Accueil Chronique de concert Vox Low
Vendredi 16 novembre 2018 : 12512 concerts, 25245 chroniques de concert, 5234 critiques d'album.

Chronique de Concert

Vox Low

Vox Low en concert

Badaboum - Paris 18 octobre 2018

Critique écrite le par

Fort d'un succès grandissant, Vox Low poursuit son bonhomme de chemin avec discrétion mais détermination. Sans doute faut-il y voir la prudence que le quatuor déploie désormais depuis l'expérience un peu désabusée de Think Twice (cf. l'excellente récente interview dans Gonzaï), groupe dans lequel jouaient Jean-Christophe (chant, machines) et Benoit (basse) jusqu'à la séparation en 2011.

La priorité semble ainsi être donnée aux dates choisies à l'envie et au feeling plutôt qu'à la tournée "relevé des compteurs". Vox Low se mérite et il faut en profiter avant que le bouche-à-oreille, finissant son travail, ne nous les envoie en festival Live Nation. Une récompense qui serait bien évidemment méritée mais une expérience plus frustrante que celle d'un live dans les conditions intimistes d'une petite salle. Le concert donné en mars dernier pour la sortie de l'album est le maître étalon en la matière, si je crois ce qu'en disent à la fois Jean-Christophe, des témoins qui les ont déjà vus plusieurs fois ou le boss de leur label Born Bad, présent ce soir. C'est donc peu dire que j'ai hâte de les voir jouer, regrettant encore amèrement d'avoir raté le graal il y a 7 mois...



A défaut, mon élément de comparaison sera le concert donné il y a 15 jours à Arles dans le cadre du festival "The Long Sunday". Un moment déjà intense, dans un environnement qui se prêtait particulièrement bien à l'univers de Vox Low (l'ancienne papeterie Etienne). Mais dans un format "festival" et des conditions forcément différentes de celles d'un concert en club (soundcheck en live qui ne permet pas de donner toute la puissance du son dès les premiers morceaux, absence de rappel pour respecter les ordres de passage).



L'impatience semble partagée par les près de 400 personnes présentes ce soir, qui remplissent le Badaboum jusqu'à la gueule dans une ambiance bon enfant. On se marche dessus joyeusement. Ajouté à l'absence de crash barrière, privilège des lieux à taille humaine et bonheur des spectateurs, je crains un instant de ne pas pouvoir faire de photos. C'est sans compter sur la compréhension de l'équipe qui me permet de shooter depuis l'espace réservé sur le côté. Suffisamment rare pour être souligné ! Mais retour au concert. L'enfant prodigue est de retour, ça se sent. La famille, les amis sont là. La fan base aussi, comme les curieux d'un soir. Qui ne repartiront pas déçus.



22h30 : le groupe attaque par le premier morceau de l'album, "Now We're Ready To Spend", et on plonge immédiatement dans son univers. Basse qui prend aux tripes, nappes inquiétantes, voix sépulcrale, puis entrée d'un riff entêtant. Sombre et tendu. Le batteur joue comme si sa vie en dépendait. Dans la moiteur de la salle, il ne tardera d'ailleurs pas à se mettre torse nu. La qualité de la section rythmique est assuré par le soutien d'une basse tantôt minimaliste tantôt groovy, qui participe indéniablement aux mouvements qui agitent la salle. Les riffs de guitare hachent l'espace avec agressivité. Le son fait parfois penser à ce qui devait s'entendre du côté de Manchester il y a quelques décennies. La voix, les claviers et les effets de réverb rajoutent bien évidemment à l'incontournable comparaison avec Joy Division.



Combien de fois ai-je entendu - et cautionné - l'idée selon laquelle Vox Low fait ce qu'aurait pu faire Joy Division de nos jours (quelqu'un m'expliquera le contraire sur un morceau comme "Rides Alone "?). Je ne sais pas si le parallèle gonfle ou flatte le groupe mais il est indéniable. Autant dans la nature des morceaux que dans cet écart entre une production léchée et un live où les morceaux sont torturés, allongés et où l'improvisation prend toute sa place. La setlist est sensiblement la même qu'à Arles, l'album est passé en revue, mais j'ai l'impression d'assister à un tout autre concert. Bientôt le chanteur improvise un flow passionné et sincère sur (si j'ai bien compris !) ce qui l'a poussé à abandonner ses disques de rock pour se lancer dans l'expérience du live et du djying.



L'expérience des raves, plus attirante sans doute à l'époque que les poncifs du rock... Vox Low sait pourtant allier les deux avec brio. Et authenticité. Un mot qui vient immédiatement à l'esprit quand on écoute le groupe. Un de leurs points forts évident et sans doute une des raisons de son succès. La complicité entre les membres est visible et communicative. On se prend à sourire aux échanges entre bassiste et batteur ou entre guitare et clavier.



Mais le plus important c'est que cette communion influence la qualité du live. Tous les quatre jouent ensemble, les instruments se répondent sur des morceaux qui sont étirés pour le plus grand bonheur d'un public qui danse sur tous les titres. Rock et électro communient dans ce post-punk nucléaire. Le groupe fait monter la pression jusqu'au jouissif "Something Is Wrong" qui met tout le monde en transe. Impossible de s'arrêter en si bon chemin. Le rappel qui manquait à Arles ne peut être esquivé ce soir. Le groupe remonte sur scène pour jouer "I Wanna See The Light". J'ai conscience d'avoir assisté à un grand moment, et, à cet instant, je fini de regretter le concert à La Station. Peu importe que celui de ce soir ait été meilleur ou pas puisqu'au final seul compte ce rare sentiment de bonheur qui m'accompagne jusqu'à la sortie de la salle.



Set list :

Now We're Ready To Spend
Baby Brown
Trapped On The Moon
Rides Alone
You Are A Slave
Some Words of Faith
The Hunt
Something Is Wrong

I Wanna See The Light


Vox Low : les dernières chroniques concerts

Lee Ranaldo + Vox Low + Cotillon (La Route du Rock Collection Hiver 2018) en concert

Lee Ranaldo + Vox Low + Cotillon (La Route du Rock Collection Hiver 2018) par Pierre Andrieu
L'Antipode, Cleunay/Rennes, le 22/02/2018
Juste avant de proposer deux belles soirées à La Nouvelle Vague de Saint-Malo, le festival La Route du Rock Collection Hiver offrait un beau plateau à l'Antipode de Cleunay,... La suite

Festival Rockorama : The Goon Sax, Gloria, Motorama, Vox Low, Indiscipline en concert

Festival Rockorama : The Goon Sax, Gloria, Motorama, Vox Low, Indiscipline par Sami
Tour Royale, Toulon, le 01/07/2017
Déjà la 9ème édition du festival Toulonnais Rockorama qui nous a laissé de bons souvenirs en 2012 et 2015 . Cette année il se déroule sur 4 soirs avec comme toujours une... La suite

Badaboum - Paris : les dernières chroniques concerts

Zombie Zombie en concert

Zombie Zombie par lol
Badaboum, Paris, le 23/11/2016
Déjà près de 10 ans d'existence pour Zombie Zombie. Étonnamment, malgré 4 albums, quelques BO remarquées (et irréprochables), des concerts dans toute l'Europe mais aussi des... La suite