Accueil Chronique de concert Venin / Night Demon / Diamond Head (South Trooper Fest)
Mercredi 19 décembre 2018 : 10706 concerts, 25307 chroniques de concert, 5237 critiques d'album.

Chronique de Concert

Venin / Night Demon / Diamond Head (South Trooper Fest)

Venin / Night Demon / Diamond Head (South Trooper Fest) en concert

Jas Rod, Marseille 21 septebre 2018

Critique écrite le par


The Kings of Metal come to town !

Un festival " Trve " à Marseille, qui l'eut cru ?
Deux jours de retour vers le futur au Jas Rod. Veste à patch élimée ou flambant neuve, sort tes habits du dimanche et viens chanter. La Tournée des Idoles passe par chez toi ! Venin, Night Demon et Diamond Head.

Avant que la mode du revival metal 80's ne prenne cette ampleur, pour voir se genre de concert, fallait rouler jusqu'en Belgique ou en Allemagne. C'était long, souvent drôle, généralement alcoolisé mais une vraie roulette russe quand à la qualité des concerts des vieilles gloires plus ou moins obscures programmées.

Mais l'histoire n'étant qu'éternel recommencement de cycle, le 80's revenant au goût du jour, l'effet de mode (une mode de niche, on est d'accord...) est arrivée jusque dans notre cher Sud pour un South Trooper Fest organisé par des passionnés pour des passionnés.

Levons le mystère dès à présent, la soirée du samedi fut une sacrée claque dans la gueule.

La même claque que lorsque j'étais monté complètement à l'aventure à Lyon voir LA Guns, sans attente particulière, voire même avec un peu de mauvais esprit, et que j'en étais ressorti en ayant ravalé mon ironie, assommé par le show, des étoiles plein les yeux, heureux d'avoir assisté à un concert exceptionnel.

Ben c'était pareil hier soir.
Une soirée rondement menée, montant en puissance groupe après groupe.
Peux rien dire du groupe d'ouverture, suis arrivée à la fin. Je sais même pas si c'était The Warm Lair ou Sentinhell qui ouvrait. Désolé pour eux.

Pour moi les choses sérieuses ont donc commencé par Venin. Jamais j'aurai pensé voir nos petits Marseillais en concert  un jour ! Avec leur deux titres sur une vieille K7, Venin faisait partie de l'histoire locale passé.
Mais la magie du revival est là, Venin est de retour depuis quelques mois maintenant, et fait résonner son Heavy Metal de tradition sur les diverses scènes hexagonale.
La formation fait vraiment plaisir à voir, l'énergie est bien là et la qualité technique également. Seule curiosité, Fabienne, la bassiste d'origine donne à voir une présence scénique légèrement décalée par rapport à ses petits camarades, plus statique et effectuant des petits mouvements d'épaules un peu comme si elle jouait de la pop. Amusant mais déséquilibrant un peu l'aspect visuel de la prestation. Mais en rien l'énergie du groupe.
Quelle joie de voir les musiciens prendre autant de plaisir à jouer anciens et nouveaux titres. Ça dépote sévère, Trafiquant de rock, la Morsure du temps, Guet-apens, L'Instant...seul Souviens Toi était un peu dispensable mais ne boudons pas notre plaisir. Boule qui porte son surnom à merveille, sorte de Kerry King tatoué de la tête au pieds à la lanière de guitare en véritable serpent des Carpates, décoche des solos au taquet et Jean Marc n'a rien perdu de sa voix et de sa présence. Un concert d'une heure qui passe aussi vite et aussi bien qu'un kebab un soir de beuverie.

Night Demon est attendu par l'assistance du soir. Le jeune groupe n'en est pas à son premier concert dans le coin et fait l'unanimité à chaque passage. Leur énergie sur scène est phénoménale de la première minute à la dernière, et on se demande bien à quoi peut carburer le trio. Le groupe ne fait pas mentir sa réputation et ne failli pas ce soir, bien qu'il ne soit pas aidé par un ingé son sourd ou sous anesthésiant. Il faut en effet attendre plus de 25 minutes pour enfin entendre la voix du bassiste chanteur déchaîné, qui prouve d'ailleurs ses qualités de chanteur sur le In Trance, de Scorpions. Le son dans son ensemble est brouillon et sourd, et une fois la voix rétablie, c'est la guitare qu'on entend plus, la voix étant trop forte ! Night Demon n'a pas inventé le Heavy Metal, mais il le joue avec une telle ferveur et un tel enthousiasme qu'il est impossible d'y rester insensible. Les riff ramènent directement aux Metallica des débuts et à toute la scène Anglaise des 80's. Et on se demande bien comment Diamond Head va pouvoir passer derrière une telle débauche d'énergie.

Et bien la réponse est simple, et est arrivée d'elle même. Diamond Head, lui, à inventé le Heavy Metal. Et éclabousse de sa classe cette première édition du STF. Tatler a beau être le dernier survivant du groupe originel, être sec comme une biscotte prête à craquer, il en est l'âme. Il distille ses solos, parfois avec parcimonie mais toujours avec justesse, feeling, dextérité mais les cavalcades guitaresques ne lui font pas peur non plus (quelle version de In The Heat Of The Night !).
Et que dire du chanteur, qui ressemble de premier abord à un candidat pour The Voice, mais qui va tenir dans sa main le public et faire montre d'une maîtrise vocale phénoménale, rendant plus qu'hommage aux titres les plus anciens du combo. Le mimétisme vocal est parfois même assez saisissant avec son glorieux prédécesseur. J'ai complètement craqué sur la version de Sweet and Innocent. Là, je me suis dit, putain quel chanteur, quel guitariste, quel groupe, quel concert ! Non, Diamond Head ce n'est pas que de la nostalgie,encore moins un groupe de seconde zone. Diamond Head c'est la classe et même si leur Hard Rock léché aux relents parfois prog ne les emmènera plus vers la gloire et qu'il resteront un groupe malheureusement culte, les voir en concert vous propulse dans les étoiles !

Il fallait voir l'ensemble des bénévoles de l'organisation headbangant comme des damnés pendant leur show, heureux comme des minots devant des cadeaux de Noël, il fallait voir les membres de Night Demon filmer leur concert avec leur portable comme des ados, il fallait voir ce public, jeunes et moins jeunes chanter en choeur nouveaux et anciens titres, il fallait voir ce gars sortie du public ramper sur scènes et redescendre aussi sec sous le regard amusé d'Andersen.

Il fallait être là, quoi. Bien dommage d'ailleurs que pour une telle soirée il y ait eu autant d'absent dans le public, sans mot d'excuse valable. Heureusement, quelques valeureux venus de contrées exotique comme Dijon avaient fait le déplacement. Mais le parking du Jas sonnait bien creux tout de même.

Je ne sais ce qu'il en fut pour la soirée du samedi, mes obligations professionnelles m'interdisant d'assister à la prestation de Satan, mais j'espère, pour l'ensemble du public et l'investissement des organisateurs que la nuit fut aussi belle que celle du vendredi.

Keep it true, baby !

> Réponse le 26 septembre 2018, par Bertignal

La deuxième journée, pour ce que j'en ai pu voir (Titan & Satan), a été tout aussi réussie. Titan avec un petit goût d'Accept (la voix du chanteur, la reprise de "Fast As A Shark") a remporté la mise pour ma part. Merci aux organisateurs !  Réagir


Diamond Head : les dernières chroniques concerts

Sonisphere Festival 2011 : Metallica, Megadeth, Slayer, Mass Hysteria,  Anthrax, Volbeat, Diamond Head  en concert

Sonisphere Festival 2011 : Metallica, Megadeth, Slayer, Mass Hysteria, Anthrax, Volbeat, Diamond Head par Abigail Darktrisha
Snowhall Parc - Amnéville, le 09/07/2011
Cette deuxième journée me parle beaucoup plus musicalement car j'y retrouve bon nombre de groupe que j'aime en terme de thrash. Elle débutera par un incident que je souhaite... La suite

Jas Rod, Marseille : les dernières chroniques concerts

Richie Kotzen en concert

Richie Kotzen par jorma
Jas Rod - Pennes Mirabeau, le 06/09/2017
Richie, t'es vraiment un enfoiré. Déjà le mec, il a 50 balais, il en parait 25. Il joue comme un dieu. Et il s'est tapé la meuf du batteur de Poison. Bon je la connais pas... La suite

Steve'N'Seagulls en concert

Steve'N'Seagulls par Zulone
Usine Istres, le 02/12/2016
C'est sous une voix off bien rock que les 5 compatriotes de Steve'N'Seagulls font leurs entrées sur la scène de l'usine. Accordéon, contrebasse et Banjo font bon ménage avec eux.... La suite

Digital Nova - Babylon Pression - Sidilarsen en concert

Digital Nova - Babylon Pression - Sidilarsen par Zulone
Jas rod, Pennes Mirabeau, le 26/11/2016
Grosse scène métal qui s'annonce au Jas Rod ! Les anciens de Babylon Pression et Sidilarsen accouplé au Digital Nova. Super plateau. Bon je l'avoue je suis une enfant du Collectif... La suite

Joanne Shaw Taylor en concert

Joanne Shaw Taylor par Zulone
Jas'rod - les Pennes Mirabeau, le 24/11/2016
Joanne Shaw Taylor ... C'est par un mercredi venteux et pluvieux que Joanne vient réchauffer les esprits dans la salle du Jas Rod. Accompagnée de ses musiciens, seule fille à... La suite