Accueil Chronique de concert Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018)
Mardi 23 octobre 2018 : 13840 concerts, 25212 chroniques de concert, 5230 critiques d'album.

Chronique de Concert

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018)

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018) en concert

Presqu'île du Gaou- Six-Fours-les-plages 7 juillet 2018

Critique écrite le par



Le Pointu Festival est en train de devenir un de ces festivals d'été réellement incontournables qui contraste avec les grosses machines habituelles aux programmations interchangeables et souvent sans réelle identité. Situé sur le magnifique site de la presqu'ile du Gaou à Six-Fours-les-Plages, il propose (gratuitement !) une affiche éclectique et exigeante (pour ne pas dire pointue) en matière d'Indie Rock au sens large et s'étale sur deux jours. Il y a une scène unique, ce qui permet au festivalier de ne pas trop s'éparpiller. Après avoir assisté la veille aux très bonnes performances de groupes aussi différents que Suuns, Sleaford Mods et Godspeed You Black Emperor (pour retenir les plus marquants), on entame ce deuxième jour pour un programme tout aussi alléchant. L'affluence est aussi importante que le premier soir, plus de 6000 personnes. Mais le site du festival est suffisamment grand pour que l'on ne se sente pas les uns sur les autres.



Deap Vally

C'est un duo féminin, Deap Vally, qui ouvre le bal par une chaleur encore torride. Ces deux jeunes Californiennes, dont l'une assure le chant et la guitare et l'autre la batterie, se sont faites remarquer en jouant, entre autres, avec Queens of the Stone Age ou dans de gros festivals comme Glastonbury. Les demoiselles ne font pas dans la dentelle : Deap Vally livre un rock garage aux accents stoner, avec des riffs de guitares bien gras, parfois empruntés à AC/DC.



Le son est énorme. La chanteuse braille telle une Joan Jett juvénile tandis que sa comparse batteuse assure une rythmique puissante et plombée. Ces deux jeunes femmes font beaucoup du bruit, les chansons sont bien torchées et leur musique est excitante et sexy, jamais lourdingue. Elles jouent avec un aplomb qui en impose véritablement. Deap Vally a tout pour devenir un combo de premier plan. La preuve, le public acquiesce largement et en redemande.



The Soft Moon

On enchaine avec une toute autre ambiance avec The Soft Moon qui débute son set bien avant la tombée de la nuit. Ce projet mené par Luis Vasquez, Californien d'origine cubaine, réactualise une musique post punk et cold wave d'une manière très personnelle. Il est accompagné ce soir de deux musiciens : un bassiste qui délaisse de temps à autres son instrument pour un synthé et un batteur percussionniste qui joue sur une batterie électronique. Le premier titre, qui commence très fort, est un instrumental principalement constitué de rythmes tribaux. Luis Vasquez cogne comme un sourd sur un bidon. Ce titre renvoie à la fois à ses racines latines mais aussi aux sonorités industrielles dont la musique de The Soft Moon est très imprégnée. La musique du groupe, très marquée aussi à la base par les sonorités électroniques, est désormais plus organique.



Vasquez chante d'une voix à la fois rugueuse et éthérée qui évoque un peu celle de Trent Reznor de Nine Inch Nails. Il joue de la guitare sur presque tous les titres et les synthétiseurs sont moins présents comme en témoigne son très recommandé dernier album, Criminal. Le son et les climats sombres et désolés des chansons, et une certaine violence latente, ne sont pas sans rappeler le Pornography de Cure. Luis Vasquez et ses acolytes bougent dans tous les sens, leur prestation est fiévreuse et habitée. L'accueil est plutôt bon et les amateurs du genre, vêtus comme il se doit de noir et qui gigotent devant la scène, sont ravis.



Fidlar

Fidlar est un groupe de garage punk californien imprégné de culture skate dans l'esprit de groupes comme Bad Religion ou NOFX, mais en plus pop. Les chansons ne sont pas mauvaises, et certaines, sympathiques, font penser un peu à celles des Buzzcocks. Le quatuor est déchainé et ne se ménage pas mais la musique de Fidlar sent un peu le réchauffé et sonne déjà trop entendue pour que l'on adhère vraiment. Bref, on s'ennuie assez vite.



Thee Oh Sees

Viennent un peu après leurs compatriotes de Thee Oh Sees qui ne vont pas usurper ce soir leur réputation qui veut qu'ils soient l'un des meilleurs groupes de scène actuellement. Depuis une bonne dizaine d'années et fort d'une discographie de plus d'une quinzaine d'albums (on ne sait plus trop), ce groupe mené par l'hyperactif chanteur guitariste John Dwyer a su constamment se renouveler dans un registre "garage psyché punk" et fait désormais autorité dans le genre. Le line-up est constitué en plus de son leader de deux batteurs et d'un bassiste. Le quatuor commence tout de suite très fort par un titre à la rythmique implacable (difficile d'identifier en concert les titres des Oh Sees tant leur répertoire est dense et leur discographie pléthorique). Les deux batteurs martèlent leurs instruments, jouent quasiment à l'identique les mêmes plans, au roulement près, ce qui rajoute en puissance. C'est une véritable débauche d'énergie et de saturation garage qui cloue tout le monde sur place. Mais la musique des Oh Sees, en dépit d'un chaos apparent, est extrêmement maîtrisée et bien en place. John Dwyer, qui porte toujours sa guitare très haut, se démène comme une dingue, il hulule comme un dément plus qu'il ne chante et semble agir ici comme un chef d'orchestre qui donne aux autres la direction à suivre.



La musique des Oh Sees s'est éloigné d'un "garage psyché" pur et dur pour évoluer vers une sorte de krautrock dans la lignée de Neu! (John D. est un fan avoué de ce groupe), surtout pour les rythmes "motorik". Le guitariste-chanteur peut s'appuyer sur cette section rythmique sur laquelle il fait hurler sa guitare noyée sous de multiples effets ; il part de temps en temps dans des solos bien acides. Les chansons s'étirent souvent et certaines parties semblent improvisées mais on ne s'ennuie jamais tant le groupe ne relâche jamais l'intensité et la puissance de son jeu. Dwyer ponctue ses titres de "mercis" polis et au bout d'une bonne heure, le set se termine, on redescend doucement, vivement impressionné par cette débauche d'électricité.



Carpenter Brut

Carpenter Brut, programmé en fin de soirée, est très attendu. Beaucoup de personnes de l'assistance sont aussi venues, semble-t-il, pour ce combo, mené par Frank.B Carpenter, un musicien venu de la scène Metal et dont la musique va fortement trancher avec l'affiche très rock de ce soir. Carpenter Brut propose donc une "synthwave" très marquée par les années 80 et les musiques de film de John Carpenter (comme le nom du groupe l'indique, donc) ou même Giorgio Moroder. Le groupe est un trio composé d'un guitariste, d'un batteur et d'un musicien au synthétiseurs (que je suppose être Frank B.Carpenter). Le synthétiseur est évidemment très présent dans la pure tradition 80's. Le son et énorme et puissant, sans doute l'héritage Metal des musiciens. La musique de Carpenter Brut est une machine à danser electro rock très efficace qui n'est pas sans rappeler par certains côtés Justice. On sent que ces gens sont aussi très imprégnés de culture "geek" : jeux vidéo, films d'horreur et tutti quanti.



Il y a quand même malgré tout certaines fautes de goût, comme cette reprise pas très heureuse du tube des 80's, "Maniac" (titre de la B.O du film "Flashdance", déjà bien pénible à la base) et le groupe abuse de ces sonorités et ces parties pompeuses de synthétiseurs qui peuvent rappeler celles que l'on pouvait entendre chez les effrayants Europe (oui, the Final Countdown). N'adhérant pas vraiment à cette démarche et à cette orgie sonore, je ne me suis pas longtemps attardé mais le public a, semble-t-il, massivement adhéré. En tout cas Carpenter Brut est en train de bel et bien cartonner, et bien au delà de la sphère des amateurs du genre, le groupe aurait reçu un accueil très enthousiaste lors du dernier Hellfest.

Cette session 2018 a donc été aussi réussie que la précédente. Cela aurait été dommage de louper une telle affiche et dans de telles conditions. Entre la gratuité, la beauté du site et la qualité de la programmation, le Pointu Festival a bel et bien confirmé son statut de festival qui compte véritablement.

Photos : Cédric Oberlin www.instagram.com/cedoberlin


Pointu Festival : les dernières chroniques concerts

Pointu Festival 2017 :  Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters en concert

Pointu Festival 2017 : Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters par Phil2guy
Six-Fours-Les-Plages, Presqu'île du Gaou, le 08/07/2017
C'est la deuxième édition du Pointu Festival qui a lieu pendant deux jours sur le magnifique site de la presqu'île du Gaou à Six Fours-les Plages. L'affiche est réellement... La suite

Goat + Camp Claude + The Social Network (Pointu Festival) en concert

Goat + Camp Claude + The Social Network (Pointu Festival) par Sami
Presqu'ile du Gaou, Six Fours Les Plages, le 19/06/2016
Avant de possibles escapades à Rockorama et au Midi Festival, tous deux proposant encore une fois des programmations une nouvelle fois défricheuses, c'est à Six Four Les Plages que... La suite

Carpenter Brut : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

(mon) Hellfest 2018, 3-3 : Orden Ogan, The Good the Bad & the Zugly, The Lords of Altamont, L7, Tombs, Nebula, Les Sheriff, Arch Enemy, Megadeth, Baroness, Alice in Chains, Iron Maiden, Amenra, Carpenter Brut en concert

(mon) Hellfest 2018, 3-3 : Orden Ogan, The Good the Bad & the Zugly, The Lords of Altamont, L7, Tombs, Nebula, Les Sheriff, Arch Enemy, Megadeth, Baroness, Alice in Chains, Iron Maiden, Amenra, Carpenter Brut par Philippe
Hellfest, Clisson, le 03/07/2018
Troisième jour de festival après une nuit un peu courte, la fatigue commence quand même à se faire sentir (et nos chaussures, aussi...), dans ce "Vietnam pour quadras émasculés"... La suite

Fidlar : les dernières chroniques concerts

Fidlar en concert

Fidlar par Pierre Andrieu
Le Trabendo, Paris, le 16/06/2015
Belle séance de pogo / stage diving / slam / jets de gobelets sur les musiciens au concert 100% punk rock garage débraillé des Californiens de Fidlar au Trabendo, complet... La suite

The Soft Moon : les dernières chroniques concerts

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) en concert

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 21/09/2018
Encore un week-end bien rempli à Angers pour le festival Levitation France, déclinaison française du rassemblement organisé à Austin par les Black Angels et leurs potes... Les... La suite

The Soft Moon, The Liminanas, Amber Arcades, Jojo Beam, One Sentence Supervisor (Festival Minuit Avant La Nuit 2018) en concert

The Soft Moon, The Liminanas, Amber Arcades, Jojo Beam, One Sentence Supervisor (Festival Minuit Avant La Nuit 2018) par Dissy
Parc Saint-Pierre - Amiens, le 22/06/2018
"Minuit avant la nuit", un bien joli nom pour ce tout nouveau festival qu'on qualifierait de "pointu mais pas que", à Amiens. Quand on a découvert quelques semaines auparavant... La suite

The Soft Moon + Jessica93 en concert

The Soft Moon + Jessica93 par Ylxao
L'Épicerie Moderne (Feyzin), le 16/03/2018
Ce vendredi soir à l'Epicerie Moderne il y avait un rendez-vous à ne pas manquer : une soirée post-punk teintée de shoegaze avec The soft Moon et... La suite

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) en concert

Thee Oh Sees, Sun Kil Moon, Thurston Moore, Mikal Cronin, Interpol, Giant Sand, Foxygen, Swans, Sleaford Mods, Unknown Mortal Orchestra, The Soft Moon, Viet Cong, Bad Breeding, Weedeater, Torche (This Is Not A Love Song Festival 2015) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 31/05/2015
Après une édition 2014 de rêve, il fallait absolument revenir au This Is Not A Love Song Festival, dont la troisième édition se tenait fin mai à Paloma, à Nîmes, pour... La suite

Thee Oh Sees : les dernières chroniques concerts

Interview de John Dwyer (des groupes OCS, Oh Sees et Thee Oh Sees) pour la sortie de l'abum <i>Memory Of A Cut Off Head</i> en concert

Interview de John Dwyer (des groupes OCS, Oh Sees et Thee Oh Sees) pour la sortie de l'abum Memory Of A Cut Off Head par Pierre Andrieu
Los Angeles, le 13/01/2018
Cela fait pas mal de temps qu'on voulait faire une interview de John Dwyer, le leader de Thee Oh Sees, Oh Sees, OCS, Damaged Bug et Coachwhips (entre autres), mais malgré nos... La suite

PJ Harvey, Thee Oh Sees, Foxygen, Idles, Car Seat Headrest, Froth (La Route du Rock Collection Eté 2017) en concert

PJ Harvey, Thee Oh Sees, Foxygen, Idles, Car Seat Headrest, Froth (La Route du Rock Collection Eté 2017) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 18/08/2017
Après une très bonne mise en en bouche la veille avec les excitants sets d'Andy Shauf et Allah-Las à la Nouvelle Vague de Saint-Malo pour la soirée d'ouverture de La Route du... La suite

Thee Oh Sees (This Is Not A Love Song Festival 2017) en concert

Thee Oh Sees (This Is Not A Love Song Festival 2017) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 10/06/2017
C'est devenu une très bonne habitude, lors d'un festival comme This Is Not A Love Song offrant une programmation énormissime et foisonnante (rien que pour la journée du 10... La suite

Presqu'île du Gaou- Six-Fours-les-plages : les dernières chroniques concerts

Pointu Festival 2017 :  Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters en concert

Pointu Festival 2017 : Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters par Phil2guy
Six-Fours-Les-Plages, Presqu'île du Gaou, le 08/07/2017
C'est la deuxième édition du Pointu Festival qui a lieu pendant deux jours sur le magnifique site de la presqu'île du Gaou à Six Fours-les Plages. L'affiche est réellement... La suite

Massive Attack + James Vincent Mc Morrow + Alifib (Les Voix Du Gaou 2014) en concert

Massive Attack + James Vincent Mc Morrow + Alifib (Les Voix Du Gaou 2014) par Julienk
Voix du Gaou, le 23/07/2014
Le festival Les Voix du Gaou se déroule dans un lieu magique, perché sur une butte. Au bord de l'eau, sous des pins, une immense scène dans un cadre surréaliste. Le soleil nous... La suite

Fauve + Woodkid (Voix du Gaou) en concert

Fauve + Woodkid (Voix du Gaou) par Calie Coto
Six Fours les Plages, le 16/07/2014
Voilà, l'heure a bientôt sonné. La fosse commence à se remplir, les mots se perdent dans le vent, le soleil diffuse ses derniers rayons, le ciel s'embrase et se fond sur le bleu... La suite

Entretien avec le groupe Fauve à l'occasion du festival Les Voix du Gaou en concert

Entretien avec le groupe Fauve à l'occasion du festival Les Voix du Gaou par Caroline CAMPO
Six Fours les Plages, le 16/07/2014
" Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait " MarK Twain Imaginez une plage posée délicatement dans un écrin de verdure, bercée par le chant des... La suite