Accueil Paris Cabaret Sauvage - Paris 19ème
Dimanche 21 janvier 2018 : 12437 concerts, 24814 chroniques de concert, 5195 critiques d'album.
Cabaret Sauvage - Paris 19ème

Cabaret Sauvage - Paris 19ème

59 boulevard MacDonald
Parc de la Vilette
75019 Paris
Métro Porte la Villette

Plus d'info :

Cabaret Sauvage : les dernières chroniques concerts 34 avis

Royal Republic + Aaron Buchanan And The Cult Classics

Critique écrite le 07 décembre 2017, par Lebonair

Le Cabaret Sauvage / Paris 2 décembre 2017

Royal Republic + Aaron Buchanan And The Cult Classics en concert

En ce samedi soir, on est heureux de se rendreau Cabaret Sauvage, qui se situe dans le parc de la Villette, tout proche du Zénith et à un pas du canal de l'Ourcq. Cela faisait un petit moment qu'on ne s'y était pas rendu et c'est toujours un plaisir de vivre un concert là-bas tant le cadre en forme de cirque et ses couleurs rouges et son plancher en bois est tout simplement magnifiques et atypiques. Ce soir, la salle qui contient 1200 places debout affiche complet. On va y retrouver le rock'n'roll déluré qui vient tout droit de Suède, les très dynamiques et gros déconneurs Royal Republic. Après leur excellente prestation à Rock en Seine en août 2016, après un Trabendo complet en mars dernier, après un show qui a fait sensation à Musilac à Aix les Bains au mois de juillet 2017, ils repassent donc par Paris en cette fin d'année. Ils continuent d'ailleurs leur tournée pour défendre leur troisième album, "Weekend Man", sorti il y un petit moment puisque cela remonte à février 2016. Grâce à leur succès grandissant et à leur capital sympathie qui ne cesse de s'accroître, ils ne s'arrêtent plus de brûler les planches ! Ils continueront d'ailleurs tout le premier semestre 2018 avec notamment de nouvelles dates en France en province sur le mois de... Lire la suite

Israel Vibration

Critique écrite le 17 juin 2015, par lol

Cabaret Sauvage, Paris 16 juin 2015

Israel Vibration en concert

40 ans après l'enregistrement de son premier single (Why Worry), Israel Vibration se produisait devant le public d'un Cabaret Sauvage bourré à craquer. Le trio culte d'harmonies vocales jamaïcaines n'est plus qu'un duo depuis le départ d'Apple Gabriel, il y a une vingtaine d'années. Les velléités de carrière solo de ce dernier ont malheureusement tourné court, puisqu'après 2 albums et quelques concerts, il semblerait que l'ancien leader auto proclamé du groupe vive désormais dans la rue... Pour autant, les voix sucrées et si caractéristiques de Skelly Spence et de Wiss Bulgin continuent de perpétuer avec brio, sur toutes les scènes d'Europe et des USA, la tradition d'un reggae roots dont le sommet discographique fut le légendaire album " The same Song". Lorsqu'on se produit sur scène depuis 40 ans, des plus petites salles de provinces aux affiches des plus grands festivals, il est évident qu'on acquiert un certain savoir-faire et que l'on sait faire vibrer une audience. Israël Vibration en... Lire la suite

Bunny Wailer

Critique écrite le 22 juillet 2014, par Lol

Le Cabaret Sauvage, Paris 20 juillet 2014

Bunny Wailer en concert

Comme chaque été, Le Cabaret Sauvage propose une série de concerts énormes pour les Parisiens en manque de congés payés. Les malheureux peuvent passer un été plein de vibes et de groove en allant voir entre autres des légendes vivantes comme Georges Clinton et son PFunk, Yellowman, Taj Mahall, Fred Weisley... En ce dimanche 20 juillet 2014, c'est une icône du Reggae Roots qui tenait le haut de l'affiche du cabaret sauvage. En effet pour les profanes, le Jamaïcain Bunny Wailer est le dernier survivant des Wailers, qui est juste le trio d'harmonie vocale de Bob Marley et de Peter Tosh. Il enregistra avec eux les fabuleux singles de la période studio one, puis les 2 premiers mythiques albums édités par Island records "Catch a fire" et "Burnin" avant de quitter le groupe en 1974 pour vivre pleinement sa foi Rastafarienne en Jamaïque loin de la fièvre des tournées. Si sa notoriété est, bien entendu, en dessous de celle de Marley et de Tosh, Bunny Wailer, la voix de basse du trio, a sorti en solo quelques albums intéressants comme le Blackheart man ou Protest dans la seconde moitié des 70's. Il ne les a que très peu défendu sur scène puisqu'il ne quitte que très rarement la Jamaïque. Il... Lire la suite

The Twinckle Brothers et Trebunie Kuti

Critique écrite le 09 janvier 2014, par Lol

Le Cabaret Sauvage, Paris 4 janvier 2014

The Twinckle Brothers et Trebunie Kuti en concert

Le cabaret sauvage fêtait le noël Ethiopien le 4 janvier 2014... Pour l'occasion la scène avait été confiée au légendaire groupe de reggae Roots, The twinckle Brothers. Actif depuis la première partie des années 60 les Twinckle brothers sont probablement l'un des trois ou quatre meilleurs groupes de reggae roots sur scène. Porté par le charisme de leur leader Norman Grant, ils rivalisent sans aucun problème avec des sommités comme Burning Spear ou The congos. Ils ont pour habitude d'enchaîner les classiques de leurs deux fabuleux albums, Rasta on top et Countrymen, pour le plus grand plaisir de leurs fans et des néophytes qui sont instantanément convertis. Mais cette soirée de noël Ethiopien était aussi... Lire la suite

Max Romeo

Critique écrite le 18 novembre 2013, par lol

Le Cabaret Sauvage, Paris 13 novembre 2013

Max Romeo en concert

Max Romeo est l'une des dernières grandes icônes de l'Age d'or du reggae roots jamaïcain. Même si sa carrière a débuté dans les années 60 par de nombreux singles pour le label Trojan, sa renommée reste principalement liée à l'album War ina babylon, qui date de 1976. Cet album enregistré sur le label Island, produit par le magicien Lee Perry, sur lequel il est accompagné par les Upsetters, est l'une des pierres angulaires du Reggae Roots au même titre que the same song d'Israel Vibration ou Marcus Garvey de Burning Spear. Cet immense succès lui donna accès à une audience internationale qui lui permit de multiplier les tournées et même de collaborer avec les Rolling stones sur l'album emotional Rescue (pas le meilleur !), et d'enregistrer un album produit par Keith Richards. Si aucun de ses nombreux albums suivants ne rencontra jamais le succès de War ina Babylon, Max Romeo reste une figure incontournable du reggae. Le public du Cabaret Sauvage, actuelle place Forte du reggae live à Paris, s'était... Lire la suite

Sly and Robbie featuring Michael Rose, Johnny Osbourne et Bitty mc Lean

Critique écrite le 21 août 2013, par lol

Le Cabaret Sauvage - Paris 30 juillet 2013

Sly and Robbie featuring Michael Rose, Johnny Osbourne et Bitty mc Lean en concert

Alors qu'une chaleur étouffante s'abat sur Paris depuis plusieurs jours, le cabaret sauvage nous offre une soirée en compagnie du légendaire duo rythmique Jamaicain Sly et Robbie. Présents sur la majorité des singles de Studio one et ayant accompagné tous les plus grands de Marley, à Burning spear, en passant par Israel vibration et Sinaed o Connor, Serge Gainsbourg, Keith Richards dans leurs opus reggae, Sly et Robbie sont des monuments incontournables de la musique Jamaïcaine. Leur son est clairement reconnaissable entre mille avec cette batterie hyper précise et légère et un son de basse mélodique, lourd et entêtant. Pour l'occasion, ils seront accompagnés de Bitty Mc lean, Johnny Osbourne et l'ancien chanteur de Black uhuru , Michael Rose. Au moment où nous pénétrons dans le chapiteau du cabaret sauvage, Bitty Mc lean chauffe une assistance encore clairsemée. Bitti Mc lean est un vocaliste de grande qualité avec un chant beaucoup plus orienté sur la soul , les love song presque R'n'b que sur le reggae roots que j'étais venu entendre. Bien que son chant soit parfait, difficile pour moi de réellement apprécier les sucreries distillées par cette voix de velour, malgré un accompagnement de haute tenue par le groupe de Sly et... Lire la suite

Accès