Accueil Tous les festivals Festival Africolor : les artistes en concert
Mardi 24 octobre 2017 : 13059 concerts, 24658 chroniques de concert, 5181 critiques d'album.
Festival Africolor

Festival Africolor

du 14 nov au 24 décembre 2017
Seine St Denis


29e édition. Le Festival Africolor célèbre les cultures et musiques africaines. Petites et grandes histoires Tout récit est tissé de paroles, de silences, d'oublis, de souvenirs refabriqués, de fictions devenues légendes. Pour son édition 2017, Africolor fait une scène de ces fictions, imaginaires, petites et grandes histoires. Entre le temps fort consacré à Mé 67 et la jet-set imaginaire du coupé-décalé, entre le centenaire de Jean Rouch et le Pas de Côté consacré aux traditions inventées, le festival naviguera de souvenirs douloureux en fictions hilarantes, de récits des routes musicales en cérémonies aux ancêtres, entre vérités plurielles et créations enjaillées. Ce sont les artistes eux-mêmes qui seront les faiseurs d'histoires : Kar Kar pour nous faire écouter le lien entre Louisiane et Mali, Naïssam Jalal et Noura Mint Seymali, Abou Diarra et Mehdi Nassouli pour relier le Nord et le Sud de l'Afrique de l'Ouest ; Ann O'aro, Tao Ravao, Mounawar, Danyèl Waro et Absoir pour raconter les créolités de l'Océan Indien ; Jupiter et Lexxus Legal, Roberto Negro et Valentin Ceccaldi, pour nous conter les transes urbaines du Kinshasa d'aujourd'hui. Entre histoires d'exils et rencontres transatlantiques, Africolor fera aussi une place aux artistes arrivants, soudanais ou syriens, pour une grande soirée à la toute nouvelle MC93 avec la complicité d'Alsarah, la plus brooklynienne des soudanaises. Puis, comme un retour aux origines du festival, Malisadio sera le spectacle autour du Mali, de ses musiques et de sa société. Écrit par Vladimir Cagnolari et Vincent Lassalle, tout en rythmes et en humour, ce spectacle sur le Mali d'aujourd'hui sera un peu l'histoire d'Africolor, qui pour ses 28 ans est toujours farouchement dionysien et migrateur à la fois.

Pour sa vingt-cinquième édition, africolor retourne à la source des musiques africaines, là où elles sont rentrées, malgré elles, dans l'histoire mondialisée. Que ce soit par les razzias qui ont conduit à la fondation des confréries gnawas du Maroc, par la traite négrière qui déporta les musiques mandingues, vaudoues ou de la coté sud-ouest, elles ont irrigué le globe depuis cinq siècles. A la Nouvelle-Orléans, à la Réunion ou en l'Ile de France, elles ont participé à l'histoire de toutes les musiques, du bal à la musique contemporaine. Quand les âmes ensevelies avec les Kwasas des Comores ou les galions occidentaux ont sombré depuis longtemps dans l'oubli, les musiques africaines rappellent qu'elles ont circulé sur fond de déportation et qu'elles continuent de passer outre tous les nouveaux récifs, qu'ils se nomment visas ou contraintes budgétaires. Africolor continue donc d'accueillir ces musiques, parfois naufragées du marché parce qu'elles ne mettent pas les "formes", de programmer ces artistes qu'on appelle (sans rire) "en développement". Un quart de siècle après sa fondation, le festival sait trop bien que l'histoire de la musique passe parfois par des courants sous-marins qui créent des lames de fond. C'est pourquoi, plus que jamais, les artistes viendront nombreux et de loin pour raconter leurs voyages et leurs exils. Le festival fera donc une large place à l'Albert Anagoko Ensemble, famille de percussionnistes vaudous d'Abomey, capitale des Rois du Bénin. Ils iront à la rencontre de leurs cousins (musicaux) du Nordeste brésilien, mais aussi des Cuivres de l'ensemble belge Maak Spirit, emmené par Laurent Blondiau. Du coté des musiciens de l'exil, les Gnawas du Maroc viendront se frotter aux rythmes rock et afrobeat de Nasser et Fanga, alors que Rachid Taha et ali Amran chanteront les Chaabi. De leur coté, Rokia Traoré avec Roots , et Ahamada Smis avec la trilogie Origines, partiront à la recherche des origines de leurs musiques, quand Ze Jam Afane partira revisiter la cérémonie de la Palabre. Ces retours sans nostalgie seront accompagnés de la création africaine actuelle : celle des jongleurs-chanteurs-danseurs de Maputo-Mozambique, de d'Hazolahy et de Teta, représentant mes nouvelles musiques urbaines de Madagascar, de Batida et d'El Fassa pour l'électro, de Naini Diabaté et de son Mandé Women Orchestra, de Mamar Kassey pour son retour, mais aussi de tous ces artistes pour lesquels africolor est un tremplin : Simon Winse, Zanmari Baré, Imperial Pulsar...
Site

Festival Africolor : le programme

Vendredi 17 Novembre 2017

Jupiter & Okwess Invite Lexxus Legal

20h30 Salle Jacques brel - Pantin (93) 18€ > 3€L'un des plus grands rappeurs du continent fait d'une des légendes de Kinshasa son beatmaker d'un soir. Kara !
Samedi 18 Novembre 2017

Or Solomon invite Dramane Dembélé et Didier Petit

Jeudi 23 Novembre 2017

Tinariwen + Jupiter & Okwess Internation

Tinariwen en concert
Tinariwen Vos critiques de concerts Vos chroniques d'albums
Les musiciens du groupe Tinariwen sont des légendes vivantes de la musique contemporaine...

Plus d'infos

Moins d'infos

... touareg. Leur musique fait la synthèse entre le blues, le rock et la musique traditionnelletouarègue. Album en 2014 et tournée française. En concert en 2016 afin de présenter en live unnouvel opus.

Mé 67 - 7 son@to + ExpéKa trio + Delgres

Vendredi 24 Novembre 2017

Mauvais genre - 4 fÂmes + Coupé Médaillé + Le coupé-décalé est-il féministe ?

Mardi 28 Novembre 2017

Expéka Trio

13h Université Paris 13 , - Bobigny (93) 8,60€ > 7€
Mercredi 29 Novembre 2017

Possessions Jean Rouch rencontre le Cabaret Contemporain

Au nord du sud : Naïssam Jalal invite Noura Mint Seymali + Abou Diarra invite Mehdi Nassouli