Accueil Chronique de concert Dupain - Interview pour la sortie de Les Vivants
Dimanche 19 janvier 2020 : 11254 concerts, 25884 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Dupain - Interview pour la sortie de Les Vivants

Marseille 20 Février 2006

Interview réalisée le 21 février 2006 par Liveinmarseille.com



- Pouvez vous nous présenter le groupe (membres, histoire, etc..) ?

- Pierlo Bertolino(vielle à roue),Sam de Agostini (percussions), Sam Karpienia(chant), Daniel Gaglione (mandole,choeur), Noel Baille(basse,choeur).
Nous avons enregistré le premier album en 2000 chez virgin L'usina. Nous etions seulement trois : chant et tambourin, vielle à roue, percussions et samples. En 2002 toujours chez Virgin on enregistre Camina, Sam Karpienia se met à la mandole et Noel nous rejoins à la basse. Octobre 2005 c'est la sortie du dernier "Les Vivants" chez Label bleu, un label specialisé dans la musique jazz et world music qui aujourd'hui s'ouvre sur les musiques actuelles.

- Pourquoi ce nom ?

- Le pain est à la fois universel et local, c'est un aliment de base qu'on peut mélanger à toute les sauces selon sa propre culture. C'est aussi un nom modeste, le nom de monsieur tout le monde.

- Qu'est ce qui vous a pousser à faire de la musique ?

On a toujours fait ça, chacun dans differents groupes(Kanjar'oc, Leda Atomica, Gacha Empega). On fait de la musique parce qu'on veut participer à la création contemporaine, proposer une vision de la musique qui nous soit propre, avec notre heritage culturel.



- Comment avez-vous eu l'idée d'intégrer la vielle à roue comme instrument ?

Pierlo se promenait sur la Canebiere, il a aperçu une vielle dans la vitrine de l'Espace Culture, il decide d'en louer une chez un luthier en Lozere. Rapidement nous avons commencer à travailler avec.

- Qu'est ce qui vous pousse à continuer ?

C'est un metier bien agréable, on propose notre vision du monde, on rencontre des gens, des groupes. Aujourd'hui c'est notre principale activité, je me vois pas faire autre chose.

Quel est votre statut actuel ?

Nous sommes deux intermitents depuis 1998, l'année derniere on a peu tourné et donc certains ont perdu le statut. Deux sont actuellement sans statut. Le seul qui travaille à coté c'est Noel, il est docker au port autonome de Fos-sur-mer, c'est un statut particulier, il peut prendre des jours quand il veut, il est donc disponible pour les repetitions et les concerts.



Espérez vous un jour vivre de Dupain ?

L'espoir fait vivre, on y croit, neanmoins on reste lucide et on verra bien comment les choses evoluent par la suite.

Quelles sont les valeurs du groupe ?

Solidarité, partage, ouverture sur le monde et ses differences, esprit critique vis à vis des medias.

Si vous deviez décrire Marseille, qu'en diriez vous ?

C'est une ville portuaire en Mediterrané, une ville riche de ses differences culturelles. C'est aussi une ville qui a une forte culture ouvriere. On a pu s'en rendre compte lors des derniers conflits sociaux (rtm,sncm).



Comment avez vous senti évoluer le quartier de la Plaine ces dernières années ?

La plaine reste le quartier le plus convivial de Marseille, c'est un quartier ouvert qui accueille des gens venus de toute la region. Il y a un bon reseau associatif, des espaces de diffusion pour le spectacle vivant avec des tarifs abordables.

Que signifie pour vous de chanter en occitan ?

Chanter occitan c'est défendre une culture millenaire, c'est défendre la pluralité linguistique et culturelle de notre pays la france. C'est une façon de se placer non pas du coté des dominants de ce monde mais du coté des dominés, c'est comprendre l'histoire de notre pays, comment les cultures regionales ont eté peu à peu decimés par une politique centraliste et uniformiste.
L'occitan s'est notre spécificité culturelle, on aurait tort de ne pas l'utiliser, c'est une matiere interessante qui m'a permis d'exprimer des influences diverses tel que le flamenco, la pizzica(Italie du sud), ou la musique orientale. C
'est une culture qui met à l'epreuve notre sentiment de liberté puisque chanter en occitan est un vrai choix, on ne nous l'a pas enseigné à l'ecole, on ne nous l'a pas imposé.

Pouvez vous expliquer, aux non-initiés, la différence entre provencal et occitan ?

L'occitan regroupe tous les parlés du sud de la france, la langue d'oc. Le provençal en fait partie. Quand tu parles provençal, tu parles donc l'occitan. L'occitan est une langue qui regroupe tous les dialectes du sud de la france mais aussi une partie du piemont italien et une vallée espagnole.



Qu'avez vous à répondre à ceux qui font le rapprochement entre régionalistes et extrême droite ?

L'occitanisme n'est pas un regionalisme. Les regionalistes considerent le provençal comme une langue à part entiere, c'est un mouvement passeiste voir reactionnaire qui considere la langue de Mistral comme l'étalon immuable du parlé provençal.
La culture provençale est parfois recuperée, il est vrai, par des gens de l'extreme droite, ils ont une vision tres fermée de la culture à l'inverse du courant occitan qui prone l'ouverture et le changement.

En concert, vous faites des dédicaces à la jeunesse libertaire, est-ce un mouvement dont vous vous sentez proche ?

oui ,comme nous sommes proche des idées qui emergent du courant altermondialiste.

Que ferez vous en 2007 si Sarkozy est élu ?

Un nouvel album beaucoup plus virulent.



Pourquoi ce titre "Les Vivants" ?

Les vivants ce sont les gens qui se bougent dans leur quotidien pour dégager un peu plus d'humanité chaque jour, un peu plus de lien social, de façon à se rendre compte qu'on a tous les mêmes problèmes et s'est ensemble que l'on peut s'en sortir. C'est les acteurs du mouvement associatif dans les quartiers, les acteurs du mouvement syndicaliste, les empécheurs de tourner en rond.

Les textes sont à majorité politique, est-ce une nécéssité pour vous ?

C'est disons de la poésie engagée, on monte sur scène devant du monde , c'est un espace de democratie alors tant qu'a faire autant dire des choses qui ont du sens, c'est un devoir d'artiste .

Quand les patrons disent qu'il n'y a plus de lutte de classes car plus de classe ouvrière, ça vous inspire quoi ?

La classe ouvriere a été disseminé par des contrats d'embauche de plus en plus precaire, les boites d'interims ont rendu l'ouvrier seul face au monde de l'emploi, il est donc difficile pour lui de revendiquer ses droits. La classe ouvrière existe toujours mais elle est de plus en plus divisée, la preuve est le racisme qui s'installe dans les classes populaires. On divise les gens selon leur appartenance ethnique ou religieuse. Dans la lutte il faut s'unir ou alors s'est chacun sa mère.



Avant vous étiez chez Virgin maintenant sur un plus petit label, racontez nous ça ...

Le directeur aristique qui nous avait signé chez Virgin a demissioné, on s'est donc retrouvé un peu seul au milieu de cette grosse major avec plus personne pour nous defendre. Pendant qu'on maquetait le dernier album,on a reçu une lettre comme quoi on etait viré. Aujourd'hui nous sommes chez Label bleu, on est tres content,il bosse vraiment bien.

Comment qualifierez vous l'évolution de votre musique ?

On compose en fonction des influences du moment, on est je pense de moins en moins traditionnel de plus en plus actuel, c'est à dire plus proche des courants de musiques urbaines(electro rock).

Avant vous chantiez en occitan/provencal, maintenant en français ... Comment a réagit votre public de la 1ere heure attaché au côté trad ?

Très bien,je pense que le français nous a fait du bien, les gens maintenant peuvent adherer aux textes.

Le visuel du disque et plutôt bloquant. Quel est sa signification ? Qui est votre graphiste ?

On travaille avec CORIDA (tourneur, editeur, manageur), c'est aussi eux qui ont produit l'album (les vivants), ils ont un graphiste Olivier Carrier qui a realisé la pochette avec des dessins de Pierlo.



Que représente la scène pour vous ?

L'occasion de se defouler, prendre la route, toucher du public.

Dans les groupes que vous avez croisé sur la route, qui vous a le plus marqué ?

Zenzilé, Mei Tei Sho, Bumcello, Noir Desir.

Votre meilleur souvenir de concert (sur scène ou dans le public) ?

En tant que spectateur: Young gods aux arènes d'Arles en premiere partie de Noir Desir. Et sur scene, le rassemblement altermondialiste au Larzac en 2003, juste avant Manu Chao, devant 250000 personnes.

Votre pire souvenir de concert (sur scène ou dans le public) ?

En premiere partie de Noir Desir à Arles, le public attendait Noir Desir car il y avait deja eu un groupe avant nous, on s"est fait siffler pendant tout le concert, neammoins ça reste un bon souvenir.




Photos Pirlouiiiit

Dupain : les dernières chroniques concerts

Dupain en concert

Dupain par Pirlouiiiit
Studio de l'Ermitage, Paris, le 14/04/2015
Mon boulot m'amenant de temps en temps à Paris pour un ou deux jours je regarde souvent si je ne peux pas en profiter pour aller voir un concert le soir. En dehors de la première... La suite

Dupain en concert

Dupain par pirlouiiiit
Molotov, Marseille, le 21/02/2014
Après un début de soirée au Lollipop Music Store pour le showcase de Benoit Dettori, j'ai foncé au Black Unicorn pour voir le XV de France tenter en vain de percer la défense du... La suite

Dupain + QWX (festival des langues et cultures minorisées) en concert

Dupain + QWX (festival des langues et cultures minorisées) par Pirlouiiiit
Poste à Galène, Marseille, le 05/11/2013
Ce soir ne pouvant choisir entre musique kurde et occitane et rock bruyant j'ai décidé de faire le yoyo entre le Poste à Galène où se tient une des soirées phare du festival des... La suite

Dupain en concert

Dupain par Celine
la gare Maubec, le 09/03/2013
"Dupain se reforme et propose un concert à la Gare le 9 mars?!!! OUHAIAIAIAI!! Venez on y va!!" Et nous voilà parties à Maubec voir Dupain à la Gare, autant dire : nous voilà... La suite