Accueil Tous les festivals Nuits Sonores : les artistes en concert
Dimanche 17 décembre 2017 : 10603 concerts, 24780 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.
Nuits Sonores

Nuits Sonores

du 6 au 13 mai 2018
Lyon


Exceptionnellement, la 16 édition de Nuits sonores durera 8 jours : du 6 au 13 mai 2018 ! Comme chaque année, le festival investira une cinquantaine de lieux dans la ville : salles de concert, clubs, bars, galeries, cinémas, musées ou lieux emblématiques du patrimoine architectural de Lyon.




Nuits Sonores : vos critiques de concerts
Site

Nuits Sonores : le programme

Mardi 08 Mai 2018

Nuits sonores invite Kamasi Washington

20h Auditorium - Lyon 3e (69) Tarif unique : 26€ (hors frais de loc.)
Fin des concerts

Nuits Sonores : les dernières chroniques concerts 4 avis

Lydia Lunch Band + Teenage Jesus And The Jerks (Nuits Sonores 2009)

Critique écrite le 03 juin 2009, par Pierre Andrieu

Marché Gare, Lyon 23 mai 2009

Lydia Lunch Band + Teenage Jesus And The Jerks (Nuits Sonores 2009) en concert

Etonnante séance de torture auditive avec les sets de punk bruitiste et revendicatif de Teenage Jesus and The Jerks puis de Lydia Lunch Band au Marché Gare de Lyon, à l'occasion des Nuits Sonores 2009... Après avoir subi le triste spectacle des très vieillissants New Christs, place est faite pour le set à double détente d'une autre "vétérante", la très underground Lydia Lunch, avec des morceaux de son groupe Teenage Jesus and The Jerks (circa 1977) puis de Lydia Lunch Band. Accompagnée dans les deux cas par les excellents Gallon Drunk (Terry Edwards, Ian White et James Johnston), Lydia Lunch interprète ses morceaux avec virulence, morgue et second degré. Avec son physique de mère maquerelle ayant trop longtemps abusé de la défonce, Lydia Lunch est là pour relever les compteurs du punk new yorkais, et elle a bien raison : il est tout à fait normal que la mythique furie de la No Wave récolte un peu de monnaie après tant d'année en tant qu'activiste musical et anti macho. Pendant une vingtaine de minutes, elle surfe sur le bruit viscéral du groupe avec sa voix cabossée, ses paroles ultra perturbantes et sa guitare aussi minimaliste qu'ultra répétitive. C'est à la fois impressionnant et un peu... Lire la suite

Chrome Cranks (Nuits Sonores 2009)

Critique écrite le 26 mai 2009, par Pierre Andrieu

Marché Gare, Lyon 22 mai 2009

Chrome Cranks (Nuits Sonores 2009) en concert

On pensait que la messe rock était dite après le set magique de Boss Hog aux Nuits Sonores le 22 mai 2009, et bien non, pas le moins du monde : quelques instants plus tard, les sauvages revenants de Chrome Cranks ont réussi à raviver une seconde fois notre foi en le rock n roll lors d'un concert proprement ahurissant de virulence... Pour mettre le feu aux poudres, ce gang de desperados soniques convoque les influences viscérales de Jon Spencer Blues Explosion, des Cramps, des Stooges et des Doors dans son punk n blues virant parfois en garage psyché... Et la jubilatoire explosion se produit rapidement après le début des hostilités : le terrifiant chanteur hurle comme un dingue, massacre sa guitare avec une saine application et incite ses camarades de jeu dangereux à le suivre gaiement dans l'antre de l'enfer du rock n roll (oui, carrément !). Un guitariste violemment électrique se fait fort de faire resurgir des ténèbres Ron Asheton des Stooges avec moult riffs acides et décérébrants, le batteur et le bassiste se chargeant quant à eux de booster l'affaire avec des rythmiques aussi bringuebalantes qu'imparables... Le terme de "musique du diable" est parfaitement adéquate pour décrire le maelström sonore ourdi par ce... Lire la suite

Holly Golightly and The Brokeoffs (Nuits Sonores 2009)

Critique écrite le 25 mai 2009, par Pierre Andrieu

Marché Gare, Lyon 22 mai 2009

Holly Golightly and The Brokeoffs (Nuits Sonores 2009) en concert

Juste avant le concert magistral de Boss Hog aux Nuits Sonores 2009, le duo anglais Holly Golightly and The Brokeoffs se produisait sur la même scène réservée au rock au Marché Gare de Lyon... Ambiance country & western mâtiné de folk, blues et de punk ! Retour sur un réjouissant moment... Malgré un public encore timide et un groupe se demandant un peu ce qu'il fait là à l'affiche au milieu de très nombreux DJs, le concert démarre sur les chapeaux de roues avec une belle enfilade de country rock songs chantées avec une voix authentiquement vintage et jouées à l'ancienne par une chanteuse/guitariste et un guitariste/batteur. Dès l'instant où ils démarrent leur premier morceau, on sent que ces deux-là - Holly Golightly et Lawyer Dave - respirent la passion pour la musique qu'ils interprètent ; c'est en effet avec une ferveur et un enthousiasme juvéniles qu'ils délivrent un set alternant entre les morceaux enlevés, calmes ou langoureux. Influencés par le Bourbon, les Ribs (côtes de porc au barbecue), Howlin Wolf et Lead Belly - c'est eux qui le disent sur leur myspace ! -, Holly Golightly and The Brokeoffs ont le petit truc en plus que n'ont pas les poseurs ou les perdreaux nés dans... Lire la suite

Boss Hog (Nuits sonores 2009)

Critique écrite le 23 mai 2009, par Pierre Andrieu

Marché Gare, Lyon 22 mai 2009

Boss Hog (Nuits sonores 2009) en concert

Les Américains de Boss Hog (le couple 100% brun/cuir noir Cristina Martinez et Jon Spencer + un groupe au taquet) ont donné un concert d'anthologie aux Nuits Sonores à Lyon, un super festival électronique invitant également des groupes de rock indé classieux... C'est la canicule à Lyon (32 degrés au bas mot... ), le festival Nuits Sonores bat son plein depuis quelques jours déjà, transformant la ville en immense free party bon enfant la journée sur les places lyonnaises et la nuit dans une foultitude de salles... Et pourtant, dès son arrivée sur scène façon gang soudé, Boss Hog réussit à faire péter le thermomètre illico presto avec un set furieusement rock n roll. Pour un retour, c'est inespéré, c'est un miracle, que dis-je c'est le paradis du rock n roll. Une heure durant (rappel compris), les New Yorkais chéris des fans de punk 'n blues se frottent le yeux pour y croire et se convaincre qu'ils ne sont pas dans un rêve : devant eux Cristina Martinez fait le show, chante divinement, bouge comme une furie et fait des œillades à son conjoint Jon Spencer (surexcité par ces avances explicites), qui, quant à lui, fait couiner sa guitare, hulule comme un damné et sourit avec une grosse idée derrière la tête, le trio... Lire la suite