Accueil Chronique de concert Triggerfinger l'interview
Samedi 7 décembre 2019 : 10308 concerts, 25827 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Triggerfinger l'interview

Triggerfinger l'interview en concert

Loges de la Machine du Moulin Rouge, Paris 25 juin 2011

Interview réalisée le 25 juin 2011 par Lebonair




Le surpuissant trio belge Triggerfinger nous avez accordés du temps dans la joie et la bonne humeur le 21 mai dernier juste avant leur fantastique concert donné à la Machine du Moulin Rouge à Paris(voir chronique). J'ai trouvé le groupe soudé, drôle, passionné et passionnant. J'espère que vous aurez autant de plaisir de lire cet interview que nous d'avoir passer ce formidable moment avec eux.



Concertandco : Je vous ai découvert à la Maroquinerie à Paris en Octobre dernier avec ce soir là, Black Box Revelation également.
Voilà la chronique d'ailleurs. Quel souvenir gardez vous de ce concert et notamment de l'accueil euphorique que le public vous a offert ce soir là?

Monsieur Paul : C'était vraiment bon, on avait déjà joué 2 ou 3 fois là-bas, on était heureux et surpris aussi. Parce qu'avant, c'était pas mal mais le public ne nous connaissait pas.
On avait joué entre autres avec Nashville Pussy, à un de ces concerts à la Maroquinerie mais là, c'était une belle surprise,
c'était fort mais ce n'est pas simple en France le rock.

Concertandco : C'est sûr, Paul, on n'est pas l'Allemagne, la Hollande ou la Belgique. On n'est pas dans une culture rock ici, pas de médias ou si peu, faut passer à la TV, à Taratata. C'est mieux d'avoir les moyens derrière, un label avec de gros contacts médias. Ici, ce qui réalise la grosse part du marché, ce sont les groupes archi-connus qui durent et les coups médiatiques. Le reste, c'est 40% de parts de marché pour 80% des groupes existants restants, dure réalité. Il y a quelques radios, les webzines qui se bougent le cul mais ça suffit pas toujours malheureusement.
Monsieur Paul : En Hollande, tu sais en Belgique aussi, c'est pas simple. On a Studio Bruxelles qui fait encore un peu mais petit à petit ça disparait.



Concertandco : Il faut passer à Taratata, Paul pour décoller vraiment. Donc cela se passe par relations, dur, dur , tu vois... Pour ceux qui ne vous connaissent pas ou peu, vous êtes dans le circuit depuis longtemps, vous avez tous eu plusieurs vies avant Triggerfinger. Vous faites plein de choses à côté, racontez-nous comment vous vous êtes rencontrés ?
Monsieur Paul : Depuis 12 ans, on existe et 8 ans avec moi. Les 4/5 premières années, avec un autre bassiste. Moi, j'avais un studio d'enregistrement, Mario, Ruben, je les connaissais, j'étais fan d'eux, ils viennent un jour chez moi au studio pour enregistrer un disque, j'ai dit ok. Ils me disent que leur bassiste allait les lâcher, qu'il avait envie de faire d'autres choses, dans la soul etc.
Ils me disent tu sais jouer de la guitare mais tu peux jouer de la basse également. Ok, si ça marche, on y va, sinon, on laisse tomber et ça a fonctionné. Au début, bon, il fallait s'y remettre et maintenant, ça le fait, je suis mi guitariste mi-bassiste.
J'ai pas une préférence tant que je joue et que j'aime. Je veux bien chanter même (rires)

Concertandco : En octobre dernier, pour y revenir, j'avais ressenti de grosses sensations. Vous m'aviez fait penser aux Queens Of The Stone Age à l'époque, à leurs débuts , quand ils jouaient en trio. J'avais pris une énoooooorme claque ce jour là, de semblables vibrations avec ce côté jouissif, sexy, rock alors, je te la refais Ruben, sexy, rock, jouissif et dangereux Ruben, d'ou vient tes inspirations, tes influences, je veux tout savoir...
Ruben : Cela a commencé avec les Cramps et Poison Ivy Rorschach, elle n'avait pas une technique énorme mais elle jouait avec une attitude, une base certes mais avec cette attitude terrible, ça m'a influencé. Après ça, j'ai cherché les influences des Cramps, alors j'ai commencé par des reprises de rockabilly, de country, blues, un trésor de musique j'ai découvert à l'époque, comme Jerry Lee Lewis, Johnny Cash pour les plus connus. Mais aussi des artistes plus méconnus et j'ai appris à jouer de la guitare dans un groupe sixties garage, du rockabilly , qui s'appelait Seen Ali. Après ça, j'ai commencé avec Triggerfinger. Je voulais un groupe qui touche toutes ces influences, différentes périodes, c'est toujours du blues, c'est un peu dans la veine rock à la Queens Of The Stone Age.



Concertandco : Le côté trio, ça donne plus d'espace pour le jeu de chacun. Ne serait-ce pas la meilleure formule Rock ?
Monsieur Paul : Tu as plus de place pour jouer, plus de volume et moins de possibilités de te cacher.

Concertandco : J'ai vu King's X récemment un trio texan peu connu ici, c'était énorme. La basse avec Dug Pinnick prend un son et un volume incroyable. Un grosse claque... bref, le passionné d'enflamme.
Revenons à vous. Vous avez gagné des prix récemment aux victoires de la musique belge comme meilleur groupe et avec Mario (le batteur) en tant que musicien de l'année. C'est fort ça. Cela vous fait plaisir ce genre de récompense?

Ruben : Oui, tout spécialement car c'était le prix du meilleur groupe de l'année donc oui, ça le fait. On est trois, on fait toutes ces choses ensembles, on est solidaires et ça nous rends plus motivés encore.

Concertandco : Parlez nous de ce nouvel album sorti en début d'année, Dancin a round. Vous aviez un but , un objectif pour ce disque ?
Ruben : J'écris des chansons tout le temps, là, j'ai pas trop écrit. Je garde toutes ces idées alors quand on a le temps de se retrouver, je rassemble le tout, on se voit, on joue 4 mois à raison de 4 jours par semaine, 6 heures par jour, on bosse dur mais on aime ça. On enregistre, ça s'est une expérience qui nous plait, le studio, c'est bon, de faire évoluer toutes ces idées. Tout spécialement quand on fait des concerts, de temps en temps, on aime jouer de nouvelles chansons. Parce que certaines, on les a jouées un paquet de fois. Attention, on aime mais on les fait forcément évoluer ces anciennes, entre l'original sur disque et des années après sur scène, c'est Wouah Ou, différent, c'est ça, différent.



Concertandco : Vous avez démarré votre tournée il y a quelques mois, vous êtes bien connus en Belgique et en Hollande, ça se passe comment dans les autres pays ?
Monsieur Paul : En Allemagne, ça prend, en Suisse c'est bien, en France, on a beaucoup de travail, j'ai l'impression que ça prend un peu, y a du boulot encore. On est programmé à Arras au Main Square Festival début juillet. On avance, on a des agents en Allemagne, on espère que certaines choses vont se faire (la 1ere partie européenne de Within Temptation)

Concertandco : Vous allez tourner pas mal pour défendre ce disque ?
Monsieur Paul : On va jouer en fin d'année pas mal, entre Octobre et Décembre. En début d'année 2012, on va s'atteler à des musiques de films, on va finir d'écrire notre futur album aussi.
Bref, on tourne et on enregistra début d'année 2012



Concertandco : Ce soir, on est à Paris, à la Machine du Moulin Rouge, anciennement la Locomotive, une des plus belles salles à mon avis de Paris. Elle colle parfaitement à votre esthétisme, ce rouge, ce noir. Vous êtes contents d'être là, surtout que ce soir, vous allez jouer devant votre plus grand fan, Francis Zégut le célèbre animateur rock de RTL2, Tonton Zégut.
Monsieur Paul : Oui, c'est sympa, ici, il y a un petit quelque chose de sacré, comme l'Olympia, mystique, le cadre est magnifique, riche d'histoire, le lieu a une vibe incroyable comme l'Ancienne Belgique chez nous par exemple.

Concertandco : Je te laisse le mot de la fin Ruben : Que souhaitez vous rajouter mon cher Ruben ? (rires)
Ruben : Que souhaitez vous savoir mon cher Jérôme ndrl (avec un grand sourire) ? Alors venez nombreux à nos concerts et amenez pleins de jolies filles.
Monsieur Paul : et plus sérieusement, on veut jouer dans vos festivals.
Ruben : On adore ça, les festivals chez vous. Vous avez une joie de vivre, vous aimez boire, manger, les bonnes tables. On est toujours bien accueillis ici, c'est très convivial la France.
C'est très agréable de jouer ici et on veut revenir chez vous très vite.




Remerciements : Eric Didden
http://www.gentlemanagement.be
Ophélie Surelle pour son accueil et son enthousiasme
http://www.facebook.com/triggerfingerpage

Photos: Stef Carubelli

Triggerfinger : les dernières chroniques concerts

Triggerfinger en concert

Triggerfinger par Lebonair
La Plage de Glazart - Paris, le 22/08/2019
Toujours sur la route pour défendre leur dernier album "Colossus" sorti l'été 2017, nos chouchous belges de Triggerfinger terminent leur tournée et fêtent par la même occasion leur... La suite

Triggerfinger + Intergalactic Lovers en concert

Triggerfinger + Intergalactic Lovers par Lebonair
Elysée Montmartre / Paris, le 25/11/2017
Le savoureux, sexy et dangereux trio belge Triggerfinger est passé dans la prestigieuse salle de l'Elysée Montmartre en ce samedi 25 novembre avec dans leur valise un 5ème album à... La suite

Triggerfinger + Tiken Jah Fakoly (Fête de de l'Humanité 2015) en concert

Triggerfinger + Tiken Jah Fakoly (Fête de de l'Humanité 2015) par Lebonair
Parc départemental Georges Valbon La Courneuve, le 12/09/2015
Rendez-vous incontournable de la rentrée, La Fête de l'Humanité s'est déroulée le week-end dernier au Parc Départemental de la Courneuve (93) à quelques encablures de Paris.... La suite

Triggerfinger (reportage photo) en concert

Triggerfinger (reportage photo) par Yann Cabello
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 25/03/2015
Le survolté groupe belge de rock stoner Triggerfinger était en concert le 25 mars à la Coopérative de mai, à Clermont-Ferrand, pour une des dates de sa tournée française 2015... La suite