Accueil Chronique de concert The White Stripes + The Von Bondies
Mardi 18 février 2020 : 10793 concerts, 25924 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

The White Stripes + The Von Bondies

The White Stripes + The Von Bondies en concert

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 2 décembre 2001

Critique écrite le par

Ladies and gentlemen, please welcome on stage The Von Bondies, from Detroit ! Les White Stripes essayent de faire profiter le reste de la scène de Détroit des retombées de leur succès naissant. Après avoir enregistré dans leur grenier la compilation "The Sympathetic sounds of Detroit", ils emmènent dans leurs valises les Von Bondies, un autre groupe du Michigan. On remercie sincèrement Jack et Meg White de nous avoir permis de découvrir cet incroyable groupe !



Petit descriptif, car ils le valent bien. Tout d'abord, le sosie du tennisman Michaël Chang, Don Blum, officie à la batterie. Il cogne plutôt comme Jackie Chan sur ses fûts : je ne veux pas voir ça, il va bien réussir à crever ses peaux, ce taré ! A sa droite, Carrie Smith, une bassiste charmante et souriante, qui nous délivre des lignes de basse bien basiques avec un son garage. Au centre, , un chanteur énervé, avec une belle mèche sur le côté, qui joue de la guitare en son clair avec beaucoup de reverb. On se croirait dans les fifties, car, en plus, il chante parfois comme Elvis. Et j'ai gardé le meilleur pour la fin : Marcie Bolen, une guitariste ressemblant à un mix de Wonderwoman, pour le torchon dans les cheveux longs, et des héroïnes de Russ Meyer, pour l'attitude hautaine et dominatrice. Voilà, les présentations sont faites...

La musique des Von Bondies est une sorte de garage rock échappé des années 50 ; l'effet est particulièrement rafraîchissant car ils jouent chaque titre avec une conviction juvénile. Wonderwoman décoche des petits riffs en exécutant des chorégraphies sur ses talons hauts. Au bout de 25 minutes, le chanteur finit à genoux et commence à hurler méchamment en direction des loges. Qu'est ce qu'il veut ? Qu'on monte le son ? C'est déjà assez fort ! Ah, tu veux boire un coup ? C'est vrai qu'à force du huler comme le chanteur des Cramps... Et alors, Jack White vient abreuver tous les membres du groupe en plein milieu du morceau. Ce n'est pas vraiment une attitude de star, tu as encore beaucoup de choses à apprendre, mon petit Jack, voilà comment on doit procéder : premièrement, on bride le son de la première partie, deuxièmement, on ne leur dit pas bonjour quand on les croise, troisièmement, on ne monte jamais sur scène avec les minables qui ouvrent pour toi, il faut se faire désirer ! Au lieu de faire ce qui est prévu noir sur blanc dans la grande charte du star system, il répond positivement à l'invitation du chanteur qui lui tend sa guitare et usine immédiatement le riff dévastateur du morceau en cours avec une énergie hallucinante. Puis il enchaîne par un solo bien déjanté et se met à chanter avec ses amis. Pour conclure, le chanteur des Von Bondies se fait porter au milieu de la foule, sur les épaules d'un membre du staff. Rock ‘n' roll ! Un groupe excellent, une prestation originale et un final d'anthologie. Quel est le connard qui a déclaré que le rock ‘n' roll était mort ? Lenny Kravitz ? Bon ça va alors, on ne risque rien...

A la pause, une personne a la remarquable idée de passer l'album "Fun house" des Stooges. Tout le monde a le sourire aux lèvres, c'est le bonheur. Les roadies installent un drapeau de Détroit, Michigan. Ils sont venus de Motor City et ils arrivent à Tyre City : Clermont-Ferrand, la ville soumise au bon vouloir de la famille Michelin. Allez voir "Paroles de Bibs" au cinéma, ça vaut le détour ! (Je dis ça je dis rien... ) Le concert des The White Stripes débute par "Fell in love with a girl", du punk rock garage à base de si, la, ré, mi puis fa dièse, la, ré, mi, break sur fa dièse, la, fa dièse. OH YEAH ! Ça comment fort...



Jack est en rouge, avec une ceinture blanche, Meg porte une robe rouge et un haut blanc. Elle n'a pas de chaussures, son attitude est semblable à celle de la guitariste des Von Bondies : dédaigneuse et concentrée. On dirait Betty Page ! Meg, veux-tu m'épouser ? Les White Stripes ont refusé une offre mirobolante de Gap pour faire la pub de leurs vêtements. Ils ont l'air intègres ces deux petits ! Les Strokes n'auraient pas fait ça, eux qui ont annulé leurs dates françaises parce qu'on leur proposait plus pour tourner aux USA. Il ne suffit pas de sortir un premier album excellent, Mr Casablancas, il est important de respecter le public... Ces rebelles ont aussi enlevé de l'album "Is this it" leur très bon titre, "New York City cops", pour ne pas choquer les patriotes, quelle audace ! Bref...

Après le premier morceau, très punk, les Bandes Blanches enchaînent sans temps mort une dizaine de titres de leurs trois albums dont "Astro", "Jumble jumble" et "Cannon". Le son est puissant, ils jouent avec conviction en se regardant souvent. Jack navigue de son micro en front de scène à un autre, situé en face de la batterie. Guitare, batterie, c'est minimaliste mais génial ! Jack alterne les parties rythmiques et les solos en cliquant violemment sur une de ses trois pédales. Le son est cradingue, brut, on pense à Jon Spencer Blues Exposion. Jack White pousse sa voix dans ses derniers retranchements, il hurle, prend une voix chevrotante pour imiter ses idoles venues du blues, parle et finit parfois presque muet. Ce monsieur ne s'économise pas. Décidément, la charte du show-business, il s'en tamponne allègrement !

A la première pause, le duo est copieusement ovationné puis, 3 secondes plus tard, il repart pied au plancher. Quand ils jouent "Hotel Yorba", les gens deviennent encore plus surexcités, la version jouée ce soir est 3 fois plus puissante que sur "White blood cells". Puis, c'est "Dead leaves and the dirty ground" qui nous cloue au sol, il faut que ce groupe sorte un live, tout de suite ! Jack change de guitare et saisit un bottleneck, c'est le moment de jouer du blues garage. Il est réellement doué pour ce style et on a immédiatement envie d'acheter tous les disques de Son House, Charly Patton et Blind Willie Mc Tell.

C'est ensuite au tour de "We're going to be friends" de nous enchanter, c'est une chanson calme et délicieusement naïve. Elle rappelle immanquablement les chansons de Paul Mc Cartney, vénéré chez les White. Un grand moment, accompagné par une petite guitare rythmique et un tambourin : la simplicité a du bon (quand on est inspiré) ! Sur certains titres, Jack joue les intros sur un piano électrique, enchaîne à la guitare puis revient au piano. Les styles abordés sont multiples, le concert est donc varié, malgré le minimalisme de la formule du groupe.

Peu loquace, Jack nous déclare quand même que sa sœur et lui remercient tout le monde d'être venu. Après 45 minutes intenses, le groupe se casse, merde alors ! Je ne m'attendais pas à un concert de 3 heures mais quand même, ça fait court ! Kick out the jam, motherfuckers ! Heureusement, ils reviennent jouer un de leurs titres incomparables qui dure deux minutes. Puis, Jack laisse tomber sa guitare et prends ses jambes à son cou. 48 minutes de concert ! On aurait aimé entendre leur reprise de "One more cup of coffee" de Robert Zimmerman, savourer "I can't wait", assister à un autre morceau avec les Von Bondies, mais c'était tout de même mémorable. La preuve, tout le monde reste hébété, sonné par la déflagration infligée par ces deux groupes. S'ils en ont l'envie, les White Stripes pourraient bientôt égaler Jon Spencer et Kurt Cobain en termes de qualité des morceaux et de ventes d'albums...







Jack White : les dernières chroniques concerts

The Raconteurs en concert

The Raconteurs par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 26/05/2019
Jack White à l'Olympia en 3 actes : En 2003 avec les White Stripes, le duo des vrais-faux frère/soeur est à son summum sur disque et dépoussière clairement un rock qui... La suite

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) en concert

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 08/07/2018
Les Nuits de Fourvière ont eu droit à un grand Jack White le 8 juillet ! Venu pour présenter son dernier disque en date, l'ambitieux et un peu délicat à appréhender au début... La suite

Jack White en concert

Jack White par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 04/07/2018
Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après... La suite

Jack White - concert exclusif France Inter en concert

Jack White - concert exclusif France Inter par Samuel C
Studio 104 (Radio France) - Paris, le 29/03/2018
"Il y a 15 ans était écrit le dernier grand hymne rock" rappelle avec passion Michka Assayas, en introduction du concert de Jack White, tandis que quatre roadies au look... La suite

Von Bondies : les dernières chroniques concerts

The Von Bondies + Stuck In the Sound + Mono + Detroit7 + Lucy and The Popsonics + The Dodoz + Dead Sexy Inc (Printemps de Bourges 2009)  en concert

The Von Bondies + Stuck In the Sound + Mono + Detroit7 + Lucy and The Popsonics + The Dodoz + Dead Sexy Inc (Printemps de Bourges 2009) par Pierre Andrieu
Le 22 d'Auron, Bourges, le 22/04/2009
This is very Rock ‘n roll !!! Soirée rock de feu au 22 à l'occasion du Printemps de Bourges 2009, avec pas moins de sept furieux groupes programmés dans les deux salles... La suite

the Cramps + Von Bondies par Pirlouiiiit
Irving Plaza - New York, le 20/05/2003
Apres avoir eu toutes les difficultes a rentrer dans la salle ... c'etait Sold out et je n'avais qu'un pass photo sans ticket (et oui ici ce n'est pas pareil) Raisonnablement peu de temps après mon arrivée, je vois des jambes s'agitait derrière l'écran qui me rappelle que je viendrais voir les Fountain Of Wayne et peut être aussi Placebo... La suite

The Datsuns + D4 + The Von Bondies par Guizlamoui
La Boule Noire - Paris, le 13/09/2002
Un pur moment de bonheur. Les néo-zélandais des Datsuns ont trop bouffé d'AC/DC, mais on leur pardonne sans souci, ça fait quand même du bien de se curer les oreilles à coup de riffs rageurs et carrés comme ceux de leurs voisins d'Australie. Petite chose amusante, la tête d'affiche est passée avant une des 2 premières parties ; j'attendais les D4... La suite

White Stripes : les dernières chroniques concerts

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) en concert

Jack White (Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 08/07/2018
Les Nuits de Fourvière ont eu droit à un grand Jack White le 8 juillet ! Venu pour présenter son dernier disque en date, l'ambitieux et un peu délicat à appréhender au début... La suite

Jack White en concert

Jack White par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 04/07/2018
Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après... La suite

Jack White - concert exclusif France Inter en concert

Jack White - concert exclusif France Inter par Samuel C
Studio 104 (Radio France) - Paris, le 29/03/2018
"Il y a 15 ans était écrit le dernier grand hymne rock" rappelle avec passion Michka Assayas, en introduction du concert de Jack White, tandis que quatre roadies au look... La suite

The White Stripes (Rock en Seine 2004) en concert

The White Stripes (Rock en Seine 2004) par Pierre Andrieu
Domaine de Saint-Cloud, Paris, le 27/08/2004
Le sexe de groupe, c'est pas mal - paraît-il -, mais on ne nous enlèvera pas de la tête que rien ne dépasse une bonne séance de Rock 'n Roll à deux, quand les partenaires sont... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) en concert

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2020
Animée chaque année par les efforts de moult cadors rock 'n roll blues, la caravane du festival itinérant Les Nuits de l'Alligator passe une nouvelle fois par La Coopé en ce... La suite

Ho99o9 + 404 en concert

Ho99o9 + 404 par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 09/02/2020
Dimanche soir, 20 heures 30, c'est l'heure de la branlée punk hip hop metal à La Coopé en compagnie de deux groupes de tarés en totale liberté : en tête d'affiche, les déjà... La suite

Interview de Bertrand Belin à propos de l'album Persona et de ses collaborations avec les Liminanas et L'Epée en concert

Interview de Bertrand Belin à propos de l'album Persona et de ses collaborations avec les Liminanas et L'Epée par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 17/02/2020
Ça fait un moment que les chansons de Bertrand Belin nous accompagnent, qu'on les sifflotent en conduisant sur des routes de campagne ou les autoroutes, qu'on les décortiquent... La suite

La Rue Ketanou en concert

La Rue Ketanou par Didlou
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 04/02/2020
Encore une date à ne pas rater à la Coopérative de mai : ce mardi 4 février 2020, La Rue Ketanou nous a donné rendez-vous ! Le concert est complet depuis déjà pas mal de mois,... La suite