Accueil Chronique de concert Walk Away + Rats Don't Sink + Cheat Death + Wake The Dead (Massilia Punk Hardcore Show)
Mardi 18 juin 2019 : 9632 concerts, 25522 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.

Chronique de Concert

Walk Away + Rats Don't Sink + Cheat Death + Wake The Dead (Massilia Punk Hardcore Show)

Walk Away + Rats Don't Sink + Cheat Death + Wake The Dead (Massilia Punk Hardcore Show) en concert

Le Molotov, Marseille 8 décembre 2018

Critique écrite le par

Voilà ce qui arrive quand on suit, sans réfléchir, de beaux yeux qui vous entraînent dans une nuit pleine de promesses... On croyait se rendre à une fiesta punk, et on a en fait raté le mot, ô combien crucial en l'espèce, de "harcore"...


Pourtant, il figurait bien en toutes lettres à 5 reprises (pour chaque groupe comme pour le titre de la soirée, Massilia Punk Hardcore Show !) sur l'affiche, il suffisait de regarder ! Bref, on allait donc se faire ramoner les cage à miel un peu plus brutalement que prévu. Et avec des nuances pas forcément faciles à évaluer entre "modern hardcore", "punk hardcore" et "tout-court-hardcore". On nous pardonnera donc en cas d'imprécision flagrante, sur ces subtiles nuances... pour ces groupes conviés par le dernier, Wake the Dead, à une grande fête païenne à la gloire du Dieu Acouphène. Les fanatiques, surtout masculins, étaient donc déjà là, heureux sans nuance d'avoir 4 groupes de musique brutale à disposition...

Premiers à dégainer, les Walk Away, sans guitare, développent un son grave, à basse de riffs de basse et de hurlements bien dosés. Ca sonne bien quoiqu'un petit peu fort (au niveau du, ha ha, réglage à la console) - on se dit pendant quelques instants que la soirée va être longue, avant de commencer à apprécier, une fois les oreilles bien dégagées et une place confortable trouvée. Amendonné, comme on dit ici, on distingue clairement une bande de tritons en goguette dans le son, un gage de qualité, indéniablement. Jolie entrée en matière !

Deuxièmes sur les rangs, les Rats Don't Sink, déjà connus de nos services de Phocea Rocks pour avoir mis en fuite, presque à jeun et avant 18 heures, l'ensemble des vrais rats pourtant nombreux et peu farouches qui peuplent le quartier Réformés/Chapître, lors de la dernière Rue du Rock. Il est vrai qu'étant punk & hardcore, option USA, sacrément efficaces ils sont, sauf peut-être pour faire une balance sérieuse - celle-ci s'est résumée, sur environ 1 minute, à demander à la console qu'on leur monte ceci, cela et aussi le reste encore plus haut. Quand tous les taquets ont été atteints, c'était prêt !

On a pas manqué de noter que le bassiste était un golgoth chauve, dont le front venait presque taquiner les faux-plafonds du Molotov... Le genre de gars qu'on laisse s'exprimer donc, tous comme le chant double et très tatoué de ses camarades de jeu, un peu gueulard par moments (c'est aussi le style qui veut ça), mais un son puissant et globalement très plaisant. Quand les voix se répondent, ça le fait gravement - et d'ailleurs on repartira avec leur première rondelle disponible en CD, le très cool (enfin non, plutôt très pétaradant) From Sewers They Come. Bruyant aussi certes, mais très plaisants et un enthousiasme qui fait plaisir à voir (et entraîne évidemment divers pogos) : vivement une troisième rencontre !

Le temps d'une clope à la fraîche et arrivent en troisième position les inattendus de la soirée, Cheat Death (a priori, no Bandcamp, no Facebook pour le moment...) qui s'avèrent une excellente surprise. Un seul chanteur ici, mais très juste et posé, sur les mélodies très carrées de compos sacrément bien troussées, peuplées de riffs très, oh putain de très, puissants ! N'ayant sans doute pas entendu raffut si réjouissant depuis le Hellfest, on se fait la réflexion que ces gens-là habilleraient très bien la déjà mythique Warzone (celle où on se tape joyeusement sur la couenne entre Bad Religion et Madball...).

Il est vrai qu'un des 5 musiciens au moins, est tatoué sur la figure, ce qui n'est généralement pas typique des vendeurs de cravates, et que leur musique entraîne rapidement le niveau supérieur d'excitation dans le public, celui du crowdsurfing (avec possibilité de pet-au-casque en prime, contre les projecteurs plutôt bas du Molotov !) Leur set ultra-trop-court (5 morceaux à tout casser - ils s'excuseront même d'en avoir si peu en stock), démontre déjà une belle maturité et, pour le dire simplement, ils nous en ont mis plein la gueule et les mirettes en moins d'une demi-heure. Affaire à suivre donc ... et sans doute un premier nom sur notre wish-list pour la Rue du Rock 2019 : ils ont été dûment signalés à qui-de-droit !

Autant dire qu'on est déjà copieusement rassasiés et pas loin d'être rincés quand s'avance la puissance invitante, les expérimentés Wake the Dead, en comparaison à la fois encore un peu plus brutaux... mais un peu moins musicaux, dans un style plus old school et orthodoxe - même si qualifié par eux de "moderne". Très barbus, très hardcore c'est sûr, ce sont au final les plus méchants et les plus rapides de la soirée, même si ce ne seront pas forcément nos préférés - on leur reconnaît une efficacité indéniable !

Très bons animateurs, sympas comme tout, ils terminent donc le boulot de leur plateau de 4 groupes en mode entrée/plat/fromage/dessert avec une douceur comparable avec celle de la Soleam vidant une place à coup de CRS et de gazeuses avant de l'entourer de murs en béton... Appuyés sur un batteur très costaud et un chant apoplectique et viscéral ! Ceux qui n'ont pas encore un oeil au beurre noir et en voudraient un en souvenir de leur soirée, n'auront aucun mal à être servis dans le dernier pogo de bon aloi qui s'en suit...

Très belle soirée pour les aficionados donc, mais pas que, puisqu'en tant que relatifs ignares dans le style, on a quand même largement apprécié cet enchaînement de 4 groupes aussi explosifs les uns que les autres, et aussi variés qu'on peut l'être quand on est estampillé HxC ! D'ailleurs, même pas fatigués de se faire rétamer, on sera de retour dès le lendemain pour une belle soirée de soutien aux luttes de la Plaine...

Photos : Ah, ben non... A vot'bon coeur si quelqu'un en a une présentable de chacun des 4 groupes, qui mériteraient tous d'être convenablement illustrés, écrire à Fixie Phil sur FB, qui transmettra !



Wake the dead : les dernières chroniques concerts

Rue du Rock #3: RIT, Leda Atomica, Wake the Dead, Compagnie Kta, Arthrosis, Catalogue, Street Wanderer, the Fuzz and Drums, Mr Vertigo, RIT, Curwen's Odd Legacy, Fillette, Frozen Yellow Spots, Sam Karpienia, Garces Kelly, Reliques, Maycad, Moon Ra, Mutacion Nacion (Phocea Rocks) en concert

Rue du Rock #3: RIT, Leda Atomica, Wake the Dead, Compagnie Kta, Arthrosis, Catalogue, Street Wanderer, the Fuzz and Drums, Mr Vertigo, RIT, Curwen's Odd Legacy, Fillette, Frozen Yellow Spots, Sam Karpienia, Garces Kelly, Reliques, Maycad, Moon Ra, Mutacion Nacion (Phocea Rocks) par Pirlouiiiit
rue Consolat, Marseille, le 19/09/2015
Bon celle là elle sera forcement un peu compliquée à écrire, pour (comme les années précédentes) plusieurs raisons mais notamment parce que je fais partie de l'équipe... La suite

Burning Heads + Rebel Assholes + I.M.O.D.I.U.M + Wake The Dead en concert

Burning Heads + Rebel Assholes + I.M.O.D.I.U.M + Wake The Dead par vand
Café Julien - Marseille, le 08/04/2012
Je le dis de temps à autre, les absents ont souvent tort. Hier soir, cette remarque était à multiplier par dix. Pourtant moi-même, flingué par cette journée avec un vent de... La suite

Wake The Dead + Dirty Wheels + Uncommonmenfrommars en concert

Wake The Dead + Dirty Wheels + Uncommonmenfrommars par zhou
La Machine à Coudre - Marseille, le 18/03/2010
En ce moment notre petit Gas il est chaud bouillant pour aller guincher sur le dancefloor. Après une tentative ratée mardi pour Strung Out il réussit à m'embarquer direction la... La suite

Wake The Dead + Wanegen Full People en concert

Wake The Dead + Wanegen Full People par Zhou
O'Bundies - Marseille, le 14/02/2010
J'ignore si ce bon vieux Willy a un jour imaginé Roméo dire à sa Juliette "eh chérie, ça te branche du Hardcore pour la Saint-Valentin ?", mais nul doute que ça aurait changé à... La suite

Le Molotov, Marseille : les dernières chroniques concerts

Decibelles + Venus As A Boy en concert

Decibelles + Venus As A Boy par Sami
Molotov, Marseille, le 30/05/2019
Il fallait du courage pour organiser une soirée rock un jeudi férié, qu'il fait enfin beau et chaud, et que beaucoup d'amateurs de guitares étaient à Nîmes pour l'épuisant Tinals,... La suite

Daniel Romano + Doc Vinegar en concert

Daniel Romano + Doc Vinegar par Gilles Borgogno.
Molotov, Marseille, le 20/05/2019
REVELATION ! Le Molotov (que nous remercions) n'affichait pas la foule des Grands Soirs comme la semaine dernière pour The Shivas et Howlin' City. Pourtant, il y avait trois... La suite

The Chasing Monster, This Patch of Sky en concert

The Chasing Monster, This Patch of Sky par Pipoulem
Molotov, Marseille, le 26/05/2019
Quoi de mieux pour terminer son week-end et éviter le spleen du dimanche soir ? Un petit concert post rock au Molotov bien sûr. Le temps de rentrer me changer, de prendre mon... La suite

Pogy & les Kéfars, La Flingue, Cowboys from Outerspace (en soutien à la Machine à Coudre) en concert

Pogy & les Kéfars, La Flingue, Cowboys from Outerspace (en soutien à la Machine à Coudre) par Philippe
Le Molotov, Marseille, le 25/05/2019
Ce qui devait être une soirée rock hyper-sexy commence hélas par une grosse déception : les Hatepinks ne joueront pas ce soir, à cause d'un problème de santé de leur guitariste.... La suite