Accueil Chronique de concert The Rakes + Akron/Family + Bromheads Jacket + Deerhoof + Galaxie + Acoustic Ladyland + Naast (Printemps de Bourges 2007)
Lundi 22 octobre 2018 : 13701 concerts, 25209 chroniques de concert, 5229 critiques d'album.

Chronique de Concert

The Rakes + Akron/Family + Bromheads Jacket + Deerhoof + Galaxie + Acoustic Ladyland + Naast (Printemps de Bourges 2007)

The Rakes + Akron/Family + Bromheads Jacket +  Deerhoof + Galaxie + Acoustic Ladyland + Naast (Printemps de Bourges 2007) en concert

Le 22, Bourges 19 avril 2007

Critique écrite le par








Après une journée déjà bien remplie, et dès la fin de Joan As police Woman au théâtre Jacques Cœur, nous avons juste le temps de traverser en quatrième vitesse les rues du vieux Bourges, et, hop, arrivée au 22, LA salle rock ‘roll de la cité berruyère, agrémentée d'une chapiteau doublant la capacité du lieu et permettant l'installation de deux scènes.




Naast :

Il est 23 heures et les nouveaux héros du rock en France (sic !), Les Naast, arrivent sur scène, tout énervés. C'est parti pour 35 minutes de rock pseudo garage chanté en Français... Force est de constater que le groupe est bien meilleur qu'en novembre 2006 à la Coopérative de Mai , devant un public restreint et très froid... Ici, c'est dans une salle surchauffée que les Parisiens chou chou de la presse se produisent : des hordes de lycéens et collégiens en goguette se bousculent devant la scène pour faire un triomphe aux stars vues à la télé, entendues à la radio et lues dans les journaux... Ça pogote à tout va, ça crie son amour pour les quatre gravures de mode et ça fait un bruit de cour d'école à la veille des vacances scolaires ! Le matraquage incessant (et énervant !) a fait son effet : Les Naast ont un public qui répond au quart de tour à leurs morceaux bien joués, enlevés et plutôt percutants. Oui, sur scène devant un public chaud bouillant, le groupe fait montre d'une belle énergie. Cela dit, le chanteur/leader omnipotent ayant un bon coup de fourchette est toujours aussi imbu de sa personne, hautain, tête à claques et maniéré. On dirait qu'il a un orgasme super violent chaque fois qu'il touche ses instruments de travail (guitare et micro). Malgré ce désagrément, le combo de jeunots joue de manière si soudée et convaincue qu'on y croirait presque, s'il n'y avait cette voix qui déraille, ces textes risibles (exemple : "tuuuuuuuu caaaaasses mon cooooeur de glaaaaaaaaaaaaace !!!" et cette armoire à glace/vigile qui scrute le public pour éviter les débordements et autres bagarres... Si ces jeunes gens travaillent encore quelques temps avec le même acharnement, ils peuvent devenir meilleurs et - pourquoi pas ? - écrire de bons titres...




Galaxie :

Peu de temps après, dans le 22 Ouest également, les Canadiens de Galaxie ont fait une vaine tentative d'écroulement des murs sous la force de leurs coups de boutoirs soniques. Et oui, Galaxie est composé de furieux musiciens toujours à fond quand il s'agit de balancer un rock stoner bien gras, truffé de riffs surpuissants, de solo décoiffants et voix hurlées à la Kurt Cobain... Véritablement démoniaque, cet assaut sacrément virulent fait un effet énorme, le chant en français étant joliment noyé dans une cathédrale de distorsion. Galaxie fait donc très bonne impression, avant de sombrer dans els morceaux instrumentaux interminables sur la fin de son set hystérique. Dommage, car le début nous avait carrément laissé sur le cul, sous le charme de l'abattage rock ‘n roll de ces bandes de gars n'ayant pas fait le voyage pour rien.





Akron/Family :

Changement de style assez radical, quelques secondes plus tard avec le show d'une sorte de chorale hippie rock très étrange dénommée Akron/Family. Barbus et farfelus comme Grandaddy, cette famille franchement décalée et originale ressemble à un mélange entre Neil Young And Crazy Horse, Grateful Dead, et Bonnie Prince Billy quand elle joue ses morceaux versatiles sur une scène. Chez Akron/Family, les déferlantes de sons distordus sont suivies par des folk songs apaisées ou des odes a capella à l'amour... Dans le genre surprenant, ce combo disparate se pose là ! Le public, chaud, souriant et enchanté par la prestation de ces hurluberlus est même mis à contribution pour une sorte de hola déclenchée par les musiciens au cours d'un morceau divin. Il est une heure du matin à Bourges, et l'on retombe en enfance tout en étant projeté aux Etats-Unis sur une plage autour d'un feu de camps. Tout va bien. Je répète : tout va bien. Et la vie est belle.




Bromheads Jacket :

La vie est d'autant plus belle qu'un Power trio de la pire espèce (c'est-à-dire la meilleure) déboule sur les planches dans la foulée. Son nom ? Bromheads Jacket... Trois musiciens complètement déchaînés produisant une musique à rendre dingue n'importe quel public (à part peut être celui de Johnny Hallyday et Florent Pagny). Avec un batteur jouant en apnée tellement il se démène, un bassiste toujours en surrégime et un chanteur/guitariste maniant la nitroglycérine sonique sans discernement et sans aucune précaution... Normal donc qu'à chaque couplet, à chaque refrain, tout le temps quoi, le punk rock high energy des Bromheads Jacket explose à la gueule du public, positivement ravi de découvrir ces nouveaux Nirvana ! Les messages de bienvenus (sur scène et en France) se succèdent en provenance de la fosse, et la folle sarabande sonique se poursuit dans un bruit assourdissant et très jouissif...




Acoustic Ladyland :

La fièvre sonique retombe - un peu - avec le groupe Acoustic Ladyland qui se produit ensuite. Bien sûr, rien à voir avec Jimi Hendrix, et rien à voir avec un son acoustique, il fallait s'en douter. Très arty, très audacieux, cet étrange réunion de musiciens barrés tente de propulser ceux qui assistent à ses concerts dans une dimension parallèle. Une dimension où le sax free de John Coltrane croise un rock aussi déstructuré que scotchant.




The Rakes :

Quand The Rakes, les vedettes de la soirée, juste en dessous des Naast bien évidemment (rires), arrivent sur scène on en frétille de joie, mais on se demande si le public va répondre au quart de tour. Un peu mon neveu ! C'est devant une salle en feu (et complètement déchaînée) que les Rakes délivrent un set d'anthologie, avec les tubes irrésistibles de leur deux disques, ceux du deuxième réussissant à se hisser au niveau de ceux - imparables - du premier opus. Les stage diving sont incessants, les premiers rangs jouant à cache cache avec les deux roadies chargés de permettre au groupe de jouer. Rapidement débordée et finalement impressionnée par la ferveur française, la sécurité se contente d'éviter les étreintes trop prolongées avec le chanteur et le bassiste, avant de renvoyer les petits agités surfer sur les mains de leurs camarades de jeu. Flegmatique mais jetant sans cesse de l'huile sur le feu avec ses danses de robot hytéro, le chanteur à la voix grave - façon Ian Curtis - en vient même à slammer lui aussi, son micro ayant été projeté à terre par le public. Grâce à un groupe impeccable (un guitariste véritable machine à riff post punk et une section rythmique impériale), la tension et l'intensité des morceaux des Rakes ne se dément pas : l'on assiste à un véritable best of post punk aux fort relents de Gang Of Four et Joy Division. Impossible d'arrêter de sourire en se trémoussant comme l'avis de son corps (début du set : 1h50), c'est une véritable tuerie ! 22 Grand Job, Pub Club Sleep, Open book et Ten new messages (entre autres) sont accueillis dans l'hystérie générale. Pendant le court break que le groupe s'autorise avant le rappel, les spectateurs piquent le micro et hurlent dedans, puis lors du retour des idoles, de véritables grappes de furies énamourées montent sur scène pour embrasser leur idoles : le bassiste, presque forcé à sourire vu l'enthousiasme qu'il provoque, le chanteur et... tout le groupe. Un Triomphe donc pour les Rakes que ce show berruyer.




Deerhoof :

C'est Deerhoof qui conclut une soirée bien remplie avec un set expérimentalo rock assez bluffant malgré l'horaire ultra tardif... Batterie survoltée, basse vrombissante, voix angélique et guitare free hardcore jazz, ça dépote véritablement ! Les différents styles se télescopent dans un grand raout sonique, pour provoquer des hallucinations sonores assez incroyables. La pop, le punk, le rock arty, le hardcore et le jazz fricotent joyeusement ensemble dans l'univers de Deerhoof. Pour un résultat aussi expérimental que captivant. Tout cela met un joli point final à une incroyable journée de concerts, et à une soirée rock aussi variée que réussie. Les grands écarts perpétuels, ça a parfois du bon !


Et à propos des Printemps de Bourges 2007, 2006 et 2005 : les chroniques des concerts de Joanna Newsom + Joan As Police Woman + The Konki Duet + Cocoon + Minitel + Triste Sire, Herman Düne + Tribute To Neil Young + Jesse Sykes + J. Tillman, Pravda + Nelson + Neimo + Peter Bjorn & John + The Automatic + Just Jack + Nosfell, Juliette Gréco + Abd Al Malik, The Lost Communists, The Elderberries, Yann Tiersen + Calexico + Iron and Wine, The Dresden Dolls + Queen Adreena + 54 Nude Honeys, Art Brut + Buzzcocks + The Spinto Band, The Flaming Lips + Emilie Simon + CocoRosie + Architecture In Helsinki, Dionysos + dEUS + Artic Monkeys + Katerine + Hushpuppies, The Kills, Tokyo Overtones, Soldout, The Craftmen Club, The BellRays + Nashville Pussy + The Ex, The National + Herman Düne, Interpol + Bloc Party + Gomm, Low + Ray Lamontagne, Nancy Sinatra + Alexandra Roos et Marianne Faithfull + Françoiz Breut...



Photos © François Mellet (Naast, Akron/Family, Acoustic Ladyland, Deerhoof), © Cristelle Frisch (Galaxie, Bromheads Jacket, The Rakes) extraites du site internet du Printemps de Bourges : www.printemps-bourges.com.

Printemps de Bourges : les dernières chroniques concerts

Charlotte Gainsbourg (Printemps de Bourges 2018) en concert

Charlotte Gainsbourg (Printemps de Bourges 2018) par Pierre Andrieu
Palais d'Auron, Bourges, le 26/04/2018
Très en forme sur cette nouvelle tournée et toujours aussi craquante avec son look d'éternelle adolescente en Jean, Charlotte Gainsbourg a joliment pris la suite de son père,... La suite

Idles, The Moonlandingz, The Sonics, PWR BTTM (Printemps de Bourges 2017) en concert

Idles, The Moonlandingz, The Sonics, PWR BTTM (Printemps de Bourges 2017) par Pierre Andrieu
Le 22 d'Auron, Bourges, le 21/04/2017
Soirée brutale et marquante au 22 d'Auron à l'occasion du Printemps de Bourges, le vendredi 21 avril, avec les surexcités, très excitants et drolatiques hooligans anglais de... La suite

Timber Timbre + Cameron Avery + Barbagallo (Printemps de Bourges 2017)  en concert

Timber Timbre + Cameron Avery + Barbagallo (Printemps de Bourges 2017) par Pierre Andrieu
Auditorium, Bourges, le 20/04/2017
Super affiche en ce jeudi après midi printanier au Printemps de Bourges, justement, avec Barbagallo, Cameron Avery et Timber Timbre... Barbagallo Même s'il est très... La suite

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) en concert

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) par Pierre Andrieu
Le Nadir, Bourges, le 20/04/2017
Grosse soirée au Nadir dans le cadre du Printemps de Bourges (en coproduction avec l'asso Emmetrop) pour célébrer les 10 ans du label Born Bad Records, avec par ordre... La suite

Akron/Family : les dernières chroniques concerts

Akron/Family + Bolik en concert

Akron/Family + Bolik par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 15/11/2009
Dimanche 15 novembre, aux alentours de 22h30, difficile de redescendre après les concerts de Bolik et d'Akron/Family à la Coopérative de Mai de Clermont-Ferrand... Après une... La suite

Akron/family en concert

Akron/family par Pirlouiiiit
Tonic - New York, le 10/12/2005
Je continue ma série de concerts hippy (après les excellents Herman Dune et les non moins bonnes Cocorosie) avec cette drôle de fratrie venue de Brooklyn. L'occasion de voir que le... La suite

Deerhoof : les dernières chroniques concerts

Queens Of The Stone Age + The Hives + Deerhoof + Blanche + Bassekou Kouyaté + Editors + Maxïmo Park (Eurockéennes de Belfort 2007) en concert

Queens Of The Stone Age + The Hives + Deerhoof + Blanche + Bassekou Kouyaté + Editors + Maxïmo Park (Eurockéennes de Belfort 2007) par Pierre Andrieu
Presqu'île du Malsaucy, Belfort, le 30/06/2007
Deuxième soirée riche en bons moments aux Eurockéennes de Belfort 2007. Avec une succession de groupes intéressants avant les têtes d'affiche classieuses et furieusement rock... La suite

Deerhoof (the Pool parties) en concert

Deerhoof (the Pool parties) par Pirlouiiiit
McCarren's Park pool - Brooklyn, le 13/08/2006
Apres deux soirs de pause - pendaison de crémaillère, puis anniversaire - et une visite intensive de NY, j'ai bien cru que nous allions arrivée trop tard - comme la veille a PS1 ou... La suite

Naast : les dernières chroniques concerts

Naast (Garage Club 8) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 16/11/2006
LES NAAST. LES NAZES ? Les Naast... Insupportables têtes à claques ? Fils à papa à qui tout tombe tout cuit dans l'assiette ? Pistonnés profitant du carnet d'adresse de leurs familles pour voler la vedette à quantité de groupes authentiquement rock ‘n roll ? Gamins poseurs de Joinville le Pont faisant leurs crises d'adolescence bien... La suite

Nadj / Naast en concert

Nadj / Naast par Philippe
Poste à Galène, Marseille, le 04/05/2007
Nadj : un coup de boule ... dans ma face Ayant passé tout l'aprème et un bout de ma soirée enfermé à attendre un plombier, j'arrive de fort méchante humeur au Poste à Galène. Va... La suite

The Rakes : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2006, 2/2 :  Skin, The Dead 60s, The Rakes, Grand Corps Malade, Editors, Radiohead en concert

(mon) Rock en Seine 2006, 2/2 : Skin, The Dead 60s, The Rakes, Grand Corps Malade, Editors, Radiohead par Philippe
Parc de Saint-Cloud, Paris, le 25/08/2006
Photos par Philippe ! Pour le premier jour c'était par là ! La pluie a bien fait mine de venir taquiner Paname, qui ne s'en est pas laissé compter. Certains des provinciaux... La suite

The Rakes + Lo en concert

The Rakes + Lo par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 05/04/2006
The Rakes, on est bien content de les revoir par ici. Je me souviens parfaitement qu'ils ont assuré le meilleur moment du concert - tout à fait raté par ailleurs - des très... La suite

The Rakes + Asyl par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 05/11/2005
The Rakes vainqueurs par KO après 50 minutes de combat rock Des concerts coup de poing comme celui donné par le groupe anglais The Rakes à la Coopérative de Mai, le samedi 5 novembre 2005, on en redemande ! En 50 minutes chrono et 16 titres (dont autant de tubes !), les quatre Londoniens ont littéralement mis à genoux le public, saoulé... La suite

Bloc Party + The Rakes en concert

Bloc Party + The Rakes par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 13/05/2005
Bloc Party. est la dernière étoile filante en date du rock'n'roll, celle qu'un buzz vrombissant précède, avec retours de scène enthousiastes, couv' de magazines et même pubs télé !... La suite