Accueil Tous les festivals Festival Rythm'n Funk : les artistes en concert
Mercredi 12 décembre 2018 : 10934 concerts, 25294 chroniques de concert, 5236 critiques d'album.

Festival Rythm'n Funk

26-29 novembre 2009
Marseille


Le Rhythm'n Funk Festival est une manifestation musicale axée ssentiellement sur les musiques afro-américaines: Blues, Rhythm'n'blues, Soul music, Funky music et Jazz.

Festival Rythm'n Funk : vos critiques de concerts

Festival Rythm'n Funk : les dernières chroniques concerts 5 avis

Festival Rhythm'N'Funk 4/4 : Faroa + Ateliers de musiques Afro-Américaines

Critique écrite le 06 décembre 2009, par Mcyavell

Espace de l'Huveaune - La Penne-Sur-Huveaune 29 novembre 2009

Festival Rhythm'N'Funk 4/4 : Faroa + Ateliers de musiques Afro-Américaines en concert

Comment remplir une salle un dimanche après-midi maussade de novembre pour la clôture d'un festival ? Organiser des ateliers ? L'idée est bonne : ils drainent forcément du monde, chaque participant amenant quelques membres de sa famille et amis. En tout cas, le parking de l'Espace de l'Huveaune est bondé. Cinq groupes se succèdent : - L'Atelier d'Improvisation de la Cité de la Musique de Marseille, dirigé par Christian Bon ; - Le Mélodie 7 Jazz Band, dirigé par Guillaume Serre ; - L'Atelier de l'Ecole Yamaha Joliette, dirigé par Nicolas de Bruxelles ; - Melting Potes & Ce Soir Ou Jamais, dirigés par Pierre Bedouk. Soit respectivement : jazz/impro, jazz, funk/pop/rock, jazz/soul & soul/rhythm'n'blues. Beau condensé de ce qu'a voulu véhiculer ce Rhythm'N'Funk Festival cuvée 2009. Je suis arrivé pendant la prestation du dernier groupe. Trois saxos jouaient alors du Miles Davis accompagnés d'une rythmique percutante. Ils terminent leur prestation avec Just Funkin' Around de l'Average White Band, hommage à Maceo Parker. Le problème, c'est que la salle se vide avant l'arrivée de Faroa, encore un groupe sous le label Aya Muzic. Fondé en 2001, le groupe aurait mérité davantage de curiosité de la part de certains... Lire la suite

Festival Rhythm'N'Funk 3/4 : Monsieur Brun + Sylvain Beuf Trio

Critique écrite le 03 décembre 2009, par Mcyavell

Espace de l'Huveaune - La Penne-Sur-Huveaune 28 novembre 2009

Festival Rhythm'N'Funk 3/4 : Monsieur Brun + Sylvain Beuf Trio en concert

Déjà dix ans de collaboration entre ces trois références du jazz. Comme tout bon jazzman qui se respecte, leurs projets sont multiples. Sylvain Beuf (saxos) et Franck Agulhon (batterie) se sont par exemple produits à deux jours d'intervalle au dernier Charlie Jazz Festival, l'un avec le Paris Jazz Big Band, l'autre avec Baptiste Trotignon. Le troisième larron du Sylvain Beuf Trio est Diego Imbert. Sur l'intro de Tiboudienne, il percute de son archet les cordes de sa contrebasse à la recherche de sonorités orientales avant que le saxophone soprano n'occupe élégamment l'espace. Mais c'est surtout le sax ténor qui est le maître des lieux. Déjà tortueux sur Broadway, "le seul chemin pas droit de Manhattan", il se modernise sur Last Moments (construit sur les harmonies de All The Things You Are) et s'assagit pour un exquis moment de tendresse, For Heaven's Sake de Billie Holiday. Encore davantage de variété dans le jazz proposé avec Dear Zuzanna qui offre l'occasion à la section rythmique de s'exprimer différemment (merveilleux soli de Diego Imbert et sur le final, de Franck Agulhon). Alors que c'est toujours Sylvain Beuf qui avait assuré les transitions jusqu'à présent, Franck Agulhon tient à prendre le micro... Lire la suite

Festival Rhythm'N'Funk 2/4 : S.F. Funkestra + Trio Non Tempéré (+ Master Class de Djembé par Adama Dramé)

Critique écrite le 28 novembre 2009, par Mcyavell

Espace de l'Huveaune - La Penne-Sur-Huveaune 27 novembre 2009

Festival Rhythm'N'Funk 2/4 : S.F. Funkestra + Trio Non Tempéré (+ Master Class de Djembé par Adama Dramé) en concert

L'absence de subventions (rien du Conseil Général, rien de la Région !) et la désaffection du public le premier soir auraient de quoi décourager plus d'un organisateur de festival. Pierre Bedouk, lui, garde le moral en cette deuxième soirée du Rhythm'N'Funk Festival. L'affluence est déjà bien meilleure qu'hier soir et les mines dans le public sont réjouies, c'est bien là l'essentiel pour lui. Depuis un soir d'août 2008 et ma découverte de ce bassiste dans un autre festival monté par des musiciens passionnés, j'ai revu plusieurs fois Sam Favreau. Ses participations à différents groupes sont multiples. Au niveau local, il devrait faire un concours avec Pierre Fénichel pour le nombre d'apparitions dans des projets différents. Là, c'est son projet à lui qu'il présente, débuté voilà un an, le S.F. Funkestra. Il propose ses propres compositions dont vous pouvez écouter un échantillon ici. Pas besoin d'avoir fait St-Cyr pour deviner le pourquoi de l'appellation Funkestra : c'est un orchestre - 6 musiciens, c'est plutôt rare par les temps qui courent - qui joue du funk. Se sont-ils aperçus que je viens d'enlever mes chaussures ? Ils débutent en tout cas par Put On Your Shoes avec le plus beau solo de la soirée, celui de... Lire la suite

Festival Rhythm'N'Funk 1/4 : Post Image + Triple Swingers Invitent Daniel Huck

Critique écrite le 27 novembre 2009, par Mcyavell

Espace de l'Huveaune - La Penne-Sur-Huveaune 26 novembre 2009

Festival Rhythm'N'Funk 1/4 : Post Image + Triple Swingers Invitent Daniel Huck en concert

La sixième édition du Festival Rhythm'N'Funk a commencé ce jeudi soir. Quatre jours d'immersion dans les musiques afro-américaines. Le festival s'installe pour la première fois à l'Espace de l'Huveaune dans la ville de la Penne-Sur-Le-Fleuve-Du-Même-Nom. Lumineux et vaste espace bien agencé (bar fonctionnel qui propose l'exquise Cagole en pression et toute la gamme Fada !, expo photos, stand Aya Music, batteries exposées...) Triple Swingers invitent Daniel Huck There Is No Greater Love est l'occasion de faire connaissance avec les musiciens : Daniel Huck et ses 40 ans de carrière souffle dans son saxo alto avant de s'exercer au scat. Christian Mornet (piano), Christophe Levan (contrebasse) et Gilles Alamel (batterie) provoquent des applaudissements par leur solo respectif. Apparaît ensuite Kristin Marion qui s'attaque direct à un titre du répertoire d'Ella Fitzgerald, I'm Beginning To See The Light. Sans détrôner The First Lady Of Song, elle fait apprécier son timbre de voix puis la qualité de son scat sur This Can't Be Love (merveilleux duo avec Daniel Huck lui aussi très à l'aise dans cet exercice). Les standards se succèdent et avec eux les émotions : Shiny Stockings, After You've Gone... Les larmes sont... Lire la suite