Accueil Chronique de concert Cannibale + Thee Watched Voyeurs
Jeudi 15 novembre 2018 : 12603 concerts, 25245 chroniques de concert, 5234 critiques d'album.

Chronique de Concert

Cannibale + Thee Watched Voyeurs

Cannibale + Thee Watched Voyeurs en concert

Baraka - Clermont-Ferrand 31 mai 2018

Critique écrite le par

On ne voulait pas manquer cette dernière date au Baraka, qui clôt sa saison d'une bien belle manière, avec Thee Watched Voyeurs et Cannibale, dans une atmosphère moite et caliente en accord avec la météo actuelle, la rendant miraculeusement beaucoup plus agréable. Nous voilà donc bien motivés, avant de prendre la route le lendemain pour l'immanquable rendez-vous de l'année à Tinals, qui lancera la saison des festivals.

Arrivée juste à temps pour le début de la première partie des Thee Watched Voyeurs, un trio clermontois qui envoie efficacement des titres de rock garage vintage à base de voix perçante, de guitares fuzzy sixties, rythmés par des lignes de basses appliquées et une batterie incisive. Les commentaires ironiques du chanteur, sur le fait qu'il n'y ait pas foule, n'ont pas franchement réussi à réchauffer l'ambiance, la quinzaine de personnes disséminée aux quatre coins de l'établissement restent camper sur leur position. Malgré ça, le set d'une grosse demi-heure nous offre une introduction énergique et réjouissante, avec cerise sur le gâteau, un son très bien arrangé!



Hey, tu te souviens de la pub Tahiti douche ?! Des corps nus ondulant sous la pluie au milieu de la jungle tropicale? Oublie le savon, parce que là on s'en fout un peu hein, on est pas chez ta mère à mater les pubs entre deux épisodes des Feux de l'Amour. Remplace-le par une bonne dose de rock garage exotique, ambiance ondée psyché torride garantie: C'est un peu ça, l'effet Cannibale !

Ça commence avec "No Mercy For Love", premier titre de leur tout aussi premier album du même nom, sorti chez Born Bad Records l'année dernière, et le public curieux, un peu plus nombreux à présent (une bonne trentaine, wow !), s'avance vers la scène, tout en laissant la distance de timidité habituelle, ou plutôt de sécurité ce soir, qui sait, avec un nom de groupe pareil, on se méfie un peu.

Fait intéressant, le parti pris des rythmes "tropicaux" ne se cantonne pas à nous faire voyager dans un seul pays, mais prends des influences assez diverses : quand "Mama", blindé de fuzz, ou "Speck of Dust", plus épuré, nous emmènent en Amérique latine avec leurs notes cumbia assurées au clavier, "Diabolik Prank" nous fait survoler l'Atlantique, vers de lointaines contrées africaines pour donner un style plus tribal, à touches funky, très dansantes, et au rythme endiablé de la caisse martelée par le second guitariste, renforçant l'aspect pulsatile.

Bon, ça ne danse pas beaucoup ce soir, le public est timide, mais dans l'esprit, c'est ça. Il est d'ailleurs tellement attentif et calme, qu'on a peut-être connu le moment "accordage" le plus silencieux pour un groupe rock, où l'on aurait presque entendu une mouche voler, si celle-ci n'avait pas foncé prématurément vers un projecteur pour une trépas brûlant... On préfère pourtant ça au bavardage intempestif subi lors du précédent live avec Volage. Le public clermontois est à l'instar de sa météo, il peut passer d'un extrême à l'autre sans prévenir. L'ambiance est toutefois détendue, la complicité entre les protagonistes étant perceptible; et le chanteur, avec son smile communicatif à te rembarrer une dépression, et à force de persévérance, réussira à rapprocher les plus téméraires vers le chaudron scénique.

On continue alors avec "Three Minute God", ce petit bijou nous propulse quant à lui dans un faille spatio-temporelle pour toucher les 60's dans un style brit yéyé assumé, avec un bonne dose de garage psyché. Un son toujours agréablement bien réglé nous fera aussi particulièrement apprécier la ligne de basse sensuelle d'"Hidden Wealth" et une très belle voix mise en valeur sur "Rythm of Fire", deux titres fiévreux et ensorcelants. On finit sur un Carribean Dream qui donne une nouvelle occasion de se trémousser au son groove reggae du clavier.

Cannibale impressionne par sa capacité à manier les genres avec habileté et originalité pour donner un contenu terriblement intéressant et propose plus d'une heure de live ardent et chatoyant. Qu'on prendra plaisir à revoir !


Cannibale : les dernières chroniques concerts

Moon Gogo + Cannibale + Tshegue + Girls in Hawaii + DBFC + the Liminanas (Festival Yeah !)  en concert

Moon Gogo + Cannibale + Tshegue + Girls in Hawaii + DBFC + the Liminanas (Festival Yeah !) par pirlouiiiit
Chateau de Lourmarin, le 01/06/2018
Voici 2 mois que le festival est passé et il n'y avait toujours aucun retour sur Concertandco ... louche non ? Du coup je vais y consacrer une partie de ma première journée de... La suite

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) en concert

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) par Pierre Andrieu
Le Nadir, Bourges, le 20/04/2017
Grosse soirée au Nadir dans le cadre du Printemps de Bourges (en coproduction avec l'asso Emmetrop) pour célébrer les 10 ans du label Born Bad Records, avec par ordre... La suite

Frustration + Le Villejuif Underground + Cannibale en concert

Frustration + Le Villejuif Underground + Cannibale par Jérémy Guézennec
L'Antipode, Rennes, le 08/04/2017
Tête d'affiche cette soirée Born Bad présentant également Cannibale et Le Villejuif Underground, Frustration fait partie intégrante de ce monde où l'ouverture rencontre la... La suite

Tess Parks, Cannibale, You Said Strange, The Dandy Warhols (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) en concert

Tess Parks, Cannibale, You Said Strange, The Dandy Warhols (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) par Paskal Larsen
La Cigale, Paris, le 05/03/2017
Une petite convention de disques (hors festival) Paris Loves Vinyl le matin à l'Espace Reuilly, histoire de dépenser un peu d'argent (investi dans une édition vinyle originale... La suite

Baraka - Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Johnny Mafia + Brain Zero en concert

Johnny Mafia + Brain Zero par Dissy
Le Baraka, Clermont-Ferrand, le 10/11/2018
Un concert garage au Baraka, ça faisait un petit moment qu'on avait pas vu ça, la programmation étant plutôt tournée sur la pop electro ces derniers temps. Alors quand un des... La suite

C.A.R. + RROBIN en concert

C.A.R. + RROBIN par Dissy
Baraka - Clermont-Ferrand, le 08/09/2018
Oubliez cartable, mauvaises notes et chamailleries entre camarades de classes ; oubliez les nouveaux objectifs corporate et disruptifs de votre start-up; oubliez ce moment où on... La suite

Volage en concert

Volage par Dissy
Baraka - Clermont-Ferrand, le 13/04/2018
"Tu fais quoi ce soir ?" "Je vais papillonner au Baraka..." "Ah bon, c'est soirée Tinder ?" "Euuuhh non ! Y'a Volage en concert !" Un nom de groupe qui offre des promesses de... La suite

Jo Wedin & Jean Felzine en concert

Jo Wedin & Jean Felzine par Dissy
Le Baraka, Clermont-Ferrand, le 03/03/2018
Après le mouvement interplanétaire #balancetonporc, et le non moins renommé local #balancetonsexe avec le passage de Rocco Siffredi dans notre chère ville il y a 3 semaines, on... La suite