Accueil Chronique de concert Toko
Dimanche 23 février 2020 : 10605 concerts, 25928 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Toko

Le Reveil - Marseille 13 fevrier 2004

Critique écrite le par

Le Réveil, c'est quelques grammes de finesse implantés au milieu d'un monde de brutes. Car il est vrai que lorsqu'on se ballade rue d'Aubagne, en épiant tel un paranoïaque le moindre mouvement des passants, on a du mal à s'imaginer qu'au milieu de ce quartier plutôt "Hardcore" voire glauque, on peut trouver des salles de concerts aussi sympathiques qu'intimistes.



Ce soir, le Réveil accueillait le groupe Toko, une formation de jazz-manouche très inspirée Django Reinhardt et composée de quatre musicos plutôt balèzes, à savoir : aux guitares Lionnel Buzac (également, guitariste-chanteur-compositeur au sein du groupe Soma, chroniques de disque ici et de concert ) et Xavier Fernandès, Alexandre Taveau à la contre-basse et Patricia Chaylade au violon.



Le concert débute presque à l'heure dans une salle au tiers vide et dans une ambiance plutôt feutrée avec un petit medley de standards interprété par les deux guitaristes. Cette intro ne suffit pas à faire monter la pression et il faudra attendre les 3-4èmes morceaux pour que l'ambiance se réchauffe réellement. En fait, à mesure que les musiciens faisaient la démonstration de leur grande maîtrise technique, les spectateurs se mettaient à l'aise et commençaient à pousser des petits (et des gros) "Yes, Hi!!!", "Yeeeeaaaaahhhhhhh !!!!" et autres "Youhou" et "Yi-ha !".



Les musiciens enchaînent les morceaux techniques, alternant les reprises du maître Django et les compositions originiales. Ainsi se succèdent les classiques comme Douce Ambiance ou bien Stomping at Decca avec les créations aux titres souvent absurdes et grinçants à savoir Canicule (écrite l'été dernier...), Le déménagement (écrite lors du déménagement forcé d'Alexandre pour Paris : "Ohhhh !!!!"), La valche folle (et il n'y a pas de faute de frappe), La bourlingue, Les yeux rouges et les poumons qui saignent. Sur deux de ces compos, Xavier troque sa guitare pendant un temps contre une derbuka et les sonorités se font tout de suite plus arabisantes, les rythmes plus entraînants et plus marqués (en même temps, c'est logique, vu que le reste du temps, il n'y a pas de percu...). C'est à se demander si la formation ne devrait recruter un percussionniste pour donner encore plus d'ampleur à sa musique déjà totalement enivrante.



Mais le morceau certainement le plus ambitieux, le plus aboutit, le plus inspiré et le plus "tousketuveu" (mon préféré en gros) est celui qui porte leur nom : Toko. Ce morceau est à la fois très original et en même temps dans la lignée de la musique tsigane, un peu bolchévisante, avec une boucle entraînante qui revient encore et encore à un tempo de plus en plus démoniaque. Ca fait un peu penser à du kazatchok, mais en moins kitsch. Lors de la première exécution de ce morceau, le public, de plus en plus nombreux, est définitivement conquis et lors de la seconde (à la toute fin du second set),c'est carrément de la pure folie.



En tout, Toko réalise un premier set d'une petite heure, s'accorde une petite pause pour souffler un peu et surtout pour "re-régler les cagettes qui leur servent de guitare" (dixit Lionnel) et ils reviennent pour un second set d'une heure, plus chaud, plus speed, avec un public plus en jambe. Bref, le concert se termine dans une folie ambiante absolument géniale, le groupe rejoue des morceaux joués un peu plus tôt car les musiciens ont fait le tour de leur répertoire commun. Mais les gens en demandent toujours plus alors les musiciens s'exécutent, Xavier finira même le concert avec cinq cordes et ce, sur deux ou trois morceaux. Quand les musiciens quittent la scène, le public râle un petit moment car on aurait bien repris encore un petit coup de Toko, mais on sent les musiciens ravis de ménager un peu leurs doigts qui sont à se moment précis littéralement en feu.



Il ne serait pas très sympa de finir cette chronique sans parler de Patricia Chaylade la violoniste qui en jouant pratiquement tous les morceaux en improvisation, parvient à donner une ampleur exceptionnelle à cette formation. Son touché et son feeling font d'elle une musicienne hors pair, d'autant plus touchante qu'elle semble d'une grande timidité. Pas étonnant que Miossec ait fait appel à elle pour l'accompagner.



En conclusion, le Réveil, une salle à découvrir, très chaleureuse (avec des cahouètes gratos !!!), et Toko, un groupe à découvrir et redécouvrir encore et encore.

photos de Manoune & Dazuntski & Pirlouiiiit

 Critique écrite le 14 février 2004 par Ed Dazuntski


Toko : les dernières chroniques concerts

Toko en concert

Toko par Pirlouiiiit
Machine à Coudre - Marseille, le 21/10/2005
Apres une semaine assez éprouvant physiquement (on n'a pas idée de vouloir courir le Marseille Cassis tous les 7 ans) et coté boulot, j'ai revu mes ambitions a la baisse et... La suite

Toko par Edd Dazuntski
Balthazar - Marseille, le 11/11/2004
C'est les mains rougies que je commence cette chronique. En effet, j'ai passé presque deux bonnes heures à taper des mains, en rythme (et parfois moins), à taper des pieds et à crier pour encourager mon groupe désormais fétiche alias Toko et son swing manouche envoûtant. Cela fait trois fois que je les vois se produire (et se défoncer) sur... La suite

Toko par Edd Dazuntski
Machine à Coudre, Marseille, le 08/05/2004
Comment ça ? ... Ce soir, Toko investit la Machine à Coudre ?!? OK... Je vais encore me faire mal au cœur, je vais en prendre plein la tête, plein les oreilles, plein les yeux. Je vais applaudir, taper du pied, crier, faire des "Yiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiaaaaaaaaah" et autres "Yiba, Yiba". En fait, je vais triper mais quand je dis que je vais me... La suite

Le Reveil - Marseille : les dernières chroniques concerts

Leda Atomica Musique + El Kabaré en concert

Leda Atomica Musique + El Kabaré par Philippe
Le Réveil, Marseille, le 23/01/2004
Leda Atomica Musique (cabaret déjanté) La troupe Leda Atomica Musique hante paraît-il les petites salles de café-concert et les théatres de Marseille depuis bien longtemps (Le... La suite

Drôles de Drames par Duarte
Réveil - Marseille, le 26/10/2002
L'atmosphère cabaret du Réveil se prêtait très bien hier soir au groupe Drôles de drames. Faire de la chanson de façon originale est un exercice difficile mais hier soir j'ai pourtant passé une super soirée. C'est assez difficile de pouvoir cataloguer ce groupe tant leurs influences sur scène sont nombreuses : Jazz, blues, fado, valse, java,... La suite

Farouche Zoé + Opossum par Damo
Réveil - Marseille, le 23/02/2002
Bon je suis arrivé pour la deuxième moitié de Farouche Zoé .... Alors Farouche Zoé est un groupe... voilà passons à Opossum. Le Réveil est petit (par rapport à l'Incassable Celluloid qu'il a remplacé) mais le cadre est beaucoup plus sympa qu'avant.... mais bon la taille de la salle ne les a pas empêché de nous gratifier d'un concert... La suite

polyéthylène + n Twin par skyzo girl
le Réveil - Marseille, le 05/03/2005
Début de la soirée avec Polyéthylène quatuor pop marseillais, en forme ce soir là. Nous n'allons pas passer sous silence leur grosse influence pop belge (Venus, Girls in Hawaï, Deus, Austin lace et espérons peut-être un jour Soulwax , Monguito...). Un chanteur qui déguste ses chansons, avec un gros moment d'émotion pour "without me". Sa voix... La suite