Accueil Rechercher un artiste en concert Vos critiques d'albums
Lundi 11 novembre 2019 : 11937 concerts, 25760 chroniques de concert, 5274 critiques d'album.

Vos critiques d'albums

Publiez les critiques de vos albums préférés et découvrez les coups de coeur et avis des journalistes et correspondants ConcertAndCo !

EXPRIMEZ-VOUS !

Horrorpops : "Hell Yeah"

Autres / rockskapunk,

Critique écrite le 28 janvier 2005 par Philippe

Voilà un très sympathique disque de 'rockskapunk' qui a curieusement échappé à la sagacité habituelle des encyclopédies vivantes de Concertandco... Les Horrorpops, donc. Disque que j'ai emprunté sous la seule foi de sa couverture, où s'affiche une créature brunette, tatouée et sexy en diable appelée Patricia, derrière une contrebasse somptueuse et kitsch. La chanteuse du groupe, qu'on imagine d'une sensualité explosive grâce à sa voix à la Gwen Stefani (époque No Doubt - Just a girl). Malgré l'aspect... Lire la suite

Sub Rosa : "Demo"

Rock

Critique écrite le 27 janvier 2005 par Pirlouiiiit

Ex Bebe clandestine, Bea Paradis après un album solo revient accompagnée de Lionel Criscuolo (guitare) pour former en 2001 Sub Rosa. On les avait croisée et apprécie en première partie de Prohom a l'Escale St Michel il y a 2 ans. Depuis ils ont été rejoints par Vincent Sermonne a la batterie puis a la basse et Fred Ayoun a la batterie. Cette demo 4 titres date de l'époque ou il n'était que 3 ; pourtant elle n'en est pas moins convaincante. La musique de Sub Rosa oscille entre trip pop et un electro rock... Lire la suite

Micro:mega : "Where We Go We Don't Need It Anymore"

Rock

Critique écrite le 26 janvier 2005 par Pirlouiiiit

La première fois que j'ai vu et entendu Micro:mega c'était fin 1997 ! Sylvain Chauveau avait alors bluffé une bonne partie du public venu voir Watermelon club (dont il était le guitariste-chanteur) en en réalisant la première partie seul sous ce nom ... il avait joué un morceau consistant en un accord de guitare répété a l'infini, puis fait une reprise de Depeche Mode ?!? ... Depuis cette performance pour le moins déroutante Micro:mega est devenu un duo avec sa rencontre avec Frédéric Luneau du groupe... Lire la suite

Early Day Miners : "All Harm Ends Here"

Pop - Rock

Critique écrite le 26 janvier 2005 par Pierre Andrieu

Early Day Miners est un groupe de rock américain basé à Bloomington dans l'Indiana ; All harm ends here, son quatrième album studio, sera disponible début février sur le sol français grâce au label bordelais découvreur de talents (The National, Clogs, Destroyer, Flotation Toy Warning ... ), Talitres Records. Alors que leur dernier opus vient d'être publié aux USA via Secretly Canadian, Joseph Brumley (guitare, voix), Daniel Burton (guitare, voix), Jonathan Richardson (basse), Matt Griffin (batterie) et... Lire la suite

The Darkness : "Permission To Land"

Metal - Hardcore

Critique écrite le 26 janvier 2005 par The Killer

Alors moi qui viens de découvrir ce groupe, je tiens à dire que c'est absolument formidable et révolutionnaire. Enfin un groupe qui fait du hard rock mélodique comme je l'aime ! Je ne comprends pas pourquoi Pierre Andrieu et Stef (TrickyFt) sont si méchants. Le chanteur a une très belle voix, il sait chanter très aigu comme les chanteurs de Gamma Ray et de Helloween. Les solos de guitare sont magnifiques et très longs comme je les aime, on dirait presque du Yngwie Malmsteen par moments ! J'aimerais tant... Lire la suite

Nitwits : "Death To Lo-fi"

Pop - Rock

Critique écrite le 26 janvier 2005 par big smelly toe

Nitwits a enfin sorti un album, tiré à 500 exemplaires, et ceci pour le bonheur de tous ceux qui les ont déjà vus en concert. Ce groupe inclassable mélange tous les styles, naviguant du punk/hardcore sur 1:33 et Z, jusqu'aux ambiances éthérées, limite post-rock de Slave, cf son chant aérien, et Sirènes. Et puis comment résister aux merveilles post-punk que sont Wake Up (le single, à mon avis, de l'album), ou Ollanda, qui semble tout droit sortir du premier LP des Cure. Les guitares sont incisives, le... Lire la suite

Mercury Rev : "The Secret Migration"

Rock

Critique écrite le 25 janvier 2005 par Pierre Andrieu

Le concert magistral donné par Mercury Rev en première partie de Nick Cave à la mi novembre 2004 avait pleinement rassuré sur l'état de forme du groupe des Catskills Mountains. Malgré le peu de morceaux inédits joués, on savait déjà que le nouvel album risquait de nous accompagner pendant de longs mois. C'est donc (presque) sans surprise qu'on découvre en 2005 la toute dernière collection de pop songs - toujours aussi féeriques - signées Jonathan Donahue, Grasshopper et Jeff Mercel (avec l'apport précieux... Lire la suite

Melc : "Melc"

Jazz / rock

Critique écrite le 25 janvier 2005 par Pirlouiiiit

Melc sur la pochette c'est Jeanne Added (violoncelle, voix), Gildas Etevenard (batterie), Thibault Frisoni (guitare - membre du David Lafore Cinq Têtes) et Julien Tamisier (piano - claviers). Melc, a la toute première écoute, c'est un disque pas facile d'accès (un peu comme peuvent l'être les disques des Clogs) ou en tout cas qui peut demander une certaine concentration (et puis des qu'on rentre dedans, on a du mal a décrocher). Melc se révèle être une musique expérimentale entre jazz et musique... Lire la suite

Matt Elliott : "Drinking Songs"

Rock

Critique écrite le 25 janvier 2005 par Pierre Andrieu

Voici un album extrêmement poignant et original, entre sombres ballades au piano, folklore russe déchirant, post rock défricheur, musique de film contemplative et électronica extra terrestre, rien que ça... Drinking songs est le nouvel album de celui qui se "cachait" il y a peu encore sous le nom de Third Eye Foundation, Matt Elliott. Les pièces musicales superbement aventureuses composées par cet homme énigmatique produisent un effet enivrant sur l'auditeur, complément déboussolé par la structure... Lire la suite

Hazy Malaze : "Blackout Love"

Rock

Critique écrite le 24 janvier 2005 par Pierre Andrieu

Le trio de Neal Casal - Hazy Malaze -, va publier incessamment sous peu un brûlant disque suintant la soul humide, le funk lubrique, le rock salace et le rhythm & blues stonien, c'est à dire sexy. La voix de Neal Casal - parfaite pour les styles abordés grâce à son superbe timbre soyeux -, comme son jeu de guitare à la fois roots et classe, ne sont évidemment pas pour rien dans la réussite de cet album qui devrait immanquablement contribuer au rapprochement entre les sexes. Et ce n'est pas tout, le rayon... Lire la suite

3081 à 3091 sur 5274 critiques trouvées