Accueil Chronique de concert Interview de Ty Segall pour la sortie de l'album Freedom's Goblin
Dimanche 17 juin 2018 : 9773 concerts, 25029 chroniques de concert, 5218 critiques d'album.

Interview de Ty Segall pour la sortie de l'album Freedom's Goblin

Interview de Ty Segall pour la sortie de l'album Freedom's Goblin en concert

Los Angeles 2018

Interview réalisée le 16 mars 2018 par Pierre Andrieu



En grande forme sur scène l'été dernier avec son nouveau groupe The Freedom Band puis cet automne sur les cinq (oui, 5 !) nouveaux titres dévoilés avant la sortie de l'album Freedom's Goblin, Ty Segall était de retour dans les bacs avec son disque annuel le 26 janvier 2018... Au menu de cette collection de 19 titres : du rock garage, du rock 'n roll heavy, du country rock mais aussi de la folk music et de la disco, le tout sans aucun dérapage vers le mielleux, le sans saveur, l'aseptisé. Avec l'aide de son nouveau pote Steve Albini, qui a enregistré huit titres, l'infatigable Californien réussit à ne pas s'empêtrer sur la longueur et à maintenir l'attention à un haut niveau sur la durée. Son secret ? Il est simple, comme le nom de son groupe et le titre de l'album le laissaient supposer, c'est la liberté. Ty Segall fait à peu près ce qu'il veut quand il veut, ce qui explique beaucoup de choses. Et pour s'épanouir tout à son aise, le prolifique songwriter sait parfaitement s'entourer avec des musiciens impeccables (Mikal Cronin, Charles Moothart, Emmett Kelly, Ben Boye), des ingés sons aux petits oignons (Albini donc, mais aussi  F. Bermudez et Lawrence "Boo" Mitchell), sa femme Denée, qui démontre qu'elle peut elle aussi pousser la chansonnette en hurlant comme une belle furie sur un titre, et un... chien. Qui lui fournit l'inspiration pour un morceau et qui, si l'on en croit ses aboiements, aimerait bien répondre à la place de son maître aux questions qu'on lui pose quand on l'appelle au téléphone pour parler de Freedom's Goblin...



Freedom's Goblin compte 19 titres, c'est un double album, il a été enregistré dans plusieurs endroits différents entre 2016 et 2017, il aborde de nombreux styles... C'est ton projet le plus ambitieux à ce jour ?
Ty Segall : En un sens oui, mais l'album "Emotional Mugger" l'était aussi à mon avis ! A l'époque, j'ai beaucoup bossé sur ce disque, on a tenté plein de choses en studio : sur le son à proprement parler, sur les structures des morceaux, sur tout en fait. Mais c'est vrai qu'on a également mis beaucoup d'énergie pour mettre en boite "Freedom's Goblin"...

C'était prévu dés le début que le nouvel album soit aussi fourni ? Ou c'est venu au fur et à mesure de l'inspiration et des séances ?
Bah, en fait je n'y ai pas vraiment fait attention au début, je pensais que ça serait un album avec à peu près 10 chansons dessus. Et puis une fois qu'on a eu les dix, je me suis dit que ce n'était pas fini, qu'il fallait continuer à enregistrer, pour que ça soit au moins un double album au final. Pour être honnête avec toi, au bout d'un certain temps j'étais même parti sur l'idée de publier un triple album ! Et puis finalement ça n'a pas marché comme je le voulais. Mais, oui, j'avais dans l'idée de faire un disque assez long et dense...

Parle-nous de ton groupe actuel, le Freedom Band, sur scène (et en studio aussi visiblement !) vous avez l'air de vous éclater comme des ados qui font leur toute première tournée...
(rires) Ah oui, c'est cool d'avoir ce groupe avec moi, on adore jouer ensemble et partir en tournée... Voyager pour donner des concerts tous les soirs peut vite devenir un truc très chiant et créer une sorte de routine, se transformer en un putain de boulot comme un autre, quoi ! Mais avec ces mecs-là, qui sont aussi des potes et des musiciens incroyables, on arrive à garder une sorte de légèreté et à se marrer comme des gamins, sur scène et quand on enregistre.

En plus de tes collaborateurs habituels, tu as invité ta femme Denée à chanter sur le titre "Meaning"...
J'avais écrit une chanson dont j'avais fait une version qui ne me convenait pas... Donc je lui ai proposé de tenter le coup, elle a chanté et elle a tout défoncé, donc on a gardé le morceau avec elle au chant ! Je trouve qu'elle chante super bien, et c'était une bonne expérience de l'intégrer au disque !



Après l'enregistrement de ton album précédent au Studio Electrical Audio avec Steve Albini, tu as à nouveau fait appel à lui pour huit chansons, qui ont été réalisées à Chicago ou dans ton studio... Le résultat est classe ! Comment fonctionnez-vous tous les deux ?
C'était cool de bosser à nouveau avec Steve, c'est vraiment le meilleur ! Clairement, c'est un authentique maître pour la prise de son en matière de rock. Donc, quand tu bosses avec lui, il tire le meilleur de chaque musicien, il te fait découvrir des trucs, tu apprends toujours beaucoup avec lui ! On est devenus amis, c'est très agréable de bosser avec lui, donc on a passé du bon temps tout en travaillant... Et sur le nouvel album, il m'a aidé à trouver les sons que je voulais entendre sur mes nouveaux titres.

Tu as enregistré avec lui à Chicago chez lui et chez toi, puis tu as travaillé seul dans ton studio... Quand tu enregistres toi-même, tu t'inspires des méthodes d'Albini ?
Oui, il m'a aidé à comprendre certaines choses pour faire sonner de telle ou telle manière des parties pour lesquelles j'avais du mal à trouver des solutions pour enregistrer... Cela dit, quand tu fais un disque, c'est différent à chaque fois, tu rencontres tout le temps de nouveaux problèmes, donc il n'y a pas vraiment de règles ou de marche à suivre, il faut improviser sur le moment. Mais, c'est sûr, j'ai beaucoup appris en fréquentant Steve en studio, il m'a refilé deux ou trois techniques d'enregistrement qui m'aident énormément !

Tu as fait appel à ton pote Mikal Cronin pour jouer du saxophone et signer les arrangements de cuivres sur quelques titres, pour un résultat très original et réussi...
Mikal est vraiment un excellent saxophoniste, il a joué sur plein de super disques publiés ces derniers temps par la scène californienne... Et en plus, il maîtrise l'art de créer des arrangements pour les cuivres et les cordes, il a déjà signé ceux de l'album "Manipulator", sur lequel il s'était chargé des cordes. C'est super qu'il ait bossé sur "Freedom's Goblin", il s'est occupé des arrangements de cuivres et a joué du sax sur sept ou huit titres je crois... Il n'y avait pas de cuivres jusque-là sur mes disques, donc ça ajoute un élément différent et singulier à ce nouvel album, je suis très content du résultat ! Je fais des disques avec Mikal depuis à peu près 10 ans je crois, c'est toujours un véritable bonheur de bosser avec lui.

Est-ce que tu vas tourner avec une section de 3 cuivres comme celle aperçue lors de votre prestation à la télé chez Conan O'Brien sur le titre "Fanny Dog" ?
Ah non, malheureusement je ne partirai pas en tournée avec cette section de cuivres... Mais je vais essayer de me débrouiller pour trouver des musiciens supplémentaires pour certains shows de la tournée, je suis en train de bosser là-dessus !



Tu as déclaré chez Conan que "Fanny Dog", la très bonne chanson d'ouverture du disque, était à propos de ton chien, qui est d'ailleurs en photo dans le livret de l'album... Raconte-nous comment tu en es venu à composer ce titre...
(comprenant sans doute qu'on parle de lui, le chien de Ty se met à aboyer avec un bel enthousiasme) Au début, c'était un peu une blague d'écrire une chanson à propos de mon chien et puis je me suis lancé, ça me faisait marrer de faire ça ! J'adore ce chien, qui est toujours content de traîner dans mes pattes en remuant la queue et en aboyant gentiment. Comme c'est le cas maintenant d'ailleurs, tu as pu l'entendre...

La dernière chanson de l'album, "And Goodnight", fait penser aux longues chevauchées à la guitare de Neil Young... C'est une influence pour toi ?
Ah oui putain, Neil Young est une énorme influence  ! J'aime beaucoup toute cette période de la musique, les années 70... Neil Young avec son combo électrique, Crazy Horse, c'est l'un de mes groupes préférés !

Quels sont tes albums favoris de Neil Young ?
Quand j'étais gamin j'écoutais beaucoup "Everybody knows this is nowhere", j'adorais aussi passer en boucle "Harvest" et "After the gold rush"... Quand j'ai découvert "On The Beach", c'est devenu mon album préféré, puis j'ai adoré "Tonight's the night", c'en est arrivé aussi à être mon favori... Puis, j'ai écouté "Rust never sleeps" et c'est devenu mon disque de chevet, après il y a eu "Harvest moon", et ainsi de suite ! Donc, c'est difficile de te répondre, j'aime vraiment beaucoup ce qu'il fait, presque toute sa discographie en fait ! Et comme je suis fan, je suis allé le voir en concert plusieurs fois, il est toujours au top en live !



Il y a deux reprises sur l'album, "Every 1's a winner" par Errol Brown et "I'm free" par Kyle Thomas...
"Every 1's a winner", c'est un reprise du groupe Hot Chocolate, c'est l'un de mes morceaux fétiches, donc ça me faisait super plaisir d'en faire ma propre version... En ce qui concerne "I'm free", c'est un titre composé par Kyle Thomas, le mec qui se cache derrière le nom de scène de King Tuff. J'avais lancé l'idée à tous mes potes dans le groupe (Mikal, Charles, Emmett, Ben, Kyle) de m'envoyer une chanson à enregistrer, et il n'y a que Kyle qui se soit prêté au jeu. J'aime beaucoup ce morceau...

Le titre "She" semble fait pour rendre tout le monde complètement fou et donner envie de headbanguer comme un débile... Peux-tu évoquer ce morceau très marqué par Black Sabbath ?
Oui, tu sais chez moi tout est plus ou moins influencé par Black Sabbath ! (rires) Pour ce disque, je voulais que l'album prenne différentes couleurs... Quand j'ai réalisé que je n'avais pas de titre de hard rock, j'ai composé "She", un morceau bien heavy sur lequel on a pu jammer avec le groupe, un truc basé principalement sur un riff et pour lequel le texte est secondaire.

Cette année, tu as sorti un EP nommé "Fried shallots" pour lequel toutes les recettes des ventes sont allées à American Civil Liberties Union. Parle-nous de cette association...
American Civil Liberties Union fournit une aide juridique aux personnes qui ont besoin de se défendre mais n'ont pas les moyens de faire appel à un avocat... Cette association est là pour défendre les libertés individuelles et les droits civiques des personnes qui sont dans le besoin aux Etats-Unis, par exemple les migrants qui arrivent tout juste chez nous, ou les personnes en situation irrégulière dans notre pays depuis des années.



Après l'EP cité à l'instant, ton opus éponyme paru en janvier 2017 et ton nouvel album qui sort en janvier 2018, certains vont encore dire que tu publies trop de disques ! Qu'est-ce-que tu as à leur répondre ?
Oh, et bien pour être franc, je m'en cogne royalement de ce qu'ils vont dire ! (rires) Je fais ce que j'ai à faire... Les gens aiment ce que je sors, achètent mes disques, ou pas ! Moi, je continue à m'éclater en enregistrant assez fréquemment, donc le reste ce n'est pas mon problème ! En général, je sors un disque par an, c'est un rythme qui me convient. Si ça dérange certaines personnes, je ne force personne à écouter. Sinon, je crois que quand on est un artiste on doit faire comme on le sent, ne pas trop s'occuper de ce que les gens disent. Il faut bien se renseigner un minimum sur ce qui se dit autour de toi, mais pas trop sinon ça ne mène à rien artistiquement parlant...

Tu as quoi comme projets sur le feu pour 2018 ?
Ces derniers temps, j'ai collaboré avec pas mal de gens, mais je voulais d'abord finir "Freedom's Goblin" avant de passer à autre chose... Donc là, à cet instant précis, il n'y a rien de calé officiellement, mais je commence à avoir quelques idées sur ce que je vais faire ensuite, que ce soit pour moi-même ou au sein de deux ou trois projets avec d'autres artistes. Je peux déjà te dire que j'ai à nouveau un truc de prévu avec Tim Presley (de White Fence)... J'aime bien bosser avec d'autres personnes, c'est une manière de travailler qui est stimulante, qui me convient bien et qui aboutit souvent à des résultats inédits ! Et sinon niveau concerts, on sera en tournée avec le Freedom Band en France et en Europe fin mai et début juin 2018, et il y a aura quatre ou cinq shows chez vous.

Tu fais ce que tu veux artistiquement, tu sors autant de disques que tu le désires.. En fait, le "gobelin de la liberté", c'est toi, non ?
(rires) Heu, en un sens oui, si tu veux... Mais pour être franc, si le disque est intitulé "Freedom's Goblin" c'est plus parce qu'on est parti sur le concept de liberté sur cette série de chansons d'humeurs très variées... (sur ce, le chien de Ty se met à nouveau à se manifester bruyamment avec des aboiements, sans avoir l'air de vouloir s'arrêter) Heu, désolé, je crois que mon chien a quelque chose d'important à dire et veut te parler, lui-aussi... (Waf Waf Waf !!!)





A l'occasion de la sortie de l'album Freedom's Goblin, Ty Segall sera en concert à La Coopérative de mai (Clermont-Ferrand, 29 mai 2018), à l'Aéronef (Lille, 30 mai), à La Sirène (La Rochelle, 31 mai), à TINALS (Nîmes, 2 juin) & au Bataclan (Paris, 14 juin) ! Billets en vente en cliquant ici...



Une autre interview de Ty Segall, cette fois à propos de son album éponyme paru début 2017 est à lire ici et un entretien avec Steve Albini est à consulter ...

Liens : ty-segall.com, www.facebook.com/tysegall666, twitter.com/tysegall, www.dragcity.com, www.modulor.tv...

Photos : Titouan Massé www.facebook.com/titouanmassephoto, titouanmasse.tumblr.com, www.flickr.com/photos/titouanbzh, twitter.com/titouanbzh

Aide précieuse pour la traduction des questions lors de la préparation de l'interview : Coline Magaud.


Fuzz (Ty Segall) : les dernières chroniques concerts

Interview avec Ty Segall à l'occasion de la sortie fin janvier 2017 de son nouvel album éponyme en concert

Interview avec Ty Segall à l'occasion de la sortie fin janvier 2017 de son nouvel album éponyme par Pierre Andrieu
Los Angeles, le 16/03/2017
Que demande le peuple rock 'n roll de France ? Un nouveau skeud de Ty Segall tous les 3 mois, voire tous les 6 mois à l'extrême limite ? Pas la peine de stresser mesdames et... La suite

Fuzz - Ty Segall, Charles Moothart & Chad Ubovich - (Festival Rock en Seine 2015) en concert

Fuzz - Ty Segall, Charles Moothart & Chad Ubovich - (Festival Rock en Seine 2015) par Pierre Andrieu
Domaine national de Saint-Cloud, le 30/08/2015
Fuzz Comme à La Route du Rock quinze jours plus tôt au début d'une fraîche soirée de rêve présentant également Wand, Thurston Moore, Algiers et Timber Timbre, mais... La suite

(mon) Rock en Seine 2015, 2/2 : Kadavar, Pond, Last Train, Fuzz (Ty Segall), Jungle, Mark Lanegan Band, Parquet Courts, (Chemical Brothers) en concert

(mon) Rock en Seine 2015, 2/2 : Kadavar, Pond, Last Train, Fuzz (Ty Segall), Jungle, Mark Lanegan Band, Parquet Courts, (Chemical Brothers) par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 30/08/2015
Après une bien belle première journée passée vendredi au Parc de Saint-Cloud, et un samedi où nous avons vaqué ailleurs dans la capitale (...à entendre les retours et à voir les... La suite

Thurston Moore, Fuzz, Wand, Timber Timbre, Algiers, The Notwist, Sun Kil Moon (La Route du Rock Collection été 2015) en concert

Thurston Moore, Fuzz, Wand, Timber Timbre, Algiers, The Notwist, Sun Kil Moon (La Route du Rock Collection été 2015) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 14/08/2015
Encore une très bonne édition de La Route du Rock, avec quatre jours permettant de plonger dans un grand bain de musique indé classieuse, du 13 au 16 août 2015, à quelques... La suite

Shellac : les dernières chroniques concerts

Interview with Steve Albini from the band Shellac en concert

Interview with Steve Albini from the band Shellac par Pierre Andrieu
Chicago, le 03/06/2017
No use beating around the bush: Steve Albini is a living rock legend, a highly respectable legend for the work he's done as a sound engineer and producer on records that... La suite

Interview avec Steve Albini du groupe Shellac (en tournée en mai 2017) en concert

Interview avec Steve Albini du groupe Shellac (en tournée en mai 2017) par Pierre Andrieu
Chicago, le 03/06/2017
Inutile de tourner autour du pot, Steve Albini est une légende vivante du rock, une légende hautement respectable pour son travail d'ingé son/producteur réalisé sur des disques... La suite

Shellac + Décibelles en concert

Shellac + Décibelles par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 31/05/2017
Rhaaaaaaaaa, le groupe de Steve Albini, Shellac, à La Coopé ! Le saint Graal du noise rock à domicile, un an à peine après la monumentale gifle au This is Not A Love Song... La suite

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) en concert

Shellac, Ty Segall & The Muggers, Dinosaur Jr, Algiers, The Mystery Lights, Nots, Metz, Cavern Of Anti-Matter, Quetzal Snakes, Parquet Courts, Girl Band, Dirty Fences, Steve Gunn, Daddy Long Legs, Dilly Dally (This Is Not A Love Song Festival 2016) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 05/06/2016
Prog démente, site impeccable (superbe salle, jardin éphémère avec deux scènes extérieures bucoliques), soleil garanti, tarifs modérés, le This Is Not A Love Song Festival,... La suite

Ty Segall And The Freedom Band : les dernières chroniques concerts

Ty Segall And The Freedom Band (TINALS This Is Not A Love Song Festival 2018) en concert

Ty Segall And The Freedom Band (TINALS This Is Not A Love Song Festival 2018) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 02/06/2018
Habitué du This Is Not A Love Song Festival de Nîmes (où il a déjà joué moult fois, à notre plus grande joie d'ailleurs !), Ty Segall a une fois de plus fait un crochet par... La suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall par Philippe
Paloma, Nîmes, le 02/06/2018
Le vendredi, c'était par ici ! Deuxième journée et pas la moindre à TINALS, qui se joue encore une fois des nuages vaguement menaçants qu'on aperçoit ici ou là pendant la... La suite

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan en concert

Ty Segall And The Freedom Band + Mike Donovan par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 29/05/2018
Presque 4 ans après son mémorable dernier passage à La Coopé à l'occasion du Manipulator Tour, Ty Segall a effectué un retour tonitruant mais chaotique dans la salle de... La suite

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco en concert

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2017
Hélas, trois fois hélas, l'été se termine déjà, puisque son marqueur de fin, le toujours aimable festival Rock en Seine (15 ans déjà ! on a pas vu le temps passer depuis les... La suite