Accueil Chronique de concert The Mullins + The Rumjacks
Mardi 14 août 2018 : 11844 concerts, 25128 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Mullins + The Rumjacks

The Mullins + The Rumjacks en concert

Le Molotov, Marseille 27 juillet 2016

Critique écrite le par


Magnifique bal punk irlandais au Molotov, ce mercredi soir ! On a déjà été agréablement surpris de voir, dans ce contexte morose, le quartier du Cours Julien bondé de gens prenant le frais, en terrasse ou par terre autour des fontaines. On l'est encore plus en constatant la belle file d'attente qui se déroule devant le Molotov. Et dire qu'on avait bêtement supposé que ce concert estival n'attirerait pas forcément les foules... C'est oublier que a) les rares salles qui programment encore le 27 juillet récoltent les fruits de leur assiduité [donc l'ensemble du public rock qui est dans les parages, ce qui fait quand même du monde] et b) le punk irlandais est un style ultra-fédérateur auquel plein de gens, moi le premier, se rendent sans aucune appréhension de s'ennuyer !


Donc, public rock général mais aussi punk, skinhead, rockab' et même quelques metalleux en goguette. Presque autant de filles que de garçons, au moins 3 générations représentées, 300 personnes au bas mot ! Ce soir, le Molotov est la capitale de la culture ! Il faut dire que ce style lancé par les Pogues et d'autres, a essaimé sur tout le globe : entre les Dropkick Murphys de Boston (que le premier groupe reprendra magnifiquement pour finir son set) et les Flogging Molly de Californie, entre le groupe de Maussane-les-Alpilles qui ouvre et celui de Sydney, Australia qui ferme le bal, c'est devenu une véritable Internationale de la chanson joyeuse, pétaradante, folklorique revendiquée (pas de punk irlandais sans au moins au choix, un violon, un accordéon ou un pipeau !) qui fait danser, gentiment pogoter, et boire des litres de bière !


Voici donc The Mullins en ouverture : il faudra attendre que le chanteur nous harangue (avec un accent du sud) pour deviner qu'ils sont français puisque tout y est : un son carré et pêchu, une voix rauque idéale (façon Floggin Molly) et pas de frenche axante discernable au chant. Et en supplément d'âme, quelques grammes de finesse féminine avec une violoniste-choriste extrêmement compétente, qui sera même la lead singer pour un ou deux titres plus tranquilles. Super sympathiques en outre, désireux de faire plaisir à tout le monde, ils n'oublient pas de reprendre au moins 3 airs traditionnels que j'ai reconnus comme tels, dont une très jolie Dirty Ol'Town. Mais leurs compositions sont aussi agréables et parfois explosives que le reste. Autant dire que le Molotov est déjà un chaudron à la fin du premier set... où tout le monde se rue dehors, à la recherche d'un peu d'air frais.


En deuxième partie, un groupe un peu plus buriné, exclusivement masculin, The Rumjacks, emmenés par un type à la gueule de pirate fraichement rasé (qui m'a rappelé celle du chanteur de Burn in Hell). Histoire de pouvoir tenir sa scène, il commence par foutre un bon coup de pied à un type qui a renversé son pied de micro d'entrée... Groupe un peu plus burné aussi, puisqu'il tire franchement la musique vers le punk (le chanteur joue quand même du pipeau et l'un des gratteux joue sur des banjo, mandolines et autres bouzoukis), gagnant en puissance ce qu'il perd en subtilité par rapport aux premiers. C'est alors que, la bière aidant et le cerveau n'étant plus oxygéné depuis belle lurette dans cette atmosphère de sauna, on s'octroie le petit plaisir régressif d'aller pogoter tout devant, histoire de se retrouver trempé jusqu'au slip, de sa propre sueur comme de celle d'autres gens. Oui, c'est dégueu mais dans le contexte, avec un tel groupe sur scène, il n'y avait aucun autre comportement raisonnable à adopter que de se laisser entraîner par la musique !


A ce stade il semble presque inutile de préciser qu'eux aussi sont super précis et en place dans leur son, que le chanteur a une voix braillarde et cool (il a moins de mérite, il chante en VO...), tout au plus qu'ils ajoutent une bonne louche de ska à plusieurs titres. A un moment donné, il fait tellement (putain de) chaud et humide que c'est toute la sono qui pète pendant quelques minutes. Pas rancunier, le groupe revient (mais entre temps le chanteur qui a cru pouvoir jouer tout un concert en t-shirt, veste en jean et chapeau, s'est rendu à l'évidence et a tout enlevé !). Leur musique est parsemée de tubes potentiels comme An Irish Pub Song (18 millions de vue sur Youtube quand même... ils doivent être un peu connus en Australie !). Dans un style plus folklorique (guitare miniature et pipeau), on a particulièrement aimé aussi A Fistful of Roses même s'il est difficile de savoir si cette poignée de roses, on nous l'a offerte ou balancée en pleine gueule. Deuxième show dont on ressort comme d'une lessiveuse dont les phases essorage et séchage n'auraient pas fonctionné...


On ne peut qu'imaginer la fiesta encore plus dantesque qu'aurait été ce concert si les fameux supporters irlandais, qui se sont illustré par leur bonne humeur pendant l'Euro, avaient encore été en ville ! Nul doute que ça aurait fini en un joyeux white riot sur toute la place Paul Cézanne... Quoi qu'il en soit en repartant complètement bourrés et trempés, on a évidemment oublié toute la merde du monde et c'est bien ce qu'on attendait de ce concert, d'où les 5 étoiles (habituellement réservées aux concerts exceptionnels) car il faut bien admettre qu'un concert de punk irlandais n'aurait PAS pu être meilleur que celui-là !

Désolé pour les photos prises sans bon appareil ni photographe, et à l'étuvée donc, ratées...


Le Molotov, Marseille : les dernières chroniques concerts

Night Beats, Warbly Jets, Jim Younger's Spirit en concert

Night Beats, Warbly Jets, Jim Younger's Spirit par Prakash
Molotov, Marseille, le 29/05/2018
J'aurai pu intituler cette chronique " le soir où on a cassé le Molotov " mais pas de message anxiogène pour un moment qui au final était intense et jouissif ! Donc pour en revenir... La suite

Barrence Whitfield & The Savages + Los Bankalos en concert

Barrence Whitfield & The Savages + Los Bankalos par G Borgogno
Le Molotov, Marseille., le 23/05/2018
SAVAGE EVENING. Il y a peu, j'ai revu Barrence Whitfield & The Savages... Pour la quatrième fois (cinquième ?). Et ? Démoniaque! Comme toujours... Et dire que j'ai failli ne pas y... La suite

The Delta Bombers en concert

The Delta Bombers par odliz
Le Molotov, Marseille, le 15/05/2018
Quand les Delta Bombers montent sur scène, ils embarquent avec eux les plaines désertiques du sud-ouest des Etats-Unis. Stature imposante, barbe de compétition, santiags et... La suite

Dookoom en concert

Dookoom par odliz
Le Molotov, Marseille, le 26/03/2018
Ce genre de concert duquel tu repars changé, en état de conscience modifié, frappé en plein cœur. A 20 ans, ça touche presque chaque expérience de ta vie ; à 35, un peu moins.... La suite