Accueil Chronique de concert Yannick Noah + Guillaume Grand
Mardi 15 octobre 2019 : 13867 concerts, 25717 chroniques de concert, 5267 critiques d'album.

Chronique de Concert

Yannick Noah + Guillaume Grand

Yannick Noah + Guillaume Grand en concert

Le Dome - Marseille 11 février 2011

Critique écrite le par

Se rendre à un concert de la personnalité préférée des français c'est comme prendre l'apéro avec un vieux pote aux différences prés qu'ici le 51 ne coule pas à flot et que les cacahuètes sont payantes ! Et sur un aspect purement financier, c'est peut être mieux ainsi. Avec 2 dômes quasi complets à cajoler, personnalité préférée ou pas, Yannick Noah ne tiendrait pas longtemps avant de dormir sur la paille.



La bonne humeur étant de mise, Guillaume Grand qui officie en tant que première partie captive immédiatement l'attention d'un public constitué à 80% de "ménagères" (à prononcer avec le ton Morandinien). Bien que faisant l'unanimité avec sa guitare, le set du Grand bonhomme à mi chemin entre l'écorché vif et le bobo hippie ne possède qu'une seule qualité : Celle de ne pas excéder les 30 minutes. C'est actuellement une coutume, prendre un mec normal, de préférence au physique plutôt plaisant, lui refourguer une guitare acoustique dans les bras et lui faire croire qu'il touchera des étoiles académiques. Le pire dans cette démarche ce n'est pas tant que l'artiste en question y croit mais plutôt que le public se fasse duper, bref. Une mélodie effacée par l'omniprésence d'une voix trop enrouée pour séduire, une anémie charismatique et de surcroit des paroles entendues et ré entendues à l'image du premier single de jeune homme " Toi et Moi " (qui n'est pas une reprise de Grégoire). Vraisemblablement, vendredi soir le dôme était trop Grand pour la carrure de Guillaume.


En revanche pour Yannick Noah et la flopée de musiciens baptisés Zam Zam qui l'accompagnent la scène semble presque trop étriquée. Un véritable orchestre composé d'un percussionniste, d'un batteur mais aussi de deux guitaristes ou encore trois choristes, un bassiste et pour finir un pianiste, se partage la scène. A ce beau monde viennent s'ajouter une dizaine d'écrans géants éparpillés, qui, en attendant la vedette se contentent de diffuser son nom en lettre rouge "NOAH ".


Soudain la pénombre. Entre les cris de joie, les premières notes d' "Aux Arbres Citoyens " retentissent. Les spectateurs mais surtout spectatrices ne mettent que quelques secondes pour reconnaître cet hymne à la nature. En même temps que l'ex sportif arpente la scène, l'assemblée d'un bloc uni, le bras levé et le poing serré scande le slogan éponyme repris sur les écrans.


Un karaoké géant dont les diffuseurs n'ont qu'un rôle secondaire tant le public connaît sur le bout des doigts la discographie du natif de Sedan. Malgré l'intensité, le volume sonore ne parvient pas à couvrir la voix à moitié juste de Noah, une situation qui s'arrangera au fil des morceaux (la voix hein). Après ce départ sur les chapeaux de roue, le show trépigne. La musique semblable à un RFM Party 80 ne séduit pas un auditorat en majeure partie venu pour écouter les titres emblématiques du tennisman. Seuls les nombreux saluts de ce dernier parviennent à décrocher des cris hystériques. " Simon Papa Tara" viendront remettre les 30/50 ans dans l'ambiance. Les bras se relèvent, les têtes balancent langoureusement, et à l'unisson les voix s'égosillent. A force de discours et blagounettes en tout genre, " l'enfoiré" parvient à faire lever les gradins pour une "destination ailleurs".

De la générosité, Yannick Noah en possède à revendre. En dépit d'un spectacle en apparence imperméable à toute spontanéité, le vainqueur de Roland Garros 1983, n'hésite pas à prendre le temps de tailler la bavette. Véritable showman, Noah ne fait pourtant aucune concession sur ses opinions et s'insurge part le biais de quelques boutades de la politique menée par Nicolas Sarkozy. Des prises de positions qui sont loin de faire consensus dans certaines salles comme à Toulouse. "Hier une bonne femme a commencé à hurler dans l'assemblée quand j'ai commencé à critique le président ! Elle voulait se faire rembourser. Je lui ai dit mais vas y prend tout l'argent que tu veux je m'en fous... Puis ce n'est pas de ma faute s'il me donne raison !" Explique t'il sarcastiquement sous les rires marseillais avant de reprendre son concert.

"Ose " suivi d'une ballade où tous les musiciens s'installeront autour de Noah marquent le quart d'heure d'un -nouvel- américain. Séquence émotion pour les quadragénaires qui remplissent le dôme. Si la tournée est dédiée à la sortie du dernier album, ce sont bien les " Metis ", "Lionnes" et autres "Saga Africa" que plébiscitera la foule. Au détriment de titres tout autant aboutis comme " Gaza Danse ", une pierre de plus pour la réconciliation Israël/ Palestine où les performances des guitaristes rappellent quelques excellents passages d'Alain Bashung.


Le voyage, inspiration fondatrice du parcours musical du sportif. Ce soir, et comme tous les autres soirs de la tournée, ce sera dans les contrées camerounaises que le voyage s'effectuera. Entre musique aux aspirations reggae et rythmes traditionnels tout le monde bouge son "dombollo " (comprendre fessier) sous les ordres directs du chanteur aux dread locks. Loin de l'épopée touristique, le spectacle ne fait pas l'impasse sur des réalités profondes à l'image de la condition des enfants dans le monde. "Cette chanson vous la connaissez, elle est pour tous ces enfants qui ne seront jamais ici. Si vous en croisez donnez leur quelque chose". "Donne moi une vie " dresse une liste des malheurs quotidiens que vivent les gosses soldats, les sans abris mineurs ou encore les adolescents travailleurs miséreux.

Si l'intention est louable pas sure qu'elle ne reste plus de 4 minutes dans les consciences collectives. Un peu comme le dernier single joué en fin de set "Angela (Davis)". Un hommage à cette militante américaine communiste connue (du moins en France) par une poignée de personnes. En dépit de la grande diffusion du morceau il y a fort à parier qu'Angela et ses combats ne reste encore dans l'anonymat le plus total. Ce soir si on avait demandé au public qui est Angela Davis? Qui aurait su dire que cette Afro Américaine fut la bête noire du FBI durant des années, su dire qu'elle est une fervente défenseuse des droits des femmes ou encore une combattante de tous les jours contre le racisme ? Assurément pas grand monde, ce n'est pourtant pas faute d'avoir demandé à la sortie du dôme....

Guillaume Grand : les dernières chroniques concerts

Guillaume Grand en concert

Guillaume Grand par Mkhelif
Café Julien - Marseille, le 01/04/2011
Pour ce début de soirée c'est au Café Julien que le concert se déroule. Dans les locaux de l'Espace Julien, juste sur la gauche après l'entrée on peut apercevoir le bar de la... La suite

Yannick Noah : les dernières chroniques concerts

Yannick Noah en concert

Yannick Noah par Ysabel
Le Silo - Marseille, le 30/05/2012
Première pour moi de voir Le Silo aménagé avec une fosse ... Décidément, cette salle est super bien faite et pleine de surprises. Le public était déjà nombreux à attendre devant.... La suite

Yannick Noah en concert

Yannick Noah par Pascal
Zénith, Nantes, le 07/01/2011
Le concert de Yannick Noah au zénith de Nantes était tout simplement génial. Yannick fait participer son public. Il a même porté des vêtements lancés par des fans (bonnet,... La suite

yannik Noah par Laurent
ARENA MONTPELLIER, le 03/02/2011
Bonjour Je m appelle Laurent, de Montpellier, handicapé moteur de Naissance et je tiens à vous signaler ceci : J ai été surpris et déçu par la non présence de places réservées aux personnes à mobilité réduite... Je pense que de nos jours, il y en a de plus en plus et que NOUS AUSSI, nous avons droit à nous amuser, nous divertir !!! Jai... La suite

YANNICK NOAH par Christiane
ZENITH ECKBOLSHEIM, le 25/01/2011
Le seul souci a été, que ayant deux billets offerts par mes enfants, "debout", nous sommes arrivés et avons été refoulés à la fosse, "bondée" d'après la sécurité. On nous demande de gagner les gradins, presque en limite haute et, pas de bol, le spectacle est flou ... Mais où sont les écrans géants, c'est intolérable. Heureusement que Yannick a... La suite

Le Dome - Marseille : les dernières chroniques concerts

Alice Cooper + Black Stone Cherry en concert

Alice Cooper + Black Stone Cherry par jorma
Le Dôme, Marseille, le 03/09/2019
Black Stone Cherry "God Bless you! We love You so much..." Voilà, c'est tout ce que je peux dire du concert de Black Stone Cherry puisque c'est sur ces belles paroles, si... La suite

Jain en concert

Jain par Zulone
Marseille - Le Dôme, le 08/06/2019
Marseille a la chance d'accueillir la pétillante Jain ce soir. Multi-artiste, la jeune femme originaire de Toulouse a plus d'une corde à son arc. Riche de voyages et... La suite

Chantal Goya (Le Soulier qui Vole)  en concert

Chantal Goya (Le Soulier qui Vole) par Pirlouiiiit
Dome, Marseille, le 12/05/2019
Et de 5 ... autant je ne l'avais jamais vu quand j'étais petit, autant c'est déjà la 4ème fois que je vois Chantal Goya sur scène en 11 ans. D'abord en 2008 sans enfants avec... La suite

Joe BONAMASSA en concert

Joe BONAMASSA par Janfi
Le Dôme, le 07/05/2019
Le dôme accueillait ce soir le talentueux Joe BONAMASSA et sa formation. Après la vérification des sacs au premier contrôle nous sommes bloqués au deuxième contrôle en... La suite