Accueil Tous les festivals Les Inovendables : les artistes en concert
Samedi 23 février 2019 : 11513 concerts, 25376 chroniques de concert, 5244 critiques d'album.
Les Inovendables

Les Inovendables

24 novembre/22 décembre 2018
Marseille


Né de la rencontre de divers luthiers - inventeurs musiciens, ce Festival est dédié aux musiques mêlant la stricte et ancestrale composition à l'improvisation la plus audacieuse.

L'utilisation de lutheries nouvelles jouées par leurs créateurs et le détournement d'instruments traditionnels participe aux jeux de ces musiciens.
Lutheries nouvelles, excursions transculturelles et création, ce festival se soucie de l'environnement sonore et des musiques nouvelles. Il est orienté vers de nouveaux horizons d'écoute.
Des sonorités minimales électroniques à la chaude vibration du luth "Les Inovendables" offrent au public de s'ouvrir à de nouveaux paysages musicaux et de découvrir ou redécouvrir des instruments, des plus simples (pierres, arc en bouche, tambours sur cadre) aux plus sophistiqués (instruments Baschet, disque photo sonique).
Les Inovendables : vos critiques de concerts
Site

La dernière édition

Ve.

30

Nov.

2018

Sa.

01

Déc.

2018

Je.

13

Déc.

2018

Ve.

14

Déc.

2018

Sa.

15

Déc.

2018

Sa.

22

Déc.

2018

Les Inovendables : les dernières chroniques concerts 7 avis

Térounet & Maquétou (festival les Z'inos)

Critique écrite le 08 décembre 2018, par Pirlouiiiit

Leda Atomica Musique, Marseille samedi 01 décembre

Térounet & Maquétou (festival les Z'inos) en concert

Après le superbe concert de Gildas Etevenard, Pascal Charrier et Philippe Lemoine à la Meson me voilà d'un coup de vélo dans la rue St Pierre direction Leda Atomica Musique. Par rapport à tout à l'heure (avant le concert de la Meson) tout est calme. Tant mieux. Je gare mon vélo. je toque à la porte. Le concert a déjà commencé bien sûr. Je cogne au carreau. On m'ouvre. Me revoilà dans l'antre singulière de L.A.M. La dernière fois c'était pour la dernière édition du festival Les Inovendables (puisqu'à partir de cette année le festival change de nom pour s'appeler Les Z'inos ) pour le premier concert de De la Crau qui n'avait pas encore tout à fait trouvé son nom. Ce soir il s'agit d'un autre work in progress puisque le duo Henri Maquet - Manu Theron n'avait pas encore trouvé son nom au moment de l'impression des programmes et de la com' du festival. Ces deux-là je les ai déjà vu séparément (Deltasonic pour le premier, Lo Cor de la Plana, Gacha Empega, Chi na na poun, Sirventes, et plein d'autres trucs pour le second) et je les ai déjà vu ensembles au sein de Polyphonic System dont il font partie avec Ange B et Clement Gauthier (et dont le premier album ne va pas tarder à sortir). Donc Henri à gauche à la (petite) guitare... Lire la suite

Zoppa

Critique écrite le 03 décembre 2018, par Agent Massy

Leda Atomica Marseille 24 novembre 2018

Zoppa en concert

Concernant le duo Zoppa, une chose est remarquable : tout ce qui est dit dans la présentation officielle du duo est PARFAITEMENT VRAI : 1. Chansons greco-hispaniques : en effet, une des deux-femmes est Grecque, l'autre Espagnole, et les deux langues se mélangent. 2. Création singulière et grande complicité : c'est vrai aussi, alors qu'en général le fait que ce soit écrit laisse plutôt supposer le contraire. 3. Répertoire maillé de compositions et de traditionnels : je suppose que c'est vrai. 4. Esprit Zoppa (rythme asymétrique, bancal) : c'est pas si vrai que ça. C'est quand... Lire la suite

David Lafore (festival Les Inovendables)

Critique écrite le 14 décembre 2016, par Philippe

Léda Atomica Marseille (Lam) 10 décembre 2016

David Lafore (festival Les Inovendables) en concert

Retour au bercail de notre cher et assez rare David Lafore, suivi de loin (il est parti tout là-bas à Paris, il y a déjà quelques années) pour ses toujours très marrantes (et un peu déconcertantes) prestations scéniques... Pas revu depuis 2009 pour moi (un super souvenir, d'autant qu'il avait été accompagné de l'hilarant et inconnu Merlot que j'ai revu depuis à Paris !), il est heureusement suivi plus sérieusement par Pirlouiiiit, un grand fan (son plus grand, peut-être ?) qui a converti toute sa famille (3 générations représentées ce soir, respect !). Bon, j'ai quand même toujours un oeil sur sa bordélique mais épatante discographie, qui ne m'a jamais déçu ! Le lieu du soir, le cabaret de l'historique troupe Leda Atomica, est à la fois joli et intimiste, je le découvrais à peine mais manifestement il ne sert plus très souvent (à en juger par les toiles d'araignées elle-même couvertes de poussière qu'on y voyait ici et là, et l'âge moyen assez élevé des affiches). Petit lieu donc, mais le spectacle fera le plein (c'est-à-dire, peut-être 50 personnes ?) et je n'ai que des compliments à faire à l'accueil et plus particulièrement au punch servi à l'arrosoir qui m'a accompagné toute la soirée... Messire Lafore, après s'être soigneusement... Lire la suite

Noroc (festival Les Inovendables)

Critique écrite le 02 décembre 2013, par pirlouiiiit

Leda Atomica Musique (LAM), Marseille 29 novembre 2013

Noroc (festival Les Inovendables) en concert

Leda Atomica Musique fait clairement partie de ces salles où il y a de grandes chances que je sois surpris en venant ... surtout lorsqu'il s'agit de leur festival (qui porte bien son nom) Les Inovendables. C'est là qu'il y a 3 ans j'avais vu pour la première fois l'illustre Barre Philips, ou encore les ovnis de Igloo ... Ce soir il s'agit de Noroc un duo batterie - violoncelle dans lequel on retrouve Sam de Agostini batteur historique de Dupain (et avant cela de Leda Atomica). Lorsque j'arrive le concert a déjà commencé ... depuis une bonne demi heure si l'horaire a été respecté. Je traverse donc vite la salle qui acceuille en ce moment une expo photos (dénudés et viscères - la modèle est d'ailleurs là) et peintures (suck my lollipop), pour accéder à la partie salle de concert. Devant le public majoritairement assis, Sam à gauche et Guillaume Saurel sont déjà à l'oeuvre. Batterie hypnotique, avec sonorités electronique et boucles d'un côté, violoncelle "classique" ou au contraire electrique / distordu / saturé de l'autre ... les deux musiciens se sont trouvés et ont des choses à se dire. Et si entre les morceaux on sent un peu de nervosité ou de doute dans les interventions de Sam, en revanche pendant les morceaux ça prend.... Lire la suite