Accueil Tous les festivals Lollapalooza Paris : les artistes en concert
Vendredi 14 décembre 2018 : 10881 concerts, 25295 chroniques de concert, 5236 critiques d'album.
Lollapalooza Paris

Lollapalooza Paris

20 & 21 juillet 2019
Hippodrome de Longchamp

Lollapalooza Paris : le programme

Dimanche 21 Juillet 2019

Lollapalooza Paris - Pass 2 Jours

Fin des concerts

Lollapalooza Paris : les dernières chroniques concerts 5 avis

Gorillaz, Noel Gallagher, The Killers, Rag'n'Bone Man, Stereophonics (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 2)

Critique écrite le 25 juillet 2018, par Coline Magaud

Hippodrome de Longchamp, Paris 22 Juillet 2018

Gorillaz, Noel Gallagher, The Killers, Rag'n'Bone Man, Stereophonics (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 2) en concert

Deuxième et dernier jour au Lollapalooza Festival. La faune n'a pas changé, la poussière est toujours là et le soleil, même s'il joue à cache-cache avec les nuages, nous promet à nouveau un beau moment en attendant LE groupe de la soirée, Gorillaz. Soyons honnête, même Noel Gallagher ne génère pas autant d'excitation en moi en ce 22 juillet, étant donné que cela fait 17 ans que j'attends ce concert... Bref, retour rapide sur les autres artistes de cette journée. Rag'n'Bone Man Premier aperçu de concert, la soul-blues de Rag'n'Bone Man sur l'Alternative Stage. Une chose est sûre, le bonhomme a du charisme et ses capacités vocales sont bien réelles. Face au soleil, l'artiste dégage une musique tout en rondeur et en aspérités et même si la post-brit-pop des Stereophonics nous appelle à l'autre bout du site, il faut constater que le public est envoûté, sous le charme de cet Anglais dont la sensibilité musicale n'est plus à prouver. Stereophonics C'est un peu comme pour expier les vieux démons de l'adolescence que l'on assiste au concert de Kelly Jones et sa bande sur la Main Stage 1. Rien de nouveau sous le soleil donc, pour le combo qui déroule sa pop-rock devant un public majoritairement composé d'Anglo-Saxons... Lire la suite

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018)

Critique écrite le 29 juillet 2018, par Samuel C

Hippodrome de Longchamp - Paris 21 juillet 2018

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) en concert

Le festival Samedi 21 juillet débutait la seconde édition de la version française du Lollapalooza. Cet événement est porté par le tourneur Live Nation et accueille des artistes majoritairement "maison" comme les très attendus Depeche Mode en fin de tournée mondiale et d'autres qui débutent la leur : Nothing but Thieves par exemple. Le cadre Lollapalooza posait de nouveau ses scènes ainsi que sa Tour Eiffel logotée et illuminée sur le site de l'hippodrome de Longchamp. L'accès au festival est simple, rapide et conforme aux normes de sécurité actuelles. Alors que la chaleur règne, des zones d'ombre sont les bienvenues et des points d'eau ont été prévus (quelques stickers "eau non potable" sèment le doute, tandis que la bouteille d'eau de 50 cl est vendue 3€, comme dans d'autres festivals certes mais est-ce une raison de les imiter ?). La particularité actuelle de ce rassemblement -qui était très alternatif à l'origine- réside dans la variété des genres musicaux programmée et la qualité des animations et partenariats. Le Kidzapalooza destiné aux enfants est une réussite dans son genre, de plus en plus de mineurs accompagnent en effet leurs parents dans ce type de rassemblement festif, sonore et souvent intelligent. Il y... Lire la suite

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1)

Critique écrite le 23 juillet 2018, par Coline Magaud

Hippodrome de Longchamp, Paris 21 Juillet 2018

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1) en concert

La deuxième édition de la version française du grand festival américain lollapalooza se déroulait le week-end des 21 et 22 juillet à l'Hippodrome de Longchamp à Paris. Une chose est sûre, les organisateurs n'ont pas lésiné sur les moyens pour accueillir la foule (venue moins nombreuse que prévu, au vu des différents dispositifs mis en place) et le site, sans être extraordinaire, est agréable pour les festivaliers qui ne se marchent pas dessus. Les déplacements de foule sont fluides et les files d'attentes pour se ravitailler en boisson / nourriture / aller aux toilettes sont loin d'être interminables (coucou We Love Green, pardon, c'était trop tentant !). La foule majoritairement composée de Britanniques en grande forme (soleil + boisson = combo gagnant pour nos amis d'outre-Manche) est bon enfant et même si certains hipsters ersatz de Californiens (me) donnent quelques envie de violence, c'est finalement satisfait qu'on fait le bilan de cette édition 2018 du Lolla-Paris. Black Rebel Motorcycle Club Arrivée au cours du set du BRMC, c'est un soulagement de voir que ces derniers savent aller à l'essentiel en festival. En effet, les derniers albums studio du trio sont plus que dispensables et on peine à les imaginer mettre... Lire la suite

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar, Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017)

Critique écrite le 31 juillet 2017, par Samuel C

Hippodrome de Longchamp - Paris 22-23 juillet 2017

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar,  Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) en concert

Live Nation avait assuré ne pas gagner d'argent en organisant le premier Lollapalooza parisien. Le cachet des artistes devait en effet être conséquent pour réunir sur 48 heures une telle programmation... Divines : Alors que son album Lust for Life sortait l'avant-veille de sa prestation, Lana Del Rey et son style à la fois vaporeux et sensible n'arrivait pas à convaincre pleinement malgré d'excellents musiciens et deux danseuses-choristes efficaces. Se produisant au sein d'une scénographie type cabaret des années 30 nommé le Del Rey, la diva fait ce qu'elle peut. Sa musique ne se prête peut-être pas à être jouée en plein air. Malgré tout réentendre les classiques de son très réussi "Born to die" est plaisant. London Grammar était confronté à une situation identique : le timbre d'Hannah Reid est sublime et les compositions magnifiques. Toutefois on préférerait certainement apprécier le trio dans le cadre intimiste de la Cigale ou du Trianon. D'autant plus que la proximité de l'Alternative stage et de la Perry's stage donne l'impression d'entendre parfois d'étrange incursions de beats dans les envolées lyriques de la jeune anglaise. Renfrogné : On ne sait pas si Liam Gallagher a croisé le regard de son frère... Lire la suite

Lollapalooza Paris : Vidéo