (Festival Europavox 2017) en concert

Shame + Frustration + The Noise Figures (Festival Europavox 2017) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 01/07/2017
Excellente soirée dans le club de La Coopé à Clermont-Fd dans le cadre du festival Europavox, avec par ordre de passage le sympathique grunge 'n roll des Grecs de The Noise... La suite

J.C. Satàn + Frustration (10 ans Born Bad Records) en concert

J.C. Satàn + Frustration (10 ans Born Bad Records) par Philippe
Le Cabaret Aléatoire, Marseile, le 13/05/2017
Anniversaire immanquable des 10 ans de Born Bad Records, écurie (entre autres) des deux meilleurs groupes de rock de France en activité, et tous deux sur scène aujourd'hui ! On... La suite

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) en concert

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) par Pierre Andrieu
Le Nadir, Bourges, le 20/04/2017
Grosse soirée au Nadir dans le cadre du Printemps de Bourges (en coproduction avec l'asso Emmetrop) pour célébrer les 10 ans du label Born Bad Records, avec par ordre... La suite

Frustration + Le Villejuif Underground + Cannibale en concert

Frustration + Le Villejuif Underground + Cannibale par Jérémy Guézennec
L'Antipode, Rennes, le 08/04/2017
Tête d'affiche cette soirée Born Bad présentant également Cannibale et Le Villejuif Underground, Frustration fait partie intégrante de ce monde où l'ouverture rencontre la... La suite

Mac Demarco : les dernières chroniques concerts

Ty Segall, Interpol, Angel Olsen, Mac DeMarco, The Moonlandingz, Yak, The Proper Ornaments (La Route du Rock Collection Eté 2017) en concert

Ty Segall, Interpol, Angel Olsen, Mac DeMarco, The Moonlandingz, Yak, The Proper Ornaments (La Route du Rock Collection Eté 2017) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 20/08/2017
Dimanche 20 août, c'est déjà le dernier jour de La Route du Rock Collection été 2017 au Fort de Saint-Père avec un final en apothéose réunissant des artistes passionnants et en... La suite

(mes) Eurockéennes 2016, 2/2 : Courtney Barnett, Kurt Vile, Mac Demarco, The Kills, Tame Impala, Sleep, Ratatat, ZZ Top en concert

(mes) Eurockéennes 2016, 2/2 : Courtney Barnett, Kurt Vile, Mac Demarco, The Kills, Tame Impala, Sleep, Ratatat, ZZ Top par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2016
Le samedi, c'était par ici ! Sous un climat absolument parfait (pas de pluie, pas de canicule, quelques nuages sympathiques), on arrive sur le site au son de Blossoms,... La suite

La Route du Rock Collection été 2014 : Portishead, Slowdive, Mac DeMarco, Thee Oh Sees, Baxter Dury, Anna Calvi, Angel Olsen, Cheveu, The War On Drugs, Protomartyr, Temples, Cheetahs, Perfect Pussy en concert

La Route du Rock Collection été 2014 : Portishead, Slowdive, Mac DeMarco, Thee Oh Sees, Baxter Dury, Anna Calvi, Angel Olsen, Cheveu, The War On Drugs, Protomartyr, Temples, Cheetahs, Perfect Pussy par Pierre Andrieu
Fort de Saint Père, Saint-Malo, le 16/08/2014
Très belle édition 2014 pour La Route du Rock, qui avait lieu du 14 au 16 août au Fort de Saint-Père, à quelques encablures de Saint-Malo... Au menu, une très excitante... La suite

Yo La Tengo, Hot Chip, The Knife, Warpaint, Jagwar Ma, The Haxan Cloak, Savages, Mac Demarco, No Age, Connan Mockasin, Colin Stetson, Panda Bear, Danny Brown, Majical Cloudz, Omar Souleyman, Youth Lagoon, Pegase (Pitchfork Music Festival Paris 2013) en concert

Yo La Tengo, Hot Chip, The Knife, Warpaint, Jagwar Ma, The Haxan Cloak, Savages, Mac Demarco, No Age, Connan Mockasin, Colin Stetson, Panda Bear, Danny Brown, Majical Cloudz, Omar Souleyman, Youth Lagoon, Pegase (Pitchfork Music Festival Paris 2013) par Audreymllr
Grande Halle de La Villette, Paris, le 02/11/2013
Troisième édition du Pitchfork Music Festival Paris, qui a une fois de plus investi la Grande Halle de la Villette pour trois nuits de concerts, du 31 octobre au 2 novembre... La suite

Sleaford Mods : les dernières chroniques concerts

Sleaford Mods + Mark Wynn + Massicot en concert

Sleaford Mods + Mark Wynn + Massicot par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 24/05/2017
Après le garage psyché de Thee Oh Sees début mai et juste avant le noise rock de Shellac (immanquable le 31 mai !), La Coopé offre une nouvelle affiche de rêve dans son club... La suite

(mes) Eurockéennes 2015, 1/2 : Grunge, Ibeyi, Seasick Steve, The Bawdies, Etienne Daho, Bo Ningen, Sleaford Mods, Major Lazer, Foxygen,  Chemical Brothers en concert

(mes) Eurockéennes 2015, 1/2 : Grunge, Ibeyi, Seasick Steve, The Bawdies, Etienne Daho, Bo Ningen, Sleaford Mods, Major Lazer, Foxygen, Chemical Brothers par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 04/07/2015
Et soudain, le doute saisit le chroniqueur, déferlant sur son esprit tel une armée grimaçante et marronnasse de Wildlings revenus d'entre les morts, franchissant le Mur écroulé... La suite

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) en concert

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 31/05/2015
Après une édition 2014 de rêve, il fallait absolument revenir au This Is Not A Love Song Festival, dont la troisième édition se tenait fin mai à Paloma, à Nîmes, pour... La suite

(My) This Is Not A Love Song (TINALS) Festival 2015 : Johnny Hawaii, Appletop, Zun Zun Egui, Conger! Conger!, Bad Breeding, Sleaford Mods, Weedeater, The Soft Moon, Foxygen en concert

(My) This Is Not A Love Song (TINALS) Festival 2015 : Johnny Hawaii, Appletop, Zun Zun Egui, Conger! Conger!, Bad Breeding, Sleaford Mods, Weedeater, The Soft Moon, Foxygen par Philippe
La Paloma, Nîmes, le 31/05/2015
Depuis 2 ou 3 ans on voit apparaître, fin mai, une population étrange à Marseille : des amateurs et -trices de rock pointu qu'on croise avec un sourire béat et des yeux cernés,... La suite

The Kills : les dernières chroniques concerts

The Kills + Algiers en concert

The Kills + Algiers par Daddrock
BROOKLYN STEEL - NYC, le 21/07/2017
Brooklyn Steel. C'est d'abord l'histoire d'un voyage et d'un cadeau. Comment venir à New York City sans assister à un spectacle sur Brodway m'avait-on dit ? Et pourquoi pas un... La suite

Rock Werchter - Jour 4 : Foo Fighters - Cage the elephant - Thuston Moore Group - The Kills - Benjamin Clementine - Alt-J en concert

Rock Werchter - Jour 4 : Foo Fighters - Cage the elephant - Thuston Moore Group - The Kills - Benjamin Clementine - Alt-J par Cabask
Werchter, le 02/07/2017
Toutes les bonnes choses ont une fin et on entame le 4ème et dernier jour du festival Rock Werchter ce dimanche 2 juillet. Pour ne pas revivre le cauchemar de la veille et... La suite

The Kills + Georgia en concert

The Kills + Georgia par Cathy VILLE
Le Radiant - Caluire , le 31/10/2016
Happy Hallowen ! C'est donc dans une ambiance d'Halloween que débarque le groupe The Kills sur la scène du Radiant. Pour mettre dans l'atmosphère du jour, quelques toiles... La suite

(mes) Eurockéennes 2016, 2/2 : Courtney Barnett, Kurt Vile, Mac Demarco, The Kills, Tame Impala, Sleep, Ratatat, ZZ Top en concert

(mes) Eurockéennes 2016, 2/2 : Courtney Barnett, Kurt Vile, Mac Demarco, The Kills, Tame Impala, Sleep, Ratatat, ZZ Top par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2016
Le samedi, c'était par ici ! Sous un climat absolument parfait (pas de pluie, pas de canicule, quelques nuages sympathiques), on arrive sur le site au son de Blossoms,... La suite

Timber Timbre : les dernières chroniques concerts

Timber Timbre + Cameron Avery + Barbagallo (Printemps de Bourges 2017)  en concert

Timber Timbre + Cameron Avery + Barbagallo (Printemps de Bourges 2017) par Pierre Andrieu
Auditorium, Bourges, le 20/04/2017
Super affiche en ce jeudi après midi printanier au Printemps de Bourges, justement, avec Barbagallo, Cameron Avery et Timber Timbre... Barbagallo Même s'il est très... La suite

Thurston Moore, Fuzz, Wand, Timber Timbre, Algiers, The Notwist, Sun Kil Moon (La Route du Rock Collection été 2015) en concert

Thurston Moore, Fuzz, Wand, Timber Timbre, Algiers, The Notwist, Sun Kil Moon (La Route du Rock Collection été 2015) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 14/08/2015
Encore une très bonne édition de La Route du Rock, avec quatre jours permettant de plonger dans un grand bain de musique indé classieuse, du 13 au 16 août 2015, à quelques... La suite

Mogwai + Timber Timbre (Nuits de Fourvière 2014) en concert

Mogwai + Timber Timbre (Nuits de Fourvière 2014) par Ylxao
Théâtres Romains de Fourvière - Lyon, le 06/07/2014
Ce soir-là, direction les théâtres romains de Fourvières pour assister au concert de Mogwai avec en première partie Timber Timbre. Mes oreilles jubilent déjà à l'idée de voyager et... La suite

Other Lives, Mona, Concrete Knives, Timber Timbre (Festival Des Inrocks 2011) en concert

Other Lives, Mona, Concrete Knives, Timber Timbre (Festival Des Inrocks 2011) par Sami
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 06/11/2011
Une date du festival des Inrocks à Marseille, c'est mine de rien un petit évènement en soi, la dernière remonte à 1995, autant dire une éternité. Je n'y étais pas mais j'ai suivi... La suite

Ty Segall : les dernières chroniques concerts

Ty Segall, Interpol, Angel Olsen, Mac DeMarco, The Moonlandingz, Yak, The Proper Ornaments (La Route du Rock Collection Eté 2017) en concert

Ty Segall, Interpol, Angel Olsen, Mac DeMarco, The Moonlandingz, Yak, The Proper Ornaments (La Route du Rock Collection Eté 2017) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 20/08/2017
Dimanche 20 août, c'est déjà le dernier jour de La Route du Rock Collection été 2017 au Fort de Saint-Père avec un final en apothéose réunissant des artistes passionnants et en... La suite

Interview avec Ty Segall à l'occasion de la sortie fin janvier 2017 de son nouvel album éponyme en concert

Interview avec Ty Segall à l'occasion de la sortie fin janvier 2017 de son nouvel album éponyme par Pierre Andrieu
Los Angeles, le 16/03/2017
Que demande le peuple rock 'n roll de France ? Un nouveau skeud de Ty Segall tous les 3 mois, voire tous les 6 mois à l'extrême limite ? Pas la peine de stresser mesdames et... La suite

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) en concert

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 05/06/2016
Prog démente, site impeccable (superbe salle, jardin éphémère avec deux scènes extérieures bucoliques), soleil garanti, tarifs modérés, le This Is Not A Love Song Festival,... La suite

Ty Segall And The Muggers (This Is Not A Love Song Festival 2016) en concert

Ty Segall And The Muggers (This Is Not A Love Song Festival 2016) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 03/06/2016
De retour au This Is Not A Love Song Festival le 3 juin après sa mémorable prestation ici même, à Nîmes, en 2014, Ty Segall a une fois de plus ratatiné tout le monde avec... La suite

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud : les dernières chroniques concerts

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 26/08/2017
Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Le samedi, c'était par ici ! On commence (mal) notre journée clodoaldienne en ratant (la faute à un repas en terrasse bien trop sympa) les Blues Pills hélas programmés à une... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 27/08/2016
Quand l'été est presque enfui, comme chacun sait, il n'y a qu'une seule solution pour le clôturer dignement : Back to Rock en Seine ! Bon, on pourrait nous accuser légitimement... La suite

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) en concert

Cassius (Festival Rock en Seine 2016) par lol
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Rien n'est plus galvaudé que le label "french Touch" quand on parle d'électro. S'il est souvent accolé au premier péquin français qui fait de la musique avec un ordinateur,... La suite