Accueil Chronique de concert Interview avec Arthur de J.C. Satan à propos de l'album Centaur Desire (sorti le 2 mars 2018 chez Born Bad Records)
Lundi 19 novembre 2018 : 11993 concerts, 25249 chroniques de concert, 5234 critiques d'album.

Interview avec Arthur de J.C. Satan à propos de l'album Centaur Desire (sorti le 2 mars 2018 chez Born Bad Records)

Interview avec Arthur de J.C. Satan à propos de l'album Centaur Desire (sorti le 2 mars 2018 chez Born Bad Records) en concert

Bordeaux Mars 2018

Interview réalisée le 06 mars 2018 par Pierre Andrieu



Juste avant qu'il ne se lance dans un Tour de France en utilisant moult produits dopants (parmi lesquels nous citerons le Jack Daniel's) afin de promouvoir sur les routes en live l'impeccable nouvel opus de son groupe, "Centaur Desire" (chronique à lire ici), on a longuement parlé avec le passionnant, doué et drôle leader de J.C.Satàn, Arthur. Cette heure vingt via skype est passée très vite, le mec - pas avare de son temps - ayant des choses à raconter tout en n'omettant pas de toujours trouver une bonne punchline à décocher pour étayer son propos. Pour décrire le cadre de l'interview, on ne peut pas ne pas mentionner que sur le mur derrière Arthur, il y a une croix retournée, un poster avec de jolis cercueils et la pochette gothico sataniste de l'album précédent des J.C. Satan. La France a peur, gloire à Satan ! Entretien, où il est question de Centaur Desire bien évidemment, mais aussi de l'album Sgt. Pepper's, de féminisme, de Queens Of The Stone Age, de satanisme, de Syd Barrett, de bite de cheval, de tournée avec Ty Segall, de black metal, de tatouages, d'Eurovision, d'érotisme M6 du dimanche soir, de Johnny Hallyday etc, à découvrir ci-dessous...




"C'est important d'avoir de l'ambition (pas de la prétention, hein) quand on fait de la musique. J'ai des idées d'écriture, je veux que ça exprime une forme de richesse, même dans la simplicité..."


Ça fait déjà pas mal de temps (6 mois ?) que j'écoute en boucle l'album Centaur Desire... Il a été finalisé il y a combien de temps ? Tu as déjà dû passer à autre chose, j'imagine, non ?
Arthur Satan : On a enregistré l'album il y a un an, en février et mars 2017. On a quand même mis un mois entier à faire les prises de son, puis il a fallu prendre le temps de mixer, de tout préparer et là on est prêt à sortir Centaur Desire. Moi, je suis déjà en train de penser à faire un autre album, j'ai envie d'enregistrer à nouveau assez vite.

J'en étais sûr !
J'ai aussi fait d'autres trucs l'année dernière, j'ai un autre groupe qui s'appelle Mandingo, j'aimerais trouver un label pour sortir ça aussi...

Tu peux raconter comment s'est passé l'enregistrement de l'album Centaur Desire ?
C'était plus cool et du coup assez différent de ce qu'on avait fait avant : cette fois-ci on a tout enregistré en vrai, y compris la batterie, qui sur les autres disques était faite avec des samples sur ordi. Jusque-là on avait pas trop les moyens de faire ça, mais là pendant deux ans Dorian et moi on acheté plein de matos pour bien enregistrer : une putain de table de mix analogique, des super compresseurs, on s'est équipés avec tout l'argent qu'on a eu avec la SACEM et tout ces trucs qu'on n'avait jamais demandé (et donc touché) avant. On avait donc du putain de matos et ça faisait une bonne raison d'arrêter de bosser avec des ordis, ça fait longtemps qu'on voulait le faire mais jusque-là on n'avait pas les moyens. Romain, Dorian et moi, plus Paula qui venait pour les voix, on est partis un mois chez un pote à la campagne et on a enregistré un peu tous les jours. J'avais maquetté des morceaux avant mais pas tous, parce que j'aime bien créer des trucs sur le moment. Par rapport à avant, j'ai plus tendance à suivre les sons que je trouve pour écrire des morceaux plutôt que de toujours retrouver le riff et composer dessus. Du coup, avec cette méthode, c'était moins moi tout seul pour la musique avec Dorian pour les arrangements, c'était plus un vrai groupe qui enregistrait... C'était vraiment agréable à faire, une vraie batterie ça change les morceaux, c'est plus intéressant qu'il y ait Romain sur le disque !

Avant de te lancer dans le disque, tu avais une idée précise de ce que tu voulais faire ou tu t'es laissé porté par l'inspiration du moment ?
Je n'ai jamais une idée précise de ce que je veux faire avant de me lancer dans un album... J'écris juste des morceaux, et ce sont les premiers titres qui guident un peu le reste. Je ne compose pas les albums comme s'ils devaient marcher d'une traite mais ce qui est marrant c'est que quand j'écris une chanson j'ai toujours tendance à imaginer comme elle pourrait s'enchaîner avec quelque chose d'autre. Des fois, c'est la fin d'un morceau qui me donne l'envie d'en écrire un autre. Je voulais moins maquetter qu'avant et ne pas me mettre des idées de son dans la tête, je voulais vraiment utiliser le matos qu'on avait et partir de là. Il n'y avait pas d'idée de concept album, je voulais juste écrire et mettre en avant des putains de bons morceaux, j'espère qu'on y est arrivé ! Ce que j'aime bien dans ce disque c'est que chaque morceau est différent mais l'ensemble reste homogène, le rythme d'écoute du disque n'est pas cassé.



Je ne vais pas te faire l'affront de te poser la question la plus idiote du monde "vous commencez par la musique ou par les textes ?" mais explique nous comment vous fonctionnez Paula et toi pour écrire un titre de JC Satan ? Ça a l'air un peu mystérieux...
En fait, j'écris les morceaux, puis Paula les écoute et on voit ensemble dans le groupe si on aime ou pas. Puis, si ça plaît à tout le monde, Paula voit ce qu'elle ressent en écoutant la musique et de quoi elle veut parler... Ça arrive que j'aide un peu Paula à adapter ses textes à la chanson, c'est plus une question de métrique, on voit si ça passe. Mais le processus pour un morceau de JC Satan, c'est elle qui écrit par rapport aux morceaux que je compose, il faut que ça lui plaise, qu'elle le sente. J'ai souvent des idées de mélodies de chant, mais c'est vraiment bien de laisser Paula, qui à la base n'est pas vraiment une musicienne, trouver des petites choses. Donc, je transforme mes idées initiales de chant pour que Paula se sente à l'aise, parfois on part carrément sur une autre mélodie, plus naturelle pour elle. Donc, tu vois, ce n'est pas si mystérieux que ça ! Le texte pour moi est toujours censé servir la musique, sinon on est écrivain, on écrit des livres et on peut éventuellement mettre son livre en musique. Si on fait de la musique, on fait de la musique, c'est important que le texte puisse se poser sur une musique. On peut écrire un très beau texte, mais il faut comprendre qu'il doit se poser sur des temps, sur des mélodies, et les mots ont leur propres mélodies, c'est pour ça qu'on trouve cool de chanter en anglais ou en italien, des langues qui ont des accents mélodiques, plus que le français, qui a plus tendance à se déclamer, plus qu'à se chanter je trouve.

Paula et toi, vous avez des rapports à la Lennon/McCartney ou à la Jagger/Richards ? Vous vous stimulez l'un l'autre ou c'est conflictuel, ou les deux ?
On s'entend hyper bien, c'est cool de bosser avec elle ! Il faut comprendre qu'elle n'avait jamais fait de musique de sa vie avant de faire JC Satan alors que moi je fais de la guitare depuis que j'ai cinq ans, donc on n'a pas la même expérience. J'ai tendance à l'accompagner, à l'aider à chanter : Paula, elle ne savait pas chanter avant, elle chantait faux, elle a fait des progrès hallucinants et elle a un charisme fou. Tout ça c'est des trucs qu'elle a appris sur le tas et nous, Dorian et moi, on est vraiment là pour l'accompagner. Elle peut se reposer sur nous on va faire en sorte qu'elle soit le plus possible dans un cocon agréable parce que pour des gens qui n'ont pas du tout l'habitude, c'est dur comme expérience d'écouter ta voix, tu n'entends que tes défauts. On fait tout pour qu'elle soit à l'aise et, du coup, c'est devenu naturel pour elle de chanter. Donc, rien de conflictuel, c'est hyper agréable au contraire ! Moi, quand je fais d'autres groupes, parfois j'ai envie que Paula écrive des textes ! Je trouve qu'elle écrit des choses très belles, donc on fait attention à ce qu'elle dit quand on écoute les morceaux...

Au début du groupe, Paula et toi vous vous êtes retrouvés sur quels disques en commun  ?
C'est moi qui l'ai rencontrée en premier puisque j'étais souvent en tournée en Europe avec d'autres groupes, j'en ai eu 3 ou 4 avant JC Satan, des groupes garage punk qu'on faisait à l'arrache parfois juste pour partir en tournée. Elle organisait des concerts dans une salle à Turin et a toujours été dans la musique, mais plutôt en tant qu'organisatrice, elle avait aussi une émission de radio là-bas... Comme nous, on passait tout le temps à Turin, c'est devenue une pote, à tel point qu'elle est venue à Bordeaux en vacances et c'est là que je lui ai proposé de chanter sur des morceaux trop pop pour les autres projets garage punk que j'avais. Moi j'aimais autant le garage indé que les Breeders ou des groupes considérés comme trop connus pour certains personnes de l'"intelligentsia garage". On a commencé par faire un myspace pour rigoler... Et après y'a des gens qui nous ont pris au sérieux et qui nous ont demandé de faire des disques.




"Dorian et moi, on est hyper curieux de trouver comment faire quand on se pose des questions pour l'enregistrement, on ne veut pas d'un producteur qui apporte des réponses toutes faites. On va pas aller à la solution des mots croisés avant de les avoir finis !"


Depuis l'album précédent vous êtes chez Born Bad Records, comment ça se passe avec eux ?
Y'a pas grand chose à dire parce que ça se passe de la manière la plus simple de la Terre ! Moi, j'ai une seule manière de travailler (façon de parler bien sûr !), de faire de la musique : il faut me foutre la paix, je fais ce que je veux et à la fin je donne un produit fini, j'attends pas les avis des gens, soit ils aiment, soit ils aiment pas. De toutes façons, on n'a jamais vraiment cherché un label, la question ne s'est donc jamais posée... Avec JB de Born Bad, ce qui est cool, c'est qu'il respecte vraiment ça : s'il y a un truc qu'il n'aime pas, il nous le dira, on sera peut-être prêts à enregistrer d'autres morceaux, mais il fait vraiment confiance, il nous laisse tout faire, et l'avantage en faisant comme ça c'est que du coup on ne demande pas à se faire payer des studios, on se démerde tout seuls et donc ça fait économiser du pognon. Lui, tant qu'il aime le disque il est content, et nous tant qu'on fait ce qu'on veut on est ravis, tout le monde y trouve son compte ! Après, on discute un peu de la manière dont on va promouvoir le disque, nous on voudrait bouger un peu de France, faire des tournées eu Europe comme on le faisait au début et pour ça on s'est demandé comment faire pour que ce soit plus facile pour les gens de nous faire tourner à l'étranger.

Est-ce-que si vous aviez les moyens, ça vous intéresserait d'aller dans un studio renommé et de faire appel à un producteur comme les Liminanas avec Anton Newcombe à Berlin ou Ty Segall avec Steve Albini à Chicago ?
Non, pas du tout, du tout ! Je suis trop attaché à la production ! Avant les disques de JC Satan ne sonnaient pas toujours très bien parce qu'on n'avait pas les moyens et qu'on faisait les trucs à l'arrache mais il y a quand même des ambitions de son dans nos disques précédents, même avec un son de merde à l'ordi, on cherchait toujours des idées de prod. C'est devenu une part tellement importante pour nous, que moi ou Dorian, on veut être nos seuls producteurs. Le son, c'est une partie intégrante de l'écriture de la musique maintenant. Je ne pourrais jamais laisser quelqu'un le faire à ma place ou décider à ma place. On a acheté du matos de pro, on a peu de choses mais des trucs vraiment bien. On a du matos de qualité c'est pas pour se la péter c'est parce que ça nous permet d'apprendre sur ce genre de trucs et d'aller aussi loin qu'on veut en termes de son, sans avoir de limites techniques. Un producteur, il connaît trop bien son matériel pour te laisser la marge de manœuvre qu'il te faut pour essayer des choses, il saura comment il faut faire et ça t'empêchera de découvrir des trucs nouveaux. Parfois, il faut défaire techniquement certains trucs pour arriver à créer des choses intéressantes. Donc, non, on ne veut pas de producteur extérieur ! Et d'ailleurs maintenant, on me demande pas mal de produire et d'enregistrer d'autres groupes...

Et pour les cordes par exemple (il y en a sur le disque), ça ne pourrait pas être intéressant ?
Bah non, on a une paire de micro d'ambiance à rubans qui sont géniaux, on peut faire des prises merveilleuses en stéréo avec ça ! Y'a pas de studios qui ont de meilleurs micros que ça... Ce n'est pas parce qu'un studio a une salle insonorisée que c'est mieux ! Je préfère aller enregistrer des cordes chez mes parents parce que je sais que le salon est en pierres et que la réverbération de la salle est belle. Un studio c'est pas nécessairement le graal, parfois il faut juste une pièce pourrie de merde, et c'est là que ça va bien sonner, il faut chercher ! Dorian et moi, on est hyper curieux de trouver comment faire quand on se pose des questions pour l'enregistrement, on ne veut pas d'un producteur qui apporte des réponses toutes faites. On va pas aller à la solution des mots croisés avant de les avoir finis !

Oui, c'est pas con ! La prod du disque justement, je la trouve très riche et ça me faisait penser à une version punk du Sgt. Pepper's des Beatles... Ce disque, c'est un modèle pour toi ?
Si tu me dis des trucs comme ça, j'ai les larmes aux yeux moi ! Je suis ultra fan des Beatles et des Kinks. Sgt. Pepper's, c'est une merveille ce disque-là ! T'es le deuxième à me dire ça, c'est ouf ! L'autre, c'était Pierre de Petit Fantôme, il m'a dit qu'il avait ressenti la même chose en écoutant "Centaur Desire" qu'en écoutant "Sgt. Pepper's". Ça me déchire le cœur (en bien !) d'entendre ça, je trouve même que c'est trop, je ne suis pas d'accord ! On n'a pas encore atteint le côté aérien de ce disque des Beatles, la prod de JC Satan est très moderne, très compressée (j'aime ça aussi, ça me convient), donc l'air circule moins dans notre disque... Mais ça fait plaisir d'entendre des trucs comme ça, c'est sûr ! Je trouve que c'est important d'avoir de l'ambition (pas de la prétention, hein) quand on fait de la musique et qu'on écrit des morceaux. J'ai des idées d'écriture, je veux que ça exprime une forme de richesse, même dans la simplicité...



J'ai pensé également aux Queens of The Stone Age en écoutant le disque (particulièrement sur le titre Centaur Desire), tu es fan  ?
Oui, j'adore les trois premiers albums, les Queens of The Stone Age pour moi c'est exemplaire dans la façon de savoir faire un rock produit, quelque chose qui n'est pas dans l'indé (l'indé c'est un peu un mirage, on commence toujours là et quand on est bon, on finit toujours pas en sortir). Ce que je trouve fort sur les 3 premiers QOTSA c'est qu'ils ont réussi à faire écouter à des millions de gens des choses vraiment complexes dans l'écriture, dans la façon d'aborder les morceaux, qui sont hyper bien foutus, hyper intéressants. Et ça, ça me fascine ! Je pense qu'on peut l'entendre dans ma façon d'écrire, de faire certains solos avec une fuzz et un octaver ou sur certaines mélodies...

J'ai aussi trouvé de belles références au Pink Floyd de Syd Barrett sur les voix et les chœurs...
Là, t'es en train de me dérouler tous mes albums fétiches ! Oui, j'adore ce disque aussi ! Les deux premiers albums de Pink Floyd, ce sont des disques que j'aime énormément, même le deuxième où Syd Barrett n'est que sur deux morceaux, on sent qu'ils sont encore influencés par lui. Ces albums me fascinent ! Ce qui est fou chez Syd Barrett, c'est qu'il a une écriture ultra automatique qui est très dure à suivre pour des musiciens, c'est difficile de comprendre comment il fait. On a l'impression qu'il composait sur l'instant et qu'après s'il avait essayé il n'aurait plus jamais pu jouer le morceau de la même manière... C'est quelque chose que je n'ai pas, ça, moi : j'écris des choses qui restent après, au moment de l'enregistrement, que je peux refaire. Barrett, c'est un génie qui ne se maîtrise pas, c'est un fantasme pour un musicien. Il y en a beaucoup qui révéraient d'être comme ça, qui peuvent être très bons, mais qui n'auront jamais ce naturel. Le premier disque de Pink Floyd est parfait ! Et pas plus tard qu'hier soir en dessinant, j'écoutais le deuxième Floyd, particulièrement le morceau "Corporal Clegg". Et justement j'adore les chœurs dont tu parles, tout le travail qu'il y a en fond derrière l'écriture, les arrangements, très peu de choses, seulement trois instruments et pourtant tu as l'impression d'avoir un panorama gigantesque. C'est vraiment génial !

Il y a plusieurs facettes dans JC Satan, il y a des côtés punk, garage, noise et pop, c'est ce qui définit l'ADN du groupe, ce mélange de tout ça ?
Oui, j'imagine, Satan c'est les influences que j'avais avant de faire vraiment de la musique mêlées à l'expérience que j'ai gagnée en en faisant dans l'indé et du coup en creusant comme je n'aurais pas pu le faire si je n'avais pas fait autant de choses. Donc, c'est un mix de tout ça, de là à dire qu'il y a un ADN, plein de choses s'entrechoquent dans nos titres... Sur nos disques, on peut passer d'une ballade gainsbourienne à un truc à la Pink Floyd à un truc à la Queens Of The Stone Age, et ce dans le même album ! Ce que je veux qu'on retrouve, le lien, c'est l'écriture, je serais très fier si un jour on arrivait à reconnaître mes idées mélodiques, j'espère que l'ADN se retrouvera là.

Justement, à propos des différentes facettes du groupe, parle-nous des love sessions, le versant plus calme de JC Satan en concert... Vous allez le refaire ? Ou proposer une partie soft et une partie noise dans vos shows ?
Non, ça jamais ! Je déteste les concerts de rock best of, avec une partie ballades... Dans notre nouveau set, on a intégré deux ballades, mais on les fait exploser ! En concert, je préfère avoir un impact fort dans un sens bien précis, je pense que ça nous va très bien de faire des concerts assez bourrins, assez lourds, j'ai pas envie de casser l'ambiance avec le moment "ballades" où on sort les briquets... Je trouve ça chiant ! La raison pour laquelle on a fait les love sessions c'était pour séparer les deux, on ne faisait que des ballades mais pas acoustiques, très électriques. On a fait ces shows pour pouvoir jouer les morceaux qu'on ne pouvait pas faire dans nos sets normaux parce que tout le son du set "normal" il est fait pour la puissance, pour le grain, il faudrait avoir d'autres amplis derrière, les changer suivant les morceaux, je trouve ça chiant à mourir de faire ça.




"Ce morceau, "Centaur Desire", il est marrant parce que c'est vraiment bête et méchant, c'est une féministe qui a envie de se faire démonter, qui adore ça, qui a envie d'un macho. J'aime bien le titre du morceau aussi, cet espèce d'érotisme M6 du dimanche soir avec un cheval."


On peut évoquer les textes maintenant, particulièrement celui du morceau Centaur Desire ?
Oui, ce titre va être un peu polémique je pense. C'est Paula qui en parlerait le mieux, c'est elle qui a écrit le texte. En gros, ça parle d'une féministe qui dit qu'elle a envie de se faire bien violenter, parce qu'elle aime ça.

C'est pas un morceau exactement dans l'air du temps, donc... (rires)
Non, mais à vrai dire c'est pas choquant puisque c'est le choix de la femme dans le morceau, elle a cette envie de domination. Je pense que Paula voulait parler de ces clichés d'égalité homme/femme qui ne plaisent pas forcément à tout le monde, même en tant que féministe... Après, c'est pas du tout politisé, absolument pas, Paula elle en a rien à foutre de ça, elle a pas du tout aimé les réactions féministes qu'il y a eues par rapport à la musique, à des potes à nous, comme le groupe Viol. On a tous été super choqués par les réactions puériles qu'il y a eues par rapport à la polémique sur Viol, c'est puéril, ça dessert le message féministe. La culture peut prendre des formes qui ne font pas plaisir mais ce n'est pas parce qu'on dit des choses horribles qu'on n'exprime pas quelque chose de bien ; sous couvert des paroles les plus débiles, on peut faire passer quelque chose, on peut dire des trucs. C'est la distanciation que l'art ou la création permettent, et ça il faut le garder. Ce morceau, "Centaur Desire", il est marrant parce que c'est vraiment bête et méchant, c'est une féministe qui a envie de se faire démonter, qui adore ça, qui a envie d'un macho. J'aime bien le titre du morceau aussi, cet espèce d'érotisme M6 du dimanche soir avec un cheval. C'est le genre de truc érotique ringard, il y a cette sensation de virilité à travers la bite du cheval... L'homme cheval, le centaure, dans le mythologie c'est une brute qui baise et qui copule tout le temps, qui boit et qui est assez violent, donc ça va bien avec ce que Paula raconte dans les paroles.

Il y a un autre titre qui a l'air assez gratiné, c'est "Drink, Dope & Debauchery"... Ça raconte les tournées de JC Satan ?
Ouais, heu, ce morceau ça parle du fait de se la mettre, de s'la coller quoi... Ça ne va pas beaucoup plus loin, mais la manière dont c'est présenté est assez marrante. Dans le groupe, on est quand même tous de très gros fêtards, on a le droit de parler de ça je pense, on est assez légitimes de ce point de vue là il me semble !

Parle-nous de la pochette du disque...
C'est exactement la même histoire que pour le deuxième album, ça nous a fait marrer d'ailleurs... Tu vois les deux pigeons sur la pochette d'"Hell Death Samba" ? Paula avait trouvé des cartes postales par terre place Saint-Michel à Bordeaux. Et bien pour cet album, c'est pareil : elle est tombée cette carte postale par terre au même endroit ! C'est une statue de Chiron, un des seuls centaures qui soit plus calme que les autres et un peu philosophe... On aime bien ce genre de pochette simple, en noir et blanc et puis ça collait bien avec le morceau "Centaur Desire".



Pour le nouvel album, il y a un disque en particulier qui vous a inspiré ?
En général, quand je fais de la musique je n'écoute pas grand chose... Mais, pour le morceau numéro six du disque, je ne me souviens pas du titre, on donne des noms débiles provisoires comme "techno prout  quand on bosse dessus...

(rires) C'est "Complex Situation" !
Ah oui, pour "Complex Situation", je me suis inspiré de l'album du duo italien Chrisma, "Chinese Restaurant", que j'écoute tout le temps en ce moment... Il date de 1977, Chrisma c'est une sorte de croisement entre Neu! et les Stooges, avec des boites à rythmes, une espèce d'électro rock punk assez lo-Fi, je trouve le disque fabuleux ! J'avais cette envie d'un truc où on ne mettrait pas nécessairement la guitare en avant pour une fois... Sinon, les mélodies des morceaux me sont venues dans ma douche, sans penser forcément à des choses que je suis en train d'écouter.

Sur la tournée, il va y avoir pas mal de plateaux avec un autre excellent groupe français, Jessica93... Comment ça s'est fait ?
Avec Geoff, ça fait déjà un bon moment qu'on se connaît, on a joué plein de fois ensemble, et on était tous les deux sur le label Teenage Ménopause sur nos albums précédents. Et là, en plus, on a le même tourneur, My Favorite, donc on trouvait ça cool de jouer ensemble comme on est potes et qu'on s'entend bien ; ça fait des concerts cool, c'est plus naturel. Et c'est quand même plus agréable pour tout le monde d'avoir des plateaux comme ça plutôt que des plateaux faits par les SMAC avec des groupes de pop variétés comme Bagarre, même si on s'entend bien avec eux aussi. On est ravis de jouer avec les Liminanas également, ce sont des super potes à nous ! Quand on joue avec des gens qu'on aime et qui font le même style de musique, je pense qu'on a tendance à donner de meilleurs concerts !

Vous avez beaucoup joué à l'étranger, jusqu'au Etats-Unis... Quel est l'accueil hors de nos frontières ?
Nous, on adore voyager donc on veut se barrer à l'étranger dès que c'est possible ! Ça fait super longtemps qu'on joue hors de France, on a commencé par ça d'ailleurs ! On a toujours un super accueil, on commence à avoir plein de potes partout, jusqu'au USA, que ce soient des organisateurs ou des groupes (on a fait une tournée côte ouest pour laquelle on a été bien aidés par The Intelligence et Ty Segall, avec qui on a fait quatre dates là-bas, on aimerait bien refaire une tournée US !). Après, on est pas forcément très reconnus, on n'est pas Ty Segall, on va pas arriver dans des salles avec une foule de gens en délire. On a fait des concerts de fou, comme des sets dans des bars miteux avec personne ! Mais ça aurait pu arriver en France aussi de jouer devant trois pelés et un tondu. Au niveau de l'accueil, on sent pas une grosse différence. C'est sûr que quand on joue à Paris, ça pète bien les plombs en général ! En France, on n'a plus de concerts vides maintenant, c'est dû au fait de sortir des disques via Teenage Ménopause ou Born Bad... Même si l'accueil peut être froid au début, en général on arrive à satisfaire les fans de rock avec nos concerts.




"En live, on ne va rien ressentir si l'on voit un mec concentré sur son micro, qui ne bouge pas une oreille. Les gens qui attendent ça, je leur conseille de s'intéresser plutôt à la variété française !"


Raconte-nous cette histoire de tatouages avec Ty Segall, il en avait parlé dans une interview (à lire ici)...
Il avait pris des vacances à Bordeaux, on avait passé une soirée ensemble, et je l'avais déjà tatoué... Du coup, j'avais pris ma machine à tatouer pour la tournée qu'on avait faite ensemble ; ça durait un mois et je savais bien que ça dégénérerait un soir ou l'autre. Quand je tatoue ds gens, que je suis bourré et que je fais des trucs de merde, j'ai l'habitude de demander en retour qu'on me tatoue, même si les gens n'ont jamais essayé de le faire avant. C'est pour ça que j'ai plein de tatoos de merde sur moi ! Donc, j'ai fait un tatouage d'œil à Ty, et lui en échange il m'a fait un tatouage de " shnobo ", qui est le nom d'un clown et le héros d'un opéra rock de 13 minutes qu'il a écrit (et enregistré je crois !). Mikal Cronin et Charles Moothart m'ont tatoué aussi... Charlie est nul, il est vraiment nul à chier, il ne sait pas tatouer du tout  ! C'est atroce ce qu'il m'a fait ! C'était des bonnes soirées après les concerts, on était à l'hôtel à boire des coups et à faire n'importe quoi.

Maintenant, une question signée Pascal "Power" Mondaz, votre ingé son, qui est de Clermont et qu'il m'arrive de croiser... Il voudrait savoir si tu es toujours chaud pour tatouer sa femme ? Il dit "Sachant qu'il était sensé faire un portrait de moi en dessin, il pourrait faire d'une pierre deux coups et me tatouer directement sur elle ?...
Alors, faire un tatouage de lui, j'adorerais ! Le faire sur sa femme, pourquoi pas ? On en a vaguement parlé dans une discussion il y a quelque temps... Il a une tête qui sera très agréable à dessiner je pense ! J'ai très envie de tatouer tous ses poils sur sa femme glabre, ça serait très intéressant.. Donc, Pascal, c'est un oui absolu !

Comme j'aime beaucoup ce que vous faites, j'ai essayé de conseiller JC Satan à des potes, et j'ai obtenu 50% de mauvais retours... Vous n'êtes pas assez consensuels visiblement, vous allez essayer de faire des trucs plus accessibles ? Ou vous en avez rien à foutre ?
On s'en fout ! C'est tes potes qui sont chiants ! C'est ce que je disais tout à l'heure, on essaie de proposer quelque chose basé sur l'intensité en live, si les gens veulent nous entendre bien chanter, il faut écouter nos disques ! Les concerts, c'est fait pour s'extérioriser, c'est cathartique, et c'est forcément plus extrême, donc je ne supporte pas les gens qui attendent de la retenue, de la justesse à tout prix. En live, on ne va rien ressentir si l'on voit un mec concentré sur son micro, qui ne bouge pas une oreille. Les gens qui attendent ça, je leur conseille de s'intéresser plutôt à la variété française (je ne le dis pas méchamment, hein) ! Un putain de vrai concert de rock, c'est trop viscéral pour être contrôlé, lisse, propre... Certains vieux live des Pixies ne sont pas très justes, mais ce n'est pas un problème, au contraire !



A part les disques dont on parlait tout à l'heure (Sergent Pepper's, QOTSA, Syd Barrett etc), tu as des albums fétiches que tu t'achètes en vinyle et vers lesquels tu reviens souvent ?
"The Idiot" d'Iggy Pop, je l'adore, je pourrais l'écouter tout le temps, particulièrement la chanson "Dum dum Boys", le disque de Chrisma, dont on parlait à l'instant... Et puis, un des mes disques ultra fétiche c'est la bande originale du film Conan le Barbare, signée Basil Poledouris, c'est un de mes disques préférés de la Terre entière ! J'écoute pas mal de bandes originales de films, comme la BO d'Akira, je la mets souvent quand je dessine... Les disques des Beatles, ça me fait toujours un truc de fou ! Un disque que j'adore aussi c'est D.R. Hooker, "The truth". Je reste assez classique, y'a pas besoin d'aller chercher très loin pour trouver de très grands disques : un Kinks, un Beatles, un Velvet... Ce sont vraiment des choses qui ne sont pas là pour rien, y'a pas besoin de se creuser la tête ou de trouver les choses les plus secrètes pour qu'elle soient géniales. C'est devant nos yeux depuis longtemps. C'est des disques de chevet dont je ne peux pas me passer. Les trois premiers Queens Of The Stone Age, c'est pareil. Quand je veux écouter un bon disque de rock, je mets ça. Les Desert Sessions aussi, à la base je préférais même ça à QOTSA ! C'est un laboratoire dans lequel on entend des idées qui ont explosé sur d'autres projets. J'écoute pas mal de classique aussi...

T'aimerais écrire une BO pour un film ?
Ha oui, j'adorerais faire ça ! Déjà, j'aime bien écrire des morceaux qui se suivent pour nos albums, j'adore quand ça s'enchaîne, quand il n'y a pas un blanc. J'ai pas trop la culture du single, j'aime bien les albums. Donc le faire pour un film, développer un truc sur la durée, ça serait super. Mais je suis pas assez connu dans le monde de la musique pour que les gens me proposent ça !

Comment tu veux qu'on écoute tes disques ? En vinyle ? C'est pensé pour ça ?
Oui, j'écoute la musique sur vinyles, j'ai jamais téléchargé de musique, donc je découvre peu de choses, et j'aime bien, car en procédant comme ça (je ne vais pas digger sur les sites), en écoutant en vinyle, je prends le temps, j'écoute chez moi, je n'écoute pas de musique ailleurs, j'ai pas de mp3. J'écoute dans le van quand j'ai 6 heures de route, mais là je peux me concentrer dessus. J'adore le vinyle parce que t'es obligé de te concentrer, de changer de face, tu ne peux pas t'endormir... Avec un CD, tu as tendance à ne pas écouter jusqu'à la fin, avec un vinyle tu es actif dans l'écoute, ne serait-ce qu'en allant retourner le disque à la fin de la face. Et puis le vinyle a une ouverture qui va un peu plus loin dans les basses, un peu plus haut dans les aigus. Si tu as un bon système de son et si les disques sont correctement pressés, tu obtiens un truc à l'opposé du mp3 compressé. Les gens écoutent la musique comme ils veulent, et nous on n'a pas les moyens de penser la musique pour le vinyle, il faudrait faire un master à bandes qui aille directement au pressage vinyle, ça demande des moyens qui sont impossibles pour nous actuellement. Donc, je préfère que les gens écoutent notre musique calmement en vinyle en s'asseyant sur un fauteuil dans leur salon. Et c'est pour ça qu'on devient un autre groupe en live et qu'on détruit tout ça, qu'on passe à la moulinette tout ce qu'il y a de joli sur l'album.




"En écoutant bien nos disques on devrait pouvoir trouver quelques morceaux qui se prêteraient bien à des incantations malpropres, voire à des parties de baise salace. Je peux pas te dire si quelqu'un a déjà eu l'idée, personnellement je ne vais pas rendre visite à tous les gens qui ont un disque de JC Satan pour savoir s'ils niquent dessus ou s'ils égorgent des chauve-souris... "


Derrière toi je vois une croix retournée, un poster avec des cercueils, la pochette de votre avant dernier album, des trucs un peu " gloire à Satan ", quoi... Vous avez des fans vraiment satanistes qui font des rituels maléfiques ? Ou c'est une idée complètement débile de ma part ?
Bon bah on va dire que c'est une idée débile de ta part ! (rires) Je sais pas trop, je crois pas... Quand on a sorti le premier album aux Etats-Unis, on avait eu des chroniques et il y avait des gens qui s'étaient énervés sur des forums parce qu'on s'appelait JC Satan et qu'on faisait de la pop, ils voulaient écouter un truc de black ou de death metal, et ça leur allait pas du tout ! Cela dit, en écoutant bien nos disques on devrait pouvoir trouver quelques morceaux qui se prêteraient bien à des incantations malpropres et des idées comme ça, voire à des parties de baise salace. Je peux pas te dire si quelqu'un a déjà eu l'idée, personnellement je ne vais pas rendre visite à tous les gens qui ont un disque de JC Satan pour savoir s'ils niquent dessus ou s'ils égorgent des chauve-souris ou des colombes. Mais j'aimerais bien qu'ils fassent des trucs comme ça !

Maintenant, une question que j'aime bien poser à tout le monde... Il y a des morceaux qui t'exaspèrent vraiment quand tu les écoutes à la télé ou à la radio ?
Ah, il y en a beaucoup, mais comme je les connais pas je peux pas te dire lesquels  ! Le truc le plus exaspérant du monde, même si tu le regardes pour rire, c'est les présélections pour le concours Eurovision ! Rapidement, tu commences à rire vraiment jaune, à avoir une montée de panique, il faut ouvrir les fenêtres, voire aller faire un tour... Tout, absolument tout ce qui passait ce soir-là, c'était tout ce que je hais dans la façon de faire de la musique. Y'avait tous les clichés, sur les textes, les mélodies... Avant de voir ça, on peut pas imaginer à quel point on peut vendre son cul, ses boules et son corps à des fils de putes pour faire du pognon avec sa musique ! Au delà de ça, comme ça rassemble beaucoup de gens devant leurs télés, ça me donne une image horrible du monde... Ça me rend triste !

J'ai une dernière question, qui est un petit peu conne... Tout le monde a chialé quand Johnny est mort (pas moi, ça ne m'a rien fait), je voulais savoir quand c'était la dernière fois que tu avais été ému par la mort d'un musicien ?
Je ne suis pas touché spécialement par ça, la plupart des gens qui sont morts ces derniers temps, ce sont des gens qui ne faisaient déjà plus vraiment de la bonne musique. Donc, je suis triste pour tout ce qu'ils ont apporté mais je ne suis pas du tout sentimental ; il faut bien qu'ils meurent un jour, il y en a des géniaux qui sont morts bien plus tôt et qu'on n'a pas eu la chance de connaître. Moi, je m'attache à des gens que je connais, j'ai pas la prétention de connaître un artiste parce que j'écoute sa musique, donc je ne suis pas touché. Je serai triste quand quelqu'un de ma famille ou qu'un ami mourra, mais je ne vais pas verser une larme parce que Lemmy est mort. Je ne fantasme pas les artistes à ce point-là. Mais si un mec est bon, je serais triste de ne plus pouvoir écouter sa musique, mais il aurait tout aussi bien pu décider d'arrêter de faire de la musique, ce n'est pas sa mort qui m'inquiète. Donc, la réponse à ta question est "non", je ne chiale pas quand un musicien meure et pour Johnny encore moins ! Que quelqu'un meure, je trouve ça triste, pour sa famille, pour les gens qu'il connaissait. Mais ce que je vois surtout c'est que ça va laisser un peu de place à des groupes bien meilleurs, Johnny ça a été un interprète toute sa vie, il a écrit seulement deux chansons dans toute sa carrière, pour moi c'est déjà une honte qu'il soit là où on le place en France ! Donc, ça donne une bouffée d'air frais je trouve, c'est pas un métier la musique, tu peux pas prendre toute ta vie (et ce jusqu'à ce que tu crèves) la place de gens qui cherchent à évoluer, eux ! Mais si t'en es là, au moins il faut aider les gens qui essaient de créer des trucs nouveaux, faut pas continuer à faire des morceaux avec Garou, Pascal Obispo ou mes couilles, quoi ! C'est une mafia tous ces mecs, et une mafia quand elle disparaît ça fait respirer le reste du pays, c'est une prise d'otages de moins !

JC Satan est en concert à la Maroquinerie à Paris le 11 avril 2018 et en tournée française, toutes les dates sont ici...

Liens : www.jcsatan.com, www.facebook.com/jcsatan, jcsatan.bandcamp.com, twitter.com/JC_SATAN, www.facebook.com/BORN-BAD-RECORDS...



Photos live et après concert : Titouan Massé www.facebook.com/titouanmassephoto, titouanmasse.tumblr.com, www.flickr.com/photos/titouanbzh, twitter.com/titouanbzh


J.C. Satàn : les dernières chroniques concerts

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) en concert

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 21/09/2018
Encore un week-end bien rempli à Angers pour le festival Levitation France, déclinaison française du rassemblement organisé à Austin par les Black Angels et leurs potes... Les... La suite

J.C Satàn (Release Party de l'album Centaur Desire) en concert

J.C Satàn (Release Party de l'album Centaur Desire) par Lebonair
La Maroquinerie - Paris, le 11/04/2018
On était très heureux de se rendre à La Maroquinerie en ce mercredi 11 avril afin de fêter la sortie du 5ème album d'un groupe qu'on aime énormément, J.C Satàn. Sorti le 3 mars... La suite

J.C. Satàn + Frustration (10 ans Born Bad Records) en concert

J.C. Satàn + Frustration (10 ans Born Bad Records) par Philippe
Le Cabaret Aléatoire, Marseile, le 13/05/2017
Anniversaire immanquable des 10 ans de Born Bad Records, écurie (entre autres) des deux meilleurs groupes de rock de France en activité, et tous deux sur scène aujourd'hui ! On... La suite

J.C. Satàn en concert

J.C. Satàn par Pierre Andrieu
Raymond Bar, Clermont-Ferrand, le 04/05/2017
Lors de son premier concert au Raymond Bar et après avoir écumé toutes les salles de la région, le groupe J.C. Satàn a trouvé la salle idéale pour s'épanouir pleinement. C'est... La suite