Accueil Chronique de concert Groundation, l'entretien. Rencontre avec Harrisson Stafford
Samedi 19 janvier 2019 : 11976 concerts, 25332 chroniques de concert, 5241 critiques d'album.

Groundation, l'entretien. Rencontre avec Harrisson Stafford

Groundation, l'entretien. Rencontre avec Harrisson Stafford en concert

Paris 14 décembre 2011

Interview réalisée le 14 décembre 2011 par Lebonair



Fin Octobre, à l'occasion du passage du célèbre groupe de reggae californien Groundation à Paris pour deux concerts à la Cigale, j'ai eu l'immense plaisir d'interviewer Harrisson Stafford le chanteur/guitariste et leader du groupe. J'ai eu envie de lui parler d'où je venais car il connaît bien la France, de citer le Webzine Concertandco qui soutient le groupe depuis longtemps et de mes références musicales pour l'amener vers les siennes. J'avais envie de le faire parler de lui, de ce qu'il fait en dehors de Groundation. J'espère donc que vous en serez un peu plus sur l'homme et sur le groupe. Au final, il aura répondu avec enthousiasme et une certaine profondeur à mes questions. L'année 2012 sera riche en actualité concernant Groundation avec un nouvel album " Building An Arc " prévu pour mars et bien entendu de nombreux concerts prévus en France.


Bonjour Harrisson, avant toute chose, je me présente un peu. Je suis Jérôme aka Lebonair, je suis originaire de Clermont-Ferrand, la ville où il y a la Coopérative de mai et je vis à Paris. Je suis un grand amateur de musique, un véritable passionné. J'écris de nombreux articles pour le webzine www.concertandco.com, un des plus importants sites musicaux de France qui est également connu en Belgique et en Suisse. Je t'ai déjà vu au Zénith de Paris en novembre 2009 et dernièrement à l'Olympia en mai à l'occasion du tribute to Bob Marley. J'aime de nombreux  styles musicaux et j'ai une préférence pour le son des années 70 et 90. J'avais envie là, de te donner quelques noms d'artistes qui font partie intégrante de ma vie : Pearl Jam, Queens Of The Stone Age, Led Zeppelin, Bob Marley, Jimi Hendrix, Deftones, Tool, The Black Keys, Clutch, PJ Harvey, Mike Patton (Faith No More), John Coltrane, Miles Davis, jaco Pastorius, Charlie Mingus, Nine Inch Nails et bien entendu ton groupe Groundation. Pour mes oreilles, Groundation fait partie des meilleurs groupes actuels toute musique confondue, voilà qui est dit. Mes références musicales te parlent Harrisson ? Dis-moi un mot là-dessus et parle-moi de tes références à toi.
Harrisson Stafford : Evidemment ils sont tous très importants... Certains d'ailleurs, je les connais très bien et jusqu'à aujourd'hui ils sont source d'inspiration pour ce qu'on fait dans Groundation : Mingus, Jaco, Miles, Coltrane, Bob Marley, Led Zeppelin, Jimi Hendrix... Les autres artistes que tu as nommés ont un impact énorme sur les gens: Pearl Jam, Tool, Nine Inch Nails, Jeff Beck.... Mais (quelle que soit la raison) ils n'ont pas eu un impact énorme sur moi. Pour moi, la musique Soul et des artistes tels que Marvin Gaye, Stevie Wonder, Sam Cooke, Otis Redding, and Curtis Mayfield sont très importants pour mon développement musical, le Funk aussi tels que James Brown, the Meters, and Sly and the Family Stone et le Rock/Pop comme par exemple Pink Floyd, Bob Dylan, Peter Gabriel, and Jethro Tull La musique Country peut me toucher aussi surtout Willie Nelson and Johnny Cash... En fait toute musique doit être explorée et étudiée en tant que vrai musicien



Harrisson, je veux te parler de ton premier album solo nommé Madness sorti cette année sous le nom Professor. Après 15 ans d'existence de ton groupe Groundation, pourquoi cet album solo ? Raconte-nous comment est né ce projet, ce disque et quelle expérience cela t'a apportée humainement et en tant que musicien...
Mon premier et seul album solo, Madness est le résultat d'une expérience personnelle profonde. En tant que juif Américain j'ai un lien à la fois religieux et familial avec la terre Israélienne. En fait, Groundation y a déjà joué plusieurs fois mais c'est un activiste français que je connais depuis des années qui a insisté à me faire découvrir les territoires occupés de la Palestine.
En 2009 j'ai appelé Arno (l'activiste français) et je lui ai dis "Rejoins-moi vers Damascus Gate le 8 Décembre 2009, j'irai avec toi dans l'Est Jerusalem et dans la bande de Gaza." Les 12 jours suivants ont eu un impact sur ma vie, bien plus que ce que je n'en attendais. Rencontrer des familles palestiniennes et parler avec eux au sujet de leur vie et leur lutte m'a beaucoup ému. Chaque nuit je marchais à travers les villes de Hebron, Nablus, Ramallah et je me suis enregistré en chantant dans mon iPhone. Une fois retourné chez moi l'expérience met restée. Toujours dans mes pensées, je me suis dit "que devrais-je faire? Comment je fais pour exprimer ces sentiments?" C'est là que je me suis penché sur les chansons que j'avais écrites. Grâce au poète Palestinien qui connaissait le Reggae et ne l'aimait pas pour son message négatif zioniste, je voulais enregistrer ce disque avec que des musiciens Jamaïcains âgés pour lui montrer un nouveau Reggae du point de vue Palestinien. Au départ je ne cherchais pas à faire un album solo forcément, il est né de cette expérience.


Comment a été perçu cet album auprès de tes fans ? Personnellement, j'ai beaucoup aimé. Plus roots, moins jazzy donc différent de ce que tu fais avec Groundation, c'est un bien bel album que tu as sorti là Harrisson.
Merci ... Ouais! Les gens semblent l'avoir bien aimé... c'est sûr c'est un reggae plus pur, enregistré par des maîtres à Kingston, Jamaica. Des chansons simples avec un message puissant ... et contrairement à Groundation le thème est très ciblé sur ce disque. Là où Groundation parle de la vie dans son ensemble, sur toutes les luttes, les triomphes, ce projet "Professeur" était à 100% sur le conflit Israelo-Palestinien. 





Comptes-tu à l'avenir renouvelé ce genre d'expérience solo, un autre album solo de prévu dans les prochaines années, tu en as envie ?
On ne sait jamais... J'ai passé un moment merveilleux en le produisant et si à l'avenir il y a un sujet qui vaut la peine de finir en projet solo, ça pourrait se reproduire.


Revenons à Groundation maintenant, quel regard portes-tu sur ces déjà 15 ans d'existence ? Tu es fier de votre parcours ?
Oui, après toutes ces années je suis très fier de ce qu'on a accompli et la façon dont notre musique a influencé le reggae et ces musiciens à travers le monde.... pour ça j'en suis vraiment heureux. Cependant, je sens qu'en tant que groupe, les 9, on n'a pas encore atteint notre potentiel. Je crois qu'il reste encore de la marge, qu'on a encore beaucoup de musique à produire.


Par ta musique, tu as visité un nombre incalculable de pays grâce à un nombre impressionnant de concerts que vous avez donnés devant un public de plus en plus nombreux en salle ou en festival. Peux-tu nous parler de quelques rencontres qui vous ont marqués, qui t'ont marqué, soit musicalement, soit humainement ?
La première personne qui a poussé notre musique en dehors des Etas-Unis, c'était Patrick Colleony. C'était un homme magique, très ouvert et amical. Malheureusement il est décédé d'un cancer, mais c'est Patrick qui nous rappellera pour toujours qu'il faut beaucoup de gens pour qu'une idée pousse, avance. En fait, toutes les personnes avec qui on a eu la chance de travailler ont eu un impact important sur nous et sur le chemin qu'on prend dans la vie.... The Music Action family, Lolo notre manager de tournée ici en Europe, Israel Miztrach du Brésil, Nick Harris et Hossein Attar qui sont de Californie. Pablo Moses, the Congos, Don Carlos et toutes les légendes du reggae qui ont soutenu notre son à travers les années. Tout le monde, du portier de l'hôtel de Casablanca qui m'a toujours accueilli avec de l'amour et de l'affection, jusqu'au jeune homme dans un fauteuil roulant qui m'envoie toujours des vidéos de lui jouant de la batterie sur les chansons de Groundation. C'est un rappel qu'on n'est qu'un seul peuple


Tu te rappelles de vos premiers concerts, ça remonte à quand, 2003 ? Vous avez sorti des albums avant de jouer sur scène il me semble? Cela représente quoi pour toi de jouer sur scène? Tu es heureux quand tu chantes devant ton public ?
Le premier concert de Groundation remonte à 1998 à un endroit nommé "the Moonlight" à Santa Rosa, Californie. Le lieu n'existe plus et je suis sûr que ce n'est pas notre concert qui leur aurait aidé à payer les factures! (il n'y avait peut-être qu'une vingtaine de personnes dans la salle mais qu'est-ce que j'étais nerveux). Je suis toujours heureux et honoré de jouer devant un public. En tant que musicien j'ai beaucoup appris sur moi-même à travers ces spectacles/concerts. Tout est dans l'attitude, le focus, et la concentration, bien jouer au sein d'un groupe c'est un défi qui apprend l'humilité.





Parle-nous de vos premiers concerts en France, au Glaz'art cette petite salle située dans un quartier un peu glauque dans le nord de Paris, près du périphérique de la porte de Villette.
De ces trois concerts au Glaz`art... je me souviens surtout du premier, il faisait si incroyablement chaud. Il n'y avait pas de fenêtres, l'air ne circulait pas et le groupe était un peu sonné dans un monde où la musique, le public, et les musiciens planaient, ne formant plus qu'un. Ces spectacles ont annoncé le ton pour les fans de Groundation. On a vraiment montré aux gens qu'on avait quelque chose à dire avec un nouveau son et un message.


Depuis vous avez sérieusement décollé, vous êtes passés chez nous régulièrement à l'olympia, à la Cigale où vous jouez d'ailleurs ce soir et demain, au zénith 2/3 fois il me semble notamment en novembre 2009, un grand concert d'ailleurs ce soir-là dans une ambiance magique et exceptionnelle avec 7000 personnes devant vous. La France est l'un des pays ou vous avez le plus de succès il me semble. Chez nous, vous êtes considéré comme un groupe référence, une sorte de légende vivante. L'ambiance qui vous est réservé ici est incroyable à chaque fois. Comment expliques-tu ce succès chez nous, ce rapport privilégié entre le public français et vous...
Notre famille Groundation est ici, notre tourneur, notre éditeur, notre label, ils sont tous basés en France. Je pense aussi que la France a un lien à ce qu'on fait, et cela a commencé bien avant notre naissance. Dans la musique de la révolution, le Jazz : Coltrane, Miles, Parker, etc, le Reggae, Marley, Congos, Spear, etc..., aucun d'entre eux n'a connu un succès global, mondial, jusqu'à temps qu'ils aient du succès en France. Miles Davis a été tabassé par la police à Chicago et il croyait que le monde entier était monté contre lui et sa musique. Puis il est venu à Paris, en France et les gens l'ont traité comme un roi. Merci au peuple français!!





Ailleurs dans les autres pays, chez vous aux Etats-Unis, quelle est votre notoriété ?
Groundation fait partie du mouvement underground qui portait l'épée musicale et qui allait vaincre le dragon. On n'est pas le bienvenu dans l'établissement américain, on représente quelque chose de dangereux à leurs yeux. Ils préfèrent  le gangster rap et voir la jeunesse en conflit, en se tuant avec de la drogue ou la Pop afin de pouvoir continuer à vendre leurs voitures, montres, chapeaux, et vestes. On est beaucoup plus connu au Brésil ou en Argentine où des milliers de gens viennent à nos concerts comparés aux Etats-Unis. Mais on a quand même du succès et l'amour de nos fans à travers la Californie, Hawai, Colorado, New York, Boston, Florida, et Washington DC.


Un mot sur toi, Harrisson, je te trouve charismatique, talentueux, mystérieux et porté par le mysticisme. Tu es doté d'une voix incroyable et d'autant plus en concert. Un constat, tu parles jamais de toi je trouve. Tu fais quoi en dehors de Groundation, de la musique, qu'est-ce qui te passionne en dehors de tout ça ?
Je construis des foyers à St Ann's Bay et la communauté Lime Hall en Jamaïque... J'espère un jour ouvrir la première école de musique à St. Ann Bay. Je suis avec ma copine en Jamaïque ou en Californie, je viens de la Californie, elle de la Jamaïque et on a une maison dans les deux pays. Je passe du temps avec mes amis de longue date et ma famille (maman et papa) vivent en Californie. En fait, chaque été mes amis et moi, on part à la montagne pour quelques jours pour un retour aux sources, cette année (2012) sera notre 18ème année, certains de ses amis, je les connais depuis avant même de savoir marcher. A part le business quotidien, je passe mon temps à lire, à prier pour des bonnes choses et pour tous ceux que je connais.


J'aimerais que tu me dises deux mots de tes acolytes notamment  Marcus Urani, Ryan Newman, les piliers avec toi du groupe et sacrés bons musiciens également...
Marcus Urani a bien commencé le feu comme moi quand je me suis mis dans le mouvement de la musique. C'est Marcus et moi,on produit le travail de Groundation du début jusqu'à la fin. Ryan Newman, lui c'est notre gourou, c'est un génie musical dont nous sommes reconnaissants (pour son temps). C'est la responsabilité de Marcus et moi d'encourager Ryan et le groupe à les pousser vers des eaux inconnues pour leur permettre de briller en tant que musiciens talentueux. Ryan c'est la première personne à qui j'ai fait appel pour former Groundation il y a plusieurs années. On s'est rencontrés à l'université de Sonoma State pendant l'orientation d'été en 1996, on est devenus amis et la musique c'était notre point de ralliement.




Pour finir, j'aimerais que tu me parles bien entendu de votre prochain album " Building An Arc " dont la sortie a été repoussée en Mars prochain (2012). Tu peux nous en dire un mot, quels seront les thèmes abordés ?
"Building An Art": le thème de l'album c'est la préservation et la protection pour toutes les bonnes personnes du monde. Comme l'arche de Noé qui protège l'humanité du déluge de Dieu ou Moise et l'arche de la Covenant qui a été le plus beau cadeau de dieu, et les dix commandements, CETTE "arch" c'est pour protéger les gens bien dans le monde. L'album c'est pour rappeler à tout le monde que les gens bien existent dans tous les domaines de la vie, quelque soi leur couleur de peau. De tout pays, on les soutient et on ne baisserait pas les bras jusqu'à ce que la dernière personne soit montée dans l'arche. On en a marre du "Caroussel", le bien et le mauvais, les traineurs, on ne veut que de la bonté sur la planète. 


Vous avez prévu d'autres dates en France en 2012, des festivals pour défendre cet album malgré le fait que vous allez donner quelques dates cet automne en guise d'apéro ?
Oui mec, on compte faire une attaque totale pour la sortie de cet album. En Avril-Mai on fait une tournée en Europe pendant 5 semaines, et puis encore en juillet pour les festivals. On défendra également l'album en Australie, en Nouvelle Zealand, à travers les États-Unis, en Amérique de sud dans la première moitié de l'année 2012.


Merci Harrisson d'avoir pris du temps pour répondre à toutes ces questions, merci aussi pour ces  sorties en version Dub de vos albums, quelle belle idée pour nous vos fans.Que votre musique nous enivre encore longtemps, très longtemps et qu'elle nous procure toujours autant de plaisir et de bien-être
Ce fut un plaisir ! It was my pleasure...and thank YOU for your love and support...bless.




D'énormes remerciements à Harrisson pour sa gentillesse et son immense talent et bien sûr à la formidable équipe de Music Action, Sophie Cadrouilh et Marie-Eve
www.musicaction.fr
http://groundation.fr/

Groundation : les dernières chroniques concerts

Groundation, Danakil, Protoje, The Skints  (Baco Reggae Festival) en concert

Groundation, Danakil, Protoje, The Skints (Baco Reggae Festival) par Lebonair
Le Zénith - Paris, le 27/10/2018
Le label indépendant Baco Records a réuni quelques-uns de ses meilleurs artistes le 27 octobre au Zénith de Paris :Danakil, Groundation, Protoje, The Skints, Nattali Rize et... La suite

Groundation en concert

Groundation par Lebonair
Le Bataclan, Paris, le 15/04/2015
Il s'est passé 5 mois depuis leur dernier et double passage à Paris au Trianon les 9 et 10 novembre 2014... Ce soir, les Californiens de Groundation ont déposé leurs valises au... La suite

Groundation en concert

Groundation par Lebonair
Le Trianon, Paris, le 10/11/2014
Le 21 octobre dernier, Groundation a sorti son 8ème album chez Soulbeats Records et il se nomme A Miracle. Comme souvent chez les Californiens, c'est à nouveau brillant, réussi... La suite

Groundation  en concert

Groundation par Lebonair
Le Bataclan, Paris, le 04/06/2013
J'étais heureux ce mardi matin en me levant car je savais que j'allais retrouver le soir même, en live au Bataclan, un groupe que j'aime tant, Groundation. Cela faisait un... La suite