Accueil Chronique de concert Wayne Shorter (Fiesta Des Suds)
Dimanche 19 janvier 2020 : 11252 concerts, 25884 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Wayne Shorter (Fiesta Des Suds)

Wayne Shorter (Fiesta Des Suds) en concert

Docks des Suds - Marseille 21 octobre 2010

Critique écrite le par

Je parlerai de la première partie, Sashird Lao dans une autre chronique, séparément, tant il est vrai que le Dock des suds a des allures de sanctuaire ce soir. Conscient et ému de rencontrer pour la première fois un monument de la musique, l'un des derniers dinosaures, celui qui a côtoyé Lester Young, Art Blakey,John Coltrane, Miles Davis, Bud Powell, tant d'autres (Herbie Hancock...) et non des moindres, je me sens tout chose.


Le jeune Wayne Shorter, 77 ans (c'est la limite) se produit avec le quartet qui est sien depuis quelques années :
Wayne Shorter : saxophones ténor et soprano
Danilo Perez : piano
John Patitucci : contrebasse
Brian Blade : batterie.


Les artistes commencent, ça ressemble à ce court moment où les musiciens de l'orchestre symphonique s'accordent, mais ça dure. Wayne Shorter intervient peu, ses saillies ne sont que des amorces, parfois fulgurantes, parfois suaves ou sinueuses, très contrastées, il semble hésiter pour chacune, et s'interrompt vite, comme s'il regrettait, regarde brièvement son bec, son anche. Je crois comprendre que c'est un automatisme, un tic, car il le reproduit jusqu'à la fin du concert. La parcimonie de ses contributions fait penser à Miles Davis, dernière période. En a t-il hérité ? "Ça doit être pour cela qu'il s'appelle Shorter !" plaisantera une connaissance croisée à la sortie. Le corollaire de cette attitude qui rappelle aussi Miles Davis : chaque musicien est à l'honneur, pas de star, pas de soliste, ou plutôt : que des stars, tous solistes !


Chacun des musiciens semble jouer indépendamment, sa propre partition et l'ensemble est surprenant. Je devine une cohésion, une cohérence dont les arcanes sont réservés aux initiés. J'évoquai dans une récente chronique le titre d'un standard : Alone Together, il semble encore une fois coller au plus près à ce à quoi l'on assiste. L'interactivité et la réactivité des quatre est visible: l'un regarde l'autre, opine ou se marre comme s'il venait d'en sortir une bien bonne (que je n'ai pas comprise, ni même entendue). La musique du quartet est de toute évidence le fruit d'un long parcours, celui de Wayne Shorter, certainement.


Il semble s'être débarrassé de tout un pan de la musique, et du jazz (structure d'un morceau avec thème et chorus, harmonie classique des accords, passage d'un musicien à l'autre pour les solos) et en avoir gardé la quintessence. Après avoir tout déconstruit, un gros travail de reconstruction pour aboutir à cette forme étrange, séduisante et mystérieuse, où les voix des quatre musiciens s'enchevêtrent selon un entrelacs invisible.


Wayne Shorter et ses comparses nous font partager une expérience mystique, comme l'avait fait Coltrane avant lui. J'avais eu la même impression avec Wynton Marsalis en septet, sans l'aspect sacré de la musique qui ressort ce soir. La musique classique contemporaine, Frank Zappa occasionnellement, ont produit sur moi un effet similaire.

Je prends la mesure d'une technique formidable de la part de chacun des musiciens, et sous l'apparente modestie du saxophoniste laconique (il a attendu d'avoir 68 ans pour tourner en leader d'un groupe !) se dessine un projet fantastique: la proposition d'une musique nouvelle qui s'inscrit dans l'histoire (elle ne renie pas son passé), libérée (en apparence) des contraintes de structure, de linéarité, d'harmonie, mais dont je ne connais pas l'alphabet, ni la syntaxe.


La première lecture d'Ulysse de James Joyce, le spectacle des premières toiles impressionnistes ont dû provoquer des sentiments identiques chez de nombreux exégètes. Les incursions du saxophoniste sont un peu plus longues maintenant et ses notes semblent planer, léviter au-dessus de celles des trois autres, dont le jeu est plus pesant. Le tellurique et l'aérien. Légèreté, fulgurance de l'un, pesanteur (au bon sens du terme) et concrétion des autres : je retrouve l'un de mes contrastes favoris en musique. Sans doute faut-il appréhender la musique de Wayne Shorter ainsi, sans essayer de la comprendre, de l'intellectualiser, mais plutôt par le biais du ressenti.


Un saxophoniste croisé à la sortie me confiera : "C'était magnifique, il joue trois notes, c'est la synthèse de toute sa carrière !" J'aurais aimé ressentir cela. L'entrée au cénacle était réservée aux initiés, je repars tel que j'étais venu, agnostique, mais charmé, sans comprendre pourquoi, éveillé d'une nouvelle curiosité, avec cette phrase en tête :
"(...) Tous les arts aspirent à la condition de la musique, qui n'est que forme. La musique, les états de félicité, la mythologie, les visages travaillés par le temps, certains crépuscules et certains lieux veulent nous dire quelque chose, ou nous l'ont dit, et nous n'aurions pas dû le laisser perdre, ou sont sur le point de le dire ; cette imminence d'une révélation, qui ne se produit pas, est peut-être le fait esthétique."
Jorge Luis Borges, La Muraille et les Livres.

Bonus video :

> Réponse le 30 décembre 2010, par djo

Un concert magique. Une première partie qui (à mon avis) surclassait par son innovation, le concert qu'il précédait. Avec des influences vocales (très maitrisées) du coté de chez Take 6 et Bobby Mc Ferrin, Sashird Lao brille par sa fraîcheur et le niveau des arrangements. La grande technique de ces trois multi instrumentalistes est au service de leur belle musique sans jamais sombrer dans la démonstration ou l'auto-contemplation. Aisance, plaisir et magie. J'ai préféré cette surprise à Wayne Shorter ! Pas moins.  Réagir


Fiesta des Suds : les dernières chroniques concerts

Catherine Ringer chante Les Rita Mitsouko + Sovox + Fred Nevché (Fiesta des Suds 2019) en concert

Catherine Ringer chante Les Rita Mitsouko + Sovox + Fred Nevché (Fiesta des Suds 2019) par Sami
J4, Marseille, le 10/10/2019
C'est parti pour la 28ème édition de la Fiesta des Suds, encore une fois au J4 pour trois soirées évidemment toujours très courues. L'endroit est plus visuellement beau que les... La suite

Moussu T e lei Joventz + Girls in Hawaii (Fiesta des Suds 2018) en concert

Moussu T e lei Joventz + Girls in Hawaii (Fiesta des Suds 2018) par pirlouiiiit
J4, Marseille, le 13/10/2018
Première année depuis longtemps que la Fiesta avait lieu ailleurs qu'au Dock des Suds. Retour au J4 donc avec une édition qui renoue avec les groupes du coin et même s'il y a pas... La suite

General Elektriks, Hyphen Hyphen, Siska (Fiesta des suds 2018) en concert

General Elektriks, Hyphen Hyphen, Siska (Fiesta des suds 2018) par Lumak
Esplanade J4, Marseille, le 13/10/2018
Pour ce samedi soir à la Fiesta des Suds, encore beaucoup de monde grâce à la belle programmation du jour ! J'arrive sur la scène Mer pour le début des français de General... La suite

Massilia Sound System, Jeanne Added (Fiesta des Suds 2018)  en concert

Massilia Sound System, Jeanne Added (Fiesta des Suds 2018) par Lumak
Esplanade J4, le 11/10/2018
Après avoir quitté le J4 et ses hangars il y a plus de 20 ans, la Fiesta des Suds y revient en 2018. L'esplanade est aménagée avec une très grande scène (scène Mer) et une de... La suite

Wayne Shorter : les dernières chroniques concerts

Herbie Hancock & Wayne Shorter, Roberto Fonseca & Fatoumata Diawara (Festival Jazz Des Cinq Continents 2014) en concert

Herbie Hancock & Wayne Shorter, Roberto Fonseca & Fatoumata Diawara (Festival Jazz Des Cinq Continents 2014) par Sami
Palais Longchamp, Marseille, le 22/07/2014
Les choses sont claires en arrivant, les concerts de ce soir affichent complet ce qui en configuration assis et en plein air n'autorise pas vraiment d'arriver en retard ou même... La suite

Festival Jazz des Cinq Continents : Herbie Hancock, Marcus Miller, Wayne Shorter + Ray Lema en concert

Festival Jazz des Cinq Continents : Herbie Hancock, Marcus Miller, Wayne Shorter + Ray Lema par Mardal
Festival de Jazz des Cinq Continents, le 20/07/2011
Après une soirée introductive au cours d'Estienne d'Orves -Macadam Transfert, Virginie Teychené et Accoules Sax - un premier concert à l'auditorium du Pharo -David Murray - Le... La suite

Wayne Shorter par bruno
Salle Pleyel Paris, le 29/10/2009
Que penser de ce concert de Wayne Shorter ? J'ai passé mon temps à attendre un morceau qui n'est jamais venu. Comme si nous passions de la fin d'un morceau au début d'un autre sans s'être délecté d'un magnifique moment qui en compose le plat principal. Alors je comprendrais que Monsieur Shorter cherche une autre voix, je comprendrais qu'on... La suite

Wayne Shorter Quartet par villagevert
Festival de jazz à Ramatuelle, le 16/08/2005
Wayne Shorter saxophone Danilo Perez piano John Patitucci basse Brian Blade batterie C'est la nuit, vous êtes dans un endroit cool. Elle apparaît, c'est elle. A ses yeux, vous êtes "lui". Plus rien n'aura d'importance... Un concert de Wayne Shorter c'est une nuit d'amour éternelle... La suite

Docks des Suds - Marseille : les dernières chroniques concerts

Alt-J + Holy Two en concert

Alt-J + Holy Two par Sami
Dock des suds, Marseille, le 15/05/2018
Du rock au Dock des suds ? Ça se compte en années en ce qui me concerne, Rodrigo y Gabriela en 2014, hormis quelques souvenirs de festival Marsatac (un peu), fiesta des suds et... La suite

Fiesta des Suds : Amadou et Mariam + Labess + Big Flo et Oli + Mat Bastard + Puerto Candelaria  en concert

Fiesta des Suds : Amadou et Mariam + Labess + Big Flo et Oli + Mat Bastard + Puerto Candelaria par Lsl
Dock des suds Marseille , le 19/10/2017
La Fiesta est là depuis plus de deux décennies pour nous rappeler de continuer à aimer, rêver, danser et faire la fête ensemble et cette année tous les artistes conviés nous l'ont... La suite

Global Local #5 (La Chica, K.O.G and the Zongo Brigade, BCUC) en concert

Global Local #5 (La Chica, K.O.G and the Zongo Brigade, BCUC) par Lumak
Docks des Suds, Marseille, le 07/10/2017
J'arrive sur le dernier morceau de la franco-vénézuélienne La Chica, c'est dommage car j'avais envie de l'écouter, heureusement après quelques hésitations elle fait un rappel en... La suite

Uéi + Maarja Nuut & Hendrick Kaljujärv + Pachibaba + Walkabout Sound System (Babel Med 2017) en concert

Uéi + Maarja Nuut & Hendrick Kaljujärv + Pachibaba + Walkabout Sound System (Babel Med 2017) par Pirlouiiiit
Dock des Suds, Marseille, le 17/03/2017
En complément de la chronique de cette deuxième soirée du Babel Med par Sami qui a déjà parlé de Rachid Taha, Dj Djel Mars Band, A Filetta, Vocal Sampling, One Foot et... La suite